Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

 

Vidéo du slogan-phare des congolais jusqu'au 20 décembre 2016

kabila oyebela

Suivez  attentivement cette Vidéo.Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou: comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo… Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 06:42
 


















Il y a peu, l’abbé Gilbert Yamba avait lancé un message à ses confrères pour une implication des prêtres congolais de l’étranger, dans la libération du Congo.

Un premier pas vient d’être franchi. Non seulement une vingtaine d’entre eux ont répondu à l’appel, mais des thèmes bien précis ont été identifiés, et des stratégies adoptées.

Après ce sursaut de patriotisme du clergé, les autres catégories socioprofessionnelles devraient  rapidement se manifester : avocats, médecins, ingénieurs, professeurs et enseignants, écrivains, artistes, étudiants, journalistes …

Il n’est pas normal que la direction du pays soit laissée entre des mains sans qualification. C’est en contradiction avec l’évolution mondiale très rapide des technologies et des connaissances.

Il n’y a pas meilleure façon de contribuer à la misère de la population !

Le savoir doit impérativement être mis à contribution pour sortir notre pays de la honte. Oui, aujourd’hui dans le monde, être congolais n’est pas un motif de fierté, bien au contraire !

Ci-dessous le mot de circonstance ayant introduit cette rencontre.

 

Cheik FITA

Bruxelles, le 7 avril 2008

 

RENCONTRE DE  QUELQUES  PRETRES CONGOLAIS et AMIS A BRUXELLES

 

Chers confrères,

Nous nous permettons d’abord de vous présenter tous nos remerciements sincères. Vous avez  accepté de quitter vos paroisses pour venir prendre part à cette  rencontre, qui n’est pas quelque chose  fait au hasard.  Nous y  avons pensé  depuis quelques mois en demandant conseils à certains d’entre vous.

Le fait de se retrouver aujourd’hui autour d’une table, c`est le fruit de toutes les propositions et consultations faites auprès de différentes personnes.

Nous tenons à souligner que nous ne sommes pas des politiciens, et  nous n’avons aucune ambition politique ni  l’intention de former un parti politique non plus. Ce que nous souhaitons en tant que fils et amis du Congo et surtout en tant que prêtres, c’est de réunir nos idées et réflexions sur la situation actuelle de notre pays, pour parvenir à éclairer les opinions, aussi bien des gouvernants que des gouvernés, et que chacun sache sa responsabilité pour le salut du Congo.

L’initiative peut paraître ambitieuse, mais il le faut bien, surtout pour les annonciateurs de la Bonne Nouvelle que nous sommes. C’est cela l’Evangile libérateur que nous devons annoncer pour que chacun contribue au bien et au salut de tous.

Nos frères et sœurs sont à plus de 8000 km de nous. Nous n’allons pas prendre leur place ni faire des choses à leur place. Malgré, la distance qui nous sépare d’eux, nous pouvons aussi apporter notre modeste contribution dans la recherche  des solutions pour la sortie de la crise.

Le fait de se retrouver aujourd’hui ne veut pas dire que rien ne s’est  fait jusqu’à présent, ni remettre en question ce qui se fait déjà ici en Belgique ou ailleurs au niveau des prêtres congolais et leurs amis. Beaucoup de réflexions ont été faites et se font encore. Cependant, la plupart de ces réflexions n’aboutissent pas à des résultats probants, elles sont même ignorées par beaucoup de  Congolais.

A Kinshasa, tout comme ailleurs, plusieurs  de nos confrères réfléchissent  sur la situation de notre  pays et les pistes éventuelles pour sortir de la crise. Ces travaux concernent plus des groupes restreints et restent souvent sans impact sur la réalité générale du pays. Ce qui nous pousse à poser une question sur ce que nous pouvons faire pour sensibiliser tout un chacun au danger qui nous guette, et de rassembler nos forces pour une issue favorable.

 

Vous le savez mieux que quiconque, tous les paramètres de notre pays sont en rouge : les structures institutionnelles qui n’accomplissent pas leurs devoirs ; la dégradation des infrastructures administratives, sécuritaires, sanitaires, routières, ferroviaires, maritimes et j’en passe ; un manque flagrant des structures d’encadrement de la jeunesse et la détérioration  des infrastructures sportives et scolaires ; le manque de civisme et de citoyenneté, etc.

A titre d’exemple, nous signalons des grèves qui perdurent  dans plusieurs secteurs ; des  fonctionnaires qui sont impayés durant des années ; et ceux qui arrivent à  toucher leurs maigres salaires de 15 dollars,  ont du mal à nouer les deux bouts du mois. Les fonctionnaires, eux-mêmes, parlent du SIDA, pour qualifier actuellement le salaire au Congo ; c’est-à-dire : ( Salaire Insuffisant Difficilement  Acquis).

Cette situation contribue aujourd’hui au développement du phénomène  de l’économie informelle ; à l’augmentation du taux de contamination du VIH /sida et de différentes maladies sexuellement transmissibles ; au développement du phénomène « Enfants de la rue » ; au développement de sectes religieuses. C`est presque sur chaque coin de  rue qu’il y a un « papa pasteur avec son église. » En bref, actuellement tous les coups sont permis au Congo pour survivre.

Le délestage n`est plus seulement de l’électricité, mais il est aujourd’hui même au niveau de l’alimentation. Aujourd’hui, c`est la journée des garçons de manger et le lendemain, c’est celle   des filles. Autrement dit, chaque sexe dans la famille a  son tour de manger. Et le  papa se débrouille quand il sort  dans le malewa (restaurants de fortune) qui se trouvent devant différents services publics en ville.

La politique de salubrité publique est quasiment inexistante. Comme conséquence, il y a augmentation des maladies d’origine hydrique (liées à l’eau) et les grandes inondations.

L’Etat n’existe  plus. Les tracasseries policières sont partout. On vit chez soi, comme si on était sur une terre étrangère. Les enlèvements, les assassinats  et les viols des mères de famille et  nos sœurs sont devenus  monnaie courante et n’intriguent plus personne.

Vous  avez, peut-être, suivi une émission qui est passée, il y a quelques semaines sur Télé Bruxelles dans la rubrique « Initiative-africa ». Dans cette émission, on a passé le témoignage d’une  jeune congolaise qui a été violée par dix hommes(elle a maintenant une grossesse de 6 mois) et, sur les dix, sept  se sont volatilisés dans la nature. Trois ont été inculpés, parmi lesquels,  deux ont été acquittés. Un seul a été condamné à trois ans de prison ferme. Et pourtant, selon la constitution congolaise, pour un cas pareil, on court cinq à vingt-cinq ans de prison  ferme. Ce n`est qu’un exemple parmi tant d’autres.

 

La corruption et la concussion  deviennent  de valeurs positives. Les fonctionnaires (se) circulent avec les cachets et  les  papiers en-têtes de différents documents  des  services  administratifs auxquels ils appartiennent, pour remplir n’importe quel document  quelque soit le lieu où il se trouve, même dans un bar.

*Nous ne voulons pas nous positionner en dénonciateurs gratuits, mais en constructeurs. Il est toujours facile de détruire que de construire ; il est toujours facile de dénoncer que d’annoncer. Beaucoup de voix s’élèvent aujourd’hui pour  traiter les prêtres congolais de l’étranger pour des personnes insouciantes et indifférentes à la situation de leur pays. C`est peut-être une affirmation trop exagérée.

Mais à  travers cette interpellation,  nos frères et sœurs  ne veulent-ils pas  tout simplement, nous dire que l’Eglise est une force, et que nous devons prendre conscience que  nous constituons une force qui pourrait faire basculer l’histoire de notre pays, si nous rassemblons nos énergies. Les gens mettent beaucoup d’espoir en nous, ne l’oublions pas. Nous le savons bien, par et grâce à l’Eglise, plusieurs changements sont intervenus aussi bien ici en Europe qu’en Amérique Latine.

En 1956, un groupe de 13 jeunes prêtres africains et haïtiens, attentifs à une actualité qui les touche de fort près, ne s’interrogeraient-ils pas sur l’avenir d’un christianisme venu  tout droit de l’Occident et dont ils perçoivent chaque jour la fragilité. Ils vont le faire savoir haut et fort à travers leur œuvre historique : « Des prêtres noirs s’interrogent. »  Une œuvre qui va faire bouger la théologie africaine, déclare René LUNEAU.

         Les Congolais sont considérés comme des gens qui changent facilement de position. Essayons  d'abord d’être convaincus de la responsabilité qui nous incombe comme pasteurs. Il nous faut non seulement chercher à convaincre les autres, mais nous devons être nous même témoins de l'amour que nous avons pour notre mère patrie.

Il est temps de faire quelque chose aujourd’hui que de ne rien faire, car l’histoire  ne nous pardonnera jamais. Beaucoup d’entre nous se posent  toujours la question de savoir : Quel Congo allons-nous léguer aux générations futures ?

 

Notre pays est en train de disparaître sous nos  yeux, malheureusement avec notre complicité. Ce qui se passe  présentement à l’Est ne doit pas nous laisser indifférents. Quand un membre souffre, c`est tout le corps qui en pâtit, dit-on. On ne peut pas dire que la situation de l’Est ne me concerne pas, car  je suis du Nord, du Centre, du Sud ou de l’Ouest.

Un proverbe de chez moi dit : «La maladie qui est chez ton prochain, c`est au-delà de la rivière. » Pourquoi ? Parce qu’on ne ressent pas ce que l’autre endure.

Quand une maison brûle chez nous, ce n`est  pas seulement les propriétaires qui cherchent à éteindre le feu ; c`est tout le monde qui se mobilise à  le faire. Cette maison  qui est en train de brûler, c`est  notre Congo. Mobilisons-nous aussi comme nous le pouvons selon nos possibilités et nos convictions pour que  ce feu n’arrive pas à ravager tout ce village que Dieu nous a donné.

Nos confrères du Brabant-Wallon ont déjà une certaine  organisation, mais ici à Bruxelles, à ma connaissance jusqu’à présent, il n’y  a rien qui  est mis en route. Ne pourrions-nous pas créer une certaine structure qui pourrait nous aider à faire certaines choses ensemble ? (Flandre, Bruxelles, Brabant-Wallon, Nivelles et Namur, etc.)

Chers confrères, nous avons  cette opportunité d’être de ce côté (Occident.) Le fait de vivre loin  de notre mère patrie, ne nous donne t-il  pas la possibilité  de faire des analyses beaucoup plus objectives de toutes les réalités  congolaises? Notre présence de ce côté, ne pourrait-elle pas nous permettre  d’amorcer une nouvelle orientation, afin  d’éviter  certains écueils  du passé ? Ne pourrions-nous pas réfléchir  sur ce qui  se fait déjà pour créer une nouvelle synergie ? C`est dans ce sens que  nous avons pensé nous réunir pour chercher ensemble les voies et moyens de sortir le Congo dans le gouffre où on l’a plongé.

 

Merci  pour votre présence.

  PISTES D'ACTIONS ET DE REFLEXION

 

1. Créer un site Internet

2. Constituer une banque de données et un recueil d’idées et suggestions de différents confrères sur la question

3. Faire un état de lieu sur l’urgence que présente la situation de notre pays aujourd’hui

4. Faire le point sur les initiatives qui ont précédé

5. Etablir les limites et les contraintes qui expliquent le manque d’impact de ces initiatives

6. Penser des stratégies plus adaptées au contexte actuel congolais

7. Recenser les initiatives qui sont en cours au sein de l’Eglise du Congo et mesurer leur         validité

8. Penser avec les leaders politiques d’hier et d’aujourd’hui les limites et les reproches qu’ils adressent à nos tentatives et proposition de sortie de crise

9. Avoir une expertise et un diagnostic de la situation basés non seulement sur les clichés fiables et des  indications précises sur le mal congolais.

10. constituer une équipe de réflexion qui pilote  l’initiative et fixer un programme d’action avant l’assemblée de tous ceux qui auront voix au chapitre pour débattre et fixer un programme d’action

Participants :

 

Abbé Kanyinda Alphonse

Abbé Jean-Robert Mifuku

Abbé Jean-Pierre Mbelu

Abbé Gaudens Nyagahama

Abbé Alphonse Kanubantu

Abbé Paul Okamba Onema

Abbé Augustin Tombe Tombe

Abbé  Gilbert Yamba

Abbé  Muaka  Joseph

abbé Jeannot Mukeke

Père Philippe De Vestele

Père Karl  Stuer

Père Kaporale Grégoire

Abbé Jean-Pierre Badidike

Père  André Kalumba

Père Célestin Tasiwavo Kasavolo

Père Jean-Baptiste Dianda

Abbé William Kazadi

Père Jacob Beya

Abbé Sylvain Kalamba

Père Martin Tshindaye

 

 

Partager cet article

Published by Cheik FITA
commenter cet article

commentaires

ANNONCES...MESSAGES

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens