Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

 

Vidéo du slogan-phare des congolais jusqu'au 20 décembre 2016

kabila oyebela

Suivez  attentivement cette Vidéo.Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou: comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo… Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 16:06

Cheik FITA & FWELEY DIANGITIKWA à Genève le 8 novembre 2007

 

 

Le Congo regorge de compétences, de talents et d’intellectuels éparpillés à travers le monde.  Deux raisons principales poussent tout ce capital humain à vivre loin du pays :

 

-          Le dégoût face à l’aventurisme et la roublardise de ce qui nous sert de classe politique

 

-          Le désir légitime de vivre dans un minimum d’aisance, du fait que leurs compétences le leur permettent sous d’autres cieux, au lieu de se voir imposé un salaire de misère et un quotidien humiliant, dégradant.

 

Est-ce pour autant que cette intelligentsia ait rompu le cordon ombilical avec la mère patrie ?

 

N’est-il pas temps que ces vrais leaders de la Nation donnent de la voix pour que cesse enfin cette gestion tâtonnante de l’Etat ?

 

Lors d’un bref séjour en Suisse, nous avons rencontré un de ceux sur qui la Nation peut compter pour qu’enfin une amorce de sortie de la médiocrité soit envisagée au Congo : FWELEY DIANGITIKWA, politologue et écrivain congolais vivant en Suisse.

 

Nous lui avons tendu le micro

 

 
QUESTION 1.

 


Monsieur Fweley, pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs.

 

 

 

Je m’appelle Fweley Diangitukwa et je suis Congolais à 100 %. Je suis originaire du Bas-Kongo. J’avais étudié aux humanités littéraires à Ngombe-Lutete, puis à l’ISP Mbanza-Ngungu, ensuite à l’IPN avant de reprendre des études complètes à la faculté des sciences économiques et sociales de l’Université de Genève. Je suis détenteur d’une thèse de doctorat en science politique de cette Université. La réflexion et l’écriture constituent mes principales activités. J’ai déjà publié plusieurs ouvrages, entre autres titres : « Maréchal Mobutu, je vous parle » (1990), « Quelle solution pour l’Afrique » (1993), « Le paradis violé » (roman) publié en 1996, « Qui gouverne le Zaïre ? La République des copains » (1997), « Pouvoir et clientélisme du Congo-Zaïre-RDC » (2001), « L’exercice du pouvoir au Japon et en Afrique. Une approche comparative » (2001), « Lettre à tous les Congolais. Savoir gouverner et servir la République » (2003), « Qu’est-ce que le pouvoir ? » (2004), « Géopolitique, intégration régionale et mondialisation » (2006), « Le règne du mensonge politique en RD Congo. Qui a tué Kabila » (2006). Je publierai bientôt un autre livre intitulé : « Les fraudes électorales. Comment on recolonise la RDC. »

 

J’ai une très grande passion pour mon pays et j’ai un espoir que la RDC deviendra une grande nation lorsque la République sera gouvernée par des leaders nationalistes, responsables et surtout compétents, qui mettront leur talent au service des intérêts des citoyens.

 

 

Cheik FITA  au bord du lac Leman
Question 1.
Quel intérêt y a-t-il pour un congolais de vivre en Suisse?

 

 

 

Je vis en Suisse depuis 1983 tout en gardant ma nationalité. Cela surprend beaucoup de compatriotes. On n’est mieux que chez soi, dit-on, mais faudrait-il encore que chez moi offre les meilleures perspectives, que l’Etat de droit et les droits fondamentaux soient respectés. Ceci n’est malheureusement pas le cas dans notre pays. En revanche, la Suisse est une grande école de la vie dans la mesure où ce pays a des institutions démocratiques très anciennes, elle respecte les bonnes pratiques et la gouvernance qui est au cœur des débats. Un seul exemple suffit. Le président de la Suisse ne gouverne le pays que pendant une année. Non seulement il ne s’agit que d’un titre honorifique, car le président reste ministre pendant son mandat présidentiel, en plus son nom n’est même pas connu des Helvètes. La Suisse est le siège des institutions internationales et il y a de grandes conférences qui se tiennent aux Nations Unies et dans les Hautes écoles. Le fédéralisme suisse est imité à travers le monde. Les Belges se sont inspirés de la Suisse pour préparer leurs institutions fédérales. L’Union européenne s’est, elle aussi, inspirée de la Suisse.

 

J’ai beaucoup voyagé mais c’est en Suisse que je trouve la référence de la bonne décentralisation. Dans ce pays, les communes ont des droits, les cantons (provinces) peuvent légiférer, certes conformément à la Constitution de la Confédération et ils ont des domaines prioritaires comme l’enseignement. Je ne parlerai pas de la division linguistique. Il y a quatre langues nationales et trois d’elles sont régulièrement inscrites dans tous les documents officiels. Les Suisses ont le droit de s’exprimer librement sans s’inquiéter de ce que penseront les autorités. En Suisse, on n’emprisonne pas et on ne tue pas les citoyens qui contredisent publiquement l’autorité politique. La vie de chaque citoyen est précieuse. Lorsqu’un individu a besoin d’un renseignement, il s’adresse à la police qui s’empresse toujours à répondre alors que dans notre pays, les citoyens font tout pour éviter le contact avec la police. J’ai une grande admiration pour ce pays qui, sans ressources naturelles – à part le sel – a su s’appuyer sur l’intelligence et sur les compétences de ses dirigeants. Rien qu’avec ses montagnes, la Suisse attire le monde entier (tourisme.) Les aventuriers n’ont pas droit de cité en Suisse. C’est un peuple des travailleurs pleins d’initiatives pour l’avenir de leur pays.

 


Question 2. 
L'UDC, le parti majoritaire au parlement suisse a des thèses nationalistes. Comment ressentez-vous cela, en tant qu'originaire d'un pays sub-saharien?

 

 

 

La question de l’UDC est, à mon avis, à placer dans le cadre électoral. Chaque parti trouve une stratégie pour convaincre les électeurs. L’UDC a choisi le populisme pour arracher facilement des voix. On le sait, le populisme cultive un discours réducteur. Il a donc suffi de dire aux citoyens suisses que ce sont les étrangers qui posent problème en Suisse et qui sont à l’origine de la criminalité et du chômage pour que les citoyens croient et apportent leur voix à ce parti. Il s’agit certes d’un discours xénophobe qui fait mal aux communautés étrangères qui vivent en Suisse d’autant plus que l’économie helvétique a reçu une grande contribution des étrangers : d’abord des Italiens, ensuite des Espagnols et des Portugais. Aujourd’hui les communautés étrangères venues de partout se sentent très mal à l’aise. Dépassée la période électorale, quelle sera la politique de ce parti ? C’est cela qui doit plus nous préoccuper. La tendance xénophobe se généralise en Europe. Hélas ! Et cela arrive juste au moment où les Africains commencent à arriver en Europe alors que les Européens ont immigré librement, ils sont allés partout où ils voulaient sans que les autochtones s’opposent. Ils ont inondé le monde et ils refusent maintenant que les peuples des pays pauvres arrivent chez eux. Le comportement politique et le discours de l’UDC font réfléchir mais ils donnent matière à réflexion aux étrangers qui vivent dans ce pays.

 


QUESTION 3

 


Un rapport sur les contrats miniers signés ces dernières années par le pouvoir de Kinshasa circule dans la presse. Quel est votre regard sur la situation de la RD Congo à travers cette actualité?

 

 

 

Je ne sais pas si les Congolais sont conscients que leur pays est le plus riche du monde. D’où était venu l’uranium avec lequel les Américains avaient fabriqué la bombe atomique larguée sur Hiroshima et Nagasaki et qui leur permit de mettre fin la Seconde Guerre mondiale ? N’est-ce pas du Congo belge ? La RDC n’est pas un pays pauvre, il est appauvri. Voilà un peuple qui vend les ressources les plus stratégiques et les plus chers, réclamés par les grandes puissances militaires et économiques du monde et qui est incapable de payer correctement et régulièrement les fonctionnaires. Même l’homme le plus bête ne peut pas comprendre cela. Alors quel est le problème ? Les Congolais qui sont assoiffés d’argent ne savent pas négocier, ils signent des contrats léonins sans connaître la valeur réelle (minerais du sous-sol) de ce qu’ils vendent, ils signent les documents sans se donner la peine de lire le contenu mot à mot, sans associer une équipe de juristes et d’économistes chevronnés, car les autorités croient que c’est en cachant les contrats qu’elles signent avec les compagnies étrangères qu’elles s’enrichiront rapidement. Avec une villa achetée en Afrique du Sud par une compagnie minière étrangère et offerte au ministre congolais, celui-ci est prêt à vendre son pays ! Nous sommes si bêtes et si idiots que toutes les compagnies minières rentrent rapidement au Congo, même celles qui ont quitté la RDC depuis des lustres sont revenues pour profiter de notre imbécillité. On ne peut pas posséder et vendre de l’uranium, du manganèse, de l’or, du cobalt, du coltan et être incapable d’avoir une armée nationale compétitive, et être incapable de défendre le territoire national, et être incapable de construire des routes de déserte agricole, etc. Comment pouvons-nous être si ridicules ? Pour quelle raison sommes-nous collectivement incapables de remettre en question tous les contrats miniers ? Nous avons tendance à oublier que les ressources naturelles du Congo appartiennent à tous les Congolais, ce n’est pas une richesse du président ni du ministre des mines ou de l’économie. Chaque Congolais a son mot à dire. Donc si nous sommes pauvres, c’est avant tout notre faute, c’est parce que nous sommes collectivement parlant assez naïfs. Chacun ajuste son comportement avec l’espoir qu’il sera récupéré par le pouvoir afin de se servir, c’est à-dire afin d’accéder à la mangeoire comme dit le professeur Augustin Mampuya. Alors on fait des éloges à des individus qui ne les méritent pas. On propose des idéologies rétrogrades qui ne peuvent pas développer le pays, car elles sont dépassées ou inadaptées aux réalités congolaises. L’élite congolaise est à plaindre à plus d’un titre, parce qu’elle est très complaisante. Des universitaires qui ont souffert pour obtenir leur titre académique sont prêts à faire des courbettes à des décideurs qui n’ont pas leur niveau et à qui ils doivent tout expliquer. Comme c’est ignoble ! Bref, les contrats léonins doivent être dénoncés en bloc afin de contraindre les compagnies extractives de les renégocier et afin qu’elles comprennent finalement que la RDC est un pays souverain qui a des droits à défendre et des exigences à faire valoir. Je traite plus profondément cette question dans mon livre à paraître bientôt : « Les fraudes électorales. Comment on recolonise la RDC .»

 


QUESTION 4

 


Vous étiez rentré au pays à l'entrée de l'AFDL en 1997 et vous aviez même occupé des hautes fonctions dans le secteur du tourisme. Pourquoi vivez-vous de nouveau en Europe?

 

 

 

J’étais effectivement rentré au pays en 1997 dans le cadre de la préparation de ma thèse de doctorat. C’était pour moi l’année de la collecte des données et un poste de PDG du tourisme m’a été proposé. J’ai accepté de servir mon pays et je me suis donné toutes les peines du monde pour relancer le tourisme en RD Congo. Ceux qui m’ont suivi reconnaissent mes contributions. Je ne chercherai pas à les énumérer. J’ai donné un espoir au tourisme congolais jusqu’à contribuer à la création d’un ministère du tourisme. Hélas, la titulaire de ce nouveau ministère avait cru que je cultivais les ambitions de devenir ministre de ce département alors que j’étais engagé à finir ma thèse. Elle m’a mené une vie si dure qu’elle a fini par me faire partir de l’Office du tourisme afin, croyait-elle, de travailler uniquement avec des femmes et des hommes liges et de garantir ainsi son fauteuil ministériel. J’ai été récupéré par un service de la présidence qui avait eu le temps d’apprécier mon travail et mon degré d’engagement dans ce que je faisais à l’Office du tourisme. Il y a encore des hommes honnêtes dans notre pays qui reconnaissent le mérite des gens même s’ils sont de plus en plus rares ! Mais voilà, j’ai passé cinq mois dans ce service de la présidence sans être rémunéré.

 

En revenant en Europe pour soutenir ma thèse, je devais financer les études de mon fils qui préparait son examen d’admission à l’université de Lausanne. J’ai finalement opté de rester en Suisse pour l’aider à poursuivre ses études. Je sers maintenant mon pays à distance. Cela dit, je n’aurais certainement pas publié autant de bouquins si j’étais rentré au Congo. Je suis donc en Europe pour préparer mon retour au Congo, car j’aime beaucoup mon pays et je vais le servir.

 


QUESTION 5

 


Malgré les élections, voici déjà un an, la RD Congo ne décolle toujours pas. Quelle est votre formule pour que le Congo devienne un Etat respectable et qui rend sa population heureuse?

 

 

 

Les élections en RDC étaient une mascarade. L’actuel chef de l’Etat était choisi bien avant l’organisation de ces élections. Les analystes et les politologues qui se donnent la peine d’être bien informés le savaient. Du reste, la journaliste belge du Soir, Colette Braeckmann, l’a dit ouvertement avant les élections. En fait, la communauté internationale et les firmes transnationales qui pillent les richesses du Congo voulaient se donner les moyens officiels d’organiser le pillage de notre pays qui fait saliver tous les rois, tous les princes et tous les riches de ce monde. Donc pour ne plus passer par le Rwanda et pour éviter les critiques sévères des experts des Nations Unies, la communauté internationale a organisé les élections. N’est-ce pas qu’on investit pour gagner ? Quelle est cette nation étrangère ou encore cette institution qui organiserait des élections dans un pays étranger avec  l’idée de les perdre après avoir dépensé près de 500 millions de dollars ? Les Congolais se sont fait avoir comme des enfants ! Les puissances étrangères et les firmes transnationales avaient besoin de la légitimité du chef de l’Etat pour obtenir des contrats léonins en guise de récompense. On l’a compris, les élections étaient une grande farce, une comédie.

 

Quelle est la suite ? Ceux qui ont investi dans les élections – c’est-à-dire ceux qui les ont financées – vont vouloir récupérer leur argent avec intérêt. Cela pourra prendre deux ans voire trois ans. Puis à la veille de prochaines élections, le gouvernement va initier quelques réalisations pour faire croire aux Congolais qu’ils doivent reconduire ceux qui sont au pouvoir afin qu’ils poursuivent les réalisations déjà commencées. Puis de nouvelles fraudes seront organisées. Non, ce cirque peut être arrêté si les Congolais le veulent. Que faire ? La première chose à faire, c’est de rendre publiques les informations secrètes et sensibles, car le peuple congolais a le droit de savoir. Il faut ensuite exiger le respecter de la gouvernance. Certes les parlementaires de l’opposition ne sont pas nombreux dans un Parlement composé en majorité du PPRD et de ses alliés. Mais même ceux du PPRD doivent comprendre qu’ils travaillent pour le Congo éternel, le Congo de leurs enfants et des enfants de leurs enfants. Ils doivent donc privilégier les intérêts du Congo là où ils ont tendance à défendre les intérêts égoïstes de leur coterie. Les Congolais doivent devenir des hommes dignes, respectables et respectés.

 

Je n’ai pas une formule magique pour rendre les Congolais heureux, mais je pense qu’ils doivent d’abord confier la direction de leur pays à des décideurs compétents qui n’ont pas de complexe devant leurs homologues étrangers, qui ne vont pas faire des courbettes devant le roi des Belges ou devant George W. Bush, comme des élèves ou des étudiants. C’est honteux et indigne. Il faut ensuite donner à la République des bonnes institutions et il faut surtout lutter contre l’impunité. Mon prochain livre revient sur plusieurs aspects que je soulève ici.

 

Ce sont les Congolais, qui par leur exigence et leur détermination, feront du Congo une grande puissance régionale. Mais nous devons avant tout arrêter d’être complaisants et pleins d’admiration pour les pays étrangers qui nous dominent et pillent nos richesses.

 

 

 


Propos recueillis par Cheik FITA à Genève,

 

Le  8 novembre 2007

 

 

 

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article

commentaires

ANNONCES...MESSAGES

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens