Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

 

Vidéo du slogan-phare des congolais jusqu'au 20 décembre 2016

kabila oyebela

Suivez  attentivement cette Vidéo.Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou: comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo… Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 08:12

 

REACTION DE MONSIEUR LWABANDJI LWASI NGABO,
VICE -GOUVERNEUR HONORAIRE DU SUD KIVU,
A LA DECLARATION DU PORTE PAROLE DES
 BANYAMULENGE A LA CONFERENCE DE GOMA
Monsieur le Président de la Conférence de Goma,
Mesdames et Messieurs les conférenciers,
Comme chaque fois qu'il s'agit de mon KIVU NATAL, je suis avec un grand intérêt les travaux de la Conférence qui se déroule à Goma, chef lieu de la Province du Nord Kivu, depuis le début du mois. C'est ainsi que j'ai pu prendre connaissance de certaines déclarations faites à la tribune de ce forum et qui sont affichées sur le site «amanileo.org ».
Me concernant personnellement je note qu'au cours de leur déclaration du 12 janvier 2008, des personnes se disant représentants des Banyamulenge et qui n'ignorent probablement pas la vérité, ont véhiculés - sciemment ou par ignorance - des mensonges et des contre vérités. 
En effet, dans leur déclaration, les Banyamulenge affirment notamment ce qui suit : « pendant cette même période, le 7 octobre 1996, le Vice Gouverneur du Sud-Kivu, Mr Lwabanji donna un ultimatum de 6 jours pour que tous les Banyamulenge aient quitté les Hauts Plateaux avec leurs vaches sans quoi, ces plateaux seraient brûlés. »
Convaincu que la paix ne peut être bâtie sur un mensonge grossier, j'ai d'abord jugé utile de me taire en espérant que la vérité finirait par triompher. Finalement, face à une intention de nuire manifeste, je me suis résolu à porter à votre connaissance ma version des faits en défiant quiconque disposerait des preuves du contraire de me les opposer.
Voici la réalité : comme vous pourrez le constater à la lecture du texte reproduit à partir de la cassette enregistrée, non seulement je n'ai fait aucune déclaration le 7 octobre 1996, mais bien le 08 octobre 1996, mais les paroles qui me prêtées ne sont pas de moi. Ni dans ma déclaration, ni dans l'une ou l'autre interview que j'ai accordées à différents médias étrangers ou locaux.
Je nie donc formellement avoir jamais ordonné l'expulsion des « Banyamulenge » vers le Rwanda, comme cela ressort des déclarations faites par Monsieur Alexis Gisaro à la Conférence de Goma.
En revanche, dans mon adresse, j'ai tout simplement annoncé à l'opinion nationale et internationale les dispositions que j'envisageais comme mesure des autorités régionales (provinciales) demandant aux bons citoyens des Hauts Plateaux (Banyamulenge et autres) qui n'avaient pas opté pour la logique des armes, de se tenir prêts à descendre à NUNDU, MBOKO et KAZIMIA à travers un corridor humanitaire que nous allions mettre en place avec le concours des organismes compétents que sont la Croix Rouge, le CICR et la FICR-CR (Fédération Internationale de la Croix Rouge et du Croissant Rouge). Le but était d'épargner les populations civiles en les amenant loin d'un endroit où leurs vies pouvaient être mises en danger, au moment où l'armée nationale projetait de se déployer pour défendre l'intégrité du territoire national agressé.
Je reconnais par contre qu'à l'issue de mon exposé du 08 octobre 1996 dans la salle de l'assemblée provinciale, répondant à une question d'un journaliste de l'Agence Reuters, j'ai affirmé que je considérais qu'une semaine (7 jours) pouvait suffire à ceux qui devaient quitter les Hauts Plateaux par le couloir sécurisé pour Nundu, Mboko et Kazimia. Comme vous le voyez, la manipulation de ce que j'ai déclaré conduit leurs auteurs à parler de 6 jours d'ultimatum pour rentrer au Rwanda alors que les localités de Mboko, Nundu et Kazimia sont bien situées au Congo, en Territoire de Fizi, et Fizi n'a aucune frontière commune avec le Rwanda.
Pour rappel, le contexte international du moment était celui de la reconnaissance du génocide rwandais que le FPR était occupé à « vendre », à faire avaler à tout le monde pour justifier même leur intervention au Zaïre. Les leaders Banyamulenge furent alors fort instrumentalisé s par le pouvoir en place au Rwanda. Ils étaient utilisés efficacement par les autorités de ce pays pour justifier notamment leur intrusion en territoire zaïrois.
Il sied de souligner que ledit couloir ne fut jamais mis en place, car d'une part, il y eut une opposition énergique de quelques leaders banyamulenge qui se trouvaient dans un pays voisin, dont Muller Ruhimbika. Ils envahirent les médias étrangers pour s'opposer à cette entreprise humanitaire envisagée, évoquant notamment que notre objectif était de les expulser vers le Rwanda ! Grave procès d'intention évidemment et bonne manipulation de l'art de la victimisation, au point de sacrifier des vies humaines quitte à en faire porter la responsabilité à ma personne, comme l'ancien secrétaire général de la CELPA, Monsieur Ruganza, avait tenté de le faire au cours d'un entretien téléphonique que nous avons eu à Louvain-La-Neuve revenant d'une réunion à Berlin en Allemagne. D'autre part, le CICR et la FICR-CR prirent peur et durent se rétracter par peur d'être accusées.  
En ma qualité de Gouverneur intérimaire, devais-je me taire en sachant les actions militaires d'envergure qui étaient projetées, au risque d'être plus tard taxé d'auteur ou coauteur d'un génocide des Banyamulenge, comme leurs déclarations dans les radios étrangères nous le laissaient présager ?  
En effet, qui ignore que le nombre réel des Banyamulenge était estimé à près de 50.000 personnes et que les chiffres de 200.000 ou de 450.000 avancés par eux et relayés par les médias étrangers manipulés visaient à faire porter la responsabilité d'un soit disant génocide des Banyamulenge au régime de Mobutu ? Qui ignore que des puissances comme les USA, la Grande Bretagne et la Belgique tenaient à punir essentiellement le Maréchal zaïrois pour des raisons économiques en utilisant le FPR qui lui-même avait des comptes à régler avec Mobutu pour sa grande amitié avec Juvénal Habyarimana, l'ancien Président du Rwanda ?
J'ai toujours considéré mon attitude comme parfaitement responsable. Celle-ci ne constituait en rien une incitation à la haine ethnique telle que définie par les instruments nationaux et internationaux pertinents. En aucune manière, ma responsabilité personnelle n'a jamais été engagée dans aucun acte de traitement inhumain, de meurtre, de massacre, ni d'appel populaire aux actes de ce genre à l'encontre d'un quelconque groupe ethnique. A moins qu'il existe une définition spéciale pour certains groupes tribaux ou ethniques qui ont usé - et usent encore - abusivement de la victimisation pour justifier l'injustifiable. En tout cas, pour moi, l'éloignement des populations civiles était un préalable avant que l'armée nationale n'aille déloger les « rebelles », ou mieux, les agresseurs de ces Hauts Plateaux.
En ce qui concerne l'accusation d'incitation à la haine ethnique, les affirmations de mes pourfendeurs sont exclusivement fondées sur des propos mensongers et des articles de la presse occidentale parus à partir du mois d'octobre 1996. Même les affirmations d'Amnesty International et d'autres organisations comme Human Rights Watch renvoient toujours à la même source, à savoir les médias.
Or, il n'est un secret pour personne que les médias occidentaux n'ont toujours pas été impartiaux dans le traitement de la crise de la Région des Grands Lacs de l'Afrique. C'est ainsi que prétendant défendre telle ou telle autre cause, ils sont allés jusqu'à déformer les faits dans une propagande partisane. L'exemple de la photo des trois guerriers nus dans les forêts de l'Est du Congo présentés en décembre 1996, est très éloquent à ce sujet.
Comme l'indique si bien le professeur Benoît Verhaghen, «  cette photo a fait le tour du monde mais avec des légendes différentes voire contradictoires : pour la journaliste belge Colette Braeckman du quotidien Le Soir, il s'agissait des Banyamulenge, donc des tutsi ; pour le Courrier International, il s'agissait des Hutus, et pour un journal anglais, des célèbres guerriers Maï Maï. En choisissant de focaliser l'information sur ces trois personnages ridicules, les auteurs du montage et les journalistes qui leur ont emboîté le pas, entendaient disqualifier l'autre camp et démobiliser l'opinion internationale. Quelle que soit la cause que ces journalistes prétendaient défendre, le procédé est de toute manière répugnant et témoigne d'un racisme larvé  ».
Plus loin, il ajoute : « en 1996-97, ce sont les hutu rwandais et tous ceux qui sont supposés être dans leur camp qui sont visés. A cet égard, le mot GENOCIDE a pu être utilisé ».
Comment dès lors ne pas conclure avec le professeur Benoît Verhaegen à « la corruption croissante et l'incompétence des médias  » ? Malheureusement, conclut-il, « la puissance de ces médias sur l'opinion et sur les décisions politiques s'accroît alors que les contenus sont de moins en moins fiables  ».
Au cours de la première « guerre de libération », des journaux belges, anglais et américains ont tenté avec beaucoup de succès d'accréditer la thèse d'une guerre « zaïro-zaïroise » en affichant Laurent-Désiré Kabila, jusqu'au moment où KAGAME a affirmé haut et fort que c'est lui qui avait planifié et dirigé ce qu'on s'accordait à faire passer pour une rébellion (cfr. Washington Post du 9 juillet 1997).
Comme vous pouvez le constater, la manipulation a été grande et le mensonge a été utilisé comme arme de guerre étant donné que tous les moyens étaient bons pour démolir l'ennemi - réel ou supposé -.
Personnellement je continue à réclamer la mise en place d'un tribunal international pour le Congo, car ma conviction demeure qu'un Etat ne peut pas être bâti sur le mensonge. Il faut au préalable mettre un terme à l'impunité et faire l'impasse sur la justice, c'est construire un château sur du sable !
Je termine en demandant que ma déclaration soit distribuée à tous les conférenciers et à la presse, afin de rétablir un tant soit peu ma dignité.
 

Fait en Belgique, le 15 janvier 2008

LWABANDJI LWASI NGABO
Vice Gouverneur honoraire

Partager cet article

Published by LWABANDJI - dans cheikfitanews
commenter cet article

commentaires

ANNONCES...MESSAGES

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens