Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=-J5ObUKrHmw

 

 

 

 

 

http://www.cheikfitanews.net/2017/03/elections-au-rassemblement-temoignage-de-celui-qui-a-pilote-le-processus.html

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=0quPBiMbkpo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=b82o4074eXI&t=72s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=sSkgK9Ux0LA&t=424s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=SoYmgRJwLic

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=V6v6vSD8K8Q&t=9s

Vidéo du slogan-phare des congolais

pour fin mandat de J. Kabila

kabila oyebela

réserve photos du site

Suivez  attentivement cette Vidéo.

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 07:52
Lu pour vous . Joseph Kabila au journal der Spiegel : « Je ne vais pas me suicider après le pouvoir»

 

Nos confrères du journal allemand Der Spiegel ont eu l’opportunité d'interviewer le Président Joseph Kabila.

La RD Congo traverse actuellement une crise politique profonde caractérisée par la présence à tous les niveaux du pouvoir des personnes dont les mandats sont terminés.

Les Congolais voudraient que cette situation de crise prenne rapidement fin.

Parmi les solutions à cette situation, il y a l'organisation rapide des élections.

Les Congolais se posent aussi un certain nombre de questions :

- Joseph Kabila facilitera-t-il l’organisation des élections ?

- Finira-t-il par partir du pouvoir à l'issue de ces élections ?

- Ou a-t-il ou non un plan caché de référendum ?

Que chacun se fasse une opinion en lisant ci-dessous l'intégralité de cette interview en français, traduction google, et le lien pour lire l'interview originale en Anglais.

ILCdB

Info en Ligne des Congolais de Belgique

ooooOOOOoooo

 

Le Président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, dont le mandat aurait dû se terminer, ne semble pas vouloir renoncer. Dans une interview de SPIEGEL, il discute des retards dans les élections et n'exclut pas la possibilité d'un troisième mandat.

Spiegel: Monsieur le Président, pourquoi rendez-vous rarement les apparences publiques?

Kabila: Je crois que ce qui est beaucoup plus important n'est pas ce que vous dites, mais ce que vous faites. Et je suis faisur.

Spiegel: vous avez régné depuis 16 ans.Qu'as-tu réalisé jusqu'ici?

Kabila: En janvier 2001, lorsque j'ai prêté serment, le pays a été divisé - nous avons eu des combats à l'est, nous avons eu une ligne de front de 3 000 kilomètres (1 644 milles), nous avons eu quatre ou cinq armées distinctes déployées en République Démocratique République du Congo. Notre économie était presque inexistante. Notre infrastructure était très mauvaise. Nous avons eu une situation d'anarchie. Quelle est la situation actuelle? Nous avons un pays uni. Nous avons une monnaie unique. Nous avons réussi à stabiliser l'économie malgré les difficultés. Nous pourrions parler toute la journée de toutes ces réalisations.

SPIEGEL: Mais de l'extérieur, la situation dans votre pays est perçue de manière très différente. L'une des plus grandes déceptions de l'Europe et de l'Ouest est le report des élections démocratiques après la date limite des élections du 19 décembre qui a eu lieu l'année dernière. Vous n'avez pas non plus démissionné.

Kabila: cette déception est une déception pour moi. En 2011, le même Ouest voulait que nous reporter les élections. À l'époque, nous avons insisté pour que ces élections se déroulent comme prévu.

Kabila: c'est principalement parce que nous n'étions pas bien préparés. En 2011, nous avons eu 32 millions d'électeurs inscrits, maintenant nous avons entre 42 et 45 millions d'électeurs inscrits auxquels nous devons répondre. La deuxième et la plus importante raison: après 2011, le groupe rebelle M23 à l'est du pays a commencé une guerre. Nous devions mettre toutes nos ressources à la disposition des forces de défense. Les élections d'alors n'étaient donc pas prioritaires. Nous ne financerons pas les élections quand nous devons nous battre pour gagner le territoire occupé. Ce sont les deux principales raisons pour lesquelles les élections n'ont pas eu lieu à la fin de l'année dernière. Vous pouvez organiser des élections chaque jour, même demain. Mais ce qui sera le résultat d'élections chaotiques? Plus de chaos!

SPIEGEL: La date limite de l'élection manquée a déclenché des émeutes sanglantes. À la suite, la Conférence congolaise des évêques catholiques a négocié un accord entre le gouvernement et l'opposition, y compris votre promesse de tenir des élections d'ici la fin de cette année.

SPIEGEL: Alors, pourquoi est-il possible de tenir des élections en période très difficile alors, mais pas aujourd'hui?

Kabila: Je ne l'ai rien promis. J'aimerais que les élections se déroulent le plus tôt possible. Mais nous voulons des élections parfaites, pas seulement toutes sortes d'élections. Et c'est la commission électorale qui organise les élections dans ce pays - c'est ce que la plupart des gens oublient. Nous avons une commission indépendante qui, conformément à notre constitution, est chargée d'organiser les élections. Cette commission travaille déjà et les résultats sont positifs. Nous nous dirigeons vers 24 millions d'électeurs déjà inscrits. Nous avançons.

Spiegel: on pourrait avoir l'impression qu'il n'y a pas de volonté politique sincère de tenir ces élections. Certaines personnes soupçonnent que vous souhaitez changer la constitution, ce qui inclut les limites du mandat du président après deux périodes législatives de cinq ans. Veux-tu le faire?

Kabila: Quand ai-je parlé de changer cette règle? Personne d'aujourd'hui ne peut produire une déclaration orale ou écrite de moi qui parle de changer la constitution.

SPIEGEL: C'est une occasion parfaite de clarifier tout.

Kabila: J'ai précisé cela. Tout ce bruit sur le changement de la constitution est juste un vrai bêtisse.

SPIEGEL: Pourtant, il y a le soupçon que vous suivriez l'exemple des présidents du Burundi, du Rwanda, de l'Ouganda ou du Congo et modifiez la constitution pour prolonger votre temps au bureau.

Kabila: Si vous voulez parler de pays qui ont changé leurs constitutions, parlons de pays en Europe. L'idée que c'est seulement l'Afrique qui a tendance à modifier les constitutions est biaisée et pas correcte. Changer la constitution est constitutionnel. Dans la constitution, il y a le mot «référendum». Vous pouvez modifier la constitution par référendum. Mais nous n'avons pas encore demandé un référendum. D'aujourd'hui, nous n'avons pas encore organisé de réunion ou de discussion sur la façon de modifier la constitution.

SPIEGEL: La constitution congolaise permet en quelque sorte d'interpréter qu'un troisième mandat est possible?

Kabila: notre constitution est très claire. Cette interprétation n'est pas dans la constitution.

SPIEGEL: Donc, il n'y aura pas de troisième mandat pour le président Joseph Kabila?

Kabila: Cela dépend du troisième terme. Nous n'avons pas l'intention de violer la constitution. Comment le faites-vous sans violer la constitution?

Spiegel: Peut-être parce que vous voyez une possibilité d'interpréter la constitution d'une certaine manière.

Kabila: Ni vous ni moi ne pouvons pas interpréter la constitution. Seules les cours constitutionnelles peuvent interpréter la constitution.

Spiegel: Est-ce un «non» clair?

Kabila: un non clair sur quoi?

SPIEGEL: À un troisième mandat de votre présidence.

Kabila: Je ne veux pas parler d'un troisième terme, parce que nulle part dans la constitution on parle d'un troisième terme. C'est une invention provenant de cerveaux éclairés quelque part en Europe ou ailleurs.

SPIEGEL: Ces cerveaux éclairés se demandent pourquoi le président de la République démocratique du Congo n'a pas démissionné à l'époque. Vous auriez été célébré comme le père de la démocratie congolaise, en tant que modèle pour l'Afrique. Qu'est-ce qui rend si difficile de démissionner, Monsieur le Président?

Kabila: Vous venez de vos bureaux climatisés à Berlin et à Cape Town, et j'espère que vous trouverez le temps de comprendre le Congo et ses difficultés. En tout cas, le père de la démocratie est Patrice Lumumba, le premier premier ministre après notre indépendance, qui a été assassiné dans des conditions qui, aujourd'hui, ne peuvent pas comprendre clairement. Donc, pour moi, ce titre n'est pas le plus important. Vous pouvez descendre dans l'histoire comme le père de la démocratie, mais vous pouvez également descendre comme la personne qui a provoqué le chaos simplement en descendant. La constitution est très claire quant à savoir comment et quand le président transmet le pouvoir. Il ne peut donner le pouvoir qu'à un successeur élu.

Spiegel: ce qui signifie que vous devez organiser des élections rapidement.

Kabila: Et c'est pourquoi nous travaillons 24 heures par jour pour que ces élections se déroulent.

SPIEGEL: les pays du G-20 préparent une importante initiative africaine, l'Allemagne promu même une sorte de plan Marshall pour le continent. Mais en échange, ils exigent une bonne gouvernance, des réformes politiques et des élections démocratiques. Ils s'inquiètent particulièrement de votre pays, car il n'existe actuellement plus d'institutions légitimes. Ni le président ni le parlement ne sont légitimes à ce stade.

Kabila: Ce n'est pas à l'Ouest ou à un savant pour décider si nos institutions sont légitimes ou non. C'est pour notre juridiction constitutionnelle de décider. Et deux, comme pour le plan Marshall ou quoi que ce soit, je ne crois pas en cela. Les Africains ont nourri ce genre de langue depuis 50 ans. L'Occident a exploité l'Afrique et maintenant il veut le sauver. Nous vivons avec cette hypocrisie depuis trop longtemps. L'Afrique ne peut être sauvée que par les Africains. Pourquoi parlons-nous d'un plan Marshall maintenant? C'est parce que vous voyez beaucoup d'immigrants s'installer en Europe. Et quand l'Europe sent le danger, elle doit faire quelque chose pour garder tous ces Africains à la maison où ils appartiennent. Mais cela se fait-il de bonne foi?

Non pas du tout. Donc, pour moi, c'est une hypocrisie pure.

Le président Kabila lors de son entretien: "Quand l'Europe perçoit le danger, elle doit faire quelque chose pour garder tous ces Africains à la maison où ils appartiennent".

SPIEGEL: Parallèlement, l'Allemagne fournit quelque 256 millions d'euros par an en aide à la République démocratique du Congo. C'est une autre raison pour laquelle il y a une grave déception de la part du gouvernement allemand, et ils ne savent pas vraiment s'ils ont un partenaire en vous.

Kabila: Eh bien, cela va dans les deux sens. Il y a un manque de confiance en nous, il y a également un manque de confiance en eux.

SPIEGEL: Les investisseurs considèrent la corruption comme un gros problème ici; Plusieurs millions de dollars disparaissent des institutions de l'État.

Kabila: Oui, nous avons un problème avec la corruption comme tout autre pays du monde. Nous nous rendons compte que nous prenons des mesures, c'est une lutte qui prend du temps.

SPIEGEL: Votre ancien ministre de la fonction publique a découvert que sur 1,2 million de fonctionnaires sur les livres, plus d'un demi-million n'existent pas

réellement. Mais ces salaires sont néanmoins payés et l'argent semble disparaître.

Kabila: Et comment a t-il découvert cela? Parce que nous avons lancé un nouveau programme de transparence.

SPIEGEL: Le ministre voulait réorganiser le secteur de la fonction publique, mais après un désaccord avec le gouvernement, vous avez séparé les voies et il a rejoint l'opposition.

Kabila: Il n'est pas parti à cause de ça. Il est parti parce que son parti voulait devenir l'opposition (parti), phénomène courant ici.

Spiegel: Le ministre vous a écrit une lettre rejetant le changement de constitution et un troisième mandat au président Kabila.

Kabila: Je vous ai expliqué cette question.

Spiegel: il existe d'autres gouverneurs respectés comme Moïse Katumbi. Il a fait un bon travail dans la province du Katanga dans le sud du pays. Il a essayé de travailler avec vous, mais il s'est tourné contre vous en 2015.

Kabila: Je ne veux pas être poussé à parler des individus. L'une des raisons pour lesquelles un certain nombre de personnes ont décidé d'entrer dans l'opposition étaient les réformes que nous avons menées. Le Katanga, par exemple, est plus grand que l'Allemagne. Nous avons dû le subdiviser, ce qui est constitutionnel - et nous devons respecter la loi.

Spiegel: M. Katumbi a été condamné à trois ans de prison pour prétendue fraude et a fui le pays. La Conférence des évêques catholiques a qualifié le procès d'une farce, dans le seul but de se débarrasser d'un rival politique. Vrai ou faux?

Kabila: Eh bien, ce n'est pas à moi de dire si c'est vrai ou faux. C'est au système judiciaire. Être évêque catholique ne signifie pas que vous êtes un saint. Je n'ai pas demandé aux évêques de remplacer le système de justice dans ce pays. Il n'y a pas de cas entre le gouvernement et M. Katumbi en tant qu'individu. Il doit s'occuper du système de justice dans ce pays.

Spiegel: M. Katumbi s'est engagé à revenir bientôt. Est-ce votre pire cauchemar?

Kabila: je n'ai pas de cauchemar.

Spiegel: M. Katumbi pourrait appeler les Congolais à monter des manifestations de masse. Il est possible que des millions de personnes puissent se présenter pour l'accueillir.

Kabila: Et ensuite, quoi de suite? Si vous pensez que quelqu'un est au-dessus de la loi parce qu'il a 1 ou 2 millions de personnes qui le suivent, nous ne serions pas un pays légal.

Spiegel: M. Katumbi est perçu comme un nouveau porteur d'espoir, également en Occident. Les médias influents rapportent positivement sur lui. Quelle est votre stratégie pour faire face à ce défi?

Kabila: Il n'y a pas de défi et je n'ai pas besoin d'une stratégie. Les Congolais décideront de l'avenir de ce pays. Nous parlons de la démocratie. La démocratie a été assassinée ici lorsque Patrice Lumumba a été assassiné. Et qui a ramener la démocratie dans ce pays? Nous sommes ceux qui l'avons fait après avoir poussé la dictature en 1997. Maintenant, le Congo devient un sac de boxe. Congo, Congo, Congo et les droits de l'homme. Mais nous n'agissons pas sur la base de ce que pense l'Occident.

SPIEGEL: L'Union européenne et les États-Unis ont déjà imposé des sanctions financières aux membres de haut rang de votre gouvernement, y compris à votre chef du renseignement. Les diplomates occidentaux parlent même de la possibilité de vous imposer des sanctions. Est-ce quelque chose que vous pouvez ignorer complètement?

Kabila: J'ai toujours essayé de vivre ma vie en tant que personne juste et humble. Lorsque ces sanctions ont été annoncées, l'Europe aurait dû remettre en question les personnes qui ont été sanctionnées et trouver la vérité. Cela n'a pas eu lieu. Comment l'Europe peut-elle agir équitablement? Basent-ils leurs décisions sur le ouï-dire?

SPIEGEL: Sur les évaluations qui sont basées sur la recherche de leurs officiels.

Kabila: s'il vous plaît, s'il vous plaît? Vos officiels occidentaux! Je suis tout contre le néo-colonialisme et ces actions ne font que le perpétuer.

SPIEGEL: Alors, vous dites que les évaluations sont sans fondement?

Kabila: Ce que je veux dire c'est: la bonne chose aurait été de partager les évaluations avec nous et les personnes impliquées. Mais les sanctions ne nous empêcheront pas d'organiser les élections. Et ce n'est pas le genre de pression qui nous poussera à faire autre chose.

Spiegel: Votre père a été assassiné par une aide et un gardien de corps qui était l'un de ses plus confiance. À qui faites-vous confiance?

Kabila: Je crois que Dieu existe et j'ai confiance en Dieu. J'ai confiance dans le jugement des Congolais, que nous avançons dans la bonne direction.

Spiegel: nous entendons des personnes âgées dans les rues en disant: Nous ne voulons pas un autre Mobutu, un tyran, qui a pillé le pays depuis 32 ans.

Kabila: À qui sont les personnes qui comparent Mobutu? Je ne pense pas que ce soit une question appropriée en ce qui me concerne.

SPIEGEL: Eh bien, alors, répondez à cette question: lorsque les élections auront lieu exactement?

Kabila: J'aimerais que vous rencontriez la Commission électorale pour obtenir cette réponse. Le Congo est un continent en soi. Ne regardez pas le Congo par la fenêtre de Berlin. Nous n'avons même pas 10% de l'infrastructure que vous avez en Allemagne. Pouvez-vous imaginer la tenue d'élections à 2 000 kilomètres d'ici?

SPIEGEL: Alors, il faudra peut-être plus longtemps pour organiser les élections ?

Kabila: Cela pourrait prendre plus de temps ou pas. Comme je l'ai mentionné plus tôt: si vous organisez des élections chaotiques, vous aurez le chaos.

SPIEGEL: Où trouvez-vous votre rôle ou votre poste après la fin officielle de votre mandat?

Kabila: Eh bien, je vais laisser cela à moi-même. Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas me suicider. Et je continuerai définitivement à servir mon pays

Lien de l'article original
http://www.spiegel.de/international/world/spiegel-interview-with-congo-president-joseph-kabila-a-1150521.html

Lu pour vous . Joseph Kabila au journal der Spiegel : « Je ne vais pas me suicider après le pouvoir»

Partager cet article

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews

ANNONCES...MESSAGES

 

Lu pour vous, A propos de la surfacturation du passeport congolais, cri d'une victime de l'arnaque: 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens