Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

 

Vidéo du slogan-phare des congolais jusqu'au 20 décembre 2016

kabila oyebela

Suivez  attentivement cette Vidéo.Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou: comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo… Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 19:01

 Au premier tour, monsieur Gizenga ambitionnait de devenir Président de la République. Battu, il choisît de soutenir le candidat de l’AMP au deuxième tour, avec promesse d’être Premier Ministre, une béquille salvatrice pour le futur vainqueur!

 

 

Il était de bon ton et fair-play de laisser monsieur Gizenga former son gouvernement, publier son programme d’action, le défendre devant son parlement et y être investi. Désormais, c’est fait.

 

Le rôle de l’intelligentsia dans toute société est d’être attentive à la marche de la Nation et du monde, d’observer, d’analyser, de critiquer, de dénoncer, de tirer la sonnette d’alarme, d’éclairer. 

 

 Nous sommes maintenant en devoir d’apostropher monsieur Gizenga car, il s’est donné comme mission d’améliorer la vie des soixante millions des congolais que nous sommes. 

 

Quel est l’avenir du Congo à l’heure où ce gouvernement dit issu des urnes entre en fonction ? Que peut raisonnablement attendre le commun des congolais, au vu du programme d’action du chef de gouvernement, des moyens financiers dont il prétend pouvoir disposer, et des chantiers décrétés par son Président ? Premier ministre s’appuyant à son tour sur une béquille : une majorité d’emprunt, saura-t-il résister jusqu’au bout ?

 

 

I.                    ATTENTES LEGITIMES    

En ce troisième millénaire, tout être humain n’est-il pas en droit de vivre décemment ? Au Congo, peut-il légitimement aspirer à avoir le minimum suivant ou pas ?

 

-         Manger à sa faim

 

-         Etre habillé

 

-         Avoir des souliers

 

-         Accéder aux soins médicaux

 

-         Avoir où dormir

 

-         Accéder au transport

 

-         Permettre aux enfants d’aller à l’école

 

-         Avoir un emploi

 

-         Accéder à l’information

 

-         Accéder à la culture et aux loisirs.

 

 

En dehors de ce minimum, ne peut-on pas dire qu’on vivote ou pire, qu’on vit dans des conditions infra-humaines ?

 

 

 

II.                  EXTRAPOLATION DE QUELQUES CHIFFRES 

 

Monsieur Gizenga espère mobiliser 14 milliards de dollars en cinq ans, dont une moitié de l’intérieur.

 

Si chaque congolais ne devait avoir besoin que de dix dollars par mois pour ses besoins élémentaires, il faut au pays 600 millions de dollars par mois, soit 7,2 milliards pour une année.

 

Cela équivaut déjà à ce que le Premier ministre espère mobiliser à l’intérieur du pays en cinq ans de gestion.

Que peut-on avec dix dollars par mois ? En réalité, les besoins réels de l’individu, ne sont-ils pas dix à 30 fois plus ?

 

 

Tous les gouvernements du monde n’ont-ils pas comme devoir de procurer le minimum vital à leurs populations ? Le gouvernement Gizenga pourrait-il faire exception ? Face à cette mission, quels sont ses atouts ? Quels sont ses faiblesses ?

 

 

 

III.                LES ATOUTS  

 

Le personnage

 

Dans la coalition au pouvoir, monsieur Gizenga apparaît comme le seul leader n’ayant pas bâti de fortune grâce au pillage des ressources du pays. Il n’est pas non plus impliqué dans les crimes de sang des dix dernières années. Chose peu courante dans un pays où la corruption, la concussion, la prédation sont le lot quotidien des hommes politiques.

 

 

 

La majorité parlementaire

 

Une majorité étriquée au parlement a toujours été un cauchemar pour les Premiers ministres, obligés ainsi de jouer les équilibristes avec risque de chuter à chaque pas. La majorité d’emprunt dont dispose monsieur Gizenga lui permet de ne pas craindre ce qui fera office d’opposition au parlement.

 

 

Une certaine audience à Kinshasa

 

Qu’on le veuille ou non, Kinshasa est le miroir du Congo. Tant que Mzee Kabila n’avait pas investi Kinshasa, il ne pouvait se prétendre Président du pays. C’est tout dire. Et à Kinshasa, monsieur Gizenga possède des partisans. Pas de ceux dont on a acheté la conscience. 

 

Opération « mains propres »

 

Certains noms connus pour leur prédation, et qui donnaient l’insomnie aux congolais, ont disparu du circuit exécutif de la nation.

 

 

Les contrats léonins

 

Monsieur Gizenga a promis de revoir tous les contrats léonins hérités du précédent pouvoir. Cela lui vaut quelques sympathies. S’il parvenait à ses fins, ce sera toujours quelques dollars en plus pour sa cagnotte.

 

 

 

IV.               LES FAIBLESSES

 

 

Le personnage 

 

Monsieur Gizenga a beau affirmer qu’il est en bonne santé, n’est-il pas mieux d’affronter le stress du pouvoir à quarante ans qu’à quatre-vingt ? Face aux interminables coups de téléphone, audiences, dossiers à lire, litiges à trancher, visites, coups fourrés des autres politiciens, réunions du gouvernement à présider, palabres familiales…La santé du patriarche ne sera-t-elle pas mise à rude épreuve ?

 

 

Vers les années quatre-vingt-dix, on a vu ce qui est advenu à d’autres Premiers ministres : les cheveux de  feu Birindwa sont devenus blancs en moins d’une année. Quant à  Kengo wa Dondo,  quelques mois après son élection au HCR/PT (haut conseil de la république, parlement de transition), son sourire  avait disparu.

 

 

 

De chômeur à Premier ministre

Le Congo étant un pays de paradoxe, et en attendant que nous quittions l’état de république bananière, nous sommes  désormais habitués à voir n’importe qui devenir n’importe quoi. Durant les vingt ou trente dernières années, quelle activité de gestion monsieur Gizenga a-t-il pratiquée ?  

 

Au delà de l’absence de gestion de la chose publique, il y a tout l’environnement mondial qui a fortement évolué. La dernière fois que monsieur Gizenga a été au pouvoir, c’était à l’époque du télégraphe, des phonographes, de la radio en ondes courtes... Dans l’entre-temps l’URSS a disparu, le communisme aussi. Monsieur Gizenga, s’est-il suffisamment arrimé à la mondialisation ? Jusqu’il y a peu, monsieur Gizenga signait ses communiqués à partir de Léopoldville. Léopoldville avait 500.000 habitants, Kinshasa en a près de dix millions.

 

 

 

Les novices du gouvernement

Autant  leur chef de gouvernement est resté très longtemps à la touche, autant la plupart des ministres sont des novices en matière de gestion d’un Etat au sens plein du terme. Et pour cause ? Le Congo lui-même a cessé de fonctionner comme un Etat depuis plus d’un quart de siècle.

 

Une référence ? La date de délivrance de la dernière carte d’identité : 1974-1980 pour la carte vert-jaune du « parti-Etat », puis en 1987 pour une expérience commencée à Kinshasa et qui a vite tourné en eau de boudin! Et on attend toujours !

 

Ayant presque tous grandi dans un environnement de non-Etat, de quelle innovation ces ministres sront-ils capables?

 

 

 

Les maîtres à penser étrangers.

 

 

Ceux qui ont financé le processus électoral congolais ne l’ont pas fait pour nos beaux yeux. Ils en attendent des dividendes, et vite. Monsieur Gizenga saura-t-il imposer une transparence à nos partenaires ?  Pourra-t-il informer la population sur les tenants et aboutissants de différents marchés ?  

 

Un processus électoral inachevé.

 

 

Les médias étrangers, et belges en tête, ont claironné à tout rompre sur la « réussite » des élections au Congo. Le processus électoral est-il arrivé à son terme ? Non ! Tenez.

 

Les institutions et animateurs de la base, issus des urnes n’ont pu être mis en place, à savoir :  

 

-         Les conseillers urbains : 4 par commune

 

-         Les Maires et les Maires adjoints

 

-         Les conseillers municipaux : 9 à 18 sièges. 

 

-         Les  Bourgmestres et les Bourgmestres adjoints

 

-         Les Conseillers de secteur ou de Chefferie : 7 à 13 par secteur

 

-         Les chefs de secteurs et chefs de secteurs adjoints

 

 

Et c’est le  plus gros contingent d’élus et d’institutions issues des urnes, qui manque à l’appel. 

 

Leur importance ?

 

 

Dans sa vie de tous les jours, avec quel élu ou quelle institution l’électeur est-il en contact ? Qu’on ne berne pas le citoyen ! Ce n’est ni le député provincial, ni le gouverneur, ni le député national, ni le sénateur qu’il rencontrera régulièrement au coin de la rue. Encore moins le Premier Ministre ou le Président de la république.  

 

Est-il nécessaire de rappeler que le développement commence par la base ? Par rapport au développement du Congo, ne doit-on pas suspecter tous ceux qui se sont investis dans un processus électoral commençant par le sommet, au lieu de commencer par la base ?

 

 

Oui, il est nécessaire de rappeler que dans les accords du dialogue inter congolais, il est écrit expressis verbis ceci :

 

« Point IV  

 

L’élection du nouveau Président marque la fin de la période de transition. L’élection du Président a lieu après les élections législatives. »

 

 

Cela sous-entendait donc que les élections commençaient par la base pour se terminer par la présidentielle. Que s’est-il passé dans notre processus ? Le contraire, hélas !

 

 

 

Un processus vicié par la corruption 

 

La mise en place du sénat et l’élection des gouverneurs n’a-t-elle pas finalement fait éclater au grand jour un des grands maux qui minent la société congolaise : la  corruption ?  Conséquence, ne sommes-nous pas en présence d’un hold-up électoral sans plus ni moins ?

 

 

Quel crédit accorder à la suite du processus ? La boulimie et la recherche du pouvoir pour le pouvoir ne risquent-elles pas de plonger le pays dans un régime style « parti-Etat » ?

 

 

 

 

V.                 A PROPOS DES CHANTIERS 

 

Il ne suffit pas d’énumérer les chantiers. Il faut surtout bien les planifier avant de les démarrer, les exécuter. Comme pour la construction d’une maison, n’est-il pas illusoire de penser poser la toiture, quand le mur de fondation n’est même pas construit ?

 

 

Est-il pensable qu’en l’état actuel du Congo on démarre par les infrastructures par exemple ? 

 

Peut-on imaginer un chantier qui démarre sans l’homme ? Sans son intervention ?

 

Le passage de la transition à la troisième république est par essence un passage d’un type d’hommes à un autre type.

 

 Le processus électoral a-t-il généré un nouveau congolais ? Le Congolais d’avant les élections est-il différent de celui d’après ?

 

 

 

A) LE PREMIER CHANTIER : L’HOMME

 

Avant toute chose,  n’importe-t-il pas de s’assurer qu’on dispose de l’acteur idéal?

 

Le premier capital de toute entreprise et de toute nation étant le capital humain, le développement d’un pays passant par la mobilisation du capital humain, pour notre pays, à combien peut-on évaluer  ce capital humain? Soixante-millions ? Déjà que le recensement de la population avait été escamoté, grâce aux conseils de certains milieux étrangers !  

 

Gizenga pourra-t-il mobiliser ce capital humain? La mobilisation passant par la confiance, de la confiance de quelle fraction de la population Gizenga jouira-t-il ?

 

Après la mobilisation, il faudra s’assurer de la probité des acteurs : les dirigeants d’une part, la population d’une autre.

 

L’homme d’Etat doit être excellent. Les membres de l’équipe Gizenga sauront-ils l’être? Ne tomberont-ils pas dans les travers de leurs prédécesseurs à savoir : copinage, tribalisme, recherche du profit personnel, magouille, positionnement… ? Ne chercheront-ils pas à aller en mission à l’étranger afin d’avoir rapidement de quoi se construire une maison ou acheter une voiture ? 

 

Par quelle magie ces ministres attireront-ils la confiance des soixante millions des congolais que nous sommes ?

 

Longtemps habitués aux arrangements, qu’est-ce qui poussera le fonctionnaire, faute de salaire, à ne pas se nourrir sur le dos du contribuable ? A ne pas confondre la caisse de l’Etat avec sa poche, quand il sait que même en mettant l’argent dans la caisse de l’Etat, un de ses supérieurs ne se gênera pas de le détourner ?  De quel outil Gizenga se servira-t-il pour convaincre la population à se débarrasser de certains comportements comme le monnayage des services ?

 

 

S’il faut faire appliquer la loi, punira-t-on seulement des lampistes ou, Gizenga saura scrupuleusement appliquer la même loi à tout le monde ? Saura-t-il faire tomber les têtes à tous les niveaux, même au sommet ?  

 

Ce n’est qu’en ayant réussi à moraliser et son équipe, et les fonctionnaires, et la population, qu’il pourrait s’attaquer valablement à un deuxième chantier.

 

 

 

 

B) LE DEUXIEME CHANTIER :

RECHERCHE DES CAPITAUX ET DES INVESTISSEURS.

 

 

 

Depuis l’entrée de l’AFDL, le Congo est l’objet de toute sorte de prédation et de pillage. Des entreprises floues et des individus s’en mettent plein les poches à moindre coût au mépris de la main d’œuvre locale, sous-payée et exploitée.  

 

Est-ce sur ce genre d’investisseurs que le Congo peut compter ? L’idéal ne serait-il pas de jouir de l’investissement de très grands opérateurs économiques mondialement connus, respectueux de l’homme et de ses avantages sociaux tels que pratiqués ici en occident ?

 

 

Comment les convaincre ? Qui dit investissement, dit sécurité : physique, juridique, politique. Les conditions sont-elles réunies ? Au courant de cette semaine, certains ex-belligérants viennent de refuser le remplacement de la garde militaire de leurs chefs par des policiers. Motif ? Ce changement ne sera pas sécurisant ! Que dévoile pareille attitude ?  

 

Qu’en penseront les investisseurs éventuels? Pourront-ils considérer  l’environnement sociopolitique actuel comme sécurisant et propice à la réalisation de grands investissements ?

 

 

 

C) LE TROISIEME CHANTIER : TRAVAIL, LA PRODUCTION

 

 

Pour vivre, un Etat a besoin de produire. La production est la conjonction « capital humain-capital financier » via le travail. Le tout n’est pas de demander aux congolais de travailler. Les Congolais ne demandent pas mieux que de travailler. Mais qui dit travail, dit salaire.

 

 

Il faut créer des emplois dignes de ce nom, rémunérés. Il faut réhabiliter ce qui existe comme emploi par le renouvellement de l’outil de travail et une amélioration du salaire.

 

 

 

VI. LA BEQUILLE GIZENGA OU LA TENTATION DE L’INGRATITUDE  

 

Avec sa majorité, quoique hétéroclite, en cas de nécessité, l’AMP ne pourra-t-elle pas se passer du  PALU pour faire passer une loi au parlement  ? Ainsi, pour éventuellement faire tomber le premier ministre, la trentaine des députés du PALU pourront-elles être un rempart infranchissable ?

 

Les prédateurs qui ont été évincés de l’exécutif, se tiendront-ils éternellement tranquilles ? Accepteront-ils de disparaître ainsi de la scène politique ? Ceux d’entre eux qui seront reconnus coupables, s’inclineront-ils devant les décisions  de la justice au cas où ils seraient condamnés? 

 

L’élection présidentielle ayant déjà eu lieu, les politiciens congolais n’étant pas champions en respect de la parole donnée ni de la signature, jusque quand l’AMP s’abstiendra-t-elle de  « faire la peau » à son sauveur d’hier ?

 

 

 A un moment où à un autre, l’AMP ne sera-t-elle pas tentée se débarrasser d’une « béquille » dont elle n’aura plus besoin ?

 

 

 

Cheik FITA

 

 

 

Bruxelles, le 10 mars 2007

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article

commentaires

ANNONCES...MESSAGES

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens