Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à Voir et à partager

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, parcours de fils, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, sa conférence de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, fils Avis sur le boycotter des musiciens du Congo Par les combattants ...

 17/11/2014, Fin d'Ebola en RD Congo. RFI

Bonne nouvelle dans la Lutte contre Ebola:. Les autorites de la République démocratique du Congo announcent samedi la fin de l'Épidémie sur leur Territoire déclarée fin août en RDC.

Le Ministre congolais de la Santé Félix Kabange Numbi a announcé samedi la fin de l'Épidémie, 42 jours après l'enregistrement du dernier malade, Soit deux la Période d'incubation

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

 Il ya du sang  Dans Mon portable et ma télévision, est Ce que je viens de découvrir En regardant non reportage ancien de Canal Plus Datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, NOTAMMENT le coltan, par Les multinationales occidentales. Le coltan Est Un minerai entrant Dans la composition de Nombreux Composants électroniques Que l'sur Retrouvé Dans Les portables, les Télévisions, les armes, les missiles, .... VOICI LA LISTE DES 85 mises Multinationales (ci-dessous) de en cause par L 'ONU DANS LE pillage de la RDC et financement indirect de la guerre civile à l'est.

lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

Vie de Renégat: 

MALU MALU cheikfitanews

En RD Congo, l'église désavoue Malu Malu l'abbé. (RFI) L'abbé Apollinaire Malu Malu was désavoué par l'Eglise catholique. La conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), Réunie samedi CE 29 juin 2012, non Demande des sanctions canoniques. Contre lui le Prêtre AVAIT ETE Reconduit Il ya PEU Choix à la Tête de la commission électorale. Malu Malu PRDE, les premiers ministres de la MINISTRES MINISTRES MINISTRES DANS Temps de l'ONU, fils poste de directeur général de l ' Institut panafricain Cardinal Martino. La CENCO request also aux Fidèles et aux «  Les Les Les Les Les hommes de bonne volonté  »d'être Prêts à faire Échec à Toute manœuvre de la modification de la Constitution. Source de RFI

1. Partant, Le Cas de M. l'Abbé Apollinaire Malumalu, prêtre du Diocèse de Butembo-Beni Qui a OptE D'Oeuvrer Au Sein De La CENI Sérums Pris en CHARGEUR Fils nominale Evêque Sie appliquera Fils Un endroit les sanctions canoniques Qui s 'imposent.
1.Peinés par le CAS très regrettable de l'engagement de M. l'Abbé Malumalu à la CENI, les Evêques de la CENCO l'Ontario, Verser Une partie de Leur, Demis de sa Fonction de directeur général de l 'Institut panafricain Cardinal Martino (IPCM).
1.CE CAS déplorable de Donné aux Evêques de la CENCO Membres, l'Opportunité d'exhorter et de RAPPELER à tous les ecclésiastiques (Prêtres, religieux et religieuses) la noblesse de Leur identité Dans l 'église et l «impératif d'honorer SES EXIGENCES Dans leur Vie et Leur ministère. (Extrait de la CENCO communiqué)

cheikfitanews.net, contactez Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 09:08

Dans le cadre de son émission « RD Congo 2015-5016, le compte à rebours » l’info en ligne des Congolais de Belgique a reçu deux cadres de l’UDPS résidant en Belgique afin de commenter les dernières évolutions de la situation politique en RD Congo et tout particulièrement le dialogue entre le pouvoir et l’opposition.

En acceptant de dialoguer avec le camp qui lui avait volé les élections en 2011,dans quelle logique la position de l’UDPS s’inscrit-elle ? Est-ce une trahison du peuple Congolais ou une attitude responsable d’un parti dans lequel des millions de congolais placent leur espoir?

Me Papis Tshimpangila, avocat-conseil de l’UDPS et Me Jean De Dieu Ngwadi, représentant adjoint de l’UDPS Belux ont répondu sans détour aux questions.

Avant toutes choses, les deux avocats ont tenu à recadrer les choses. Beaucoup de gens parlent de l’UDPS sans la connaître.

Pour les deux hommes de droit :

  • L’UDPS est un parti constant dont le combat s’inscrit dans la droite ligne de l’instauration d’un état de droit.
  • L’UDPS met au centre de ses actions, de ses préoccupations et de ses prises de position l’intérêt supérieur de la nation et le  bonheur des millions des Congolais et ne fonctionne pas en termes de positionnement politique ni d’opportunisme.
  • L’UDPS est un parti qui prône la non-violence et privilégie toujours cette voie, celle en fait du dialogue.
  • Le long combat de l’UDPS face aux différentes dictatures qui se sont succédé en RD Congo n’a pas d’égal et il continue. Ce combat avait été couronné par la victoire du Président Tshisekedi en 2011. et c’est ce hold-up électoral qui est à la base de la crise politique en RD Congo. Crise qui persiste encore, qui a conduit aux accords d’Addis-Abeba, accords qui ont alors préconisé le dialogue.

Me Ngwadi et Me Tshimpangila ont également rappelé que bien avant l’arrivée de l’envoyé de monsieur Kabila au siège de l’UDPS, leur parti avait déjà transmis aux institutions de l’ONU une feuille de route pour la sortie de crise via un dialogue.

Ainsi, la prise de position d’une frange de l’opposition en disant non au dialogue, n’est pour les deux avocats et cadres de l’UDPS qu’un positionnement politique de bas étage.

Sans compter que durant les dernières années, ceux-ci se sont plusieurs fois contredit face à la problématique de ce même dialogue, disant oui un jour, et non le lendemain.

Et ironie de l’histoire, à l’issue du hold-up électoral, la plupart des membres du camp du  non n’ont cessé de flirter avec les institutions du pouvoir de Kabila où ils siègent jusqu’à ce jour. Cela est pire qu’un court  dialogue pour baliser le processus électoral en cours.

Face à des rumeurs du genre « Félix Tshisekedi veut être premier Ministre de Kabila », Me Tshimpangila a balayé cela du revers de la main, classant cela dans la catégorie de la campagne d’intoxication que certains politiciens mènent contre l’UDPS dans l’espoir de ternir son leadership sur l’échiquier politique congolais.

Enfin, Me Ngwadi et Me Tshimpangila ont affirmé que dialoguer avec l’ennemi est une politique préventive. Avant que l’alternance politique ne survienne d’ici fin 2016, il y aura beaucoup de secousses. L’UDPS n’a pas pour vocation de mettre le feu au pays. Et si d’aventure monsieur Kabila tentait soit des manœuvres dilatoires, soit de jouer au jusqu’auboutiste dans l’actuel processus électoral, les instances du parti adopteraient une position conséquente.

Ils marteleront: "ace au dialogue, l ’UDPS n’est ni dans la voie de la compromission, ni dans celle de la complaisance, encore moins dans celle de l’inconstance."

 

Bruxelles, le 22 mai 2015

Cheik FITA

 

NOTA BENE. VIDEO EN COURS DE MONTAGE

 

Me Ngwadi et Me Tshimpangila sur la position de l’UDPS face au dialogue : ni compromission, ni complaisance, ni inconstance

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 22:30

Communiqué de presse

Le mouvement « Pas de prolongation de mandat pour Kabila » organise le samedi 23 mai 2015 à partir de 14h00, une manifestation pour dénoncer :

· La détention des prisonniers politiques dont un grand nombre de membres de la société civile : Christopher Ngoie Mutamba, les activistes des mouvements LUCHA et Filimbi. Le tort de tous ces détenus est d’avoir osé prendre position pour plus de démocratie et plus de justice en RD Congo.

· Le silence sur la fosse commune de Maluku où ont été  inhumés nuitamment plus de 400 personnes. À ce jour, une trentaine de familles cherchent des membres de famille sans suite. Et le régime garde un silence et refuse de procéder à l’exhumation pour des vérifications.

Le mouvement cherche la vérité et que justice soit faite.

La presse tant congolaise qu’internationale est cordialement invitée.

Lieu de rassemblement :

Métro Trône, devant la statue de Léopold II

Personne de contact :

 

Jeannot Kabuya

Téléphone : 0032484505717

 

Manif à Bruxelles pour dénoncer la détention des activistes de la société civile en RD Congo
Manif à Bruxelles pour dénoncer la détention des activistes de la société civile en RD Congo

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 04:18

 Depuis près d’un mois, la situation politique burundaise est à la une de tous les médias du monde suite à la tentative du président Nkurunziza de briguer un troisième mandat anticonstitutionnel. Quelle est la position des Burundais vivant à l’étranger ?

Un communiqué signé par le Comité de Solidarité et de suivi de la Crise Politique et Humanitaire au Burundi invite tous les Burundais de  Belgique et des pays voisins, tous les amis du Burundi, les ASBL et les ONG qui défendent les Droits de l’homme, à une manifestation en faveur de la paix, de la sécurité de la population burundaise, les droits et liberté de la presse et de la démocratie au Burundi. Ce sera le samedi 23 mai 2015 de 11 heures à 13 heures, au rond-point Schuman à Bruxelles.

Le communiqué poursuit :

« Nous exigeons :

1. Le retrait de la candidature de Pierre Nkurunziza aux élections présidentielles.

Le troisième mandat de Pierre Nkurunziza viole la constitution et les Accords d’Arusha pour la Paix et la réconciliation au Burundi.

2. L'arrêt immédiat des massacres, des arrestations et des tortures.

Dans un blackout total, tous les opposants à ce troisième mandat risquent d’être éliminés sur tout le territoire burundais par les « Imbonerakure », milice de Pierre Nkurunziza sous l’œil complice de la police et certains militaires à la solde du régime de Bujumbura.

3. Le respect de la liberté de manifester

Depuis le 26 avril 2015, les burundaises et les burundais manifestent tous les jours ouvrables pour exiger le respect des Accords d’Arusha et de la Constitution du Burundi.

Les week-ends, ils enterrent leurs héros et rendent visite aux blessés ainsi qu’aux prisonniers.

4. Le respect de la liberté de la presse et la réouverture des radios-télévisions privées.

Entre le 13 et 14 mai 2015, toutes les radios privées du Burundi ont été saccagées ou brûlées. Tous les journalistes burundais se cachent ou ont fui le Burundi.

5. La libération de tous les manifestants arrêtés et de tous les prisonniers politiques.

Chaque jour, des manifestants sont emprisonnés et d’autres citoyens qui s’opposent au troisième mandat de Pierre Nkuruziza sont accusés de tous les maux et sont arrêtés. »

Au même moment, des manifestations similaires auront lieu dans d’autres villes du monde dont : Bruxelles, Genève, Montréal, Ottawa, Pretoria.

Ancien rebelle, Pierre Nkurunziza  a été élu  président le 19 août 2005 et réélu en juin 2010. La constitution burundaise limite les mandats présidentiels à deux.

Bruxelles, le 21 mai 2015

Cheik FITA

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 11:21

 

 

Lundi 18 mai 2015, une plate-forme disant regrouper « des partis politiques, de regroupements politiques et groupes parlementaires de l’opposition, des organisations de la société civile et de la diaspora »  a rendu publique une déclaration dans laquelle elle déclinait la demande de monsieur Joseph Kabila pour la tenue éventuelle d’un mini-dialogue en vue des échéances électorales futures.

Cette déclaration constitue-t-elle une avancée dans le processus électoral congolais ou obéit-elle à un calcul politicien?

D’abord, pourquoi monsieur Joseph Kabila a-t-il pris cette initiative ?

Monsieur Joseph Kabila est hanté par une date : le 20 décembre 2016, date à laquelle il devra céder le pouvoir au nouveau Président élu. Cela suppose un processus électoral sans entraves.

À ce jour, monsieur Kabila a-t-il déjà lancé un signal clair montrant qu’il partira et qu’il ne cherche pas à se cramponner au pouvoir ? Non.

Depuis qu’il avait accédé à la direction de la RD Congo, Joseph Kabila ne cherche à dialoguer avec l’opposition que quand il se sent acculé. Une fois ce moment passé, il se rebiffe et récupère tout le pouvoir pour lui.

Avoir annoncé dans les médias d’état la visite de son envoyé à l’UDPS puis au MLC et à l’UNC, procédait-il de cette logique ? Oui : donner une chose d’une main, et récupérer deux ou plus de l’autre.

La constitution verrouillée, la loi électorale bétonnée, la marge de manœuvre de Joseph Kabila est devenue très étroite, et le temps galope. Monsieur Joseph Kabila n’a plus qu’une seule petite issue : le glissement par rapport aux délais constitutionnels. Un éventuel mini-dialogue avec l’opposition est une petite brèche dans laquelle il cherche à s’engouffrer pour des raisons évidentes.

Ceux qui suspectent Joseph Kabila de vouloir obtenir un glissement par rapport aux délais butoirs constitutionnels, ont-ils raison ? Oui.

Quels sont les enjeux du moment en RD Congo ?

Les différentes élections et principalement les provinciales puis les sénatoriales en octobre 2015, enfin, les législatives nationales et la présidentielle fin 2016.

Y a-t-il des pesanteurs dans ce processus électoral  ou celui-ci est-il un fleuve tranquille?

Le processus électoral congolais actuel est parsemé de plusieurs écueils dont un grand nombre placés à dessein par le clan Kabila. Et la plate-forme des opposants les a épinglés. Voici les principaux:

« 1.  La complexité de l’organisation des élections locales, municipales et urbaines ; elles devraient logiquement être repoussées.

2. La nécessité d’une nouvelle opération d’enrôlement, en ce compris les nouveaux majeurs depuis le 27 novembre 2011 afin de constituer un nouveau fichier électoral fiable et produire de nouvelles cartes d’électeur.

3.   Le respect de la Constitution en ce qui concerne la date du 27 novembre 2016 prévue par la CENI. »

La date constitutionnelle pour la présidentielle c’est 90 jours avant la passation des pouvoirs soit le dimanche 18 septembre 2016, et non la date du 27 novembre proposée par la CENI. Cette date constitue un glissement par rapport à la constitution.

Le respect de ces conditions minimales est-il acquis ? Non. Et cela ne dépend que de la seule volonté de monsieur Kabila qui a sous sa botte la CENI, commission électorale nationale indépendante, et bien d’autres institutions nationales.

Avoir claironné ces écueils lors d’une conférence de presse, suffira-t-il à faire changer monsieur Kabila de position ? Non.

Cette frange de l’opposition pourra-t-elle avoir gain de cause sans un minimum de dialogue avec le clan Kabila ? Peu probable, pour ne pas dire non.

Le fait même d’adresser au clan Kabila cette déclaration en réponse à la démarche de son envoyé Kalev, est un début camouflé de dialogue.

Quand monsieur Joseph Kabila et son clan ont décidé d’ouvrir une brèche pour le mini-dialogue, étaient-ils conscients de leur ascendance du moment sur l'opposition? Oui.

Et si monsieur Joseph Kabila faisait la sourde oreille, quelle serait la parade de cette frange de l’opposition ? Autrement dit, de quoi l’opposition dispose-t-elle comme atout pour forcer la main à Joseph Kabila ? Équation !

Voici la conclusion de cette plate-forme de l’opposition par rapport à un éventuel mini-dialogue: «  En d’autres termes, l’Opposition Politique Congolaise ne trouve pas d’opportunité d’un dialogue qui risque de nous entraîner dans un schéma de transition et de déboucher au glissement du calendrier électoral en violation de la Constitution. »

Cette conclusion est-elle suffisamment  puissante et étoffée pour ébranler le camp de Kabila ? Équation !

Cette prise de position est-elle innocente ou sommes-nous en présence de calculs politiciens fruits d’ambitions dissimulées des uns qui se voient déjà remplacer Joseph Kabila, et de frustrations à peine voilées des autres? Parmi ces derniers, ceux qui n'ont pas été consultés par Kalev, et considérés comme quantité politique négligeable par le clan Kabila !

Cette déclaration est-elle suffisamment rassembleuse? Pour le peuple, n’apparaît-elle pas comme  une expression du tiraillement entre deux forces centripètes : celle de la survie politique de Joseph Kabila et son clan d’une part, celle de la course au pouvoir de certains politiciens d’autre part ?

Moralité ?

La réussite du processus électoral actuel est tributaire du respect, le plus grand possible, de l'aspiration politique profonde et légitime du peuple congolais. C’est celle-ci : un changement radical de système de gestion de la république. Le profil des nouveaux animateurs devant être aux antipodes de celui que le mobutisme et le kabilisme ont imposé au pays depuis des décennies  à savoir, des politiciens sournois calculateurs, aux ambitions démesurés et égoïstes.  Autrement dit,  la mise au ban des animateurs véreux quelque soit le niveau du  pouvoir, de la base au sommet.

Le peuple congolais doit, et rester vigilant face aux différentes manœuvres des politiciens, les recadrant en cas de nécessité, et en cette période électorale en vue, garantir sa jouissance, la plus grande possible de son droit d’expression qu’est le vote, quitte à imposer sa propre dynamique le cas échéant.

Bruxelles, le 18 mai 2015

Cheik FITA 

 

source photo d'illustration: UNC

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 10:05

En 1997, durant les derniers mois de la marche de l’AFDL vers Kinshasa, les Congolais et particulièrement les kinois n’avaient qu’une phrase : « Kabila aya kaka ».  « Que Kabila arrive… ».

Pourquoi ? Les Congolais en avaient marre de la dictature et de la misère.

Ainsi, au déclenchement du mouvement de l’AFDL et dans son avancée militaire, l’AFDL et ses dirigeants clamaient qu’ils venaient « libérer » le peuple de la dictature, instaurer la démocratie, permettre à chaque citoyen de mieux vivre sur la terre de ses ancêtres, une terre scandaleusement pourvue par la nature. Telle était la promesse donnée aux Congolais.

Le 17 mai 1997, selon le vœu du peuple, Laurent Désiré Kabila accéda au pouvoir. Beaucoup d’espoir étaient placés en lui.

18 ans après, un autre Kabila est au pouvoir : Joseph. S’appeler Kabila avait été un grand atout pour remplacer le M’zee.               

18 ans de pouvoir après, la gestion de la république par l’héritier politique de l’AFDL est-il conforme aux promesses d'antan et aux attentes du peuple?

À l’époque, les aspirations profondes du peuple congolais étaient : la fin de la dictature puis la démocratisation de la vie politique, le respect des droits de l’homme et l’avènement d’un état de droit, l’éradication de la corruption, du copinage, de l’injustice, du chômage… De la misère. Bref, une meilleure justice distributive.

18 ans après, y a-t-il eu changement ?

Le Congolais vit-il mieux ? A-t-il un meilleur accès aux avantages sociaux les plus élémentaires à savoir : l’alimentation, les soins de santé, le transport, le logement, l’école pour les enfants, l’eau courante, l’électricité ?

Du point de vue économique, des infrastructures dignes d’un grand état ont-ils vu le jour à travers les provinces, les villes et les villages : routes et autoroutes, ponts, écoles, buildings administratifs ?  Des industries agro-pastorales se sont-elles implantées à travers la république ?

A-t-on assisté ou pas à l’émergence d’une classe moyenne trait d’union entre la classe dirigeante et le peuple ?

Du point de vue politique, la démocratie s’est-elle installée avec alternance périodique à tous les niveaux, de la base au sommet, à l’issue d’élections libres et transparentes ? Le citoyen a-t-il droit à une information pluraliste ? L’accès aux médias publics est-il équitable ? Les droits de l’homme sont-ils respectés ?

Du point de vue culturel, a-t-on fait évoluer les mentalités vers plus de valeurs et moins d’antivaleurs ? Vers plus de solidarité, de cohésion nationale et d’amour de la patrie non pas en paroles mais en acte ? Quel camp les intellectuels, les leaders d’opinion ont-ils choisi, celui de la vérité, du bien, du beau et de la justice ou, se sont-ils au contraire engouffrés corps et âme dans le camp de la corruption la plus abjecte, de la flatterie, de l’opportunisme, de la concussion, du mensonge, de la tricherie, de la prostitution ?

18 ans après, ceux qui ont chassé Mobutu, ont-ils innové ? Ont-ils fait mieux que lui, ou moins bien ?

Le leadership de l'AFDL aura-t-il tenu sa promesse?

Aujourd'hui, le peuple peut-il dire comme en 1997 : « Kabila atikala kaka  », « Que Kabila reste au pouvoir ! »

Ironie de l’histoire, en cette dix-huitième année de pouvoir pro-AFDL, des élections se pointent à l’horizon. Et quel cadeau d’anniversaire le pouvoir donne-t-il à tous ces millions de jeunes nés durant l'année de la «libération» qui accèdent cette année à la majorité ? La privation du droit de vote pour les provinciales, urbaines et locales prévues le 25 octobre 2015 !

Tout un symbole.

 

Bruxelles, le 17 mai 2015

Cheik FITA

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 19:43

 

La RD Congo entre progressivement dans une zone de turbulence politique : tentatives de trafiquer la loi électorale en janvier suivie d’émeutes, emprisonnement des opposants ainsi que des activistes de la société civile, fosse commune à Maluku, tueries à Beni, bientôt un dialogue pouvoir-opposition puis des élections… Quelle devrait être la position du peuple en ce moment ?

Aubin Kikonka, président des Bana Congo a livré à notre micro la lecture de son mouvement face à toute cette situation complexe. Et la voici :

« En 2002 à Sun City il y avait eu un dialogue, les résolutions adoptées avaient-elles étaient correctement appliquées ? En 2011, il y a eu des élections, la vérité des urnes, le choix des électeurs avaient-ils été respectés ?

« Aujourd’hui, il n’est plus question de se jouer du peuple. Il y a dialogue ? Le peuple doit être vigilent. Il y a bientôt des élections ? Le peuple doit se mobiliser pour tout surveiller, avant pendant et après les élections. Cette fois, la volonté du peuple vaincra.»

Bruxelles, le 15 mai 2015

Cheik FITA

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 06:36

 

vendredi 15 mai 2015. Le leader des putschistes Godefroid Niyombare annonce leur reddition.

L'ancien chef d'état-major a fait cette annonce par téléphone à un journaliste de l'Agence France-Presse, alors que des soldats restés fidèles au président Nkurunziza «approchaient de lui», relate l'AFP. «Nous avons décidé de nous rendre. J'espère qu'ils ne vont pas nous tuer», a déclaré Godefroid Niyombare. Selon nos informations, les principaux responsables de la tentative de coup d'Etat, au moins trois officiers, ont été interpellés.

 

Source : RFI

Partager cet article

Published by RFI - dans cheikfitanews
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 13:02

Situation très confuse à Bujumbura ce mercredi 13 mai 2015. Selon les informations diffusées par France 24 et RFI,  l’ex-chef d’état-major Godefroid Niyombaré a annoncé sur une radio privée «la destitution» du président Pierre Nkurunziza. Pendant ce temps, la radio nationale était encerclée par l'armée.

Pierre Nkurunziza séjourne en Tanzanie pour un sommet sur la crise dans son pays.

Depuis deux semaines, la population burundaise manifeste contre un troisième mandat de Nkurunziza.  La constitution burundaise ne prévoyant que deux mandats. Mais têtu, Nkurunziza a défié la population de son pays en posant malgré tout sa candidature pour la présidentielle qui était prévue pour juin 2015.

Bruxelles, le 13 mai 2015

Cheik FITA

 

PHOTO : Libération

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 09:10

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 19:57

Le combat contre le régime de monsieur Joseph Kabila s’est-il essoufflé en Europe? « Non ! » selon Jeannot Kabuya du site banamikili.skybog.com et grand activiste, que nous avons interviewé lundi 11 mai 2015 au quartier Matonge de Bruxelles.

« Il arrive des moments où l’on doit prendre de la distance afin d’analyser la situation, de réorienter le tir, de s’associer à d’autres partenaires… Le régime de Kabila est à sa fin et il ne nous reste plus qu’à lui assener le coup de grâce. »

Jeannot Kabuya a profité de notre interview pour annoncer une marche qui aura lieu à Bruxelles le samedi 23 mai 2015 à partir de 13h00 à la sortie du métro Trône avec comme point de chute le palais de justice de Bruxelles. Le but de cette marche est de dénoncer l’existence de la fosse commune de Maluku. Pour Jeannot Kabuya, il doit y avoir des victimes des manifestations de janvier 2015 dans cette fosse commune. C’est la raison pour laquelle jusqu’à ce jour, le régime de monsieur Joseph Kabila n’ose pas ordonner l’exhumation des corps, de peur d’être confondu.

Jeannot Kabuya s’en est également pris au procureur de la république chargé du dossier « fosse commune de Maluku » qui a déclaré que les familles qui prétendent avoir perdu les leurs doivent d’abord prouver que ces personnes qu’ils prétendent avoir perdu ont réellement existé. «Quelle irresponsabilité!»

La deuxième raison de cette marche est de réclamer la libération des innombrables prisonniers politiques qui croupissent dans les geôles du régime : Diomi Ndongala, Christopher Ngoie Mutamba, Vano Kiboko, Ewanga, Me Muyambo… Une liste extraordinairement longue.

Enfin appel a été lancé aux Congolais pour venir nombreux à la marche. « Nos compatriotes vivant au pays sont comme des prisonniers, ils n’apprennent certains informations que quand ici à l’étranger nous manifestons. »

 

Bruxelles, le 11 mai 2015

Cheik FITA  

 

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews

ANNONCES...MESSAGES

Bruxelles, samedi 28.03.2015 à 18h00, Salle Garcia Lorca Prés de métro Annessens. 47-49, rue des foulons, 1000, Bruxelles

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

. Hermene chez Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de SITES

 http://ccpa-pacc.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens