Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=-J5ObUKrHmw

 

 

 

 

 

http://www.cheikfitanews.net/2017/03/elections-au-rassemblement-temoignage-de-celui-qui-a-pilote-le-processus.html

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=0quPBiMbkpo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=b82o4074eXI&t=72s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=sSkgK9Ux0LA&t=424s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=SoYmgRJwLic

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=V6v6vSD8K8Q&t=9s

Vidéo du slogan-phare des congolais

pour fin mandat de J. Kabila

kabila oyebela

réserve photos du site

Suivez  attentivement cette Vidéo.

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 10:48

SOCIETE-CIVILE-DANYO-P1017452.JPG

 

Sur initiative de l’apôtre Danyo Ilunga d’Allemagne et en collaboration avec le groupe épiphanie de Belgique, des représentants de plusieurs associations de congolais se sont réunis samedi 14 janvier 2012 en vue d’une mise en place d’une structure capable de répondre au hold-up électoral de Kabila.

Dans son mot d’introduction, l’apôtre Danyo a donné les raisons qui l’ont poussé à œuvrer pour une plus grande implication de la société civile congolaise de l’étranger : les tueries par balles qui avaient eu lieu à Kinshasa le 26  novembre 2011. Tueries exécutées par la police et la garde présidentielle de Kabila. Des civils abattus comme de chiens à cause de leurs opinions politiques.

Il était dès lors nécessaire : de recenser les victimes, de collecter les preuves, de ficeler un dossier et de porter plainte, à la cour pénale internationale notamment.

Au-delà de cette action en justice, il était nécessaire de réunir des moyens financiers non seulement pour prendre en charge les victimes et leurs familles, mais de s’organiser afin de créer une synergie mondiale capable de faire face à Kabila qui n’a comme argument et dernier recours, que sa soldatesque.

Au delà des marches qui ont lieu à travers le monde entier, des think tank doivent émerger ou à défaut, une coordination pour canaliser toute l’énergie révolutionnaire qui bouillonne dans les veines des congolais à travers le monde.

Sous la modération du journaliste Roger Bongos de Paris, de très longs échanges ont eu lieu, des expériences échangées car, ce n’est pas la première fois que des Congolais tentent de mettre en place une structure faitière.

Il était nécessaire d’inventorier les structures et les initiatives qui existent déjà et de créer une synergie, en évitant d’inventer la roue.

Commencée vers 17 heures, la rencontre s’est terminée vers 20heures        avec la désignation de onze personnes chargées d’élaborer un statut qui devrait être adopté à la prochaine rencontre.

 

Cheik Fita

Bruxelles, le 15 janvier 2012

DANYO-BONGOS-P1017445.JPG

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 21:31
 
CHEIKFITANEWS-BERLARE-DSC09259.JPG

Des Congolaises et Congolais manifestant dans les rues de Berlare en Flandre. Photo cheikfitanews  

  

Où et quand s’arrêteront-ils ces Congolais de Belgique dans leur campagne de dénonciation du hold-up électoral de Kabila? Apparemment, pas de si tôt. L’anti-kabilisme semble s’ancrer de jour en jour dans la communauté. Dans tous les cas, tant que la vérité des urnes ne triomphera pas en RD Congo, les manifestations anti-Kabila seront organisées en Belgique.

Vendredi 13 janvier 2012 après-midi, une centaine de Congolais ont défilé dans les rues de Berlare en Flandre pour dénoncer le hold-up électoral de Kabila. Des Congolaises et Congolais de tous les âges. Malgré que l’autorisation de la police ne soit tombée que quarante-huit heures plus tôt, en pleine semaine et loin de Bruxelles cela nécessitant des frais de transport, la mobilisation peut être considérée comme bonne.

Pourquoi une marche dans cette ville?

 Selon les organisateurs, le choix de Berlare a été guidé par des raisons de vérité et d’honnêteté, au moment où les résultats électoraux en RD Congo sont une très grosse escroquerie, bien loin de la vérité et de la justice.

La ville de Berlare a comme bourgmestre quelqu' un qui, dans le dossier Congo, avait excellé par un franc-parler vis-à-vis du président sortant, monsieur Joseph Kabila: mauvaise gouvernance, origines... En retour, celui-ci le lui avait bien rendu en le déclarant persona non grata en RD Congo.

Ce monsieur, c’est Karel De Gucht, commissaire européen et ancien ministre belge des affaires étrangères. Alors locataire du 15 rue des petits carmes, Karel De Gucht n’avait pas sa langue en poche. Au moment où monsieur Joseph Kabila vient d’opérer un hold-up électoral, véritable mépris du souverain primaire, les Congolais de Belgique ont pensé qu’il était logique de rendre hommage à cet homme-là.

Aujourd’hui, les Congolais ont repris à leur compte ce combat de la vérité. Ils sont devenus très sévères vis-à-vis des fossoyeurs de la RD Congo et en premier plan, vis-à-vis de monsieur Joseph Kabila. Tout de lui est regardé à la loupe: origines, profil, parcours…

Retard dans le programme.

Prévu pour 13h00, Le rassemblement a eu lieu avec un très grand retard. Le car amenant les organisateurs et la délégation de Bruxelles n’est arrivé sur les lieux que bien après 15h00. Cela aura pour effet d’énerver ceux qui étaient arrivés avant, par d’autres moyens.

Non seulement le car avait quitté la gare du nord à Bruxelles en retard, mais un malheur ne venant jamais seul, le car s’égarera entre Alost et Berlare baladant durant longtemps les manifestants à travers champs et bois.

La marche aura finalement lieu entre le centre culturel et l’église de la ville. Là un mémo sera remis à la bourgmestre faisant fonction, madame Katja Gabriël.

Elio Di Rupo entre dans le répertoire des chants patriotiques congolais.

Après sa bourde au profit de Joseph Kabila, le Premier Ministre belge Elio Di Rupo vient de faire son entrée dans le répertoire des chansons des congolais. Les premières paroles entonnées ce jour, ne sont guère flatteuses pour lui. Bien au contraire. Quand on connaît la durée de vie d’une chanson, ça craint pour les prochaines élections belges.

Des agents de police «cools»

Comme lors des précédentes marches des Congolais dans les autres villes de Flandre, la police était réduite au strict minimum. Mieux, elle dialoguait gaiement avec les manifestants.

Le temps est venu pour que les manifestations des congolais contre le hold-up électoral de Kabila, reviennent à Bruxelles.

 

Cheik Fita

Bruxelles le 13 janvier 2012

 VIDEO

 CHEIKFITANEWS-BERLARE-P1017440

  CHEIKFITANEWS-BERLARE-P1017426

CHEIKFITANEWS-BERLARE-DSC09311.JPG
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 22:08

 CHEIKFITANEWS-COLETTE BRAECKMAN-VERITES DES URNES

Conférence: "la vérité des urnes", Bruxelles, le 05.01.2012. Colette braeckman suivant

attentivement l'exposé de Félix Tshisekedi de l'UDPS. PHOTO. Cheikfitanews

 

La RD Congo est aujourd'hui bipolarisée politiquement: Les pro-Kabila et les pro-Tshisekedi. Il est devenu pratiquement impossible de jouer à l'équilibriste.

Les soubresauts post-électoraux de la RD Congo se ressentent aussi en Belgique pour des raisons bien évidentes.  Après les journées de colère des Congolais lors de la proclamation de Joseph Kabila, après les bastonnades des congolais par la police bruxelloise, après les félicitations en catimini de monsieur Elio Di Rupo pour Joseph Kabila, voici le tour d’une journaliste d’être épinglée.

Dans une correspondance intitulée : « Lettre d’indignation à l’attention de Madame Colette Braeckman… » Cinq belges dont deux dames viennent d’interpeller notre consœur Colette Braeckman pour, selon eux, sa partialité dans le traitement des informations de la RD Congo, souvent en caressant dans le sens des poils, monsieur Joseph Kabila, le président sortant de la RD Congo.

En cause ? Les élections qui viennent d’avoir lieu en RD Congo, caractérisées par une véritable planification de tricheries, de la révision constitutionnelle à la hussarde au bourrage des urnes à grande échelle, sans compter une falsification à outrance des PV depuis les bureaux de vote jusqu’à la compilation finale.

 

Ci-dessous, cette correspondance.

Cheik FITA

Bruxelles, le 12 janvier 2012  

 

Lettre d’indignation à l’attention de Madame Colette Braeckman
Journaliste et bloggeuse au quotidien Le Soir - Rue Royale, 100 - 1000 Bruxelles

Aucun peuple des pays des Démocraties Occidentales n’admettrait et encore moins ne cautionnerait des élections aussi grossièrement truquées qu’en RDC ainsi que l’imposition par la force armée des résultats électoraux.
Abraham Lincoln disait que la Démocratie est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple. Cette notion de démocratie ne doit pas changer de connotation selon le continent où l’on se trouve. Ainsi ce qui est désigné comme Démocratie en Europe doit également revêtir la même signification en RDC. Le peuple congolais ne veut pas d’une démocratie de pacotille bradée, tronquée, et vidée de toute sa substance. A moins que vous pensiez comme beaucoup d’autres que la Démocratie ne convient pas aux noirs africains car c’est un luxe réservé aux nations blanches de l’Europe et de l’Amérique.

Face aux massacres des populations civiles, à la répression brutale des manifestants, aux viols des femmes, des hommes et des personnes vulnérables de la société congolaise et aux mutilations féminines – la communauté internationale affiche contre toute attente un silence assourdissant. Cependant, la même communauté internationale remue curieusement ciel et terre pour sauver quelques bonobos. Les bonobos auraient ils plus d’importance que les populations congolaises ?
Madame la journaliste,

 C’est en notre qualité des Belges d’origine Congolaise, des Congolais vivant en Belgique et des Belges amis du Congo que nous vous adressons la présente lettre de profonde indignation. Une virulente réprobation contre la manière tendancieuse, insidieuse et manipulatrice dont vous vous servez de votre plume afin de tronquer et déformer l’actualité politique congolaise, dans le dessein sans doute de conditionner l’opinion publique belge et internationale et l’induire en erreur sur la réalité et la vérité des élections présidentielles et législatives du 28 novembre.

 Les congolais revendiquent légitimement le respect de l’expression de leur volonté exprimée à travers les urnes. Ils ne demandent à tout démocrate qu’objectivité, neutralité et solidarité. Les élections ont eu lieu en RDC, le peuple a sanctionné le pouvoir sortant selon vos écrits. Néanmoins, il y a eu fraude et tricherie. Il faut tout simplement appliquer la loi comme cela se passe dans toute Démocratie digne d’un Etat de droit.

L’Eglise catholique vient encore de monter au créneau pour fustiger les faux résultats des élections présidentielles publiés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et confirmés par une Cour Suprême assujettie au président sortant Joseph Kabila. L’ONG congolaise la Voix des sans voix (VSV), que dirigeait Floribert Chebeya, lui a emboîté le pas en remettant clairement en cause les scrutins présidentiel et législatifs en ces termes : « Les dites élections n'ont pas été transparentes et par conséquent, non crédibles, au grand dam de la population congolaise désillusionnée par la boulimie du pouvoir de ses acteurs politiques ».
Nous nous insurgeons contre vos publications et déclarations présentées sous forme d’un lobbying en faveur du régime prédateur de Monsieur Kabila, qui traite avec des firmes et des groupes financiers indexés par les différents rapports des Nations Unies dans le pillage des ressources naturelles de la RDC. Certains d’entre eux sont établis en Belgique. A vous lire, l’on se demande si vous êtes désormais devenue l’alter ego du ministre congolais de l’information sortant - Monsieur Lambert Mende - au sein de la communauté internationale.

 Madame, vous êtes mieux placée que quiconque en Belgique pour vous rendre compte que le peuple congolais s’est rendu aux urnes ce 28 novembre 2011 afin de renouveler l’assemblée nationale et aussi se choisir, librement, un nouveau chef d’état. En date du 29 novembre 2011 vous écriviez encore ceci :

« La quatrième conclusion, sans préjuger du résultat arithmétique, c’est que les Congolais ont fait usage du plus élémentaire des droits démocratiques : ils ont sanctionné leurs élus. Puni les députés qui se sont votés des indemnités de 6000 dollars par mois en oubliant leurs électeurs. Congédié bien des arrogants qui croyaient qu’il leur suffirait de distribuer quelques T-shirts en dernière minute. Ils ont adressé un message sévère à un gouvernement – en principe de centre gauche !- qui a oublié le social et permis à la gangrène de la corruption de s’étendre. Dans de larges couches de la population, le discours de Tshisekedi a fait mouche. Pas seulement parce qu’il a tenu des propos démagogiques, parfois haineux et provocateurs, parfois ethnistes, promettant de renvoyer « le bonhomme » Kabila au Rwanda. Le vieux leader a fait mouche parce que, de manière plus incantatoire que chiffrée, il a promis le changement. L’opposant historique a su catalyser la colère des sans voix, des sans travail, des sans pain, des sans école ; il a bénéficié d’un vote-sanction dont la sévérité doit faire réfléchir tous ceux qui aspirent à garder ou à prendre le pouvoir. »
Pour une journaliste de votre rang, plutôt acquise au Kabilisme, vouloir rapporter à la face du monde à partir du Congo votre constat de la Vérité des Urnes, a constitué pour nous un signe de reconnaissance de cette détermination du Peuple Congolais d’opter pour l’alternance politique. Ce constat de vote sanction était unanimement manifeste non seulement dans le camp de l’opposition congolaise, mais surtout de celui de la majorité présidentielle. Tout cela, avant que la machine de fraude mise en place par Monsieur Kabila Kabila et ses proches collaborateurs, parmi lesquels Le président de l’Assemblée Nationale Mr. Evariste Boshab, le ministre de l’Intérieur Mr. Adolphe Lumanu et le président de la CENI Mr. Daniel Ngoy Mulunda ne viennent commettre le « hold-up » électoral du début de ce siècle. Vous étiez la première à faire état de la désertion de l’état-major électoral du parti présidentiel, conscient de sa défaite, ainsi que du profil bas adopté par la majorité d’entr’eux dans les 48 heures qui ont suivi la tenue des élections.

Madame, quelle n’a pas été notre surprise, après la mise en place de cette machine falsificatrice des résultats électoraux par Mr. Kabila et les siens, de vous voir revenir avec un discours contredisant vos premiers propos tenus durant votre séjour au Congo où vous étiez une témoin privilégiée. C’est à croire que les informations que vous avez récoltées au départ de la Belgique devenaient bibliquement et théologiquement à l’image du pasteur président de la CENI, Mr. Mulunda, plus fiables que celles recueillies physiquement par vous durant votre séjour à Kinshasa ?

 Occupant l’espace médiatique belge avec le même discours journalistique étonnamment identique, drillé et aussi cloné que celui du ministre Mende, qui tout comme ses partisans de la Majorité Présidentielle, avait au lendemain des élections lui aussi disparu des médias. Le même type de discours orienté, est tenu également par Madame Maryse Jacobs de la RTBF. La chaîne de télévision belge francophone qui a tenu à accorder un temps très honorable au même Lambert Mende. Celui-là même qui a accordé au candidat Joseph Kabila 86% de temps d’accès aux médias publics congolais contre 1% au candidat Tshisekedi et le reste aux 9 autres malheureux candidats. . Cfr le rapport de la Mission d’Observation Electorale de l’Union Européenne : MOE UE Le ministre Mende qui s’est imposé comme inquisiteur de la liberté de presse en RDC. Fallait-il encore que la Belgique francophone, en bon parrain, accorde à Mr Mende Lambert des heures supplémentaires d’accès aux médias au détriment de l’opposition congolaise comme si l’overdose médiatique en faveur de Kabila ne suffisait pas en RDC ?

Le journalisme est une profession tout aussi passionnante qu’exaltante. Le journaliste a pour fonction de rechercher, pour le public, des informations, de les vérifier, de les situer dans un contexte, de les hiérarchiser, de les mettre en forme. Les faits doivent être recueillis et rapportés avec impartialité. Il doit s’attacher avant tout à l’exactitude des faits, des actes, des propos qu’il révèle ou dont il rend compte. Bref, un vrai journaliste est celui qui rapporte les faits réels et poursuit la recherche de la vérité. Telles sont les exigences éthiques et déontologiques de la profession que vous exercez.

Madame Braeckman, permettez-nous de vous démontrer, par deux exemples, que votre manœuvre subtile ne vise qu’à déformer sciemment la vérité des urnes:

1°) Lors d’une émission communautaire africaine avec le journaliste Eric Nyindu, vous vous êtes permis de brandir un extrait du rapport du Centre Carter, qui curieusement autant pour vous et pour le Ministre belge des affaires étrangères Mr. Reynders, est devenu votre chapelet biblique électoral et argument de lobbying au profit de Mr. Kabila. Un passage du rapport sorti de son contexte pour le ramener comme une conclusion pour faire croire que l’écart supposé de 3 millions de voix entre Mr Kabila et le Président Tshisekedi, selon les résultats publiés par le président de la CENI, Ngoy Mulunda, est tellement grand que même en comptabilisant les bulletins de vote des centres de vote dont les résultats n’étaient pas compilés par la CENI, il était impossible au Président Tshisekedi de rattraper son retard par rapport à Mr. Kabila.
A titre purement illustratif, nous vous renvoyons aux reportages du journaliste de la télévision belge flamande, Monsieu Peter Verlinden (« Les Kabilistes se taisent dans toutes les langues » ou « De gewone Congolees is weer een illusie armer » du 20/12/2011). Il sied, par ailleurs, de s’interroger à la lumière de ces reportages si vous êtes une journaliste au service de la vérité, de la justice et de la démocratie.
Pour revenir à votre argumentaire, force est de constater qu’il procède d’un raisonnement délibérément spécieux et de conditionnement médiatique et psychologique. C’est l’illustration même du sophisme politique visant à mettre l’opinion publique belge et internationale devant un « fait accompli ». Un stratagème journalistique dicté sans doute par des officines de lobbying en collusion d’intérêts maffieux avec le régime de Mr. Kabila et financées, grâce à l’argent sale issu de la prédation des richesses de la RDC par des multinationales sans scrupules. Lesquelles Multinationales sont impliquées, selon les rapports de l’ONU sur la RDC, aux crimes de guerre, aux viols et massacres des populations congolaises ; et, favorables au statu quo politico-financier corrompu à la tête de la RDC.

 Admettre l’écart des trois millions de voix entre Mr Kabila et le Président Tshisekedi, c’est reconnaitre la véracité des résultats publiés par la CENI. Ce qui contredit les rapports des observateurs et experts qui ont presque unanimement relevé de graves irrégularités et fraudes massives dans leur retranscription vers le serveur central de CENI.
Pouvez-vous nous indiquer, Madame, sur base de quels éléments objectifs concrets fondez-vous votre arithmétique sur l’écart de 3 millions de voix entre Mr. Kabila et le Président Tshisekedi, tel que publié par Mr. Ngoy Mulunda ? Dans cette logique, que pensez-vous des éléments du rapport des experts de la MOE UE, travaillant dans un même espace géographique et socioprofessionnel que vous ? Des experts qui ont conclu au manque de crédibilité des résultats de la CENI et relevé des fraudes et de graves irrégularités dans tout le processus électoral. « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » dixit cet auteur humaniste du 16è siècle, François Rabelais.

 2°) Récemment, à la suite de la conférence de Presse qui a eu lieu à Bruxelles le jeudi 5 janvier 2012, vous vous êtes une fois de trop servie de votre plume dévastatrice pour traiter avec ironie , dans votre blog, Monsieur Félix Tshilombo Tshisekedi de « Fils de son père » malgré les précautions d’usage qu’il a prises pour expliquer à l’audience son apprentissage, son parcours et son combat politiques au sein de l’UDPS, - contrairement à Mr. Kabila, malgré ses 10 ans à la tête de la RDC, dont vous n’avez jamais, du moins à notre connaissance, osé mentionner son parcours de soldat et ses hauts faits d’armes. Par parallélisme des formes, la décence aurait voulu que vous insistassiez autant sur la filiation de Mr Kabila comme c’est le cas avec Mr Tshisekedi alors qu’il ne fait l’ombre d’aucun doute que celui-ci est bel et bien le fils de son père.
Dans ce même élan de conditionnement politico-médiatique inique au service de celui qui en 5 ans a plus pillé et massacré la RDC plus que Mobutu en 32 ans, vous concluez en ces termes : « Il (Ndlr : Félix Tshisekedi) n’a pas évoqué le fait que M. Kabila avait déjà prêté serment et été reconnu sur le plan international ».

Vous avez ainsi posé le doigt sur l’absurdité quotidienne de votre ligne de conduite ainsi que de la politique étrangère de plusieurs pays du monde civilisé. Vous insinuez par là-même que puisque la communauté internationale a reconnu Mr. Kabila, le peuple congolais n’a qu’à se mettre au pas car les jeux sont déjà faits. Foulant ainsi au pied le principe universel de l’auto-détermination des peuples tel que reconnu aussi bien dans la Charte des Nations Unies que dans la Constitution congolaise.
Pour votre parfaite information, la légitimité d’un chef d’Etat, tout étant un fait relevant d’abord du droit interne, est en même temps une combinaison de la légitimité politique interne à laquelle vient symboliquement s’ajouter la reconnaissance internationale. En droit international, il n’appartient pas aux pays étrangers fussent-ils de l’Union Européenne ou membres influents des Nations Unies de se substituer à la souveraineté du peuple congolais pour opérer, en lieu et place de ce dernier, le choix de son président et ses représentants. De quelle légitimité juridique ou politique peut encore se prévaloir Mr. Kabila dans un pays en pleine crise de la faillite profonde du droit et de la justice, reconnue par cette même communauté internationale que vous mettez en avant et où Kabila ne jouit plus d’aucune légitimité politique et populaire et est contraint de s’imposer manu militari ?
A vous lire ainsi, le Peuple Congolais et sa Diaspora se demande jusqu’à quand allez-vous continuer à l’importuner avec ce genre de propos provocateurs ?

Lorsque vous déclarez que Mr. Kabila a été reconnu par la communauté internationale, voulez-vous faire avaler aux congolais qui l’ont sanctionné par les urnes que la présence à sa fameuse prestation de serment de Mugabe (seul président de la communauté internationale à laquelle vous faites allusion) et des représentants de certains Etats comme le Burundi, la RCA, la Tanzanie ou l’Ouganda ou l’Angola), dont la réputation démocratique est tout autant exemplaire que la RDC de Kabila constitue un fait juridique, politique et diplomatique opposable à tous les Etats de la Communauté internationale ? Ou faites-vous allusion à la lettre ambigüe du Premier ministre belge, Elio Di Rupo, adressée à Mr. Kabila ? Une lettre qui suscite déjà des remous au sein de la classe politique belge.

Vous appuyez également sur l’arrêt rendu par la Cour Suprême de Justice (CSJ). En effet, quel crédit accorder à un arrêt rendu, dans un contentieux électoral aussi complexe, politiquement très sensible et émaillé de tant de frustrations, en une demi-journée ? Faut-il signaler que cet arrêt fut rendu de façon expéditive par une cour constitutionnelle faisant fonction, incapable d’assumer et d’exercer ses prérogatives constitutionnelles en toute indépendance. La Justice devrait être un socle de la démocratie et un pilier de l’Etat de Droit garantissant aux justiciables un traitement impartial et équitable des différends qui lui sont soumis pour examen.
Pour l’opinion congolaise et internationale, cette occasion manquée constituait un grand défi pour la Justice congolaise de saisir l’opportunité d’affirmer son savoir faire et surtout son indépendance en examinant en profondeur les exceptions soulevées par le candidat Vital Kamerhe, président de l’UNC ainsi que les moyens avancés par ce dernier. Malheureusement, les résultats de la CENI sont passés comme une lettre à la poste auprès de cette Cour Suprême de Justice qui n’a eu qu’à apposer son sceau pour authentification.

 Il convient de rappeler que, même en Belgique, votre pays où avait été introduite une procédure de justice pénale expéditive dite « Snelrecht »( = Justice rapide) pour des faits de vandalisme, d’incivisme ou de criminalité mineure afin de donner une réaction rapide à l’impunité, les tribunaux belges, pourtant dotés des ressources humaines, matérielles et logistiques adéquates ont été incapables de rendre correctement ce « snelrecht ». A la lumière de cette expérience inédite de la Cour Suprême de Justice, la Belgique devrait peut-être s’inspirer de l’expertise attestée des magistrats congolais en matière de procédure accélérée?
En tant que citoyenne membre de l’Union Européenne, quel sens donnez-vous encore à la justice congolaise lorsqu’en même temps le représentant de l’UE en RDC, Monsieur Richard Zinc, déclare ce qui suit à propos de cette même justice : « …Face à la misère et la pauvreté qui touche un grand nombre de Congolais, ’il faut surtout une justice responsable. Une justice qui est au service de la population… Une justice qui serait un support de la démocratie ».

Que dire, Madame Braeckman, des aveux de votre vice-Premier ministre et ministre des affaires étrangères qui a lui aussi avoué avoir été déçu par l’arrêt de la Cour Suprême de Justice, du fait que cette CSJ « n'ait pas usé de ses prérogatives pour un examen plus approfondi, critique et indépendant des résultats ». Le même son de cloche a été émis du côté américain où la Secrétaire d’Etat Hilary Clinton s’est dit « profondément déçue » de la validation des résultats par la CSJ, sans adresser de félicitations officielles à Kabila. Aussi le ministère français des Affaires étrangères a-t-il adopté un langage plus que réservé: La France "prend note des résultats définitifs de l'élection présidentielle en RDC" et appelle "tous les acteurs politiques congolais au calme et au dialogue".

Vous êtes mieux placée que nous pour interpréter toute la subtilité du langage diplomatique et différencier les nuances entre les notions de «prendre note», de «prendre acte» ou de « féliciter », qui ne revêtent pas le même poids de reconnaissance en relations internationales. En effet, prendre note revient à « retenir une information pour s’en souvenir» tandis que prendre acte signifie « retenir formellement une information, dans le but de pouvoir s’en prévaloir plus tard. Féliciter un élu, c’est ni plus ni moins reconnaitre explicitement son élection, l’approuver, le complimenter et l’applaudir. Ce que n’a même pas fait Mr. Di Rupo, si c’est à lui que vous vous référez, qui ne félicite d’ailleurs pas Mr. Kabila, mais bien le Peuple Congolais. Madame la journaliste, à votre décharge d’alléguer devant l’opinion les preuves objectivables de cette reconnaissance internationale que vous avancez insidieusement, outre la lettre du 1er ministre Belge datant du 03/01/2012.

Pour avoir soumis la population congolaise à la loi de la pénurie, à une paupérisation encore plus accrue, à l’insécurité permanente, à la tyrannie, à l’insécurité juridique et judiciaire Mr Kabila ne pouvait raisonnablement pas espérer être gratifié d’un autre mandat électif. Aucun pays du monde civilisé et de surcroît démocratique ne devrait s’afficher avec Mr Kabila qui n’est pas le choix du peuple congolais. Et vous le savez, car si votre bouche ne peut le prononcer pour des raisons évidentes, cependant votre conscience ne peut le nier.

C’est sur une note de deuil national pour des dizaines des compatriotes congolais qui viennent d’être tués par les FDLR dont une femme enceinte qui a été éventrée dans l’Est du Congo sous votre indifférence totale ainsi que celle de la communauté générale que le peuple congolais vous dit BRAVO pour ces belles leçons de démocratie que vous êtes en train de donner en soutenant les fraudeurs et les tricheurs et autres criminels de guerre.

Eh oui, les bonobos sont bien plus importants que les congolais.
Pour avoir été aux côtés du peuple congolais alors qu’il luttait contre le dictateur Mobutu, vous inspiriez la fierté, vous rendiez honneur à la catégorie des journalistes humanistes qui s’élèvent contre l’injustice, qui engagent leur plume pour le triomphe de la vérité. Vous avez eu une carrière professionnelle qui aux yeux des congolais aurait pu vous hisser au Panthéon des Vrais Amis du Congo mais dont la fin laisse aux congolais une image d’une journaliste complice des fossoyeurs du Congo, d’un dirigeant tricheur, voleur, faussaire et tueur de sa population, maintenu contre la volonté populaire à la tête de la RDC par une maffia politico-financière.

 Au nom du Peuple Congolais, de sa diaspora et des Amis du Congo, nous tenons vivement que vous vous souveniez dans ce qui va rester encore de votre « Conscience », le jour de votre départ à la retraite professionnelle, de cette image que nous garderons définitivement de vous.
 

Fait à Bruxelles, le 12 janvier 2012

MADINDA Hélène, Consultante en communication

MUTAMBAYI Laurent, Juriste d’entreprise

WONDO Jean-Jacques, Officier diplômé de l’ERM, Criminologue et Politologue
SCHELFHOUT Els, Sénatrice Honoraire et Docteur en Sciences Sociales
VANSEVENANT Jan, Major d'Aviation e.r. - Ancien Attaché Militaire Adjoint près de L’Ambassade de la Belgique à Kinshas

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 18:10

 

 

Le peuple congolais a faim et soif de Justice  et de Paix
Le courage de la vérité (cf. 2Cor7, 14)
 
Message de l’Assemblée plénière extraordinaire de la CENCO aux fidèles catholiques et à l’ensemble du peuple congolais
-------------------------------------------------
 
Introduction
1.  En ce début de l’année 2012, que Dieu bénisse le peuple congolais et qu’il le garde ! Qu’il lui montre un visage bienveillant et plein de grâce ! Que Dieu lui manifeste sa bonté et qu’il lui accorde la paix ! (cf. Nb 6, 24-26).
2.  Réunis en Assemblée plénière extraordinaire à Kinshasa du 09 au 11 janvier 2012, Nous, Cardinal, Archevêques et Evêques, membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), avons, dans un travail concerté, analysé le rapport d’observation électorale menée par notre Eglise. Dans la prière et dans la foi en l’avenir heureux de notre pays, nous adressons ce message à nos fidèles et à l’ensemble du peuple congolais pour tirer des leçons du processus électoral en cours.
Acquis du processus électoral
3. Nous saluons la détermination de notre peuple qui, le 28 novembre 2011, a fait preuve de maturité et de civisme en se rendant nombreux aux urnes et parfois dans des conditions pénibles pour désigner souverainement ses gouvernants. Nous félicitons notre Gouvernement qui a réussi à financer en grande partie ces élections. Cela montre que nous pouvons réussir la construction de notre pays si nous y mettons les moyens et la bonne volonté. Nous ne saurions taire les efforts déployés par la CENI pour réussir, d’un point de vue logistique, le déploiement des matériels électoraux en bravant bien des défis dans notre vaste pays aux infrastructures de communications défectueuses. Nous félicitons également tous les observateurs et témoins électoraux qui ont consenti de multiples sacrifices pour remplir leur tâche.
 
Défaillances
4. Cependant, le traitement du fruit de ce travail a déçu plus d’un congolais. Dans notre message du 25 février 2011, intitulé « Année électorale : Que devons-nous faire ? (Ac 2, 37) », nous souhaitions vivement que ces élections  se déroulent dans la transparence, la vérité et la paix afin d’inscrire notre pays dans le registre des nations respectables et dignes[1]. Dansl’Appel du 3 décembre 2011la CENCO, tout en rappelant qu’elle n’avait pas pour objectif de publier des résultats que, par ailleurs, sa mission d’observation électorale n’a pas,invitait le peuple congolais, les acteurs politiques et la CENI à s’en tenir impérativement à la vérité des urnes. Dans la Mise au point de son Secrétariat général, le 8 décembre 2011, la CENCO a relevé des éléments positifs du processus électoral mais aussi elle a épinglé des irrégularités et des faiblesses  inquiétantes. C’est dans cette même logique que, le 12 décembre 2011, s’inscrivait la Déclaration du Cardinal Archevêque de Kinshasa qui,  au vu de ces irrégularités et faiblesses, a  dénoncé la non conformité à la vérité et à la justice des résultats provisoires publiés par la CENI.
5.  Aujourd’hui, il ressort du  rapport final de la mission d’observation électorale de la CENCO et des témoignages recueillis de divers diocèses et d’autres sources que le processus électoral s’est déroulé, à beaucoup d’endroits, dans un climat chaotique. L’on a noté plusieurs défaillances, des cas de tricheries avérées et vraisemblablement planifiées, de nombreux incidents malheureux entraînant mort d’homme, des cafouillages, et, à certains endroits, un climat de terreur entretenu et exploité à dessein pour bourrer les urnes. Ce n’est pas tout. Ce qui se passe présentement au niveau de la compilation des résultats des élections législatives est inacceptable. C’est une honte pour notre pays.
6.  Eu égard à ce qui précède, nous estimons que le processus électoral a été entaché de graves irrégularités qui remettent en question la crédibilité des résultats publiés. Nous demandons aux organisateurs d’avoir le courage et l’honnêteté de tirer les conséquences qui s’imposent. Car, reconnaître ses erreurs est une preuve de grandeur. Mais si l’on prend le risque de continuer à gouverner le pays par défi, les tensions intérieures plus ou moins maîtrisées à court terme culmineraient, tôt ou tard, dans une crise grave et difficile à dénouer. Il est donc indiqué que dans une démarche inclusive, l’on privilégie la voie du dialogue pour l’intérêt supérieur de la nation congolaise. C’est l’heure du courage de la vérité.
Notre mission prophétique
7. Fidèles à notre mission de guetteurs pour le peuple de Dieu (cf. Ez 3, 17), nous dégageons de ce processus plusieurs défis à relever pour l’avenir en vue de l’avènement d’un Etat de droit en RD Congo et pour le bien-être de sa population. Ce faisant, nous n’entendons pas prendre en main la bataille politique pour édifier une société la plus juste possible. Nous ne plaidons pas non plus pour un parti politique. Comme le recommande le Pape Benoît XVI, « l’Eglise ne peut ni ne doit se mettre à la place de l’Etat, mais elle ne peut et ne doit non plus rester à l’écart dans la lutte pour la justice»[2]. C’est pourquoi,  « dans son rôle prophétique, chaque fois que le peuple crie vers elle : «Veilleurs où en est la nuit » ? (Is 21, 11), l’Eglise désire être prête à rendre raison de l’espérance qu’elle porte en elle (cf. 1P 3, 15) car une aube nouvelle pointe à l’horizon (Ap 22, 5) »[3]. Et nous faisons nôtre cet appel du Pape Benoît XVI, « A cause du Christ et par fidélité à sa leçon de vie, notre Eglise  se sent poussée à être présente là où l’humanité connaît la souffrance et à se faire l’écho du cri silencieux des innocents persécutés, ou des peuples dont des gouvernements hypothèquent le présent et l’avenir au nom d’intérêts personnels »[4].
8.  A cet effet, nous ne nous lasserons pas de dénoncer tout ce qui met en péril l’édification d’un Etat démocratique. L’on ne construit pas un Etat de droit dans une culture de tricherie, de mensonge et de terreur, de militarisation et d’atteinte flagrante à la liberté d’expression. Si la démocratie est un pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple, l’on doit respecter ce peuple. Dans le contexte actuel, le peuple meurtri et frustré, assiste impuissant à un processus qui ne reflète toujours pas sa volonté et qui s’apparente par endroits à un arrangement entre certains  acteurs politiques.
 
 
La paix dans la vérité
9. « L’Eglise a une mission de vérité à remplir, une mission impérative, c’est un service rendu à la vérité qui libère »[5]. Le processus électoral devrait permettre la consolidation de la culture démocratique et la pacification du pays. Nous voulons la paix. Mais, celle-ci a des exigences auxquelles l’on ne saurait déroger, notamment la vérité, la justice et le respect du peuple. C’est au nom de la paix que l’Eglise ne cesse d’inviter les dirigeants congolais à la justice et à l’amour de la vérité. De quelles valeurs en effet sera pétrie notre jeunesse si, à longueur de journée, on ne lui offre que le spectacle d’antivaleurs ?
Atteinte à l’intégrité et à la dignité des personnes
10. Dans ce contexte, nous condamnons la campagne orchestrée publiquement contre le Cardinal. Ce déferlement d’injures a choqué aussi bien les fidèles catholiques que d’autres personnes. Il atteste l’émergence d’une pensée unique qui tend à museler toute opinion contraire. De même, nous condamnons les insultes et les menaces à l’endroit du Président de la CENCO. Nous rappelons que le débat d’idées en démocratie n’autorise pas des attaques personnelles.
11. Nous ne pouvons pas nous taire devant ces dérives et bien d’autres que nous désapprouvons: des menaces physiques, des atteintes aux droits humains, des enlèvements et des intimidations, la confiscation des moyens publics de communication par une famille politique. A cause de leurs opinions, des Evêques, des ecclésiastiques et des paisibles citoyens ont été et restent encore victimes de ces menaces.
12. Nous invitons nos fidèles catholiques et le peuple congolais dans son ensemble à la non-violence car la violence appelle la violence. Elle engendre la destruction et la misère. En ce sens, nous demandons à nos compatriotes vivant à l’étranger, avec qui nous partageons le souci pour un Congo nouveau, et dont nous reconnaissons les sacrifices qu’ils endurent pour venir en aide à ceux qui sont au pays, de ne pas recourir à la violence et de trouver les voies pacifiques pour apporter leur contribution à la construction d’un Congo réellement démocratique. A l’exemple de notre divin Maître, nous devons répondre à la violence par l’amour (cf. Mt 5, 43-44).
Recommandations
13.  Nous recommandons :
-   Au Peuple congolais tout entier, de ne céder ni au pessimisme, ni au désespoir, ni à la violence, ni au tribalisme, ni à la xénophobie mais, de s’unir autour des valeurs chrétiennes et démocratiques de justice et de vérité, de croître dans la conscience de son unité nationale et de son pouvoir de souverain primaire afin de l’exercer en toute vigilance et dans la légalité ;
-   Aux Acteurs politiques, de faire preuve de maturité politiqued’avoir la capacité de s’organiser pour assumer pleinement leur responsabilité; d’élever le débat politique en mettant fin à des injures et des mensonges et en se souciant de l’éducation civique de la population et de son bien-être;
-   A l’Equipe actuelle de la CENI, d’avoir le courage de se remettre en question, de corriger impérativement les graves erreurs fustigées qui ont entamé la confiance de la population en cette institution, sinon de démissionner ;
-   Au Parlement, de revoir de toute urgence la composition de la CENI qui ne jouit plus de la confiance de la population et d’y intégrer la représentation de la Société civile pour plus d’indépendance; en outre, de se réaliser que le peuple n’admettra aucune tentative de modifier les articles verrouillés de la Constitution ;
-   Au Gouvernement, de tirer des leçons de cette débâcle électorale, de prévoir les moyens pour les élections à venir et de les libérer à temps pour un meilleur déroulement ; d’arrêter de puiser dans le trésor public pour des intérêts personnels et de prendre conscience que le peuple veut le changement;
-  A la Police nationale et aux Forces armées, de faire preuve de professionnalisme, de protéger la population et surtout de ne pas obéir aux ordres injustes;
- A la Cour Suprême de Justice, de dire le droit en conscience et en toute indépendance dans le traitement des contentieux électoraux. Car, il en va de la crédibilité du Pouvoir judiciaire dans notre pays ;
-   A la Communauté internationale, de privilégier l’intérêt du peuple congolais, de ne pas être complaisante, d’appuyer le peuple congolais dans sa recherche de la justice et de la paix et de le respecter dans son auto-détermination.
 
Conclusion
14.  Notre pays traverse à l’heure actuelle un temps d’incertitude et d’angoisse. Notre foi en Dieu et notre confiance en l’homme, créé à l’image de Dieu, nous convainquent que cette incertitude et cette angoisse peuvent être dépassées moyennant un changement de cœur, de mentalité et de pratiques. Il faut l’amour du pays, la volonté de renoncer à des intérêts égoïstes pour rechercher, dans le dialogue, les voies pour bâtir la paix en  RD Congo. Mais la paix que nous voulons, est celle qui trouve sa source dans la justice et l’amour de la vérité. Car, la paix des hommes qui s’obtient sans la justice est illusoire et éphémère. La justice des hommes qui ne prend pas sa source dans la réconciliation par la vérité de l’amour demeure inachevée. C’est l’amour et le courage de la vérité qui tracent le chemin de la   justice et de la paix véritables, celle que nous voulons pour la RD Congo.
15. Que la prière de la Très Sainte Vierge Marie, Reine de la paix et Notre-Dame du Congo, dont le cœur est toujours orienté vers la volonté de Dieu, soutienne toute volonté de conversion, qu’elle consolide toute initiative de réconciliation, de dialogue et affermisse tout effort en faveur d’un Congo  qui a faim et soif de justice et de paix.
Fait à Kinshasa, le 11 janvier 2012
 

[1] Cf. CENCO, Année électorale : Que devons-nous faire ? (Ac 2,37), n° 23.
[2] Benoît XVI, Lettre encyclique Deus caritas est, n° 28.
[3] Benoît XVI, Exhortation apostolique post-synodale Africae munus, n° 30.
[4] Benoît XVI, Exhortation apostolique post-synodale Africae munus, n° 30.
[5] Benoît XVI, Exhortation apostolique post-synodale Africae munus, n° 22.
 
__._,_.___
.

__,_._,___

 

Repost 0
Published by MESSAGE CENCO - dans cheikfitanews
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 11:51

 

10547248.jpg

COMMUNIQUE.

ce vendredi 13 janvier 2012,

La diaspora Congolaise et le" Mirgec" ( Mouvement  indépendant pour la reconnaissance du Génocide Congolais) organisons , une manifestation pacifique (Autorisée) dans la commune de Berlare près d'Alost (Flandre occidentale). C'est la commune dont le commissaire européen et ex ministre belge des affaires étrangères, Mr Karel de Gucht est bourgmestre...Tout un symbole.

Les Morts pour la vérité des URNES. Les actes de barbaries, les massacres des Congolais : 8 millions de morts, les viols des femmes à l'est et partout au Congo, la présence des mercenaires rwandais, sud- africains, ougandais, tanzaniens , angolais ...

Les Génocides à répétitions etc.

Venez avec nous pour les dénoncer, les vulgariser. Participation aux frais pour les BUS : 8 euros.

Départ : 11 h 00 à partir de la gare du nord, direction BERLARE via  ALOST en Flandre.

Si vous comptez aller en transport en commun ; prendre le bus flamand DE LIJN : 214 jusqu'à ALOST. De la gare d’Alost, prendre le bus No 54 pour aller à Berlare.  INGETA.

VENEZ NOMBREUX !!!

 

Point de rassemblement 

CENTRE CULTUREL à 13h00

15h30 remise d’un mémo au bourgmestre.

16h00 : fin de la manifestation.

Contact : 0032488407828 - 0032488898456 -

 

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 06:49

404800 10150482231395939 531180938 8795459 1139691537 n

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 20:56

Lundi 16 mars 2009, Maison du PS, Elio Di Rupo en campagne. Dans la salle, plusieurs

belges d'origine congolaise. Photo cheikfitanews

  

 

Une information à vérifier nous est parvenue en début de soirée: Monsieur Elio Di Rupo, Premier Ministre belge devrait entreprendre une tournée en Europe. Pays-Bas, Allemagne d’abord. Et dans son agenda, tâter le terrain pour une reconnaissance éventuelle de monsieur Joseph Kabila, après son hold-up électoral.

Si monsieur Di Rupo a écrit en catimini à monsieur Kabila depuis le 3 janvier 2012 et que cela ne s’est ébruité qu’une semaine après, cela signifie qu’il y avait un agenda caché. De là à accomplir une mission de bons offices, il n’y a qu’un pas.

Compte tenu de l’environnement politique pourri en RD Congo, la communauté congolaise de Belgique est désormais très attentive au cheminement politique de tous ceux qui cherchent à influer sur le processus démocratique en RD Congo. Le Premier Ministre belge, président du parti socialiste est désormais de ceux-là.

À suivre.

 

Cheik Fita

Bruxelles, le 11 janvier 2012.

 

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 20:03

 

 

Di Rupo félicite l'"ensemble des des forces congolaises" après les élections

(10/01/2012)

Le Premier ministre a adressé un message publié par la télévision congolaise

BRUXELLES Le Premier ministre Elio Di Rupo a félicité l'"ensemble des forces congolaises pour la tenue des élections" du 28 novembre dernier qui ont reconduit le président sortant Joseph Kabila pour un nouveau mandat de cinq ans à la tête de la République démocratique du Congo (RDC), dans un message publié par la télévision congolaise et dont le contenu a été confirmé par le cabinet de M. Di Rupo.
"Comme vous le savez, la Belgique est engagée aux côtés du peuple congolais sur la voie du renforcement de la démocratie", indique le chef du gouvernement dans ce message daté du 3 janvier.
"Au moment où je viens de prendre mes fonctions en qualité de Premier ministre, je souhaite féliciter l'ensemble des forces congolaises pour la tenue des élections qui vous reconduisent au poste de Président de la République Démocratique du Congo", ajoute ce bref texte.
"Avec la communauté internationale, je reste à vos côtés pour aider le peuple congolais à répondre aux aspirations qu'il exprime en matière de progrès social", poursuit M. Di Rupo dans ce message, qualifié de "démarche diplomatique habituelle" après l'élection d'un nouveau chef d'Etat dans un autre pays.
"Je saisis cette occasion pour vous présenter, Monsieur le Président, l'assurance de ma plus haute considération", a conclu M. Ri Rupo.

© La Dernière Heure 2012

 

source:  http://www.dhnet.be/infos/monde/article/381636/di-rupo-felicite-l-ensemble-des-des-forces-congolaises-apres-les-elections.html 

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 13:17

 

CHEIKITANEWS-EPIPHANIE-ELECTIONS-P1016928.JPG
 GROUPE EPIPHANIE. PHOTOS D'ARCHIVES. cheikfitanews

« Il y a de la dignité à mourir debout que vivre à genoux »

Chers amis,

Commençons par observer une minute de silence en mémoire de 59 personnes tuées au cours de la mouvance électorale 2011, ainsi qu’aux martyrs de l’indépendance » et de l’autodétermination du peuple congolais.

L'Épiphanie est une fête qui célèbre la visite des rois mages à l'enfant Jésus.

L'origine des Rois mages est aujourd'hui encore obscure. C’est des personnages mystérieux. On les dit savants, riches mais errants. Ils furent d'abord représentés comme des astronomes Perses. Peut-être viennent-ils tout simplement du mystérieux pays qui porta longtemps le nom d'Egypte ! Une chanson populaire raconte comment les Rois mages sont venus d'Afrique. Ce n’est donc pas étonnant que l’on trouve encore aujourd’hui en Afrique des personnages mystérieux, qui se prévalent du titre de roi, avec une origine obscure, lieu et date de naissance multiples, portant des noms empruntés aux voisins et aux amis d’enfance. D’ailleurs les noms des rois mages, tel que révélé par un manuscrit grec, furent légèrement déformés : MELCHIOR, avec la peau blanche, venait de Nubie, c'est le plus âgé, il apporte de l'or, symbole royal. BALTHAZAR, avec la peau cuivrée, apporte de la myrrhe, symbole sacerdotal ; c'est une sorte de gomme produit d'un arbre en Arabie, le balsamier, utilisée dans la préparation cosmétique et en pharmacie. GASPARD, avec la peau foncée, le plus jeune, apporte de l'encens, symbole prophétique, c'est une résine dégageant un parfum lorsqu'on la fait brûler. Pour indiquer leur âge, on les a fait paraître l'un imberbe, l'autre moustachu et le troisième barbu, leur attribuant ainsi les trois âges de la vie. C’est aussi cela l’histoire d’une Afrique où des rois jouent au mage, à l’un d’eux ou au trois à la fois : aujourd’hui il est imberbe, demain il est moustachu, et le lendemain dangereusement barbu, en adoptant des noms selon les saisons : Gaspard les jours pairs, Balthazar les jours impairs, Melchior le dimanche, sinon les trois à la fois les jours fériés.

Pour l'Evangile, ces riches personnages sont venus de l'Orient, et ont visité l'enfant Jésus à Bethléem en Judée au temps du roi Hérode. Le  récit de la visite des mages souligne le contraste entre l'attitude des rois mages et celle du roi Hérode devant le petit roi Jésus. D’où trois figures de roi.

Le roi Jésus : c’est le roi des pauvres et des petits, qui défend la justice et la vérité ; et pour cela il est copieusement insulté, vilipendé, et même, couronné d’épines. Il supporte tout cela parce qu’il est le roi de la paix. Et prêchant sur la paix dans son homélie de Noël 2011, le Cardinal Monsengwo disait « La paix n’est possible que s’il y a la justice, l’amour et la vérité ». Et le cardinal conclut avec le Psaume 85 : « Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent » (Ps 85, 11). A l’inverse d’Hérode.

Le roi Hérode : en apprenant l'apparition de l'étoile et l'arrivée des mages, Hérode fut pris d'inquiétude, il veut faire périr l'enfant qui pourrait devenir pour lui un rival. Hérode a vécu toute la vie dans la hantise de perdre son pouvoir. Il n’avait confiance en personne, même pas en lui-même. Hérode, pour venger son père, a fait assassiner Malichus ami et concurrent de son père, Hérode a tué son beau-frère (Joseph), Hérode a tué son épouse (Mariamne), la seule qu’il aimait parmi ses dix femmes, Hérode a tué sa belle-mère (Alexandra), Hérode a fait tuer trois de ses enfants qu’il suspectait de comploter pour l’évincer du pouvoir. Hérode est le prototype du roi assassin, mais plus qu’assassin, c’est un tyran sanguinaire et paranoïaque. Dans le régime d’Hérode, l’opposition est appelée subversion, la protestation taxée d’acte de violence et punie de mort ; sous Hérode, les chefs des prêtres et les scribes, qui connaissent pourtant les prophéties sur la naissance du messie, ne cherchent pas à le connaître. Aujourd’hui encore à la cour des rois, on trouve des professeurs, des savants, voire des responsables religieux de haut rang qui exhibent des pas de danse euphorique, empochent de l’argent, s’abreuvent du sang de leurs frères, exaltent les violations de la loi, minimisent les assassinats, légitiment la tricherie, banalisent les fraudes. Ils ne défendent ni le pays, ni le peuple, encore moins des régions dont ils clament l’appartenance, mais tout simplement des avantages véreux à obtenir par des moyens indécents. C’est à l’intention des rois et de leurs courtisans que le Pape Benoît XVI a formulé, le 19 novembre, du palais présidentiel de Cotonou, le message suivant : « De cette tribune, je lance un appel à tous les responsables politiques et économiques des pays africains et du reste du monde. Ne privez pas vos peuples de l’espérance ! Ne les amputez pas de leur avenir en mutilant leur présent ! »

A bon escient quand on remarque que même des hommes de Dieu, prêtres ou pasteurs, organisent et couvrent la fraude, prennent le parti des assassins, on peut se demander, si par hasard la fin du monde n’est pas proche ? Mais d’autre part quand on voit l’éveil de notre peuple, on se dit que non, ce n’est pas encore la fin, mais juste une opportunité pour distinguer le bon grain de la mauvaise herbe même quand elle se cache sous l’habit du religieux. L’exemple des rois mages nous en réconforte.

Les rois mages : les mages sont le symbole d’un peuple qui marche, même à l’étranger, pour faire entendre sa voix. Notre peuple guidé par l’étoile de la délivrance, s’est mis debout, avec femmes et enfants, au-delà des appartenances ethniques, pour crier haut et fort qu’il y a plus de la dignité à mourir debout que vivre à genoux. Le peuple congolais refuse des élections bradées, des résultats faussés à volonté, refuse de voir des citoyens brûlés à l’acide, ou tués par les armées étrangères, pendant que les femmes sont pourchassées et violentées même dans les pavillons des ambassades où elles espéraient trouver asile et réconfort; le plus tragique c’est que les pays occidentaux qui nous cassent les tympans avec leur modèle de démocratie, qui se vantent d’être des pays de lois, et du respect du droit, cautionnent la fraude et la corruption, couvrent des massacres et de fois les justifient ; ils ont fermé les yeux et encouragé un pouvoir qui engage des mercenaires  pour bruler son propre peuple à l’eau acidifiée, et le tuer sans sépulture. Le plus dramatique, c’est que les armes qui tuent les congolais, n’ont pas été fabriquées au Congo mais achetées par l’argent des congolais à ceux qui se disent démocrates. Mais le plus beau c’est que le peuple congolais a découvert d’où lui vient son malheur : de la conspiration internationale. Un proverbe congolais dit « Si vous voyez le renard gonfler devant le léopard, dites-vous que le lion est dans les parages ». La lutte pour la démocratie ne s’appesantit point sur le renard mais sur l’identification des toutes les espèces animales et les monstres marins qui font de la prédation au Congo.

Dans le même discours à Cotonou, Benoît XVI disait : « Ces derniers mois, de nombreux peuples ont manifesté leur désir de liberté, leur besoin de sécurité matérielle, et leur volonté de vivre harmonieusement dans la différence des ethnies et des religions. (…) La personne humaine aspire à la liberté ; elle veut vivre dignement ; elle veut de bonnes écoles et de la nourriture pour les enfants, des hôpitaux dignes pour soigner les malades ; elle veut être respectée ; elle revendique une gouvernance limpide qui ne confond pas l’intérêt privé avec l’intérêt général ; et plus que tout, elle veut la paix et la justice. (…) Chaque peuple veut comprendre les choix politiques et économiques qui sont faits en son nom. Il saisit la manipulation, et sa revanche est parfois violente. Il veut participer à la bonne gouvernance. Nous savons qu’aucun régime politique humain n’est idéal, qu’aucun choix économique n’est neutre. Mais ils doivent toujours servir le bien commun. Nous nous trouvons donc en face d’une revendication légitime qui touche tous les pays, pour plus de dignité, et surtout pour plus d’humanité. L’homme veut que son humanité soit respectée et promue. Les responsables politiques et économiques des pays se trouvent placés devant des décisions déterminantes et des choix qu’ils ne peuvent plus éviter. »

Les revendications du peuple congolais de ces dernières semaines, même si elles ont été entachées de violence que nous déplorons, ce sont des revendications légitimes, dont la violence, là où violence il y a eue, n’en aurait pas été le but, mais un moyen, certes regrettable ; le but est de se faire entendre, dénoncer la violation de la loi et empêcher un groupe d’individus de spolier les biens de la communauté, de vendre le pays à des mercenaires, de violer les femmes, d’hypothéquer l’avenir de nos enfants. Le même Benoît XVI ne dit-il pas dans son Exhortation apostolique Africa Munus : « La confiscation des biens de la terre par une minorité au détriment de peuples entiers, est inacceptable parce qu’immorale.» (AM. 24.) 

Que faire ? Un serment : Le Congo, comme Massada, NE TOMBERA PAS.

Massada est une forteresse naturelle qui domine le désert de Judée et surplombe la mer Morte, et sur laquelle le roi Hérode le Grand avait fait construire, au 1er siècle av. JC, un palais somptueux, comme refuge contre d’éventuelles révoltes intérieures et menaces d’une invasion égyptienne.

Après que la Judée ait été annexée comme province de l'empire romain, de patriotes juifs qui préférèrent la mort à l'esclavage en firent le refuge de la résistance. En 66, au début de la Grande Révolte contre les Romains, un groupe de juifs, les sicaires du parti nommé zélotes, prirent Massada à une garnison romaine. En 70, ils furent rejoints par d’autres Juifs et leurs familles expulsés de Jérusalem lorsque la ville fut prise par les Romains.

Pendant trois ans, les patriotes juifs utilisèrent Massada comme base pour se défendre des Romains. Ceux-ci les assiégèrent et mettront 7 mois pour enfoncer la muraille de la forteresse. Mais les insurgés préférèrent se donner mutuellement la mort que mourir entre les mains de l’envahisseur : chaque père tua sa famille puis un tirage au sort désigna les dix hommes qui devraient exécuter les survivants, et les dix tirèrent au sort le dernier qui devrait les exécuter, et enfin ce dernier se suicida. Seules 2 femmes ont échappé en se cachant dans une citerne avec leurs 5 enfants.

-     Le siège de Massada est devenu un récit populaire illustrant l’héroïsme d’un peuple qui a le sentiment d’être en permanence à la portée d’une menace implacable, et identitaire, menace de son existence même.

-     Massada c’est l’épisode d’un combat imposé par un adversaire résolu, puissant, vicieux, ne visant que la destruction ; c’est le symbole du perpétuel combat contre l’oppression, une expression de la prise en main de son destin ; Massada c’est une image de la détermination de conserver la terre de ses ancêtres jusqu'à la mort.

-     Massada, est une attitude mentale qui évoque le rapport d’un peuple à la faiblesse que l’on refuse d’assumer, comme le syndrome des massacres du peuple congolais : 8 millions de mort et innombrables femmes violées.

C’est sur les ruines de la Citadelle de Massada que désormais les officiers Israéliens vont prêter serment après leur formation. Et le serment collectif laisse entendre dans une polyphonie tonitruante : « Massada ne tombera pas une nouvelle fois », « Massada ne tombera pas une nouvelle fois ». Ainsi martèle-t-on sans discontinuer.

Et pour les patriotes congolais, le Congo : tombera - tombera pas ? TOMBERA PAS ; le peuple congolais : tombera - tombera pas ? TOMBERA PAS. Le Congo ne tombera pas une nouvelle fois.

Avant les élections, lors de la messe du 20 novembre, nous avions convenu de ne pas nous laisser faire en cas de violation de la loi électorale, notamment par la fraude. Car il ne s’agit pas ici des partisans d’un candidat contre ceux d’un autre candidat ; c’est plutôt l’expression de deux logiques : d’un côté il y a ceux qui soutiennent la fraude, la tricherie, et l’enrichissement malhonnête, et de l’autre côté il y a ceux qui réclament la vérité et la justice, refusent de laisser le pays entre les mains d’un club d’amis et d’une multinationale des médiocres, exigent que  la tricherie et la fraude sont punies par la loi, que les serviteurs de Dieu soient au service de la vérité. Et maintenant que la fraude est avérée, allons-nous laisser tomber le Congo ? Le Congo : tombera - tombera pas ? NON, NON, le Congo ne tombera pas une nouvelle fois.

Jean-Pierre Badidike

 

Bruxelles, le 8 janvier 2012

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 10:33

 

Pour nous soutenir

Compte bancaire n° 000-3415900-45

(IBAN BE44 0003 4159 0045) BIC BPOTBEB1

Mention : soutien à « Info en ligne de Congolais de Belgique »

& Magazine  

Contact e-mail : info.congolaisdebelgique@yahoo.fr

Par paypal : cheik-fita@myway.com

 Oui, l'information libère, hélas, l'information fiable a malheureusement aussi un coût :ordinateurs, caméras vidéo, appareils photos, consommables numériques, connexion internet, mobilité, temps, correspondants...

Merci à vous tous, à  toutes les bonnes volontés pouvant soutenir notre action citoyenne avec 1, 5, 10, 50€ ou plus, sporadiquement ou régulièrement.

PHONE: 0032495336519

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article

ANNONCES...MESSAGES

 

Lu pour vous, A propos de la surfacturation du passeport congolais, cri d'une victime de l'arnaque: 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens