Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=-J5ObUKrHmw

 

 

 

 

 

http://www.cheikfitanews.net/2017/03/elections-au-rassemblement-temoignage-de-celui-qui-a-pilote-le-processus.html

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=0quPBiMbkpo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=b82o4074eXI&t=72s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=sSkgK9Ux0LA&t=424s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=SoYmgRJwLic

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=V6v6vSD8K8Q&t=9s

Vidéo du slogan-phare des congolais

pour fin mandat de J. Kabila

kabila oyebela

réserve photos du site

Suivez  attentivement cette Vidéo.

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

25 septembre 2017 1 25 /09 /septembre /2017 08:53
Résolutions du 1er Congrès de la diaspora de l'AIDC, grandes lignes par Dr Kibutu

Le dimanche 24 septembre 2017  a eu lieu à Bruxelles, la clôture du premier congrès de la diaspora organisée par l'AIDC, Association Internationale de la Diaspora Congolaise.

Une centaine le jour de l'ouverture, les participants à ce congrès étaient plus de 350 selon une première estimation de Dr Chantal Nsimba, Secrétaire Générale de l'association.

Durant la deuxième journée, après la seconde vague de communications, les participants avaient été repartis en quatre commissions :

- Commission Socio-culturelle dirigée par madame Justine Mpoyo Kasa-Vubu,

- Commission Politique par madame Nour,

- Commission Économique par Dr Noël Tshiani,

- Et Commission Exil et immigration par Kwebe Kimpele.

Le dernier jour, les rapporteurs de chaque commission ont présenté les conclusions de leurs travaux.

Abordé par l'Info en Ligne des Congolais de Belgique à l'issue de ce congrès, Docteur Kibutu Coordinateur de l'AIDC s'est déclaré satisfait. Pas « très » ajoutera-t-il, mais confiant en l'avenir grâce aux fruits qui pourront bientôt être récoltés suite aux graines qui ont été mises sous terre lors de ce premier congrès de la diaspora congolaise à Bruxelles.

Quelles ont été les grandes lignes des conclusions de ce congrès ?

Voici la réponse du coordinateur de l'AIDC:

- Sur le plan politique, la diaspora doit être un contre-pouvoir,

- Sur le plan de l'immigration, la diaspora doit installer des ponts qui lui permettront de vivre ici et d'aller au pays, puis revenir.

Prochain Rendez-vous : une journée porte ouverte pour le suivi, ce sera le samedi 21 octobre de 10 à 16h.

 

Bruxelles, le 25 septembre 2017

Cheik FITA

NOTA BENE. VIDEO EN COURS DE MONTAGE

Résolutions du 1er Congrès de la diaspora de l'AIDC, grandes lignes par Dr Kibutu
Résolutions du 1er Congrès de la diaspora de l'AIDC, grandes lignes par Dr Kibutu
Repost 0
Published by Cheik FITA
commenter cet article
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 08:08
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?

Le Président Joseph Kabila a séjourné à New York dans le cadre de la 72è session de l'Assemblée Générale de l'ONU.

Plusieurs photos immortalisant ce séjour circulent dans les réseaux sociaux.

Compte tenu de la situation politique du moment caractérisée

- par des animateurs des institutions tous fin mandat, une véritable guerre de photos sévit sur la toile entre pro-Kabila et anti-Kabila?

- Et par le blocage du processus électoral,

Quels message ces photos véhiculent-elles ?

À chacun de se faire une religion à partir de quelques photos reprises ci-dessous, sans commentaires.

Bruxelles, le 24 septembre 2017

Cheik FITA

Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Joseph Kabila à New York, quels messages véhiculés par les photos de son séjour?
Repost 0
Published by Cheik FITA
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 14:56
Joseph Kabila à l’Assemblée générale de l’ONU : peu d’éclairage sur les élections

Lors de son adresse de près de 17 minutes à la 72è session de l’assemblée générale de l’ONU à New York, le Président Joseph Kabila a parlé de la situation sécuritaire au pays et principalement dans le grand Kasaï et à l’est de la république.

Il a aussi abordé le problème du processus électoral en cours.

Pour ce qui est de la sécurité, il a affirmé que depuis plus d’une année, le Kasai est secoué par des actions es adeptes du chef traditionnel Kamwina Nsapu qu’il qualifie de terroristes.

Pour ce qui est des élections, il a affirmé que le processus allait bon train avec 42 millions d’électeurs enrôlés sur 45 millions attendus.

Selon lui, un calendrier électoral serait instamment publié.

Quand ? Là, pas de précision.

Il a lancé un appel à la communauté internationale pour que cette marche irréversible soit soutenue, compte tenu des défis financiers, normatifs et sécuritaires.

Malgré cela, une petite pique a été lancée à propos de la souveraineté du pays qui doit malgré tout être respectée : pas d’ingérence extérieure, pas de dictat.

Joseph Kabila a parlé aussi de la MONUSCO qui d’après lui, devrait penser à plier bagages, après une présence de 20 ans. Elle n’avait pas pour mission de s’éterniser en RD Congo.

Beaucoup d’optimisme dans le discours, beaucoup de suffisance, pas d’attention sur l’opposition, grande confiance au gouvernement, à la CNSA-OlenghaNkoy et à la CENI.

 

Bruxelles, le 23 septembre 2017

Cheik FITA

Joseph Kabila à l’Assemblée générale de l’ONU : peu d’éclairage sur les élections
Repost 0
Published by Cheik FITA
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 07:52
New York : Duel au couteau, Joseph Kabila- SG de l'UDPS J-M Kabund

Samedi 23 septembre 2017 à 9 heures, heure de New York, le Président Joseph Kabila prononcera son discours à la tribune de la 72ème session de l'assemblée générale de l'ONU.

Le fera-t-il en position de force ? Innovera-t-il ?

Au moment où Joseph Kabila prononcera son discours, tous les délégués à cette session de l'ONU auront reçu un document signé par Jean-Marc Kabund A Kabund, Secrétaire Général de l'UDPS. Celui-ci se trouve aussi à New York, à l'ONU, certes pas dans la même salle, mais à quelques dizaines de mètres de là.

Dans le document du Secrétaire Général de l'UDPS, non seulement Joseph Kabila y est considéré comme l'obstacle aux élections, il y est même demandé sa démission avant le 31 décembre 2017 afin que durant une petite « transition sans Kabila », des élections soient organisées.

L'exercice oral de Joseph Kabila à l'ONU sera donc très périlleux :

- Devra-t-il ignorer et le document de l'UDPS, et celui diffusé quelques jours plus tôt par des membres du « Rassemblement » ainsi que ceux du mouvement citoyen congolais « ESILI » ?

- Dans quels termes pourra-t-il parler de lui-même dans l'après décembre 2017 ?

- Conscient que tous ceux qui l'écouteront et le regarderont au moment de son discours savent tout de la situation de la RD Congo, aura-t-il le courage de défier cette assemblée en la considérant comme ignorante de la catastrophe politique, sociale, économique et culturelle de la RD Congo sous son règne finissant ?

Ci-dessous, le document du Secrétaire Général de l'UDPS.

 

Bruxelles, le 23 septembre 2017

Cheik FITA

 

 

 

. INTRODUCTION

La RDC vit actuellement une crise grave au sommet de l’État. Les
Assemblées provinciales et le Senat n’ont pas été renouvelées par la
voie des urnes depuis plus de 10 ans. Les députés nationaux continuent à siéger sans mandat depuis février 2017.
Ce tableau sombre du désordre politique dans la gouvernance du pays a été complété le 19 décembre 2016, avec le refus de Mr Joseph Kabila d’organiser les élections présidentielles et législatives au terme de son second et dernier mandat constitutionnel, dans le seul but d’asseoir son hégémonie sur la RDC en se maintenant indéfiniment au pouvoir.
Leader averti et témoin oculaire de la dégradation des conditions
sociales du peuple congolais suite à cette crise politique, le Président de l’UDPS, Son Excellence Dr Etienne Tshisekedi wa Mulumba, paix à son âme, avait lancé, en Février 2015 déjà, la Feuille de Route pour sortir le pays de cette macabre situation. Cet appel a été relayé le plus largement possible et dans toutes les officines diplomatiques, par le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquises au Changement dès juin 2016.

Dans ce message, hautement patriotique, le Président Tshisekedi,
d’heureuse mémoire, souhaitait vivement un dialogue direct, franc et inclusif sur une courte durée et sous une médiation véritablement indépendante, entre la famille politique de Mr Kabila et l’opposition démocratique qu’il incarnait lui-même avec beaucoup d’autorité.
C’est la Conférence Épiscopale Nationale du Congo-CENCO, présidée par Mgr Utembi qui méritera la confiance des deux camps. Ils acceptent enfin d’échanger directement et sans tabou. Des discussions houleuses et des négociations faites d’exigences et des concessions débouchent sur ce que tout le monde a nommé «L’Accord du 31 décembre 2016 », aussi appelé «L’Accord de la Saint-Sylvestre», salué et soutenu par la Résolution 2348 du Conseil de Sécurité de l’ONU.
Malheureusement, la non-application intégrale de cet Accord a largement contribué à l’aggravation de la crise politique, à laquelle l’UDPS propose de nouvelles pistes de sortie à travers ce mémorandum.

2. SOURCE DE LA CRISE POLITIQUE ACTUELLE EN RDC

En 57 ans d’indépendance, la République Démocratique du Congo a connu une succession des conflits armés et des crises politiques, qui ont pratiquement bloqué le développement du pays et sa préparation au rendez-vous des nations.

Après les 32 ans de dictature sous le Maréchal Mobutu Sese Seko et
une transition de 4 années administrées par Laurent-Désiré Kabila, le Congo vit pratiquement, depuis 16 ans, sous une dictature aux allures démocratiques avec Monsieur Joseph Kabila, l’épicentre de la crise actuelle.
En effet, en 2002, après la mort du Président Laurent-Désiré Kabila, la constitution a été modifiée une première fois, pour faire sauter le verrou de l’âge fixé à 30 ans pour accéder à la magistrature suprême en RDC. C’est grâce à ce changement que Mr. Kabila devient Chef de l’Etat alors qu’il n’avait que 28 ans.

En 2006, alors que le pays s’acheminait vers ses premières élections pluralistes et démocratiques, la constitution a été de nouveau retouchée pour supprimer le débat contradictoire imposé aux deux candidats arrivés en tête à l’élection présidentielle, afin de les départager au second tour. Mr Kabila a été le grand bénéficiaire de cette modification. Il a été proclamé vainqueur et Président de la
République avec un mandat de 5 ans.

En 2011, alors que Monsieur Kabila se lançait à la conquête du second et dernier mandat, selon l’Art. 220 de la constitution, ses stratèges, craignant une cuisante défaite et appuyés par un parlement totalement instrumentalisé, ont, pour la 3ème fois, plongé dans la constitution pour l’amputer du 2ème tour à l’élection présidentielle.
Malgré que la majorité des observateurs avaient accordé la cinglante victoire de l’édition 2011 au candidat de l’UDPS, Feu Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba, paix à son âme, en dénonçant les fraudes massives, la Commission Nationale Électorale Indépendante –CENI avait proclamé Joseph Kabila vainqueur, entraînant ainsi une contestation immédiate de son adversaire, le politicien le plus populaire de la RDC et même du continent africain. Mr Kabila fera désormais face à une contestation persistante et continuelle de sa légitimité et à une décrédibilisation des institutions qui l’accompagnent. La crise politique prend alors naissance et débouche, par voie de conséquence, sur la crise économique et sociale doublé de multiples violations des droits fondamentaux de la personne humaine.
La fameuse crise s’est définitivement installée en RDC après le refus de Mr Kabila d’organiser même le seul tour constitutionnel restant pour les élections présidentielles, à la fin de son second et dernier mandat intervenu le 19 décembre 2016.

Ce comportement anti-démocratique de Joseph Kabila a soulevé un tollé à travers le monde. À l’intérieur du pays, les manifestations contre le régime kabiliste ont abouti aux massacres des manifestants, d’abord les 19-20 septembre, ensuite les 19-20 décembre 2016, ce qui a poussé la communauté internationale à entrer de nouveau en scène au Congo.
 

3. LE COUP DE SIFFLET DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE
Devant l’aggravation de la situation et la menace de plus en plus évidente sur la paix en RDC et dans la région des Grands Lacs, la communauté internationale a convié les principaux acteurs politiques congolais à un dialogue direct, franc, sans exclusif et surtout, sans tabou, conformément à la résolution 2098 de 2013, votée par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies.

Ce coup de sifflet magistral était aussi l’aboutissement de plusieurs
mois d’intenses efforts, conjugués sans faille par le Président Tshisekedi en faveur d’un dialogue entre les tenants du pouvoir et la vraie opposition. Dès novembre 2016, les acteurs de la classe politique et sociale se sont accordés pour engager des débats francs et inclusifs sous les bons offices de la Conférence Épiscopale
Nationale du Congo, dans le but de redonner au pays la chance de
repartir sur de nouvelles bases et de consolider le processus électoral, aliéné par le pouvoir de Joseph Kabila et sa famille politique.
4. L’ACCORD DU 31 DÉCEMBRE 2016

Les délégués des deux camps, celui de Monsieur Kabila et celui du Président Étienne Tshisekedi, ont reconnu que les débats étaient
francs et directs, chaque partie étant appelée à faire des concessions
sur ses exigences pour marquer le progrès dans les négociations.
Néanmoins, à l’issue de ce dialogue tant souhaité par le Président Tshisekedi, un Accord politique global et inclusif a été signé par les parties prenantes, le 31 décembre 2016, à la satisfaction de l’ensemble du peuple congolais et de la communauté internationale, dont l’appui significatif a été marqué par la Résolution 2348 du Conseil de Sécurité.

5. MÉCANISME DE SORTIE DE CRISE

Pour mettre fin à la crise qui frappe la République Démocratique du Congo, les signataires de l’Accord du 31 décembre 2016, aussi appelé « l’Accord de la Saint-Sylvestre », ont convenu ce qui suit :
5.1 Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement de transition, sera
présenté par l’opposition/Rassemblement, et nommé par le Président de la République, conformément à l’Art. 72 de la Constitution. (Point 3.3) ;

5.2 Un Conseil National de Suivi de l’Accord (CNSA) sera mis sur pied et dirigé par le Président du Conseil des Sages du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement ;

5.3 Pour recréer un climat de confiance, le pourvoir de Mr Kabila doit prendre des mesures de décrispation en libérant tous les prisonniers politiques (Point V.1) ;

5.4 Tous les acteurs politiques doivent avoir accès aux médias d’État et tous les médias proches de l’opposition doivent être rouverts (Point V.2, V.3, V.4) ;

5.5 Tous les exilés politiques doivent retourner au pays de façon sécuritaire ;

5.6 Les poursuites arbitraires et le harcèlement judiciaire à l’endroit des opposants doivent cesser ;

5.7 L’espace politique doit être ouvert à tous et la répression aveugle des manifestations populaires de l’opposition doit cesser ;
5.8 Les élections libres, démocratiques et transparentes doivent être organisées au plus tard le 31 décembre 2017, afin de favoriser l’alternance politique au sommet de l’État en RDC ;

5.9 Durant la période de transition, il y a une interdiction formelle de modifier la Constitution de la République, soit par voie parlementaire, soit par voie référendaire (Point II.1, II.2) ;
5.10 La pratique du dédoublement des Partis politiques doit cesser.

6. MISE EN OEUVRE DE L’ACCORD DU 31 DÉCEMBRE 2016
En lieu et place de procéder à l’exécution de toutes les mesures consensuelles afin de juguler la crise et remettre le pays dans un cadre de fonctionnement acceptable, Joseph Kabila s’est plutôt employé à bloquer systématiquement l’Accord, au risque de mettre le pays sous la menace d’une énième guerre civile doublée d’un chaos, dont les effets précurseurs sont perceptibles à travers l’aggravation de la situation socio-économique et sécuritaire de la population congolaise.
Avec ce blocage politique, Monsieur Kabila a réussi à geler, sinon à suspendre l’élan démocratique lancé il y a plus de vingt ans, par le
Président Mobutu Sese Seko, de triste mémoire et pour lequel plusieurs de nos membres du Parti et autres compatriotes ont lutté jusqu’au sacrifice suprême mais aussi, un élan pour lequel la communauté internationale s’est investie sans réserve afin que la RDC atteigne un niveau de fonctionnement basé sur une stabilité démocratique.
À cause de Mr Kabila qui semble être résolument déterminé à ne pas quitter le pouvoir, le processus démocratique en RDC est en pleine régression, en rapport avec les progrès accomplis jadis.
En présidant le pays en dehors du cadre tracé par l’Accord de la Saint-Sylvestre, Mr. Kabila défie le peuple congolais d’une part et de l’autre, la communauté internationale qui dispose au Congo, de la plus importante mission de la paix au monde.
Aujourd’hui, l’instinct dictatorial a rattrapé Mr Kabila. Les violations des droits fondamentaux des citoyens sont devenues monnaie courante. On note, entre autres :

- l’exacerbation de la tension politique et le disfonctionnement des
institutions de la République animées par des mandataires politiques illégitimes suite au dépassement de leurs mandats constitutionnels, dont certains depuis plus de 10 ans;

- l’aggravation de la crise sociale et économique avec comme conséquence la paupérisation accrue de la population qui baigne dans une misère indescriptible ;

- la restriction de l’espace politique par l’interdiction des activités aux leaders et partis politiques de l’opposition ainsi qu’à des organisations de la société civile pro-changement;
- La montée croissante de l’insécurité à travers le pays, caractérisée
par les tueries, plus particulièrement dans la région du Kasaï, où plus de 5000 personnes ont été massacrées par les forces du régime en place depuis l’assassinat par le même régime, du grand Chef coutumier Kamuina N’sapu le 13 août 2016.

Notons également que près de 100 fosses communes ont été retrouvées dans cette même région, appelant ainsi à des enquêtes internationales.
Ceci prouve à suffisance le degré de barbarie du régime en place à Kinshasa qui, par ailleurs, a causé le déplacement interne d’environ 4,5 millions de personnes qui vivent dans des situations extrêmement difficiles, sans oublier plus d’un million et demi de déplacés dans d’autres pays africains dont l’Angola, l’Ouganda, la Tanzanie et même l’Afrique du Sud;

- les évasions massives des prisonniers dans les milieux carcéraux sur l’ensemble du territoire national, traduisent une situation d’insécurité permanente au pays et démontrent, de cet effet, l’inexistence de l’autorité de l’Etat ;

- la corruption et la concussion érigées en système de gouvernance ;
- le coulage des recettes, les évasions fiscales, les malversations
financières ainsi que les détournements systématiques et systémiques des deniers publics perpétrés au grand jour, en toute impunité, sous le regard complice des organes de contrôle censés prévenir ces pratiques.
- Les violations massives des Droits et Libertés fondamentales des Citoyens

7. LE PLAN DE L’UDPS

Ayant compris les manœuvres dilatoires orchestrées par Mr Kabila à  travers la CENI pour retarder indéfiniment les élections, l’UDPS a décidé de rompre avec le cycle dialogue-accord-sabordage de l’accord-dialogue-accord-sabordage de l’accord-dialogue….
Pour espérer organiser réellement les élections libres, transparentes et démocratiques en RDC au cours du 1er trimestre de 2018 et ainsi remettre le pays dans son fonctionnement constitutionnel, l’UDPS
propose le plan suivant :

7.1 La démission pure et simple de Mr Kabila au plus tard le 31 décembre, 2017 ;

7.2 Une concertation entre les Forces politiques et sociales pour identifier une personnalité consensuelle capable de diriger une courte transition d’environ 6 mois pour préparer essentiellement les élections ;

7.3 Nommer un Premier Ministre proposé par l’UDPS ;
7.4 Mettre en place un Gouvernement de 25 ministères avec un mandat électoral ;

7.5 Mettre en place un parlement de transition
7.6 Entreprendre des réformes, notamment dans les médias publics, à la CENI, dans les milieux judiciaires, etc.

8. RECOMMANDATIONS

Pour la réussite de ce plan de redressement et de sortie de la crise qui sévit au Congo, l’UDPS recommande à la Communauté internationale, notamment à la France, la Belgique, Les Etats-Unis et le Canada, ce qui suit :

8.1 Rejeter fermement l’idée d’un 3ème dialogue avec Mr Kabila et sa famille politique. Cette stratégie est maintenant utilisée pour distraire la population et les acteurs politiques pendant que Mr Kabila se pérennise au pouvoir. Son retrait décanterait la situation et épargnerait le pays des confrontations chaotiques qui menacent la paix partout au pays ;

8.2 Appuyer l’idée d’une courte transition sans Kabila. Ceci sera le seul cadre qui garantira l’organisation des élections dans le délai convenu par tous ;

8.3 Soutenir le schéma proposé par l’UDPS du fait qu’elle est la première force politique du pays et qu’elle doit activement participer à son redressement en jouant un rôle clé dans la gouvernance des affaires de l’État

8.4 Renforcer le mandat de la Monusco, souvent accusée de mollesse devant les multiples violations des droits humains, incluant les meurtres, sans une réaction convaincante.


JEAN-MARC KABUND-A-KABUND

SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

New York : Duel au couteau, Joseph Kabila- SG de l'UDPS J-M Kabund
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 06:25
Bruxelles, ouverture du 1er Congrès de la diaspora par l'AIDC

Vendredi 22 septembre 2017 à Bruxelles, le pasteur Célestin Kibutu Ngimbi, coordinateur de l'AIDC, a ouvert les travaux du premier congrès de la diaspora sous l'égide de cette organisation.

L'AIDC, c'est l'Association Internationale de la Diaspora Congolaise qui a vu le jour à Bruxelles en Février 2016.

L'AIDC a comme entre autres objectifs,

- Inciter la diaspora congolaise à s'organiser,

- Fédérer les différences de ses membres,

- L'unir autour de la cause nationale,

Les travaux qui dureront trois jours plancheront sur le thème suivant :

« Solution aux problèmes du développement humain en RDC et sa diaspora ».

Après le mot d'ouverture, trois orateurs se sont succédé :

l'abbé Mbelu, Jean-Baptiste Bokoto et le journaliste Kwebe Kimpele.

En avant première, l'artiste Olivier Tshimanga a communié avec l'auditoire avec quelques unes de ses chansons dont « Tolembi ».

Les travaux continueront le samedi 23 septembre 2017 par d'autres exposés suivis par des ateliers.

Le dimanche 24 aura enfin la plénière avec ses recommandations, suivie du discours de clôture puis de la remise des certificats de participation.

 

Bruxelles, le 23 septembre 2017

Cheik FITA

 

 

Bruxelles, ouverture du 1er Congrès de la diaspora par l'AIDC
Repost 0
Published by Cheik FITA
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 08:34
72è session de l'AG de l'ONU, Joseph Kabila parle le 23 septembre à 9h00

Le passage des orateurs à la 72è session de l'Assemblée Générale de l'ONU continue. Voici la liste des orateurs prévus pour le 22 et le 23 septembre 2017

Le Président Joseph Kabila sera le premier à prendre la parole le 23 septembre. Son discours est très attendu pour plusieurs raisons :

- Depuis le 19 décembre 2016, son deuxième et dernier mandat est terminé, il ne peut plus valablement engager les Congolais et la RD Congo,

- Le 31 décembre 2016, sous l’égide de la CENCO, le clan Kabila et le « Rassemblement » avaient signé un accord qui permettait à Joseph Kabila de rester au pouvoir durant douze mois à condition de cohabiter avec l'opposition. Hélas, une fois l'Accord signé, Joseph Kabila avait repris tous les pouvoirs, dédaignant la signature de ses envoyés à la CENCO, modifiant unilatéralement certains termes de l'Accord, pour pouvoir nommer « son » Premier Ministre, un transfuge de l'UDPS, et pour mettre à la tête du CNSA, « commission national de suivi de l'accord », Olengha Nkoy, un nain politique en remplacement d'une icône comme Étienne Tshisekedi.

- Le processus électoral qui aurait dû tendre vers la fin bat toujours de l'aile,

- La décrispation politique figurant dans l'Accord de la Saint Sylvestre est mise à mal : des opposants comme Moïse Katumbi ne peuvent toujours pas rentrer au pays, ceux qui sont prison comme Diomi Ndongala, Franck Diongo, Huit Mulongo y croupissent toujours,

- Les manifestations de l'opposition sont toujours interdites,

- Le corps de l'opposant historique Étienne Tshisekedi est toujours interdit d'enterrement au pays.

À tous ces problèmes et à bien d'autres, que dira Joseph Kabila ?

Aura-t-il enfin le courage de dire, qu'il va quitter le pouvoir, ne pouvant plus se représenter ? 

 

Bruxelles, le 22 septembre 2017

Cheik FITA

 

 

Assemblée générale Soixante-douzième session

9 heures 15e et 16e séances plénières

Salle de l’Assemblée générale

1. Paul Biya, Président de la République du Cameroun

2. Taneti Maamau, Président et Chef du Gouvernement de la République de Kiribati

3. Faustin Archange Touadera, Président de la République centrafricaine

4. Suite du débat général [point 8]

- Pavel Filip, Premier Ministre de la République de Moldova

- Charles Michel, Premier Ministre du Royaume de Belgique

- Lyonchoen Tshering Tobgay, Premier Ministre du Royaume du Bhoutan

- Edi Rama, Premier Ministre de la République d’Albanie

- Joseph Muscat, Premier Ministre de la République de Malte.

- Allen Michael Chastanet, Premier Ministre de Sainte-Lucie,

- Jose Ulisses Correia e Silva, Premier Ministre de la République de Cabo Verde

- VietNam

- Cuba

- Tunisie

- Thaïlande

- Australie

- Hongrie

- Algérie

- Kenya

- Islande

-Suède

15 heures 17e et 18e séances plénières

Salle de l’Assemblée générale

1. Roi Tupou VI, Roi du Royaume des Tonga

2. Suite du débat général [point 8]

- Manasseh Sogavare, Premier Ministre des Îles Salomon

- Zoran Zaev, Président du Gouvernement de l’ex-République yougoslave de Macédoine

- Hailemariam Desalegn, Premier Ministre de la République fédérale démocratique d’Éthiopie

- Antoni Martí Petit, Chef du Gouvernement de la Principauté d’Andorre

- Hassan Ali Khayre, Premier Ministre de la République fédérale de Somalie

- Thomas Motsoahae Thabane, Premier Ministre du Royaume du Lesotho

- Saint-Vincent-et-les Grenadines,

- Cambodge

- Belize

- Saint-Marin

- Liechtenstein

- Grèce

- Barbade

- Émirats arabes unis

- Mongolie

-Bénin

- Brunéi

- Darussalam

- Malaisie

- Sierra Leone

 

Assemblée générale Soixante-douzième session

Samedi 23 septembre 2017

9 heures 19e et 20e séances plénières Salle de l’Assemblée générale

1. Joseph Kabila Kabange, Président de la République démocratique du Congo

2. Suite du débat général [point 8] No 2017/182 Journal des Nations Unies

Vendredi 22 septembre 2017

6 Taban Deng Gai, Premier Vice-Président de la République du Soudan du Sud

- Yosiwo George, Vice-Président des États fédérés de Micronésie

- Sher Bahadur Deuba, Premier Ministre de la République fédérale démocratique du Népal

- Peter Paire O’Neill, Premier Ministre de l’État indépendant de Papouasie-Nouvelle-Guinée

- République arabe syrienne

- Inde

- Djibouti

- Arabie saoudite

- Bahamas

- Philippines

- Singapour

- Bahreïn

- République démocratique populaire lao

- Irlande

- République populaire démocratique de Corée

15 heures 21e et 22e séances plénières

Salle de l’Assemblée générale Suite du débat général [point 8]

- Érythrée

- Suriname

- Soudan

- Îles Marshall

- Oman

- Trinité-et-Tobago

- Tchad

- Jamaïque

-Maldives

- Burundi

- Niger

- Grenade

- Dominique

- République-Unie de Tanzanie

- Norvège

72è session de l'AG de l'ONU, Joseph Kabila parle le 23 septembre à 9h00
Repost 0
Published by Cheik FITA
21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 04:18
Document. Compte-rendu de la réunion sur la RD Congo en marge de l'AG de l'ONU (72ème session)

Le trio Kabila-Tshibala-Nangaa

doit organiser les élections avant le 31 décembre 2017

Le rapport de la réunion de la réunion sur la République démocratique du Congo en marge de la 72ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies est explicite : il 

« ... a souligné la nécessité de renforcer les mesures de renforcement de la confiance pour créer des conditions propices à la poursuite et à la conclusion fructueuse du processus électoral. Les participants ont réaffirmé la centralité de l'accord du 31 décembre 2016 et la nécessité de sa mise en œuvre intégrale pour ouvrir la voie à la tenue rapide d'élections libres, équitables, pacifiques et crédibles en République démocratique du Congo.
 
3. La réunion a souligné que la mise en œuvre rapide et complète de l'accord du 31 décembre 2016 est essentielle pour soutenir la légitimité des institutions de transition. »

En termes non diplomatiques : Il doit y avoir des élections en RD Congo avant le 31 décembre 2017, en application de l'accord du 31 décembre 2016.

C'est une obligation pour le trio Kabila-Tshibala-Nangaa.

Ainsi, toutes les manœuvres de ce trio pour qu'il n'y ait pas élections avant le 31 décembre 2017, n'auront pas l'appui de l'ONU.

Mais sachant que le seul logiciel qui fonctionne dans le clan Kabila c'est celui de se maintenir au pouvoir, même après le 31 décembre 2017, « Le Rassemblement » et la société civile ont été bien inspiré de publier depuis New York un communiqué d'une transition sans Joseph Kabila. C'est le plan B.

Ainsi, en même temps qu'il faut se préparer pour la présidentielle et les législatives avant fin 2017, en même temps il faut continuer la pression pour que le clan Kabila soit bouté dehors, au cas où il s'avérait qu'il n'y aurait pas élections, suite à un sabotage.

Ci-dessous, le rapport de la rencontre sur la RD Congo à l'ONU, en marge de la 72è session de l'assemblée générale de l'ONU.

NOTA BENE. Traduction google.

Bruxelles, le 21 septembre 2017

Cheik FITA

Note aux correspondants: Réunion sur la République démocratique du Congo en marge de la 72ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies

Résumé du président
 
 
1. Le 19 septembre 2017, les Nations Unies ont convoqué une réunion sur les préparatifs des élections en République démocratique du Congo au siège de l'Organisation des Nations Unies à New York, en marge du débat général de la soixante-douzième session du Assemblée générale des Nations Unies. La réunion a convenu d'une approche coordonnée impliquant les Nations Unies, l'Union africaine, l'Union européenne, l'Organisation internationale de la Francophonie et la Communauté de développement de l'Afrique australe, notamment par la création d'une équipe coordonnée d'experts, afin de faciliter la mobilisation de le soutien politique, technique, financier et logistique requis, conformément à la résolution 2348 (2017), pour assister la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI)
 
2. La réunion s'est félicitée de l'engagement exprimé par les autorités de la République démocratique du Congo de respecter la Constitution et a souligné la nécessité de renforcer les mesures de renforcement de la confiance pour créer des conditions propices à la poursuite et à la conclusion fructueuse du processus électoral. Les participants ont réaffirmé la centralité de l'accord du 31 décembre 2016 et la nécessité de sa mise en œuvre intégrale pour ouvrir la voie à la tenue rapide d'élections libres, équitables, pacifiques et crédibles en République démocratique du Congo.
 
3. La réunion a souligné que la mise en œuvre rapide et complète de l'accord du 31 décembre 2016 est essentielle pour soutenir la légitimité des institutions de transition. À cet égard, les participants ont exhorté les parties prenantes congolaises à redoubler d'efforts pour se préparer à la tenue rapide d'élections présidentielles et législatives gratuites, équitables, pacifiques et crédibles, conformément aux dispositions de l'accord du 31 décembre 2016 et, en parallèle, prendre un renforcement de confiance supplémentaire mesures, conformément à l'accord, afin de créer un environnement propice à la réussite du processus électoral.
 
4. La réunion a reconnu les progrès réalisés par la CENI dans l'enregistrement des électeurs, avec l'aide de la MONUSCO et le suivi de l'Organisation internationale de la Francophonie, et a souligné la nécessité d'une publication anticipée d'un calendrier électoral et d'un budget, selon l'accord du 31 décembre 2016. La réunion prend note de l'engagement répété des autorités de la République démocratique du Congo à financer le prochain cycle électoral, malgré les difficultés budgétaires auxquelles le gouvernement fait face. Les participants ont également encouragé les donateurs à financer le fonds multi-partenaires pour le Projet d'Appui au Cycle Electoral au Congo (PACEC) pour soutenir le processus électoral dès que ces éléments essentiels seront convenus et formalisés.
 
5. En ce qui concerne la situation sécuritaire, la réunion a souligné la nécessité du respect scrupuleux des droits de l'homme et des efforts renouvelés dans la lutte contre l'impunité en République démocratique du Congo, en particulier en raison du meurtre de civils par Etat et non- les acteurs de l'État, tandis que l'ONU a souligné son engagement à travailler de manière constructive avec les autorités congolaises pour relever les défis persistants à cet égard.
 
6. Les participants se sont également inquiétés de la crise de la sécurité et de l'humanité en RDC, aggravée par les activités déstabilisatrices des groupes armés étrangers et domestiques, et ont encouragé une coopération régionale renouvelée pour faire face aux cycles récurrents de violence, y compris au moyen du prochain Mécanisme régional de surveillance prévu le 19 octobre à Brazzaville, République du Congo. Ils ont encouragé un soutien international soutenu à l'aide humanitaire en République démocratique du Congo et ont souligné la nécessité d'un soutien global pour atténuer les souffrances des populations et pour fournir des secours aux pays hôtes recevant des réfugiés congolais. La réunion a en outre appelé à un groupe de donateurs plus diversifié, y compris aux États membres des régions économiques émergentes,
***** 
Participants 
1. Union africaine 
2. République démocratique du Congo 
3. Union européenne 
4. Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC) 
5. Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) 
6. Conférence internationale pour la région des Grands Lacs 
7. Organisation Internationale de la Francophonie 
8. France 
9. Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord 
10. Fédération de Russie 
11. République populaire de Chine 
12. Représentant du groupe de contact international (Pays-Bas) 
13. Nations Unies

Document. Compte-rendu de la réunion sur la RD Congo en marge de l'AG de l'ONU (72ème session)
Repost 0
Published by Cheik FITA
21 septembre 2017 4 21 /09 /septembre /2017 02:46
Mille fois merci

 

 

Mille fois merci.
Le 9 septembre 2017,
la disparition soudaine de notre fils, beau-fils, frère, mari et père, Kasongo Dibwe Fita Benjamin nous avait subitement précipité au fonds du ravin de chagrin et de désespoir.
Depuis ce trou obscur,
des messages de compassions,
de soutien et d'encouragements ont commencé à nous parvenir, des assistances de tout genre
se sont manifestées,
des centaines de présences humaines
se sont jointes à notre désarroi…
Comme des fils qui nous étaient lancés
au dessus de nos têtes.
Heure après heure, jour après jour,
ces fils ont finalement constitué une corde si longue et si solide que nous nous y sommes agrippés.
Dans sa remontée, cette corde nous a lentement hissé vers la lumière et nous avons pu enfin sortir de l'obscurité,
percevoir de nouveau les rayons de la vie et de l'espoir, nous en abreuver.
Merci à chacune et chacun de vous pour tous ces fils salvateurs.
Mille fois merci.
Famille Dibwe Fita
Famille Mutamba Paul
Famille Kasongo Dibwe Fita Benjamin
Famille Cheik FITA

 



 

 

 

Mille fois merci
Repost 0
Published by Cheik FITA
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 16:08
Paul Nsapu : « A l'ONU , notre communiqué dénonçant les mensonges des Kabilistes atteindra tout le monde »

Mardi 19 septembre 2017 à Bruxelles, entre deux avions ,Paul Nsapu de la FIDH a bien voulu accorder une interview à l'Info en Ligne des Congolais de Belgique à propos du communiqué de presse publié depuis New York, concernant l'après-Kabila.

La 72è session de l'Assemblée Générale de l'ONU se tient à New York, et beaucoup d'enjeux politiques s'y jouent.

Une délégation du régime Kabila y séjourne.

Pour Paul nsapu, la mission principale des kabilistes à l'ONU est d'aller mentir, peindre positivement la situation du pays, et en profiter pour tenter de convaincre le monde qu'il faut encore deux ans à Joseph Kabila et à la CENI pour organiser les élections.

« Pures mensonges s'est exclamé Paul Nsapu. D'où l'idée de diffuser ce communiqué et mieux, de le faoire parvenir à tous les délégués .

« Il faut une transition sans Kabila, sans la CENI dans sa formule actuelle » Et le manifeste du citoyen congolais « ESILI » servira de feuille de route pour les congolais.

Plus de détails dans les deux vidéos ci-dessous :

- La première en français,

- La deuxième en Lingala.

 

Bruxelles, le 20 Septembre 2017

Cheik FITA

 

Paul Nsapu : « A l'ONU , notre communiqué dénonçant les mensonges des Kabilistes atteindra tout le monde »
Repost 0
Published by Cheik FITA
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 13:11

Mercredi 20 septembre 2017

Il est 13h00, heure de Kinshasa, des paisibles citoyens sont allés au ministère des affaires étrangères à propos de leurs passeports semi-bio, pour juste déposer un mémo...

conséquences, tous arrêtés, embarqués dans des vehIcules de la police, direction ; IPKIN, 

Une trentaine de personnes...

images brutes 

 

 

Repost 0
Published by Cheik FITA

ANNONCES...MESSAGES

 

Lu pour vous, A propos de la surfacturation du passeport congolais, cri d'une victime de l'arnaque: 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens