Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

 

Vidéo du slogan-phare des congolais jusqu'au 20 décembre 2016

kabila oyebela

Suivez  attentivement cette Vidéo.Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou: comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo… Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 12:31




 

Les membres du BDK, ont-ils une revendication pour eux-mêmes ou pour les Nekongo?

Gouverner c'est prévoir, dit-on. De l'état des lieux ci-haut, connu des gouvernants, comment aussi bien au niveau provincial que national n'a-t-on pas pu anticiper ces genres d'expression de frustrations par des signaux forts de changement ?
Comment peut-on forcer des jeunes et vieux, fatigués des promesses fallacieuses des politiciens qui ne changent rien au vécu quotidien des populations pauvres, à garder le chapeau bas pendant que la société qui est en train de s'ériger devant eux, consolide à chaque jour qui passe une sorte de discrimination entre deux groupes sociaux constituées par d'une part une minorité au pouvoir qui s'enrichit sans coup férir et d'autre part une majorité démunie et condamnée à survivre sans le minimum ? Les indépendances pour lesquelles nos parents et grands-parents ont lutté par le passé, et la démocratie pour laquelle nous tous militons en ces jours, étaient supposées changer cet état de chose par la bonne gouvernance. Mais il n'est rien dans le cas de la Province du Kongo Central et du vécu quotidien de sa population.
Par ailleurs, nous avons appris avec grande consternation et surprise la décision interdisant les activités de BDK sur l'étendue du territoire de la RDC, décision prise par le Conseil des Ministres de la RDC tenu à Matadi le vendredi 21 mars 2008. Une telle décision ne peut être prise que par les instances judiciaires et non gouvernementales. Une autre preuve de violation de la Constitution et du droit en RDC.
En outre, notre consternation est renforcée du fait qu'il s'agit d'une décision politique sans que les faits soient établis et traités par voie d'une procédure judiciaire (enquêtes en bonne et due forme, mises en accusation avec présomption d'innocence.) Le Conseil des Ministres, en sa qualité de pouvoir exécutif, se targue des prérogatives dévolues au pouvoir judiciaire dans un pays qui se veut démocratique avec la séparation des trois pouvoirs En réalité, interdire Bundu dia Kongo de s'exprimer ou simplement de fonctionner est loin d'être une solution efficace. C'est une fuite en avant devant les revendications sociales et politiques fondées formulées ou annoncées par le BDK. C'est une mesure n'apportant aucune réponse durable aux problèmes politiques de fond que soulèvent les membres de ce mouvement.
Par ce mémorandum, nous nous associons au credo de tous les Nekongo à savoir : « le BDK dit tout haut ce que tous les Nekongo pensent, veulent et disent tout bas »,
Ainsi, nous nous inscrivons dans la voie du dialogue entre le gouvernement et le BDK, ou mieux les gouvernants et les gouvernés, d'apporter des solutions durables aux problèmes politiques de fond soulevés.


Un crime contre l'Humanité se commet dans le Kongo Central
La réalité, les Nekongo sont massacrés par centaines et cela continue encore. « C'est criminel ! »
Au travers de ce mémorandum, nous prenons aussi la liberté de rappeler aux autorités congolaises en prenant la Communauté Internationale à témoin que des actions de « massacre organisé» et répété sont contraires aux instruments internationaux des droits de l'Homme et du droit international humanitaire.
Pour mieux apprécier la gravité et les conséquences juridiques de ces massacres, nous laissons, aux autorités congolaises, les soins d'apprécier la définition conjointe de ces deux concepts suivants: le génocide et la politicide, dans sa version originale anglaise « Génocides and politicides are the promotion, exécution, and/or implied consent of sustained policies by governing elites or their agents-or, in the case of civil war, either of the contending authorities-that are intended to destroy, in whole or part, a communal, political, or politicized ethnic group. » En effet, les adeptes de BDK et la population civile massacrés et exécutés sommairement sont des Ne kongo politisés. Ainsi, ces massacres répétés sur un même groupe ethnique politisé constituent, indéniablement, un crime contre l'Humanité et du « politicide. » Par conséquent, nous prenons la même liberté pour interpeler et rappeler que « autre temps, autres mœurs », l'heure n'est plus aux méthodes fortes mais au dialogue dans le cas des revendications, fussent-elles politiques ou sociales. Aussi, l'heure des actions en justice contre « les criminels» ne se fait plus attendre ;
Nous déplorons les méthodes répressives utilisées par le pouvoir en place en RDC, face à des populations civiles non armées ;
Nous condamnons avec la dernière énergie toute violence par les gouvernants contre les gouvernés non armés d'où qu'elle vienne et quelles qu'en soient les raisons pour son usage ;
Nous condamnons également l'attitude peu responsable du gouvernement provincial de Matadi et du Gouvernement national de Kinshasa face à la mort des NeKongo dans le contexte et circonstance ci haut évoqués. Attitude frisant le manque de respect à la vie et à la dignité humaine.
Nous déplorons à travers ce mémorandum, le fait qu'à la place de comprendre les pourquoi des choses le pouvoir central a utilisé la voie de la force pour semer une fois de plus, la désolation, la peur et la division au sein d'une population déjà martyrisée par la lutte quotidienne pour sa survie. Comment ne pas s'interroger en quoi ce pays est - il vraiment démocratique !
Nous dénonçons avec véhémence, la répression par la force d'une situation qui paraissait inévitable, car devenue récurrente.

2 Le concept massacre organisé signifie « qu'entre les êtres humains, il a été infligé des peines et souffrances ainsi que des atteintes au droit à la vie par un groupe organisé selon une stratégie déclarée ou amplifiée ou un système d'idée ou d'attitude. »

3 Source: « No Lessons Learned from the Holocaust? Assessing Risks of Genocide and Political Mass Murder since 1955 » in American Political Science Review Vol. 97, No. 1 February 2003, Barbara Harff U.S. Naval Academy.

Faire avec la bénédiction du pouvoir en place aussi bien en province qu'au niveau national.
Ainsi, gravement touchés dans notre fort intérieur en tant que parents, sœurs, frères, filles et fils des victimes des répressions sanglantes répétées dans notre province, force nous est de rappeler aux autorités de la RDC et au monde entier que : (1) Le peuple Kongo se voit dans une situation d'ostracisme dans ce vaste territoire pour lequel il a grandement contribué pour son indépendance en 1960, jusqu'au prix du sang de ses vaillants fils, qui avait coulé lourdement le 4 janvier 1959 face à une Belgique colonialiste déterminée à maintenir le Congo Belge dans un état de colonialisme et de paternalisme; (2) Les véritables ennemis mettant en péril l'intégrité territoriale de la RDC et à qui des armes lourdes de guerre pourraient être utilisées sont :
(a) Le Général Nkundabatware Mihigo et son CNDP
(b) Le Rassemblement Pour l'Indépendance du Kivu (R.I.K),http://www.rikivu.org

(c) Les Mbororo du Soudan qui occupent le Nord du pays

(d) Les membres des mouvements armés étrangers comme le FDLR, les interamwes, et tant d'autres qui s'incrustent comme un poisson dans l'eau à l'Est de la République.

Des alternatives, il n'en manque jamais
Cette situation tragique nous interpelle. Et nous estimons que le moment est enfin venu pour que le gouvernement de la RDC opte pour des alternatives nouvelles, civilisées, sages, et responsables afin d'éviter la radicalisation du peuple Kongo.

Nous exhortons humblement les autorités congolaises nationales et provinciales à méditer en toute sérénité et avec une humilité bouddhiste ce qui suit. Une pensée de philosophie politique Kongo dit ceci: « Nkosi mu lukûnzi kya dyânga; Mwân'a mfûmu mu lukûnzi kya kâlanga » (Le roi assure l'économie afin que le pays ne meurt pas de faim et le citoyen Kongo maintient la bonne direction en observant les lois, les us et coutumes afin de pourvoir à l'existence bonne, calme et continue du pays.)

Un peuple ou une ethnie se définit par "sa" propre spiritualité et non par la religion car cette dernière n'est qu'une forme de spiritualité. Et en plus, la religion peut être importée de l'étranger ou même imposée à un peuple. Un pays, tout comme un peuple, doit se protéger spirituellement et éviter d'être soumis à toutes les influences philosophiques des autres. C'est ainsi que le Japon a son shintoïsme qui reste un extraordinaire ciment de l'unité de la nation japonaise. Les Asiatiques ont l'hindouisme, le bouddhisme, le taoïsme, le brahmanisme; les Européens ont le christianisme occidental et oriental. C'est dans le même ordre d'entendement que Bundu dia Kongo doit être vu et compris, comme travaillant sans relâche depuis 1969 pour la redécouverte et la renaissance de la spiritualité Kongo, donc congolaise et africaine. Le BDK ne doit pas être vu sous un angle « politico-alimentaire », moins encore comme un déstabilisateur. L'Afrique, la RDC ou toute autre nation, se doit de faire un choix pour se consolider et, aussi bien pour se protéger des invasions des philosophies ou/et spiritualités qui vont à la conquête des mondes nouveaux comme il en est établi dans l'histoire ancienne et récente. Bundu Dia Kongo, quant à lui, a fait le choix du seul Nzambi A Mpungu Tulendo.
Le peuple Kongo ne demande pas autre chose qu'un dialogue constructif s'établisse entre les gouvernants et les gouvernés dans le respect de la constitution et des institutions démocratiquement installées pour un meilleur avenir de tout le peuple Congolais dans son ensemble. Car après quatre décennies de gestion catastrophique de la chose publique, la misère révoltante dans laquelle est plongé le peuple congolais malgré ses énormes richesses naturelles et ses atouts, exacerbe des sentiments mitigés tantôt de honte, tantôt de révolte.

IV. Nos recommandations et exhortations pour consolider la paix, la cohésion sociale, la cordialité entre gouvernés et gouvernants dans la province du Kongo Central et en République Démocratique du Congo.

Sans doute, les événements malheureux qui se répètent au Kongo Central depuis juillet 2002 renforcent la détermination de la Diaspora Kongo à s'engager davantage dans l'action de la défense des Nekongo et de ses intérêts existentiels comme les Congolais de l'Est de la RDC le font pour défendre leurs intérêts et les terres héritées de leurs ancêtres.

Mus par ce sentiment, nous et exhortons et recommandons ce qui suit :
A De la normalisation de la situation et du retrait des forces répressives
1. Nous exigeons en premier lieu le retrait immédiat des forces de répression déployées dans la province qui violent tuent pillent rançonnent, bref insécurisent toute la population sans distinction.
2. Que les militaires et policiers congolais et étrangers responsables des massacres, exécutions sommaires et autres traitements inhumains et dégradants envers les adeptes de BUNDU dia KONGO et de la population civile Kongo soient sanctionnés et ramenés devant la justice.

B Des questions de fond
1. Que le gouvernement de la RDC cesse dans l'immédiat la manipulation de l'information, la désinformation et surtout d'arrêter de diffuser par la voie des médias publics (la RTNC) des mensonges, des diffamations et des calomnies contre BUNDU dia KONGO et le peuple Kongo car ces actions tendent à inciter à la division et a la « haine ethnique », signe précurseur de génocide et de xénophobie.

2. Que le gouvernement congolais évite et surtout se méfie de prendre des décisions basées sur des informations mensongères et fallacieuses que certains Ne kongo inconscients et irresponsables leur fournissent en contre partie d'une quelconque « récompense » sous forme d'emploi politique !

3. Que le gouvernement de la RDC se renseigne et se documente sur les travaux de BDK car son importance dans l'avenir est comparable à l'Institut du Confucianisme Chinois. Et aujourd'hui, la Chine exporte à travers le monde ou même ouvre à la demande des pays hôtes des Centres du Confucianisme. Et le Rwanda est un cas d'espèce. Nous signalons que le Kimbanguisme au début du 20e siècle avait subi les mêmes menaces et humiliations de la part des autorités coloniales belges, de l'église Catholique et de l'église Protestante.

Aujourd'hui, le Kimbanguisme est une force spirituelle panafricaine et internationale.

Nous rappelons au gouvernement congolais et au peuple congolais qui est malheureusement manipulé que la lutte que mène BUNDU dia KONGO (BDK) est comparable à celle des MAI-MAI dans l'Est de la RDC; Tout Congolais doit savoir que nous sommes des Congolais et des Congolaises par la seule volonté d'une seule personne: le Roi des Belges Léopold II, sans lui la RDC n'existerait jamais.

4. Que le gouvernement congolais s'attaque aux causes politiques, économiques, sociales et culturelles qui sont à la base du mécontentement du peuple Kongo, qui s'exprime à travers BDK. Pour amplifier, il s'agit de: l'exclusion des Nekongo dans la gestion de leur patrimoine provincial économique, le parachutage au Kongo central des milliers des ressortissants d'autres provinces de la République dès que un de leurs est nommé en poste, le comportement scandaleux frisant la sauvagerie de certains militaires, agents de la police, magistrats, etc.

5. Qu'il est d'extrême urgence que les responsables des affaires foncières dans le Kongo Central soient des Nekongo comme il est le cas dans les autres provinces ; car pour le moment les ressortissants des autres provinces au Kongo Central bradent les terres claniques Kongo alors qu'il n'y a pas de Nekongo qui sont responsables des affaires foncières au Nord- et Sud-Kivu, au Maniema, ni même au Katanga et qui se comportent de la même manière. C'est une question d'équité, de réciprocité et de justice naturelle. Les Nekongo ne sont pas des Eleveurs Pastoraux mais des sédentaires Bantous organisés en famille restreinte et élargie, regroupés selon les « luvila » ou clans dans des espaces immuables bien définies. 6. Que des mesures nécessaires soient prises pour garantir la sécurité des biens et des personnes en rétablissant pour tous, sans exception aucune, l'autorité et la présence de l'Etat, et surtout de protéger la population civile Kongo contre les tracasseries journalières qu'elle subit de la part des militaires, de la police et même des agents de la justice qui rançonnent la population systématiquement.

7. Que les demandes et inquiétudes de la population telles que comprises dans le rapport de la commission Mvuemba et celles de la population Kongo entre autres soient sérieusement prises en considération.

8. Que le gouvernement garantisse et s'engage en toute transparence à l'application des dispositions constitutionnelles organisant la décentralisation économique de manière non - discriminatoire au point que toutes les provinces soient traitées dans les mêmes conditions et conformément aux mêmes prescrits de la constitution.
Nous insistons sur la nécessité pour l'Etat congolais de prendre en considération nombre de recommandations émises par les leaders NeKongo en termes de droits économiques du peuple du Kongo central et la demande constante et légitime du peuple d'assurer et d'être associé à la direction des industries locales comme l'est dans les autres provinces de la RDC, surtout celles de l'Est de la République.

9. Que le gouvernement indemnise financièrement et socialement toutes les victimes de la répression barbare tombées sous les balles des forces de l'ordre dans le Kongo Central, sans distinction aucune depuis l'arrivée de LD KABILA en 1997 à nos jours. Que tous les Ne kongo qui avaient été expulsés dans les autres provinces particulièrement celles de l'Est de la RDC depuis l'arrivée de LD KABILA en 1997 soient aussi indemnisés et rétablis dans leurs droits.

10. Que pour la SNEL, une société stratégique pouvant devenir un instrument de politique étrangère de la RDC comme l'est la firme pétrolière et gazière russe, GAZPROM, les Nekongo exigent que le PDG, le Directeur financier et Le Directeur du personnel soient des Nekongo. A notre connaissance, les sociétés minières du Katanga sont gérées presque à tous les échelons par des originaires du Katanga. Les Etats-Unis et les Européens sont les plus grands contributeurs dans l'actif de la Banque Mondiale (BM) et du Fonds Monétaire International (F.M.I.), conséquemment, le Directeur général de ces deux institutions ont toujours été un Américain et un Européen. 11. Que le gouvernement de la RDC rende publiques toutes les clauses entourant l'exploitation du pétrole de Muanda. Et que la gestion des ressources de cette exploitation soit transparente de manière que les Kongo puissent profiter de cette ressource qui du reste est épuisable.

12. Que les Ne kongo soient représentées suivant leur poids économique et politique de leur province comme dans les institutions nationales. Cela se fait dans plusieurs pays démocratiques et civilisés. En plus, la province compte plus de 120 sociétés (dirigées par les non originaires qui cyniquement et hypocritement nous enseignent le nationalisme et le patriotisme) et il est le siège productif du plus Grand barrage hydroélectrique dans le monde. Malgré cet impressionnant poids économique et financier, les Nekongo sont presque invisibles dans les institutions nationales. A ce jour, le Kongo central n'a qu'un seul ministre, alors que certaines provinces dont la contribution économique et financière est insignifiante sont surreprésentées.

13 Que les langues nationales congolaises officielles, à savoir le KIKONGO, le LINGALA, le Swahili et le TSHILUBA, soient inscrites sur la monnaie nationale, le Franc Congolais; le passeport congolais et autres armoiries nationales. Il est inadmissible que seul le Kiswahili, qui, du reste, est une langue de l'île de Zanzibar dans l'océan Indien, donc de la Tanzanie, et propriétaire culturelle du peuple Swahili colonisé par les Britanniques et qui s'identifie plus à la civilisation persane et moyenne orientale soit la langue qui remplace les langues originaires congolaises ethniques. Le Kiswahili, n'à aucun avantage économique et scientifique pour la RDC mise à part la communication mondaine car la Tanzanie ne figure même pas parmi les grandes économies de l'Afrique. Et elle ne le sera pas dans un proche avenir. La question fondamentale est celle-ci : Quels bénéfices la RDC tire-t-elle avec du Kiswahili ?

14. Que la police, les militaires et les cadres administratifs puissent parler la langue de la population provinciale dans laquelle ils travaillent car cela favorise l'intégration sociale, la paix sociale, la compréhension et la convivialité. Il est inadmissible que des soldats et policiers puissent imposer la langue de leurs provinces à la population locale. C'est du banditisme et du terrorisme culturel.
La Suisse est un bel exemple à suivre. Au lieu de laisser les militaires et les policiers s'ennuyer dans une sorte d' « oisiveté », les autorités nationales et provinciales devront mettre en place des stratégies et des politiques linguistiques enfin d'enseigner à ces derniers les langues de la population qu'ils servent par l'organisation des cours et session d'apprentissage.

15. Que les dispositions de la constitution de Luluabourg soient revisitées en vue de ramener la capitale congolaise vers Kananga afin de déconcentrer et d'assainir la ville de Kinshasa et de d'amener le développement vers l'intérieur.
Nous suggérons la construction d'une nouvelle capitale qui se situera au centre géographique de la RDC; si le Nigeria et le Brésil ont été capables d'accomplir cette tache avec succès, la RDC pourra aussi en faire autant.


Fait le 22 mars, 2008.

Les organisations Kongo (Congrès Mondial Kongo, Mfuma Ne-Kongo) tra, La Communauté neKongo/Belgique)
.
Pour transmission, à Bruxelles le 28 mars 2008, La communauté neKongo,
Mbela Nicolas Président,
Kimbembi Marie-Eugénie Administrateur
Lusadusu Daniel Administrateur
Nkingu Didier Administrateur
 

 

 

Partager cet article

Published by COMMUNAUTE NEK DE B - dans cheikfitanews
commenter cet article

commentaires

ANNONCES...MESSAGES

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens