Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

VIDEO à Voir et à partager. 

Cheik FITA: Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, ses convictions, sa lecture de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycott des musiciens du Congo par les combattants... 

Le virus Ebola dans la province congolaise de l'Equateur

Les analyses faites par l’Institut national de recherches biomédicales (INRB) attestent deux cas d’Ebola sur les huit prélèvements ramenés de l’aire de santé de Djera à Boende dans la province de l’Equateur, où une «fièvre hémorragique d’origine indéterminée» a fait treize morts. (25.08.2014

Liste des 85 multinationales qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

 Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les Télévisions, les armes, missiles,…. Voici la liste des 85  multinationales (ci-dessous) mises en cause par l’ONU dans le pillage de la RDC et financement indirect de la guerre civile à l'est.

lire la suite en cliquant sur le lien suivant : http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

Vie de rénégat: 

MALU MALU cheikfitanews

En RD Congo, l'église désavoue l'abbé Malu Malu. (RFI)L'abbé Apollinaire Malu Malu a été désavoué par l'Eglise catholique. La conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), réunie ce samedi 29 juin 2012, a demandé des sanctions canoniques contre lui. Le prêtre avait été reconduit il y a peu à la tête de la commission électorale. Malu Malu perd, dans un premier temps, son poste de directeur général de l'institut panafricain Cardinal Martino. La CENCO demande aussi aux fidèles et aux « hommes de bonne volonté » d'être prêts à faire échec à toute manoeuvre de modification de la Constitution. source, RFI

1. Partant, le cas de Mr l’Abbé Apollinaire Malumalu, prêtre du Diocèse de Butembo-Beni qui a opté d’œuvrer au sein de la CENI sera pris en charge par son Evêque qui appliquera à son endroit les sanctions canoniques qui s’imposent.
1.Peinés par le cas très regrettable de l’engagement de Mr l’Abbé Malumalu à la CENI, les Evêques de la CENCO l’ont, pour leur part, démis de sa fonction de directeur général de l’Institut panafricain Cardinal Martino (IPCM).
1.Ce cas déplorable a donné aux Evêques membres de la CENCO, l’opportunité d’exhorter et de rappeler à tous les ecclésiastiques (prêtres, religieux et religieuses) la noblesse de leur identité dans l’Eglise et l’impératif d’honorer ses exigences dans leur vie et leur ministère. (Extrait communiqué de la CENCO)

cheikfitanews.net, contact téléphonique :0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 20:06

Madame Joëlle Milquet Vice-première Ministre et ministre de l’intérieur et de l’égalité des chances a reçu mardi 11 mars 2014 en son cabinet une délégation d’une vingtaine de personnes représentant une trentaine d’associations issues de la diversité multiculturelle de Belgique.

Ces associations étaient signataires d’une lettre ouverte, à propos des traitements dégradants et insultes à l’encontre de la députée bruxelloise Gisèle Mandaila, le 15 février 2014 à l’aéroport de Zaventem.

Les représentants de ces associations ont exprimé toute leur indignation face à ce énième délit de racisme de la part des policiers. Conséquences de l’impunité ?

Les délégués ont demandé à madame la ministre qu’il y ait un signal fort afin de contenir les bavures policières générées par le racisme, la négrophobie et la xénophobie. Et l’accent a été mis sur l’aboutissement rapide de l’enquête sur ce vol SN Brussel du 15 février 2014.

Après avoir écouté ses interlocuteurs, surtout des femmes, madame Milquet a déclaré qu’elle avait effectivement à cœur toutes ces remarques. Et bien avant l’incident, son ministère avait déjà initié des projets de texte de lois sur le statut disciplinaire dans la police, les compétences du ministre fédéral ne s’arrêtant qu’à un niveau des cadres de la police. Quant à la suite du dossier, la ministre avait déjà demandé une enquête à ce propos, notamment avec des témoignages de gens qui étaient dans l’avion duquel Gisèle Mandaila avait était débarquée sans ménagements.

En se projetant sur l’avenir de la Belgique, la ministre a affirmé que les communautés tant marocaines que congolaises sont devenues une réalité incontournable de la société belge d’aujourd’hui et que leur apport socioprofessionnel devrait être acté et intériorisé. Ce qui explique les différentes régularisations dont son parti a été souvent à la base.

Compte tenu de la complexité des problèmes engendrés par l’affaire Mandaila, la ministre a promis à ses interlocuteurs être toujours disponible pour des concertations afin de dénouer les différentes implications.

Deux collaborateurs de madame Milquet ont pris une part active à cette rencontre.

Avant la levée de la séance, une des initiatrices de la rencontre, madame Lydie Basila du collectif des femmes congolaises pour la justice et la paix, a déclaré que leurs actions ne s’arrêteraient pas là. Leur dynamique avait prévu de rencontrer toutes les parties prenantes à l’affaire, notamment la société SN Brussel.

 

Bruxelles, le 11 mars 2014

Cheik FITA

Partager cet article

Published by Cheik FITA
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 20:33
Le député récoltait des signatures sur la Grand-Place sans autorisation… Découvrez son arrestation en vidéo!

Alors qu’il s’affairait à récolter des signatures sur la Grand-Place de Mons pour pouvoir présenter son parti Debout Les Belges aux élections, le député a fait l’objet ce samedi en début d’après-midi d’une arrestation judiciaire sur la Grand-Place de Mons.

 

Motif initial de l’intervention policière ? Laurent Louis n’aurait pas eu les autorisations nécessaires pour ce faire sur la voie publique.

POUR LIRE LA SUITE, CLIQUEZ ICI 

 

http://www.dhnet.be/actu/faits/mons-arrestation-judiciaire-pour-laurent-louis-video-531b30f7357024dca855bdc3

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 23:13

En ce début du mois de mars, mois de la femme, ayant appris que madame Marthe Tshisekedi séjournait en Belgique, une délégation de femmes congolaises de Belgique engagées dans le combat politique, a rendu une visite de courtoisie à mama Marthe, épouse du président Tshisekedi, avant qu’elle ne rentre au pays. La délégation a été conduite par messieurs Rigobert Kuta représentant -Europe de la MPP, majorité présidentielle populaire, et maître Papis Tshimpangila, membre de l’association Tshisekedi for President.

Au cours de l’entretien ces femmes congolaises de Belgique ont exprimé leur admiration pour la résistance de madame Marthe Tshisekedi qui a partagé toute sa vie les différents sorts subi par son mari, depuis plus de trente ans, à travers différents régimes qui se sont succédés en RD Congo, quand ils viraient vers la dictature et la répression de tout son de cloche politique différent.

Madame Tshisekedi a seulement dit à ses visiteuses que vivant en Europe, dans des pays démocratiques, elles devaient toujours avoir une pensée pour leur pays la RD Congo, penser à la souffrance des leurs, dans un pays qui a tant de potentialités. Elles devraient avoir l’amour du pays, l’amour des autres et surtout être unies.

Quoique n’aimant pas beaucoup être médiatisée, madame Tshisekedi a néanmoins accepté de se faire prendre en photo avec ses visiteuses.

Bruxelles, le 7 mars 2014

Cheik FITA

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 18:43

Monsieur Aubin Kikonka président du mouvement de pression Bana Congo a été reçu le jeudi 6 mars 2014 au ministère des affaires étrangères de Belgique par un membre du cabinet de monsieur Didier Reynders, ministre des affaires étrangères.
Quelques membres du mouvement l’accompagnaient.
Aubin Kikonka a remis une lettre urgente à l’intention du ministre dans laquelle le groupe de pression demande à l’homme d’état belge de mettre en garde l’abbé Malu Malu contre l’initiative de provoquer une révision constitutionnelle sous des prétextes fallacieux, pire, pour ensuite organiser des élections indirectes au grand mépris de la constitution qu’il avait pourtant vanté en 2006.
Pour monsieur Aubin Kikonka, la Belgique est bien placée pour cela, car, soutenant financièrement le processus électoral congolais.
Les Bana Congo ont profité de l’occasion pour lancer un appel à tous les Congolais tant au pays qu’à l’étranger pour empêcher monsieur Malu Malu d’imposer ses vues.

Bruxelles, le 6 mars 2014 
Cheik FITA

 

Sévère mise en garde des Bana Congo à Malu Malu via le ministère belge des affaires étrangères

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 04:08

Dans un communiqué rendu public le 28 février 2014, la CENCO,Conférence Episcopale Nationale du Congo vient de dire « Non » à l’organisation des élections locales, municipales, urbaines, provinciales au suffrage indirect, tel que l’avait proposé l’abbé Malu Malu, pour la premier fois devant la commission des affaires étrangères du parlement belge à Bruxelles, puis devant ce qui sert de parlement en RD Congo.

Voici l’argument principal de la CENCO :

« L’hypothèse des élections des Conseillers urbains, bourgmestres, Chefs des secteurs, Maires ainsi que des Députés  provinciaux au suffrage indirect est de nature à compromettre le processus de consolidation de notre jeune démocratie. Car, le Souverain primaire se verrait ainsi mis en marge du processus de désignation de ses gouvernants et son droit de participer directement à la vie publique s’amenuiserait. Dans l’hypothèse d’un suffrage indirect, la crainte de manipulation et de corruption des électeurs est beaucoup plus grande. »

 

Avec toute l’intelligence qu’on lui connaît, monsieur l’abbé Malu Malu ignore-t-il cela ?

Ne cherche-t-il pas un prétexte pour piéger le parlement congolais afin de programmer une révision constitutionnelle et par la même occasion, ouvrir la boite de pandore en offrant à la majorité kabiliste  l’occasion de tenter une révision de l’article 220, quoique bétonné ?

En 2011, la majorité kabiliste avait révisé à la hussarde la constitution pour imposer un tour unique pour la présidentielle. Ce n’est pas aujourd’hui qu’elle se gênerait si des enveloppes d’argent été mises en jeu.

Les gesticulations de l’abbé Malu Malu ces derniers temps auprès de différents groupes sociaux sont plus que suspectes.

Une grande mobilisation s’imposeau pays et à l'étranger, pour ramener l’abbé Malu Malu sur le droit chemin. A voir son jusqu’auboutisme, « l’homme de Dieu » est disposé à créer une fracture dans la société congolaise et même mettre le feu au pays, pour imposer son fameux scénario d’élections indirectes, un véritable mépris pour le souverain primaire qu’est le peuple congolais.

Bruxelles, le 4 mars 2014

Cheik FITA

Photos: une vue partielle des évêques du Congo, et l'abbé Santedi. source; cenco.cd

 

Ci-dessous, le communiqué de la CENCO.

1. Réunis en Comité permanent du 24 au 27 février 2014, les  Archevêques et Evêques membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) se sont penchés entre autres sur la situation de notre pays. lls ont rendu grâce à Dieu pour tant d’événements heureux survenus dans notre pays, notamment la tenue des concertations nationales et la mise sur pied d’un Comité de suivi des résolutions issues de ces concertations, l’accalmie observée dans les zones jadis occupées par le M23, les efforts qui se poursuivent pour rétablir la sécurité dans le pays, en particulier dans le Nord et Sud-Kivu ainsi que dans le Katanga.

2. lls ont également examiné les options de la feuille de route du cycle électoral 2013-2016 présentée par la Commission Electorale Nationale lndépendante (CENI) ainsi que sa planification pour la fiabilisation du fichier électoral et la stabilisation des cartographies opérationnelles.

3. Considérant que le cycle électoral en cours constitue un enjeu fondamental et décisif  pour la construction d’un Congo réellement démocratique, apaisé et porteur des nouvelles possibilités de développement et, préoccupés par le dépassement du mandat des députés provinciaux et des sénateurs ainsi que par le dysfonctionnement institutionnel et la crise de légitimité dans les entités territoriales et urbaines de base :

4. Les Evêques recommandent l’apurement des arriérés électoraux comme gage de l’assise de la démocratie et du renforcement de la cohésion nationale

5. Ils demandent à cet effet, la tenue des élections provinciales au premier trimestre 2015 afin de mettre en place des institutions légitimes.

6. Ils recommandent que les opérations de fiabilisation du fichier électoral en cours et la stabilisation des cartographies opérationnelles s’effectuent de manière transparente et consensuelle afin de rassurer tout le peuple congolais.

7. Ils estiment que l’hypothèse des élections des Conseillers urbains, bourgmestres, Chefs des secteurs, Maires ainsi que des Députés  provinciaux au suffrage indirect est de nature à compromettre le processus de consolidation de notre jeune démocratie. Car, le Souverain primaire se verrait ainsi mis en marge du processus de désignation de ses gouvernants et son droit de participer directement à la vie publique s’amenuiserait. Dans l’hypothèse d’un suffrage indirect, la crainte de manipulation et de corruption des électeurs est beaucoup plus grande.

8. Ainsi, conformément aux prescrits de la Constitution en son article 197, les Evêques demandent avec empressement que les élections au niveau provincial tout comme les élections municipales, urbaines et locales soient au suffrage universel direct, afin de promouvoir la démocratie à la base en renforçant le contrôle du peuple sur ses représentants.

9. Tenant compte du coût que ces élections entraînent, les Evêques estiment qu’il est avantageux de coupler les élections provinciales et locales. Dans la perspective de garantir la souveraineté de notre Etat, le Gouvernement de la République devrait prévoir, dans son budget, les dépenses inhérentes à ces élections avant de compter sur l’appui financier de ses partenaires traditionnels.

10. Les Evêques en appellent à la volonté politique de nos gouvernants et à la mobilisation de toute la population congolaise pour que le processus électoral se passe dans la paix et la vérité, dans la transparence et le respect des délais constitutionnels.

11. Afin de garantir la réussite totale du processus électoral en cours, les Evêques invitent la communauté internationale, en particulier la Monusco, à s’impliquer davantage dans l’appui financier et logistique de prochaines élections.

12. L’Eglise catholique, fidèle à sa mission évangélisatrice, accompagnera par la prière, la formation à l’éducation civique ce processus électoral dont dépend l’avenir de la nation congolaise.

13. En cette année du cinquantenaire du martyre de la Bienheureuse Anuarite, les Evêques élèvent leurs prières au Dieu Tout-puissant pour que les prochaines élections consolident notre démocratie et inscrivent notre pays dans le registre des nations respectables et dignes.

 

Fait à Kinshasa, le 28 février 2014

Pour les Evêques membres du Comité permanent de la CENCO

 

Abbé Léonard Santedi

Secrétaire Général de la CENCO

Le « Non » de la Cenco au suffrage indirect proposé par Malu Malu

Partager cet article

Published by Cheik FITA
commenter cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 23:48


Les représentants extérieurs de l’UDPS, Union pour la démocratie et le progrès social, parti politique congolais, ont clôturé  le dimanche 2 mars 2014,à l’hôtel Husa Président de Bruxelles. leur séminaire de réflexion ouvert le vendredi 28 févier 2014.
À l’issue de ce séminaire, une déclaration finale a été lue par monsieur Félix Tshisekedi Tshilombo, secrétaire national chargé des relations extérieures.
Si les différentes recommandations du séminaire seront envoyées en primeur à la direction politique du parti, un certain nombre de points ont transpiré de cette déclaration. Durant ce séminaire, il y a eu:
 - Une analyse introspective sans complaisance de la vie du parti,
-  La levée des options à prendre face aux enjeux politiques de l’heure,
-  La déclaration de l’attachement des délégués au président de leur parti, monsieur Etienne Tshisekedi, et la détermination à le soutenir pour la conquête de l’imperium en vue de l ‘établissement d’un état de droit et démocratique,
-  La détermination de faire barrage aux manigances du pouvoir kabiliste de régner par imposture et par la tyrannie,
-  La volonté de sortir le pays de l’impasse politique par des actions diplomatiques tout azimut.
-  L’engagement face au peuple pour la lutte pour l’unité du pays et la sécurité pour toute la population.

Bruxelles, le 2 mars 2014 
Cheik FITA


 

Partager cet article

Published by Cheik FITA
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 09:23

Les représentants extérieurs de l'UDPS voir liste plus bas

Félix Tshisekedi Tshilombo, lors de son discours.

Photos. Copyright by cheikfitanews

Samedi 28 février 2014, à l’Hôtel Husa Président Park de Bruxelles, il s’est ouvert un séminaire de réflexion rassemblant les représentants à l'extérieur de l’UDPS, Union pour la démocratie et le progrès social, parti politique congolais.

Ce séminaire qui se clôturera le 2 mars 2014, est organisé par le Secrétariat National aux Relations Extérieures de ce parti.

L'objectif de ce séminaire est de contribuer à renforcer la lutte en dotant le parti d'outils nécessaires pour la finalisation du combat pour la libération du Congo et des Congolais.

Lors de la conférence de presse qu’il a tenue vendredi 28 après-midi, monsieur Félix Tshisekedi Tshilombo, secrétaire national aux relations extérieures du parti a rappelé qu’il y a deux semaines, le parti UDPS a totalisé 32 ans d’existence.

Il était normal que ses membres s’arrêtent un instant pour faire le bilan du chemin parcouru, redonnent du tonus à la lutte et préparent les esprits aux nombreux défis qui attendent les Congolais pour instaurer un véritable état de droit et de démocratie.

Viendra ensuite la description du tableau que la RD Congo offre aujourd’hui.

En premier lieu le processus électoral biaisé de novembre 2011 « caractérisé par une fraude massive et scandaleuse ayant permis de remettre en selle un pouvoir sanctionné par les urnes.

« L’insécurité à l’Est qui refait surface alors que la guerre avait pris fin à la faveur de pressions internationales. »

La vie sociale du citoyen qui dégringole, le pouvoir d’achat qui s’amoindrit… Et cela depuis plus de dix ans après la signature des accords de paix de Sun city à Pretoria, accords qui auraient dû baliser le chemin vers la paix  et le progrès social.

Pour rappel, ces accords exigeaient comme préalables avant l’organisation de tout scrutin, le recensement et l’identification de la population. Le clan « Joseph Kabila » ayant fait fi de tout cela, s’en suivront plusieurs conséquences fâcheuses :

  • Deux batailles rangées dans les rues de Kinshasa entre les milices de Bemba et de « Kabila » en août 2006 et en mars 2007,
  • Des exactions à tours de bras dans le pays : massacres des adeptes de Bundu dia Kongo au Bas Congo, massacre des pécheurs Enyele à l’Equateur, assassinat de Floribert Chebeya, de son chauffeur Fidèle Bazana, d’Armand Tungulu…
  • Pour faciliter son maintien au pouvoir, monsieur « Joseph Kabila » modifiera la constitution à la hussarde en ramenant le scrutin présidentiel à un tour.
  • Avant les élections de 2011, les différentes manifestations de l’UDPS pour exiger le toilettage du fichier électoral seront réprimées dans le sang, le paroxysme ayant été atteint par la séquestration du candidat Tshisekedi à l’aéroport de Ndjili afin qu’il ne tienne pas le dernier meeting de campagne à Kinshasa.
  • Face à tous ces impairs ? Un silence assourdissant de la communauté internationale !

En cette veille d’un nouveau processus électoral, monsieur Félix Tshisekedi Tshilombo attire déjà l’attention de l’opinion tant nationale qu’internationale qu’il sied de tenir à l’œil l’Abbé Malu Malu manifestement chargé d’exécuter certaines basses besognes qui risquent de mettre le feu aux poudres.

Et de conclure :

« L’UDPS prendra toutes ses responsabilités  pour faire échec aux plans machiavéliques du tandem « Kabila »-Malu Malu, afin d’épargner au peuple congolais de nouvelles scènes d’horreur… Et le parti a décidé de réarmer le moral de ses troupes pour une lutte au finish face au pouvoir de l’imposture. »

A l’issue de sa communication, monsieur Félix Tshilombo a répondu aux différentes questions tant de la presse que de certains membres de l’assistance  notamment  à propos :

- du jusqu’auboutisme de l’abbé Malu Malu,

- De l’imperium promis mais qui semble ne pas arriver,

- D’une certaine léthargie constatée à tort ou à raison dans le chef de certaines représentations de l’UDPS à l’extérieur,

- D’un déficit de communication du parti,

- Des élus de l’UDPS aux législatives de novembre 2011 qui avaient décidé de siéger au parlement malgré le mot d’ordre du chef du parti.

Pour certaines questions, monsieur Félix Tshisekedi Tshilombo  a promis des réponses à l’issue du séminaire.

 

Bruxelles, le 1er mars 2014

Cheik FITA

 

Liste des représentants présents
1. Willy Vangu: Afrique du Sud
2. Claude Kiringa: Canada
3. Paul Balebela: Adjoint Canada
4. Rufin Mvunuku: Adjoint Allemagne
5. Tshisuaka Muana Nzolu: Allemagne
6. Pierre Kalala: USA
7. Jean Robert Kumabuenyi: Adjoint USA
8. Jean Vasthy Muepele: Danemark
9. Raymond Kabalu: Adjoint Danemark
10. Theo Ngombo: Grande Bretagne
11. Remy Kanku: Irelande
12. Pierre Mbuyi: Belgique
13. Leonard Mpoyi: Honoraire Norvege

Partager cet article

Published by Cheik FITA
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 22:33

Jeudi 20 février 2014, Sammy Badibanga du groupe parlementaire UDPS et alliés s’est exprimé au parlement européen devant une centaine d’invités, des Congolais surtout.

Ce n’est un secret pour personne, la majorité des Congolais vivant à l’étranger et en Belgique plus particulièrement ne reconnaît pas les institutions issues du hold-up électoral de novembre 2011. Nombreux d’ailleurs avaient désapprouvé la démarche de ceux qui avaient décidé de siéger, désobéissant ainsi au mot d’ordre du Président  Tshisekedi.
On s’en doute les questions qui allaient fuser n’étaient pas des cadeaux. En voici une liste non exhaustive.
- Quelle marge de manœuvre cette opposition avait-elle dans une assemblée dominée par une majorité mécanique obéissant au doigt et à l’œil d’une seule personne?
- La question qui fâche: Comment expliquer l’utilisation du label UDPS pour le groupe parlementaire, alors que dans la salle, même le représentant-Benelux était apparemment absent?
- Comment comptaient-ils contrer le sieur Malu Malu qui était manifestement sur une voie conflictuelle avec son cavalier seul pour des élections provinciales indirectes au mépris des dispositions constitutionnelles?
- Quel était son point de vue sur la loi d’amnistie adoptée puis promulguée à vitesse grand V?
- Comment expliquer qu’après ce qui est considéré comme une victoire des FARDC, subitement apparaît un autre mouvement, ADF-NALU, n’est-ce pas un mouvement télécommandé par les mêmes tireurs de ficelles?
- En tant que législateur, pouvait-il donner la destination de la taxe go pass de l’aéroport de Ndjili car, elle existe depuis des années, et l’aéroport est toujours en piteux état?
- Quel lecture avait-il des concertations nationales?
- Quels signaux percevait-il chez les gens de la mouvance présidentielle, que monsieur « Joseph Kabila » se préparait-il à partir ou à se cramponner encore au pouvoir?

Quelles leçons tirer de ce face à face?

La vidéo ci-dessous pourrait donner une piste de réponses.


Bruxelles, le 27 février 2014 
Cheik FITA

 

Partager cet article

Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 05:17

Un article diffusé sur 7sur7.cd reprenant les propos de monsieur Muyej, ministre de l’intérieur du pouvoir de « Joseph Kabila », ce dernier n’envisagerait pas de modifier l’article 220 de la constitution afin de se cramponner au pouvoir.

Lien :  

http://www.7sur7.cd/index.php/8-infos/2063-le-president-kabila-ne-modifiera-pas-l-article-220-de-la-constitution-selon-richard-muyej

Sagesse subite ? Réalisme ? Impossibilité de résister aux différentes pressions tant intérieures qu’extérieures ?

Le règne Kabila aura été un véritable gâchis social pour le commun des congolais : faible alimentation de la population, chômage à plus de 95%, salaires des fonctionnaires dérisoires, éducation des enfants au rabais, accès au courant  électrique insignifiant, accès à l’eau potable faible, soins de santé catastrophiques, aide sociale aux plus déshérités presque nulle, transport insuffisant, zéro kilomètre de chemin de fer, interconnexion des villes par route, archaïque…

Droits et liberté des citoyens bafoués, confiscation des médias publics, insécurité des biens et des personnes…

Navigation à vue dans la gestion du pays, corruption généralisée, course effrénée à l’enrichissement facile pour les apparatchiks, bradage des richesses nationales… Bref, un îlot de bonheur pour une poignée d’individus dans un océan de misère.

Avec ses ressources humaines et naturelles, la RD Congo méritait mieux en ce début du troisième millénaire.

Militaire, « Joseph Kabila » n’aurait jamais dû se présenter aux élections de 2006, et encore moins à celles de 2011 avec tripatouillage constitutionnel,  bourrage d’urnes et falsification des résultats à la clé. Son nom aurait pu ainsi rester dans l’histoire du pays. Mieux vaut tard que jamais dit-on. Mais la vigilance s’impose car, plusieurs signes de fuite en avant clignotent toujours.

 

Bruxelles, le 26 février 2014

Cheik FITA 

Partager cet article

Published by Cheik FITA
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 20:22

Martin Fayulu(ici avec Guy Santimi), lors d'un de ses passages à Bruxelles. Photo cheikfitanews.net

Nos confrères de Romandie.com de Suisse ont repris une dépêche de l'AFP annonçant la libération du député Martin Fayulu et ses compagnons, le lundi 24 février 2014.
Libérés? Mais pourquoi ont-ils été arrêtés? Parce qu'ils veulent le scalp de l'Abbé Malu Malu, ils cherchent son éviction de la CENI, commission électorale nationale indépendante, via une pétition. Et au Congo démocratique, c'est punissable, il paraît. 
L'abbé Malu Malu rassure-t-il? Ci-dessous l'article de romandie.com et plus bas, une vidéo confirmant les craintes de monsieur Fayulu. Un de nos reportages où l'on voit l'abbé Malu Malu prononcer  des propos anti-constitutionnels, devant des parlementaires étrangers (belges)!
Bruxelles, le 24 février 2014
Cheik FITA 

RDC: libération d'un député à l'origine d'une pétition contre la Commission électorale


KINSHASA - Le député de l'opposition Martin Fayulu, arrêté lundi après-midi à Kinshasa avec des collaborateurs alors qu'il faisait signer une pétition demandant notamment la démission immédiate du président de la Commission électorale, a été libéré, a-t-il annoncé à l'AFP.

Nous sommes retenus à la police. (...) Nous avons été arrêtés alors qu'on faisait signer la pétition demandant entre autres le départ du président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), l'abbé Apollinaire Malu-Malu, avait déclaré M. Fayulu dans un cours entretien téléphonique à l'AFP.

En début de soirée, il a annoncé à l'AFP sa libération, ainsi que celles de ses collaborateurs.

Nous étions huit, nous sommes tous sortis. Ils ont brutalisé un de mes membres. Nous avons dit que demain (mardi) nous allons recommencer, continuer à faire signer la pétition, a-t-il martelé, accusant la police de chercher à les intimider.

Nous (...) exigeons la démission immédiate de monsieur l'abbé Apollinaire Malu-Malu, indique la pétition datée du 17 février signée par des partis d'opposition, dont ceux réunis dans la plateforme Forces acquises au changement (FAC) que dirige M. Fayulu, un opposant très actif.

M. Fayulu a affirmé que la pétition avait recueilli environ 3.500 signatures à Kinshasa, et qu'une autre pétition doit notamment être lancée à Goma et Bukavu, deux capitales provinciales de l'Est.

Mi-janvier, l'abbé Malu-Malu, 52 ans, a annoncé des élections locales pour fin 2014.

Il ne donne aucun gage de transparence ni de neutralité dans l'organisation des élections, au contraire il démontre une inféodation à la mouvance kabiliste (du président Joseph Kabila) comme lors des élections de 2006 qu'il avait organisées, affirme la pétition.



(©AFP / 24 février 2014 20h05) 

 

suite en cliquant sur ce lien :

 http://www.romandie.com/news/n/_RDC_liberation_d_un_depute_a_l_origine_d_une_petition_contre_la_Commission_electorale82240220142008.asp?

Partager cet article

Published by Cheik FITA
commenter cet article

ANNONCES...MESSAGES

 

LIBERTE DE LA PRESSE . Charles Goerens, eurodéputé & ancien ministre luxembourgeois 

et Cheik Fita, dramaturge & Journaliste congolais 

 LIVRE: RD CONGO, LA DÉMOCRATIE ASSASSINÉE?

De Cheik FITA

(cliquez sur la couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

 Soutenez notre journal en ligne en achetant ce livre

Prix: 15 €, 200 pages

En annexes, des photos

Points de vente actuels à Bruxelles: 

Chez Hermène Kaba, chaussée de Wavre

Maison africaine flamande KUUMBA, 35 rue de la paix, à Matonge

Pour ceux qui sont en dehors de Belgique

Contactez-nous via le contact du site (en dessous du logo) 

Par mail : cheik-fita@myway.com

Phone : 0032495336519 

=======================

LIENS DE SITES

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.culturecongolaise.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog