Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

 

Vidéo du slogan-phare des congolais jusqu'au 20 décembre 2016

kabila oyebela

Suivez  attentivement cette Vidéo.Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou: comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo… Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 06:17

Qu’il fasse mal ou ne plaise pas à certains esprits, un constat s’impose aujourd’hui devant l’opinion publique dans notre pays : les conditions actuelles de fonctionnement de nos universités et instituts supérieurs excluent les enfants des catégories modestes des auditoires. Il serait mensonger de prétendre le contraire, particulièrement lorsqu’on réexamine le parcours d’un étudiant, dès son admission dans un auditoire, jusqu’à la fin de ses études. Plusieurs pesanteurs font qu’il peut se retrouver éjecté de l’université ou de l’institut supérieur au moment où il s’y attend le moins. Parmi ces pesanteurs viennent en première place les frais académiques qui oscillent, selon l’institution publique ou privée de formation universitaire, entre 400 et 700 dollars américains pour toute l’année académique. Des montants payables en totalité et en une seule fois dans les classes de recrutement. Toutefois, devant la misère criante de la grande masse des étudiants, les autorités académiques des institutions universitaires publiques acceptent à contrecœur un payement à deux tranches rapprochées.

Devant ces taux exorbitants de frais académiques, il convient de se rappeler que le salaire moyen d’un Congolais dans l’Administration publique est actuellement de 100 dollars américains ; un salaire insuffisant pour satisfaire les besoins sociaux de base d’un ménage de cinq à dix personnes (les deux parents y compris). Un observateur averti se posera immédiatement la question de connaître la provenance d’autres ressources qui aideront à supporter les études non seulement au niveau universitaire, mais aussi et surtout au niveau fondamental qu’est l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP). Ce regard jeté sur les ressources des ménages congolais souligne le calvaire que chaque ménage doit subir pour faire étudier sa progéniture. Même les autorités du gouvernement qui exécutent chaque année le Budget national connaissent cette réalité. En faisant un effort de mémoire, tout étudiant ayant fréquenté les auditoires des universités publiques a cherché à savoir le début de cette galère pour le situer vers les années 80’. Ce sont-là les années fatidiques qui ont consacré la suppression par le gouvernement de plusieurs avantages accordés à l’Enseignement supérieur et universitaire parmi lesquels figurent la bourse d’études, la restauration, la gratuité des syllabus, le transport, etc.
Un commerce prospère pour les professeurs : vente des syllabus et direction des mémoires
Avant la suppression de ces avantages, les professeurs n’exigeaient pas l’achat des syllabus de leurs cours par les étudiants ; cela conformément au règlement universitaire qui n’impose pas aux étudiants l’achat des syllabus pour bien suivre les cours. Et les professeurs rendaient disponibles les syllabus à la fin de leurs enseignements. En outre, les professeurs qui acceptaient de diriger un Travail de Fin de Cycle n’étaient pas rémunérés et cela faisait partie de leurs tâches universitaires. Cette situation a totalement changé. Un étudiant ne peut espérer voir un professeur ou un assistant accepter de diriger son travail de graduat ou de licence (mémoire) s’il ne met pas la main à la poche. Dans plusieurs instituts et universités, les professeurs qui acceptent cette direction se font payer doublement : alors que le règlement n’autorise qu’une somme modique pour le dépôt d’un travail, les professeurs exigent en catimini d’autres sommes aux finalistes pour le directeur, le co-directeur et le lecteur. L’étudiant finaliste doit ainsi prévoir de dépenser entre 150 et 200 dollars américains. 
La vente des syllabus est aussi devenue un autre fléau de l’enseignement supérieur et universitaire. Chaque chapitre d’un cours, fait actuellement l’objet d’un syllabus que chaque étudiant, quelle que soit l’année d’étude, doit obligatoirement acheter, au prix «souverain» fixé par le professeur. Ceux qui sont assez paresseux pour confectionner un syllabus recourent carrément aux travaux pratiques qu’ils font payer ou carrément à un vieux syllabus acheté pendant leurs études. Ils vont demander aux étudiants de le photocopier et de payer au professeur « un droit d’auteur ». Ces achats et photocopies constituent en réalité le droit pour réussir à ces cours et gare à l’étudiant qui oserait faire le malin ; il ne s’en prendra qu’à lui-même et sera sanctionné par le manque de cotes et de l’échec à la fin de l’année. Un tel étudiant, quelle que soit son intelligence, est condamné au redoublement et à être chassé de l’institution d’enseignement. La vente des syllabus répond aussi aux besoins domestiques des professeurs : un besoin d’argent à la maison est résolu par la vente obligatoire d’un syllabus sur une partie du cours. Nul besoin d’indiquer qu’un tel comportement provoque la prostitution, la baisse du niveau d’enseignement et le trafic d’influence sur les campus universitaires. Par ailleurs, les enfants des professeurs sont protégés et promus au seul motif « qu’ils sont de la famille », et nombreux sont ceux qui terminent « tête vide ». 

Payer les bourses d’études des étudiants

Plus il y a des étudiants dans un auditoire, au-delà des normes académiques, plus les professeurs peuvent mieux vendre leurs syllabus et plus l’établissement d’enseignement peut espérer réunir des moyens de fonctionnement nécessaires. Cette situation interpelle le gouvernement qui est à l’origine de la suppression des avantages qui étaient autrefois dus au secteur de l’enseignement supérieur. Il est vrai qu’actuellement les professeurs congolais sont bien payés, mais le gouvernement devra instituer un contrôle rigoureux de leurs actes académiques et leur interdire certaines prestations, telles les cabinets politiques ou plusieurs cumuls dans plusieurs universités sans pour autant soigner leurs cours. En outre, les bourses d’études prévues dans les différents budgets annuels de l’Etat doivent être payées pour soulager les parents.

SAKAZ

Journal le phare, Kinshasa

Lu pour vous. RD Congo, l’université interdite aux pauvres

Partager cet article

Published by Cheik FITA/SAKAZ - dans cheikfitanews

ANNONCES...MESSAGES

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens