Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

 

kabila oyebela

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Depuis le 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

11 septembre 2020 5 11 /09 /septembre /2020 07:51
Territoriale : FCC, Front commun pour le Congo ou Front pour le retour de J. Kabila au pouvoir ?

 

Par Cheik FITA

Bruxelles, le 11 septembre 2020

Le FCC, « Front Commun pour le Congo » a publié le 9 septembre 2020 un  communiqué dans lequel il s’inquiétait d’une mise en place imminente des cadres de la territoriale par le Ministre de l’Intérieur, l’UDPS Gilbert Kankonde Malamba.

Au point 1 de ce communiqué, le FCC affirme que « La nomination des cadres territoriaux… doit se dérouler en toute transparence de manière à rassurer toutes les parties prenantes au processus électoral »

Et au point 3 le FCC enfonce le clou en disant :

« … S’agissant des entités déconcentrées, tenir compte de l’impératif de la stabilité des cadres territoriaux en fonction depuis seulement 2018… »

Qui sont les cadres territoriaux ? La réponse se trouve dans la constitution congolaise en son Article 3 nous citons :

« Les provinces et les entités territoriales décentralisées de la République Démocratique du Congo sont dotées de la personnalité juridique et sont gérées par les organes locaux. Ces entités territoriales décentralisées sont la ville, la commune, le secteur et la chefferie. »

Comment accède-t-on à ces fonctions ?

Là aussi la constitution congolaise répond  dans ce même article 3 ainsi :

« La composition, l’organisation, le fonctionnement de ces entités territoriales décentralisées ainsi que leurs rapports avec l’Etat et les provinces sont fixés par une loi organique. »

Et qui dit la loi électorale ?

Dans ses articles 207 à 214, la loi électorale du la loi électorale N°17/013 du 24 décembre 2017 dit ceci :

« 

  1. Elections des conseillers de secteur et de chefferie (Arts 207 - 214)
  • La circonscription électorale pour l'élection des Conseillers de secteur ou de chefferie est le secteur ou la chefferie.
  • Les Conseillers de secteur et de chefferie sont élus pour un mandat de cinq sans renouvelable au scrutin au universel proportionnel de listes ouvertes à une seule voix préférentielle avec application de la règle du plus fort reste et avec représentation proportionnelle des groupements selon les modalités fixées par l'Article 209 de la Loi électorale.
  • Le Conseiller à un mandant de cinq renouvelable dans les conditions fixées par la Loi électorale
  1.  Elections des conseillers municipaux (Arts 190 -198)
  • La circonscription électorale pour l'élection des Conseillers municipaux est la commune.
  • Les Conseillers municipaux sont élus au suffrage universel au scrutin proportionnel de listes ouvertes à une seule voix préférentielle avec application de la règle du plus fort reste.
  • Le Conseiller à un mandant de cinq renouvelable dans les conditions fixées par la Loi électorale »

Et selon le calendrier électoral de la CENI, publié le 5 novembre 2017, et conformément à la loi électorale N°17/013 du 24 décembre 2017,

  • Le dimanche 22 septembre 2019, il aurait dû y avoir en RD Congo les élections pour les conseillers communaux et des secteurs/chefferies,
  • Le mercredi 4 décembre 2019, les élections des conseillers urbains, des bourgmestres, et des chefs de secteur.

Autrement dit, après 18 ans de pouvoir, le FCC aurait dû déjà organiser au moins deux fois les élections locales qui devraient désigner les dirigeants de la territoriale. Cela n’a pas été fait.

Lors du dernier processus, selon le calendrier de la CENI,  le FCC encore au pouvoir  devait doter le pays des dirigeants de la territoriale. Elle ne l’a pas fait.

A la place, le FCC avait nommé en 2018 ces animateurs, et le FCC le dit si bien dans son communiqué.

Faisant abstraction de ces graves manquements, le FCC se préoccupe subitement des élections de 2023.

Quelles élections en 2023 ? La présidentielle et les législatives… Comme en décembre 2018.

Et les locales ?        Silence.

Pourquoi cette fixation pour 2023 ?

En réalité, en tant que caisse de résonance de Joseph Kabila, quand le FCC dit élections 2023, il sous-entend : « Kabila candidat, Kabila, élu, Kabila Président »

Cette fixation est telle, que le FCC a subitement oublié que parler élections en RD Congo, c’est un pacquage qui va des locales à la présidentielle. Faire abstraction de cela, c’est dévoiler sans le vouloir sa pensée profonde.

Ainsi, le FCC, n’est pas un Front pour le Congo, mais un Front pour le retour de Joseph Kabila au pouvoir.

Partager cet article

Repost0
Published by Cheik FITA
10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 10:26
13 septembre 2020 à Bruxelles : Grande Manifestation du secteur de la santé

Par Cheik FITA

Bruxelles, le 10 septembre 2020

 

Dimanche 13 septembre 2020 à partir de 13 heures au Mont des Arts -Bruxelles-Centrale  aura lieu une grande manifestation en soutien au personnel de santé.

En première ligne de la lutte contre la COVID19, il y avait le personnel du secteur de la santé avec ce que cela implique comme risque et aussi d'un autre  côté le bénéfice que la société en a tiré.

Cette véritable « armée » a-t-elle  été rétribuée à sa juste valeur ?

Sur les différents tracts diffusés par les organisateurs on peut lire ceci :

« Après le confinement, réglons nos comptes »

« Nos vies valent plus que vos profits »

« Fini les applaudissements, place aux actes »

Ainsi, « Patient.e.s, soignant.e.s, syndicats et associations du secteur de la santé s’unissent pour revendiquer un refinancement des soins de santé et s’opposer à la marchandisation croissante de ce secteur. ».

Sur le site d’une des organisations partie prenante à la manifestation on peut lire ceci :

« Quelles sont les revendications ?

  1. La santé et le soin ne sont pas des marchandises ! Il est inacceptable que la logique de rentabilité prévale parmi les indicateurs associés au financement des politiques publiques en matière de santé.
  2. La crise sanitaire du Covid-19 révèle toute l’importance d’une protection sociale forte. Il faut investir à la hauteur des besoins identifiés et non en fonction d’objectifs économiques prédéfinis.
  3. Le patient et son projet thérapeutique devraient occuper une place centrale dans les soins.
  4. Les déterminants de la santé et la prévention devraient être intégrés dans les politiques publiques, en assurant leur soutien et leur financement au moins à la hauteur des soins dits curatifs.
  5. La coordination entre les différents acteurs du soin et le patient autour du projet thérapeutique devrait être renforcée et considérée de manière transversale, décloisonnée et non hiérarchique.
  6. Le développement à l’échelon local de structures de soins globaux, intégrés, continus et accessibles à tou.te.s doit être soutenu pour appréhender efficacement les défis de santé publique actuels et futurs (liés au vieillissement de la population, par exemple).
  7. L’organisation territorialisée et échelonnée des structures de soins de première ligne, disposant d’une grande autonomie d’action pour s’adapter aux spécificités locales, doit être soutenue.
  8. L’équité et la solidarité doivent redevenir des valeurs centrales dans notre système de soins de santé.
  9. Le financement des hôpitaux doit être clarifié. Les suppléments d’honoraires doivent être régulés et les hôpitaux financés de manière solidaire et équitable par rapport aux dépenses auxquelles elles doivent faire face.
  10. Démocratiser la santé publique  : les choix économiques et sociaux devraient être collectifs, plutôt qu’être l’exclusivité des dirigeants et des experts. Les avis des acteurs de terrain devraient être davantage pris en compte.
  11. Les plus bas salaires des professionnels de santé devraient être revalorisés et la pénibilité de leur travail prise en considération.
  12. Un juste contingentement des professionnels de santé  devrait être pensé et adapté aux besoins réels, en portant une attention particulière aux prestataires de la première ligne de soins et à certaines spécialités sous-représentées (la gériatrie et la psychiatrie notamment). »

 

Partager cet article

Repost0
Published by Cheik FITA
7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 07:46
Vu chez  nos confrères: Mike Mukebayi dézingue Lamuka Aile Muzitu-Fayulu 

IL-CdB

Vidéo: Peter Tiani

Dans son émission « Questions d’actualités» du 6 septembre 2020, notre confrère Peter Tiani a reçu le député provincial Mike Mukebayi.

Dans l’émission, Mike Mukebayi dézingue le candidat à la Présidence Martin Fayulu et avec lui l’ancien Premier Ministre de Kabila, Adolphe Muzitu.

Quelle est la pomme de discorde entre ces anciens alliés?

Ci-dessous la vidéo de l'émission.

PS. Mike Mukebayi est passé dans d'autres médias.

Partager cet article

Repost0
Published by Cheik FITA
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 19:42
Zhu Jing l'ambassadeur de Chine chez Kitenge Yesu,Haut Représentant du Chef de l'Etat

Le Haut Représentant et Envoyé Spécial du Chef de l'État congolais , Kitenge Yesu a reçu dans son Cabinet de travail,l’ambassadeur chinois accrédité en République démocratique du Congo, Zhu Jing . 
De quoi les deux personnalités ont-ils parlé?
Notre correspondant sur place n'a rien pu retirer de deux personnalités qui sont restés ensemble durant  plus d’une heure de temps .

A suivre. 

IL-CdB

Partager cet article

Repost0
Published by Cheik FITA
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 19:21

Partager cet article

Repost0
Published by Cheik FITA
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 04:26
Lu pour vous. Identification des Congolais : Au Conseil d'Etat, Kankonde gagne, Ruberwa perd

In "Le Phare" de Kinshasa du 04.09.2020

titre original: Identification des Congolais :le Conseil d’Etat tranche en faveur de Kankonde

Ce qui paraissait comme rumeur, vient d’être confirmé par l’Arrêt du Conseil d’Etat. Il s’agit de la saisine du Conseil d’Etat par le Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières Gilbert Kankonde pour trancher le malentendu qui l’opposait au ministre d’Etat en charge de la Décentralisation Azarias Ruberwa Manywa sur la paternité ou tutelle du processus de recensement de la population.

On rappelle en passant  que le même conflit s’était répercuté sur la tutelle ou l’autorité qui devrait parrainer le travail de l’Office National d’Identification de la Population, (ONIP). Voilà qui a poussé le VPM en charge de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières à solliciter l’arbitrage du Conseil d’Etat afin de tirer les choses au clair et départager une fois pour toutes les protagonistes.

Dans son Arrêt rendu public hier, l’organe habilité à arbitrer les cas de malentendu, mauvaise interprétation et conflits nés entre les institutions ou membres de celles-ci, a reconnu la paternité du ministère de l’Intérieur sur la question liée au recensement de la population.

Le Conseil d’Etat vient ainsi de mettre définitivement fin à un conflit ou tiraillement que d’aucuns qualifiaient d’inutile entre les animateurs du ministère de l’Intérieur et celui de la Décentralisation. Il reconnaît par cet Arrêt le ministère de l’Intérieur comme l’unique autorité à exercer le contrôle administratif du processus de recensement que l’ONIP va bientôt entreprendre sur l’ensemble du territoire national afin de doter la République Démocratique du Congo d’un Fichier Général de la Population (FGP). Celui-ci permettra de connaître le nombre global de la population vivant sur le sol congolais, en distinguant les Congolais des étrangers. Et à l’issue de l’opération, on établira une carte d’identité nationale exclusivement réservée aux Congolais.

La cagnotte de 350 millions USD aurait-elle servi de soubassement au conflit de compétence entre l’Intérieur et la Décentralisation ?

Certains analystes estiment que la somme à débourser pour financer les opérations de recensement serait au centre d’un conflit inexplicable ou mieux inutile entre le VPM Gilbert Kankonde et le ministre d’Etat Azarias Ruberwa, parce qu’au regard de l’ordonnance présidentielle fixantles attributions des ministères les choses sont très claires.

En plus, font-ils savoir, on reconnaît à ces deux personnalités une puissance de cerveaux avérée et qu’un tel malentendu n’avait pas de raison d’être si ce n’est que des calculs politiques qu’on tentait de privilégier.

C’est ici également, que le débat sur la taille jugée éléphantesque du gouvernement devrait être relancé. Car, des situations de conflit de compétences qu’on enregistre depuis quelque temps au sein du gouvernement ont pour origine l’émiettement des ministères dans le seul but de servir des partenaires ou alliés politiques, et non d’efficacité pour assurer la bonne gestion des affaires publiques.

On rappelle qu’avant le présent conflit qui opposait l’Intérieur à la Décentralisation sur la tutelle du processus de recensement, on avait déjà connu dans un passé récent des conflits pareils, notamment au niveau de l’Enseignement primaire et secondaire en opposition avec l’Enseignement technique et professionnel ; idem au niveau du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération régionale, tout comme les Affaires sociales avec la Solidarité et Affaires humanitaires ; etc.

On espère que ce qui vient de se passer entre Gilbert Kankonde et Azarias Ruberwa pourra cette fois-ci servir de leçon les décideurs de peaufiner à approfondir la question afin d’éviter dans l’avenir des conflits de compétences inutiles entre les différents animateurs des départements ministériels. Cela pourra également aider à réduire la taille du gouvernement et épargner des dépenses. Pour bien gérer, on n’a pas besoin d’une équipe gouvernementale gonflée mais plutôt de l’efficacité de l’action. Il n’y a qu’à voir la taille des gouvernements des pays nantis pour s’en rendre compte.

 

Dom 

ORDONNANCE  N° 20/017 DU 27 MARS 2020 FIXANT LES ATTRIBUTIONS  DES MINISTERES

Le Président de la République,

Vu la Constitution, telle que modifiée par la Loi n°11/002 du 20 janvier 2011 portant révision de certains articles de la Constitution du 18 février 2006, spécialement en ses articles 79, 90 et 91 ;

Vu l’Ordonnance n°19/056 du 20 mai 2019 portant nomination d’un Premier Ministre ;

Vu l’Ordonnance n°20/016 du 27 mars 2020 portant organisation, des Vice-premiers Ministres, des Ministres d’Etat, des Ministres, des Ministres délégués et des Vice-ministres ;

Vu l’Ordonnance n°20/016 du 27 mars 2020 portant organisation et fonctionnement du Gouvernement, modalités de collaboration entre le Président de la République et le Gouvernement ainsi qu’entre les Membres du Gouvernement ;

Revu l’Ordonnance n°17/025 du 10 juillet 2017 fixant les attributions des Ministères ;

Sur proposition du Premier Ministre ;

Le Conseil des Ministres entendu ;

Ordonne :

 

B. ATTRIBUTIONS SPECIFIQUES AUX MINISTERES

 

1. Ministère de l’Intérieur, Sécurité et Affaires Coutumières

- Politique d’administration du territoire ;

- Coordination des rapports entre les membres du Gouvernement et les Gouverneurs de Province en collaboration avec le Ministre en charge de la décentralisation ;

- Organisation, fonctionnement et enregistrement des partis et regroupements politiques ;

- Identification, encadrement et recensement administratif des populations ;

- Migration : suivi et surveillance des mouvements des populations à l’intérieur du pays ;

- Statuts des réfugiés ;

- Collaboration avec la Commission Electorale Nationale Indépendante dans la préparation des élections ;

- Coordination de la gestion des catastrophes naturelles en collaboration avec les ministères concernés ;

- Protection des personnes déplacées internes ;

- Politique de la sûreté nationale, intérieure et extérieure ;

- Maintien de l’ordre public, de la sécurité publique et protection des personnes et de leurs biens ;

- Pouvoir hiérarchique sur la Police Nationale et les services de sécurité ;

- Politique de lutte contre le terrorisme ;

- Migration et surveillance des frontières et police des étrangers et des frontières en République Démocratique du Congo ;

- Gestion des matières relatives aux maisons de gardiennage ;

- Elaboration des rapports périodiques sur l’état de la Nation ;

- Application de la législation sur les armes à feu ;

- Supervision des activités aux Affaires Coutumières.

 

Article 1er

Sans préjudice de la Constitution et des dispositions légales en la matière, les attributions des Ministères sont fixées comme suit :

A.. ATTRIBUTIONS COMMUNES A TOUS LES MINISTERES

- Conception, élaboration et mise en œuvre de la politique du Gouvernement dans les secteurs qui leur sont confiés ;

- Préparation des projets de Traités, Conventions et Accords internationaux, de lois, d’Ordonnances-lois, d’Ordonnances, de Décrets et d’Arrêtés d’exécution en rapport avec leurs attributions ;

- Tutelle des établissements publics et contrôle des services de leurs secteurs respectifs ;

- Approbation des marchés conclus par les entreprises et établissements publics à l’issue d’appels d’offres nationaux ;

- Gestion des relations avec les organisations internationales s’occupant des matières de leurs secteurs respectifs ;

- Représentation de l’Etat dans les rencontres nationales et internationales en rapport avec les matières relevant de leurs secteurs d’activités ;

- Gestion des relations avec les organisations nationales s’occupant des matières de leurs Ministères respectifs ;

- Gestion du secteur d’activités en collaboration avec les autres Ministères ;

- Gestion des agents de carrière des services publics de l’Etat en collaboration avec le Ministère  de la Fonction Publique ;

- Mise en œuvre de la politique du Gouvernement pour la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption et les antivaleurs ;

- Mobilisation des recettes assignées à leurs services ;

- Engagement des dépenses prévues au budget de l’Etat suivant le crédit alloué à leurs Ministères ;

- Avis préalable à l’agrément des ONG de leurs secteurs respectifs.

- Assistance aux autres Ministères dans la recherche et la négociation des ressources extérieures dans le cadre de la coopération bilatérale et multilatérale ;

- Suivi de la participation de la République démocratique du Congo au NEPAD, en collaboration avec le Ministère ayant le plan dans ses attributions ;

- Préparation des conférences et des négociations des Accords de coopération bilatérale, en collaboration avec les autres Ministères et Organismes concernés ;

- Préparation et gestion des travaux de Commissions mixtes et suivi de l’exécution de leurs décisions er recommandations.

 

9. Ministère de la Décentralisation et Réformes institutionnelles

 

- Mise en œuvre des stratégies et des mécanismes de la politique gouvernementale sur la décentralisation ;

- Mise en œuvre de la Caisse nationale de péréquation et suivi de son fonctionnement en collaboration avec les Ministères ayant les finances, le budget et le plan dans leurs attributions ;

- Coordination des rapports entre les membres du Gouvernement et les Gouverneurs de Province en matière de décentralisation ;

- Suivi de la mise en œuvre du découpage territorial en collaboration avec le Ministère ayant l’Intérieur dans ses attributions ;

- Mise en œuvre du transfert des compétences et des responsabilités aux Entités territoriales décentralisées et aux Provinces ;

- Coordination et canalisation des appuis à la décentralisation des partenaires au développement  et encadrement de la coopération décentralisée ;

- Collaboration avec la Commission Electorale Nationale Indépendante dans la préparation et l’organisation des élections provinciales, urbaines et locales ;

- Conception et mise en œuvre des réformes institutionnelles.

 

       

 

Partager cet article

Repost0
Published by Cheik FITA
2 septembre 2020 3 02 /09 /septembre /2020 06:41
Photo. Martin FAYULU de LAMUKA & Théodore NGOY DE FCC (capture d'écran)

Photo. Martin FAYULU de LAMUKA & Théodore NGOY DE FCC (capture d'écran)

Par KIMP.

In Journal  "Le Phare" de Kinshasa, mercredi 2 septembre 2020

 

Martin Fayulu, un des leaders de Lamuka et candidat malheureux à l’élection présidentielle du 30 décembre 2018, vient d’enterrer la « vérité des urnes », laquelle lui a pourtant servi de fonds de commerce politique pendant plus d’une année, au pays comme à l’étranger. Revenu au pays il y a une semaine, après environ cinq mois passés aux Etats-Unis d’Amérique, il a automatiquement relayé le forum avorté du Centre Interdiocésain planifié par le professeur Bob Kabamba, dont le thème général portait sur la réforme de la loi organique instituant la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante) et la loi électorale, avec en toile de fond la remise en cause des institutions issues du dernier processus électoral et leurs animateurs. Malheureusement, le coup monté a fait flop, faute d’adhérents attendus de la coalition au pouvoir, à savoir le FCC (Front Commun pour le Congo) et le CACH (Cap pour le Changement). A ce stade aussi, il a abandonné son fameux «Plan de sortie de crise», qui s’articulait autour d’une transition d’environ 2 ans, pilotée par Félix Antoine Tshisekedi, et lui-même comme président d’une méga-structure appelée Haut Conseil National des Réformes Institutionnelles.

 

            On apprend, aux dernières nouvelles, qu’il a rejoint la rhétorique développée ces temps derniers par le pasteur Théodore Ngoy, un autre candidat malheureux lors de la dernière course à la magistrature suprême, selon laquelle le Président élu et actuellement en fonctions, Félix Antoine Tshisekedi, devrait être destitué par la Cour Constitutionnelle, puisque coupable du délit de « haute trahison ». Le Chef de l’Etat est en effet accusé, dans le cercle des partisans de Lamuka, d’avoir permuté illégalement deux hauts magistrats, à savoir Noël Kilomba et Jean Ubulu, de la Cour Constitutionnelle vers la Cour de Cassation, et partant violé la Constitution.

            Martin Fayulu, qui se fait passer pour un défenseur acharné des prescrits de la Constitution depuis sa défaite électorale de décembre 2018 et la suite négative réservée à ses requêtes en contestation des résultats devant la Ceni comme la Cour Constitutionnelle, n’ignore pourtant pas la conséquence logique de sa démarche actuelle. C’est l’occasion de lui rappeler qu’en soutenant l’option de la destitution de l’actuel Chef de l’Etat, il roule automatiquement pour le retour du FCC (Front Commun pour le Congo) à la Présidence de la République, dont le candidat à la présidentielle, Emmanuel Ramazani Shadari, dauphin du Chef de l’Etat sortant, avait échoué dans les urnes.

            Le retour de cette plate-forme politique électorale au somment de l’Etat serait en effet inévitable au regard de l’article 75 de la Constitution qui dispose : « En cas de vacance pour cause de décès, de démission ou pour toute autre cause d’empêchement définitif, les fonctions de Président de la République, à l’exception de celles mentionnées aux articules 78, 81 et 82, sont exercées provisoirement par le Président du Sénat ».

 

Les contradictions

de Fayulu

            Lorsqu’en janvier 2019, la Cour Constitutionnelle avait déclarée recevable mais non fondée sa requête contestant les résultats de la présidentielle de décembre 2018, Martin Fayulu avait traité les magistrats de cette haute juridiction de tous les noms, les accusant d’être instrumentalisés par le FCC. Pourtant les deux magistrats dont il défend aujourd’hui, à savoir Noël Kilomba et Jean Ubulu, et pour la cause de qui il exige la destitution du Président de la République en exercice, s’étaient prononcés eux aussi contre sa « fameuse vérité des urnes ».

            Que s’est-il passé pour que cet acteur politique se mette, sans transition, à soutenir deux hauts magistrats qu’il avait jeté, en janvier 2019, dans le même panier que leurs collègues de la Cour Constitutionnelle qu’il accusait d’avoir tripatouillé les procès-verbaux des résultats de la présidentielle de décembre 2018 ?

            Quant à la démarche de Fayulu visant manifestement le retour du kabilisme au sommet de l’Etat, elle est porteuse d’un agenda caché que des millions de Congolaises et de Congolais seraient curieux de connaître. A quel prix va être « vendu » le mandat de Félix Antoine Tshisekedi au FCC ? Ce leader de Lamuka, au lieu de continuer de jouer à cache-cache, devrait avoir l’honnêteté et le courage de dire à ses compatriotes congolais pour quel camp politique il roule en attendant les élections de 2023.

S’il est réellement de l’opposition républicaine, il ne devrait pas soutenir un schéma qui accorde au FCC un bon gratuit de retour à la Présidence de la République.           

   Kimp

 

Partager cet article

Repost0
Published by Cheik FITA
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 13:02
Présidence de la CENI : Paul Nsapu teste la bonne foi des politiciens et Cie

Par Cheik FITA

Bruxelles-Paris 29 août 2020.

Devant plus d’une centaine de participants malgré le niveau rouge de la pandémie du Coronavirus à Paris, Paul Nsapu, Président de la Ligue des Electeurs et  Me Mulumba se sont exprimés durant plus de trois heures de temps.

Le thème du jour : Quelle commission électorale pour les élections crédibles et transparentes en République démocratique du Congo ?

Me Mulumba a planché sur les conditions générales pour de bonnes élections

" Une élection  permettant aux citoyens de décider sur le choix de leurs dirigeants,  doit être bien préparée, elle doit être bien gérée,  et  surtout être organisée en toute transparence."

En passant, il a déploré la médiocrité de la classe politique congolaise qui est un vrai boulet attaché aux pieds du Congolais.

Il a conclu sa communication en ces termes:

" Deux options fondamentales s’offrent à nous :
Soit ; on fait le choix de l’immobilisme et du statuquo, on garde les choses telles qu’elles sont, ce qui est une garantie pour l’instabilité politique et les élections toujours contestées.

Soit ; on décide de s’engager dans une dynamique de changement avec les reformes du système électoral dans sa globalité, ce qui est une assurance pour les élections crédibles et la paix durable. 
Le président Félix Tshisekedi milite pour la construction de l’Etat de droit en République démocratique du Congo. 
Mettre en place une Commission électorale neutre et impartiale, pour les élections crédibles et transparentes, c’est aussi, construire un Etat de droit. Et, cela s’inscrit aussi dans sa vision du peuple d’abord, car avec une Commission électorale réellement indépendante, le peuple ne votera pas juste pour  voter, mais votera pour décider. "

Paul Nsapu a parlé de son parcours avant de dresser le portrait-robot de celui qui devrait diriger la CENI-post Kabila : Manager, honnête, ayant une notoriété internationale.

A la fin de sa communication Paul Nsapu a annoncé qu’il était candidat à la présidence de la CENI, Commission Electorale Nationale Indépendante.

Paul Nsapu a un réel soutien de la diaspora. Il est non seulement le précurseur des ligues pour les élections en RD Congo, mais il a gardé le cap depuis des années, au point qu’aujourd’hui, des milliers d’observateurs électoraux en RD Congo et en Afrique sont le fruit de son travail.

Le chemin vers la présidence de la CENI est-il un boulevard pour Paul Nsapu ?

L’Info en Ligne des Congolais de Belgique a posé à Paul Nsapu la question suivante à ce propos et voici sa réponse :

Question à Mr PAUL NSAPU

Bonjour Mr Paul et Félicitations pour cet engagement qui date de plusieurs décennies.

Le monde politique et de la société civile congolaise  aurait  été de bonne foi, Vous n’auriez pas posé votre candidature. On serait venu vous chercher pour diriger la CENI. Votre parcours et votre expertise l’attestent.

Dans le contexte socio- politique actuel, il faut une pression pour bouger les lignes.

La diaspora peut vous soutenir, la population peut vous soutenir. Pouvez-vous donner ce que vous considérez comme goulots d’étranglements où ceux qui doivent vous soutenir peuvent agir et obliger le politique Congolais à vous faciliter l’arrivée à la Présidence de la CENI

Merci

Réponse de Paul Nsapu

« Le goulot d’étranglement ne peut venir que des acteurs politiques puisque ces acteurs politiques  ne voient que leurs intérêts: prendre ou conserver le pouvoir par tous les moyens…  Là il faudrait une population avisée debout, déterminée à défendre ses droits. Et on a vu qu’avec une population debout, qui bouge, on peut arracher des victoires dans l’intérêt de ce même peuple.

 Il y a quelques mois avec les manifestations qu’il y a eues contre les trois projets de loi Minaku ainsi que la tentative de faire passer un candidat de l’équipe de l’ancien Président de la CENI  Corneille Nangaa, il y a des manifestations partout, si la même population tient à faire passer son candidat, le candidat du peuple, …

La deuxième chose, c’est au niveau extérieur, au niveau des partenaires qui peuvent apporter un appui…

Enfin notre société civile doit se mobiliser comme à l’époque de la CNS…

Ce serait une victoire dans l’intérêt de la population. »

La candidature de Paul Nsapu est un véritable test pour la classe politique et compagnie. Saura-t-elle mettre de côté ses prises de positions partisanes lors du processus de désignation du Président de la CENI, ou fera-t-elle fi de tout sentiment patriotique, jouer les égoïstes, quitte à empêcher le pays d’avoir enfin de bonnes élections grâce à un dirigeant digne dont le profil sort du lot ?

VIDEO: NOTA BENE. Il n'y a pas de son durant les 8 premières minutes 

Partager cet article

Repost0
Published by Cheik FITA
30 août 2020 7 30 /08 /août /2020 09:31
Clash Kankonde-Ruberwa ? Mise au point du service de presse du VPM/Intérieur

Par Cheik FITA

Bruxelles, le 30 août 2020

Que s’est-il passé lors de la réunion des Ministres du vendredi 28 août 2020 entre le Vice-Premier Ministre de l’Intérieur Gilbert Kankonde Malamba et Azarias Ruberwa Manywa, Ministre d’Etat chargé de la Décentralisation et reformes institutionnelles ?

Des versions de tout genre ont circulé dans les réseaux sociaux. Quand on sait que dans le microcosme congolais, les réseaux sociaux ont une caractéristique : transformer une information à chaque rediffusion !

L’info en Ligne des Congolais de Belgique a contacté les services de presse du ministère de l’Intérieur. Et voici la mise au point qui nous a été communiquée :   

« Mise au point ;

Vice-Primature, Ministère de l'intérieur sécurité et affaires coutumières. _

Contrairement à ce qui se raconte par certains chroniqueurs se déclarant être de la presse, des personnes peut-être sans scrupules, il y a pas eu affrontement entre le Vice-Premier Ministre , Ministre de l'intérieur Gilbert Kankonde Nkashama Malamba et celui de la décentralisation Ruberwa Azarias lors du conseil des ministres de ce vendredi .

En effet ;

1. C'est plutôt la suite des échanges déjà amorcés entre les deux ministres sur plusieurs points. Entre autres les attributions de deux ministères. Le moment était venu de porter cela devant le conseil des ministres. Il y a eu beaucoup de convergences que de divergences.

2. Toutes fois, le Vice Premier Ministre, Ministre de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières a fait remarquer et sa position reste comme telle:

Que la question de l'identification nationale ainsi que celle de la - CENI restent sous sa bénédiction. Ces points, compétences sont non négociables et ne peuvent souffrir sous aucun prétexte d'un démembrement. Le Ministère de l'intérieur n'attend pas céder, une de ses attributions.

3. A Kasumbalesa il s'agit bien des jeunes désœuvrés à la recherche du bien être. Plusieurs ONG de la place ainsi que les confessions religieuses ont confirmé la version du VPM Intérieur. La grande question est comment organiser la prise en charge de ces jeunes gens ? Au lieu de les traiter des miliciens, bandits, rebelles et vouloir rajouter la peine.

4. Conseil d'État ;

Il est de droit que certains points de divergences profond ( sur l'administration ) soient portés à la connaissance du juge administratif . Ce dernier peut nous apporter de la lumière. Si on peut se le permettre " c'est comme une forme de question préjudicielle en vue d'éclairer toutes les parties». La démarche du VPM Intérieur Gilbert Kankonde est saine et fondée de surcroît.

Direction Presse Vice-Primature Ministère de l'intérieur sécurité et affaires coutumières.

Signé : directeur presse et communication du VPM intérieur, Louis d'Or Ngalamulume.

Partager cet article

Repost0
Published by Cheik FITA
27 août 2020 4 27 /08 /août /2020 21:01
Clin d’œil de la ville de Bruxelles au Dr Mukwege

Par Cheik FITA

Bruxelles, le 27 août 2020

En sortant du métro De Brouckère, on ne peut manquer de voir l’immeuble qui abrite des services de la ville de Bruxelles et sur l’écran géant qui  est apposé à l’une des faces, défilent des publicités. Toutes les minutes, apparaît l’effigie du Prix Nobel congolais de la Paix Dr Mukwege.

Et dans le coin supérieur gauche la signature de l’initiateur : la ville de Bruxelles.

Pourquoi ce clin d’œil de la Ville de Bruxelles à la personnalité congolaise ?

Il y a peu, les autorités rwandaises se sont permis de menacer le médecin congolais, le traitant au passage avec des termes peu courtois.

Avec cette publicité, la ville de Bruxelles se range clairement derrière la Paix et non derrière les va-t-en-guerre.  

Partager cet article

Repost0
Published by Cheik FITA

ANNONCES...MESSAGES

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES: 

RD Congo, sans un seul coup de feu

 

 

 

 

 

 

RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

Nous contacter en cliquant sur le lien suivant: http://www.cheikfitanews.net/contact

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

 http://banamikili.skyrock.com/

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE

 rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne lien 

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

FOCUS

Liens