Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

 

Vidéo du slogan-phare des congolais jusqu'au 20 décembre 2016

kabila oyebela

Suivez  attentivement cette Vidéo.Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou: comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo… Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

19 août 2015 3 19 /08 /août /2015 10:49

Entre l’exigence démocratique de l’alternance au pouvoir, et l’instinct « légitime » de la conservation du pouvoir…

COMMENT EVITER LES SCHEMAS ET LES CHEMINS DU CHAOS  POUR  LA RDC EN 2016 ?

_____________________________

par Tshivis T. Tshivuadi.*

Secrétaire Général de JED, journaliste en danger

 Dans son speech prononcé dans les jardins de sa résidence, à l’occasion de la célébration, le 14 juillet 2014, de la fête nationale de son pays, l’Ambassadeur de France en RDC, M. Luc Hallade, déclarait ce qui suit, à propos des échéances politiques en cours : « …Plutôt que de vous parler du calendrier électoral ou de réforme de la Constitution, je voudrais aborder cette  question sous l’angle de la stabilité et de la sécurité. En effet, pour se développer, un pays, quel qu’il soit, a besoin de ces deux piliers pour réussir à enclencher une dynamique positive ». Et d’ajouter : « La stabilité n’est pas synonyme de statu quo.  La stabilité, c’est le fonctionnement régulier des Institutions et des pouvoirs publics, le respect des libertés publiques consacrées par la Constitution. C’est enfin le respect d’une règle de base de fonctionnement de toute démocratie : la possibilité d’une alternance au pouvoir, sanctionnée par des élections libres transparentes et inclusives ».

Concernant, la sécurité, l’ambassadeur français déclare que ce n’est pas  seulement d’assurer que les FARDC disposent des troupes et du matériel nécessaire pour défendre l’intégrité de son territoire, mais  c’est aussi la liberté d’aller et de venir à l’intérieur des frontières, dans toutes les provinces, sans risquer de se faire agresser, violer ou tuer ».

Ce discours qui est celui que tiennent désormais tous les diplomates à Kinshasa, traduit également la position officielle des Etats Unis sur la RDC quant ils encouragent le Président Kabila à faciliter l’alternance et le bon fonctionnement des Institutions.

Et le dernier sommet USA-Afrique qui s’est tenu à Washington, sur fonds d’un Appel pressant des Etats-Unis au respect de l’alternance politique,  en est une illustration.. Et citant l’exemple de l’ancien président sud-africain, Nelson Mandela, John Kerry a affirmé que la plupart des peuples d’Afrique étaient favorables à une limitation à deux mandats pour leurs dirigeants. « Nous pressons les dirigeants de ne pas modifier les Constitutions pour leurs bénéfices personnels ou politiques », a-t-il assuré.

Depuis que les débats s’enveniment,  sur les intentions réelles ou supposées de la majorité au pouvoir de modifier la Constitution pour permettre au Président  Kabila de rester au pouvoir, on assiste, dans les médias ou ailleurs, à une véritable guerre de tranchées entre les radicaux de l’opposition et ceux de  la majorité. Entre ceux qui soutiennent l’exigence démocratique de l’alternance au pouvoir, et ceux qui défendent leur « instinct  légitime » de conserver le pouvoir.

Mais le plus étonnant dans cette passe d’armes, c’est qu’aucun de ces protagonistes ne présente clairement les schémas ou les chemins qu’il faut emprunter pour conserver le pouvoir ou pour assurer l’alternance au pouvoir, avec la garantie de la paix, de la stabilité et de la sécurité du pays, avec  ou sans Kabila au pouvoir, après 2016. Cette  paix, cette stabilité et cette sécurité de la RDC qui constituent les préoccupations majeures de la Communauté internationale aujourd’hui. Non seulement en raison des leurs propres intérêts  dans un pays qui regorge des potentialités et des richesses inouïes, mais aussi en raison de sa situation stratégique  au cœur de l’Afrique, dans le maintien de  la paix et de la stabilité régionale.

Il convient de rappeler également que la préoccupation sécuritaire et la stabilité régionale constituent le fondement de l’Accord Cadre du 24 février 2013 signé à Addis-Abeba par 11 pays et de la Résolution 2098 du Conseil de sécurité, et justifient certaines « interférences » de cette même Communauté internationale dans le débat national congolais, sur des questions telles que le processus démocratique,  le calendrier électoral, la modification de la Constitution, etc

Selon plusieurs observateurs avertis de la scène politique et des pouvoirs en place en Afrique, « en cherchant à réviser les Constitutions de leurs pays, les chefs d’Etat africains ne cherchent pas tant à s’accrocher au pouvoir mais manifestent plutôt la peur de perdre le pouvoir, et de pouvoir rendre compte de leurs gestions ou de pouvoir être l’objet de règlements des comptes de la part de leurs adversaires  ou ennemis politiques.  Les exemples récents d’anciens chefs d’Etats qui ont été soit arrêtés  soit malmenés après avoir quitté le pouvoir sont légion. La peur étant un sentiment naturel. Ils sont aidés en cela par des entourages des courtisans prêts à tous pour conserver des positions personnelles acquises,  mais aussi par une certaine opposition qui brille par sa médiocrité et qui ne donne aucune garantie qu’elle peut constituer une alternative crédible à des pouvoirs qui ont failli, certes, mais constituent peut-être le moindre mal ».

A titre illustratif, les surenchères actuelles de l’opposition congolaise menaçant de traduire ou de déférer le Président Kabila à la CPI aussitôt qu’il aura quitté le pouvoir, ne sont pas de nature à faciliter une alternance pacifique que tout le monde appelle de tous ses vœux face à un Pouvoir déterminé à se maintenir et qui contrôle tout l’appareil de l’Etat (Armée, police, services de sécurité).

La fermentation haineuse des esprits qui s’observe entre les radicaux de l’opposition et ceux de la majorité autour des échéances politiques de 2016 est un véritable poison qui prélude d’un chaos dont personne ne peut prédire les conséquences pour un pays encore fragile à plusieurs égards.

Nul doute qu’au cœur de cette grande hypothèque sur l’avenir, se trouve le destin d’un homme, Joseph Kabila, et d’un pays, la République démocratique du Congo. Jamais aussi, le destin d’un homme seul  n’était autant lié avec celui de tout un pays.

Alors que le Chef de l’Etat en poste, Joseph Kabila, ne s’est pas encore officiellement prononcé pour une révision de la Constitution qui lui permettrait de rempiler, il est plus que temps et  urgent de désarmer les esprits, et d’arrêter de jouer à se faire peur.

L’après-Kabila, s’il doit avoir lieu un jour, doit se négocier maintenant pour assurer une sortie « honorable » à un homme dont les actions et les réalisations marqueront certainement l’histoire de ce pays. Il s’agit de préparer une sortie qui puisse préserver les acquis de la paix, de la sécurité et de la stabilité d’un pays encore aux prises avec ses démons des guerres et des rebellions, menacé de partition ou de balkanisation à causes des convoitises étrangères, et en situation de quasi mise sous tutelle des Nations Unies qui y ont positionné 17 000 casques bleus.

A cet égard,  la polémique actuelle autour de la fin du mandat du Président de la République devrait cesser d’être un débat juridique ou d’idéologie, pour être posée en termes de la survie de la Nation après 2016, avec ou sans Kabila. Non pas parce que Kabila serait le meilleur  ou l’homme providentiel pour la RDC, mais uniquement parce que le successeur de l’actuel Chef de l’Etat doit garantir et assurer la survie de la Nation, le bon fonctionnement des Institutions, la paix, la sécurité et la stabilité du pays.

C’est ici que se pose ou devrait se poser la question de l’Hommes ou des hommes capables d’incarner une alternative crédible de paix, de sécurité et de développement après Joseph Kabila, soit en interne dans la Majorité actuelle, soit du coté de l’opposition. Il s’agit surtout  de penser l’avenir de la RDC en termes de projet alternatif de récupération de la souveraineté nationale et de reconstruction de l’Etat.

QUE FAIRE ALORS ?

Maintenant que la trêve observée à l’issue de la tenue des Concertations Nationale destinée à sceller la réconciliation nationale, a été rompue par une longue attente déçue de la formation du gouvernement dit de cohésion nationale ;

Maintenant qu’une frange de l’opposition qui avait boudé les Concertations Nationales appelle à nouveau au dialogue avec le Président de la République et sa majorité ;

Maintenant que la Communauté internationale qui craint plus que tout que la RDC avec un potentiel de risque d’éclatement  100 fois plus que celui de la Centrafrique, ne bascule à son tour dans la violence, accentue les pressions sur le Pouvoir en place à Kinshasa, et les mises en garde contre toute tentative de tripatouillage de la Constitution qui permettrait au Président Kabila de se représenter pour un nouveau mandat ;

Maintenant que les derniers événements du 22 juillet au Camps Tshatshi, dans l’attaque dite des adeptes de Mukungubila, ont démontré à quel point les menaces de déstabilisations demeurent réelles ; et que les menaces d’implosion  de la RDC ne sont pas une vue d’esprit en cas de conflit politique majeur ;

Ayant à l’esprit ces déclarations fortes  et ces mots aussi puissants que juste, du Président  Kabila lui-même quand il déclarait, le 23 octobre 2013, à l’issue des Concertations nationales, et devant l’Assemblée nationale et le Sénat réunis en Congrès au palais du peuple, notamment que :

  « Pour changer le Congo, nous devons d’abord nous-mêmes changer dans notre manière de vivre ensemble, de faire la politique, de gérer l’Etat et la communauté nationale…

Quels que soient les efforts sur le plan du développement, notre économie ne saurait atteindre sa vitesse de croisière dans une ambiance de corruption, de détournement des deniers publics, de coulage des recettes publiques et d’enrichissement illicite. 

Nous avons le devoir de rendre à notre pays ses lettres de noblesse, de lui redonner sa voix et son poids dans le concert des Nations compte tenu de ses nombreuses potentialités.

C’est à ce prix, et à ce prix seulement que, grâce aux Concertations nationales demain sera différent d’aujourd’hui.

Vous l’avez compris, c’est donc à un nouveau départ que je convie ce jour le peuple congolais » ;

Conscient de l’immense espoir que suscite les projets  de la modernisation du pays  initiés par le Chef de l’Etat actuel,  et dont les effets visibles ne sont pas à démontrer, mais néanmoins en butte aux exigences constitutionnelles de l’alternance au pouvoir et de la limitation des mandats présidentiels, qui oblige le Président à passer la main ;

Face à sa responsabilité historique, et à son destin  personnel qui lui incombe de transformer le spectre du chaos que d’aucuns redoutent à l’horizon 2016, en une fenêtre d’opportunités qui lui permettra de sortir de la scène politique par la grande porte, pour entrer dans l’Histoire avec grand « H » en donnant l’exemple aux autres pays et Chefs de l’Etat confrontés à la même problématique de l’alternance au pouvoir ;

Le Président de la République Joseph Kabila, en sa qualité d’autorité suprême du  pays, placé au dessus des considérations partisanes, devrait garder l’initiative de l’apaisement et du désarmement des esprits, en se prononçant clairement  et courageusement sur son avenir politique, accepter de passer la main en 2016, et préparer dès maintenant sa succession.

Pour saisir la main tendue de la frange radicale de l’opposition qui appelle au dialogue, et compte tenue des expériences du passé qui ont vu des initiatives de dialogue ou de concertations des politiciens terminer en eau de boudin, il serait impérieux  pour le Président de la République , autour duquel toutes les négociations devraient se dérouler, d’initier dès à présent, et  en toute discrétion une mission des bons offices  ou de médiation.

Cette Mission de bons offices, conduite en toute discrétion, par un homme ou un groupe d’hommes, nationaux ou étrangers, revêtus d’une notoriété et d’une respectabilité éprouvée, sera chargée de renouer le fil du dialogue avec toutes les parties prenantes (Majorité présidentielle, opposition, représentants de la Communauté internationale, Société civile…) pour préparer la sortie « honorable » d’un homme qui aura  tout donné pour sauver sa patrie,  et dont le peuple et le monde reconnaissants  de son dévouement et de son sens de l’intérêt général  sauront lui être gré,  et revêtiront  sa personne de tout  le respect dû à l’homme et à sa grandeur d’âme.

Mais pour y arriver,  il reste une hypothèque majeure : c’est le temps. Le temps qui court pour le Pouvoir en place face à la date butoir de 2016,  et qui exige que des choix difficiles, pour l’avenir de la Nation, soient opérés courageusement dès à présent, et sans plus de tergiversation,  pour sauver ce qui peut l’être encore.

_______________________________

Tshivis T. Tshivuadi est Secrétaire Général de Journaliste en danger (JED)

ONG de défense et de promotion de la liberté de la presse

374, avenue colonel Mondjiba. Galerie St Pierre. 1er Niveau.

Kinshasa/Ngaliema. B.P.: 633 Kinshasa 1

Télphones: +243 819 996 353 - 099 99 96 353

Web: www.jed-afrique.org

République Démocratique du Congo

 

Partager cet article

Published by Cheik FITA-Tshivis T. Tshivuadi - dans cheikfitanews

ANNONCES...MESSAGES

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens