Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=-J5ObUKrHmw

 

 

 

 

 

http://www.cheikfitanews.net/2017/03/elections-au-rassemblement-temoignage-de-celui-qui-a-pilote-le-processus.html

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=0quPBiMbkpo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=b82o4074eXI&t=72s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=sSkgK9Ux0LA&t=424s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=SoYmgRJwLic

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=V6v6vSD8K8Q&t=9s

Vidéo du slogan-phare des congolais

pour fin mandat de J. Kabila

kabila oyebela

réserve photos du site

Suivez  attentivement cette Vidéo.

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

14 octobre 2017 6 14 /10 /octobre /2017 08:47
Rétro. CENI et gouvernement en RD Congo, l'association des malfaiteurs vole en éclats

Lors d'un échange avec la société civile le 11 octobre 2017 à Kinshasa, monsieur Corneille Nangaa de la CENI a fait une déclaration aventurière renvoyant aux calendes grecques les élections congolaises. Était-ce un hasard ou un coup prémédité de très longue date ?

En consultant nos archives, nous sommes tombés sur l'article suivant : « CENI et gouvernement en RD Congo, l'association des malfaiteurs vole en éclats» datant du 14 octobre 2015, il y a 730 jours! 

Que chacun le lise pour se faire une opinion.

Il circule sur Internet la copie d'une lettre de la CENI, Commission électorale nationale indépendante de la RD Congo, adressée au Premier Ministre du régime de Kinshasa.

Le Vice-Président de la CENI y dénonce les affirmations du ministre du budget qui a déclaré que la CENI recevait régulièrement de l'argent pour le processus électoral.

Tableau à l'appui, la CENI démontre le contraire.

Quoique louable, cette dénonciation arrive avec plusieurs mois de retard.

La direction d'un État requiert autant de rigueurs que la direction d'un bateau ou d'un avion sous peine de crash ou de naufrage. Car toute décision bonne ou mauvaise a un impact sur chacun des citoyens du pays.

C’est le sens du combat citoyen de beaucoup d'anonymes pour une bonne gouvernance synonyme d'absence d'antivaleurs dans le chef des dirigeants.

Le problème du régime actuel de Kinshasa est qu'il repose depuis 2011 sur un mensonge : le hold-up électoral. Tous les animateurs des institutions issues des élections de 2011 sont dans le mensonge et le savent. Mais tous avaient décidé  de jouer le jeu. Ils avaient décidé de  créer un camp: la "majorité présidentielle". Et le ministre du budget que l'on dénonce, et monsieur Mpungwe de la CENI qui dénonce font partie de cette "majorité". Ils avaient tous adhéré à une association... de malfaiteurs. Maintenant que le système est de plus en plus gangrené, c'est le sauve-qui-peut. Plus personne ne veut mourir pour les péchés de l'autre, oubliant qu'ils ont tous un même péché originel: le mensonge, l'imposture, la confiscation du pouvoir.

"Mieux vaut tard que jamais" dit-on. Il faut encourager tous ceux qui prennent conscience que la vérité est au dessus du mensonge et agissent en conséquence… Même si c’était un mensonge d'état.

 

Bruxelles, le 14 octobre 2015

Cheik FITA

NOTA BENE. Cliquez sur le document pour l'agrandir

Rétro. CENI et gouvernement en RD Congo, l'association des malfaiteurs vole en éclats
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 14:35
Kinshasa, incendie du complexe commercial Empire

Le vendredi 13 octobre 2017, peu après 13 heures, heure de Kinshasa, le feu s'est déclaré dans le complexe commercial « Empire » au croisement avenue 24 novembre et mont des Arts.

Deux heures après, malgré les efforts de petits véhicules anti-incendie, le bâtiment a subi de lourds dégâts.

 

Kinshasa, incendie du complexe commercial Empire
Repost 0
Published by Cheik FITA
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 20:36
Félix Tshisekedi : Joseph Kabila et C. Nangaa ont déclaré la guerre au peuple congolais

Lors d'une déclaration faite à Kinshasa le jeudi 12 octobre 2017 , monsieur Félix Antoine Tshisekedi, Président du « Rassemblement » a déclaré que « Joseph Kabila et son serviteur Corneille Nangaa ont déclaré la guerre au peuple congolais et se sont de ce fait disqualifiés ».

Cette déclaration fait suite aux propos tenus par Corneille Nangaa de la CENI selon lesquels les élections ne pourraient pas avoir lieu avant avril 2019.

La CENI, Commission Électorale Nationale Indépendante de la RD Congo devait organiser les élections fin 2016, elle n'a pu le faire.

Lors de l'Accord de la Saint Sylvestre, le clan Kabila et l'opposition se sont convenus d'une petite transition d'un an pour l'organisation des élections et permettre à Joseph Kabila de faire la passation de pouvoir.

Après avoir torpillé l'accord, Joseph Kabila passe à la vitesse supérieure en demandant à la CENI, véritable caisse de résonance d'annoncer l'organisation des élections dans un futur très lointain.

 

Bruxelles, le 12 octobre 2017

Cheik FITA

Félix Tshisekedi : Joseph Kabila et C. Nangaa ont déclaré la guerre au peuple congolais
Repost 0
Published by Cheik FITA
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 06:57
L 'après Kabila, prison assurée pour Corneille Nangaa

Lors d'un échange avec la société civile le 11 octobre 2017 à Kinshasa, Corneille Nangaa, Président de la CENI, Commission Électorale Nationale Indépendante de la RD Congo, a déclaré qu'il avait besoin d 'au moins 504 jours pour organiser les élections. Ce qui renvoie celles-ci pratiquement aux calendes grecques.

Le même Nangaa avait parlé d'un délai de 16 mois, depuis lors dépassé.

Une chose est certaine, le renvoi des élections et surtout la présidentielle, à une date lointaine provoquera bientôt de grandes manifestations dans la population congolaise.

Et ayant la gâchette facile, le régime Kabila-Tshibala réprimera ces manifestations et il y aura des morts.

Ainsi s'il y a des morts pour cause de non organisation des élections dans les délais constitutionnels ou ceux convenus dans l'accord de la Saint Sylvestre, la cause première de ces tueries sera la volonté de Corneille Nangaa de naviguer à contre-courant et des textes, et de la volonté du peuple congolais de voir Joseph Kabila partir du pouvoir avant le 31 décembre 2017.

Après le départ du pouvoir de Joseph Kabila, les familles des victimes pourraient se constituer partie civile et traîner Corneille Nangaa en justice, comme ayant été la cause première de la mort de leurs membres de famille.

Dans les républiques bananières comme la RD Congo, quand les gens sont au pouvoir, enivrés par l'argent et les honneurs, ils sont coupés des réalités du pays au point de ne pas percevoir la colère qui monte dans la population.

Il est malheureux de constater que monsieur Corneille Nangaa est tombé dans cette euphorie.

Personne n'est dupe, et il est de notoriété publique, Corneille Nangaa joue une partition écrite ailleurs.

Après la chute du régime, quand Nangaa se retrouvera tout seul dans sa cellule de prison, qu'il ne dise pas que personne ne l'avait averti.

Bruxelles, le 12 octobre 2017

Cheik FITA

lire aussi :

http://Élections en RD Congo, Nangaa propose l'enrôlement de 4 personnes par jour, par centre

http://Retombées des propos de Corneille Nangaa, le « Rassemblement » projette des actions de résistance

 

http://Les bégaiements de Corneille Nangaa sur TV 5

L 'après Kabila, prison assurée pour Corneille Nangaa
Repost 0
Published by Cheik FITA
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 04:51
L'après-Kabila, quelles sanctions contre qui?

Joseph Kabila partira ou partira-t-il pas du pouvoir en RD Congo?

Il partira !

Si la date et les modalités de son départ ne sont pas encore connues, il est certain que le départ de Joseph Kabila du pouvoir s'inscrit chaque jour un peu plus dans l'ordre du possible.

Après son départ, quid des sanctions judiciaires, économiques et politiques contre lui et la plupart des membres de son système?

Au lendemain du départ du pouvoir de Joseph Kabila, la dynamique du changement entraînera la justice actuellement embrigadée, dans un comportement de plus de liberté, séparation de pouvoirs oblige.

Que se passera-t-il alors ?

Le règne de Joseph Kabila a été caractérisé par plusieurs crimes de tous genres et les victimes directes et indirectes sont très nombreuses. Saisir la justice sera le premier réflexe des familles des victimes. Mieux, même le ministère public se saisira aussi de plusieurs dossiers.

Les dégâts du régime sont énormes :

Violation des droits de l'homme

- Des millions de morts, directs et indirects,

- Des millions de déplacés internes avec leurs corollaires : veuves, orphelins, familles disloquées,

- Des fosses communes,

- Des assassinats,

- Des rebellions artificielles, et autres groupes armés,

- Des tueries,

Crimes économiques

- Des milliards de dollars volatilisés du fait de la mauvaise gestion,

- Des centaines de contrats léonins,

- Le bradage des différentes richesses du pays,

Crimes politiques

- Des violations de la constitution,

- D'innombrables lois iniques,

- Des occupations de postes politiques sans mandat du peuple,

Derrière tous ces crimes, il y a des personnes physiques, des noms.

Seront dans le collimateur de la justice : les auteurs, les co-auteurs, les complices, les concepteurs intellectuels…

À moins de cent jours du saut dans l'inconnu, les animateurs du système Kabila devraient plutôt se préoccuper chacun de son sort après le 31 décembre 2017, au lieu de se comporter comme si le régime finissant était éternel, et d'aggraver leurs cas en s'entêtant dans la bêtise.

Malgré certaines incertitudes, il est un fait, le système Kabila va plus vers son déclin et sa fin que vers sa renaissance ou un hypothétique retour en force.

Bruxelles, le 11 octobre 2017

Cheik FITA

 

L'après-Kabila, quelles sanctions contre qui?
Repost 0
Published by Cheik FITA
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 10:52
Viol en public d'une femme au Kasai, recadrage de la LiFeKa depuis Bruxelles

Il circule sous les manteaux et dans les réseaux sociaux la vidéo d'une femme qu'on viole publiquement après l'avoir promenée nue dans la cité.

Les faits se seraient passés à Luebo au Kasai.

La télévision France 24 a parlé de cette vidéo.

Il se fait qu'entre le moment des faits et la période où cette vidéo est devenue virale, beaucoup de temps s'est écoulé. La LiFeKa, Ligue des Femmes Kasayennes était la première à réagir à cela depuis Bruxelles. (voir vidéo et lien de l'article plus bas)

Les interprétations allant dans toutes les directions, la LiFeKa a trouvé opportun de publier une mise au point en forme de mémorandum afin de recadrer les choses.

Ce mémorandum mérite d'être lu et porté à la connaissance du public.

Nous vous le proposons ci-dessous.

Bruxelles, le 8 octobre 2017

Cheik FITA

http://www.cheikfitanews.net/2017/09/video-degradante-d-une-femme-au-kasai-la-lifeka-belgique-denonce.html

 Memorandum de la Ligue des Femmes Kasayennes de Belgique (LiFeKa)

Rappel des faits

Il y a un mois ( en septembre 2017) une vidéo, particulièrement interpellant de par la violence de son contenu, a circulé sur les réseaux sociaux. On y voyait une jeune femme, promenée nue à travers la cité de Luebo, au Kasayi central (RDC). Cette femme sera amenée sur la place du village et sera obligée de subir en public, l'acte sexuel avec un jeune homme apeuré, devant une foule hostile et déchaînée qui l'accuse de trahison à l'endroit des siens.

La LiFeKa a réagi directement le 4 septembre2017 par un point de presse, où elle condamnait avec fermeté cette barbarie et cette atteinte à la dignité humaine. (Voir vidéo plus bas, NDLR)

Après des semaines d'indifférence et de silence, les réseaux sociaux se sont brusquement réveillés et on assiste à des échanges variables et variés, à des amalgames, à des stigmatisations, à des raccourcies, voire même à des injures.

C'est pourquoi la Ligue des Femmes Kasayennes, dont le cheval de bataille est l'émancipation, la promotion et la libération de la femme a décidé de réagir !

La LiFeKa constate :

Que les faits se sont déroulés en plein jour, avec une forte mobilisation de la population chauffée à blanc.

Que le jeune homme ,obligé sous la menace et autres contraintes d'avoir des rapports

sexuelles avec la femme était apeuré et blessé.

Que les représentants des services de sécurité (ANR,DGM,DEMIAP)et de maintien de l'ordre (Police nationale et armée) dans la cité de Luebo semblent étrangement absents ou aphones alors qu'ils ont des réseaux d'information;

Que les responsables juridiques et les élus provinciaux supposés être proches de la population grâce au démembrement des provinces, sont jusqu'à ce jours muets et indifférents.

Que les ministres nationaux et députés nationaux demeurent aphones.

La LiFeKa se pose des questions :

Où étaient passés les responsables de l'ANR, de la DEMIAP et de la DGM(qui collectent les informations via leurs canaux de détection et surveillance pour la sécurité du pays)?

Où se trouvait le Maire de Luebo au moment des faits?

Que faisaient les commandants de la police et des forces militaires quand leur collègue a été malmenée en pleine journée par une foule déchainée?

Que faisaient les autorités judiciaires de la cité de Luebo (Président du tribunal, inspecteur judiciaire, procureur de la république) chargés de protéger de la société de faire respecter la loi et de poursuivre les auteurs des faits criminels?

Quid des autorités provinciales et nationales (gouverneur de la province du Kasai central, les ministres provinciaux et nationaux de l'intérieur, de la justice ,des droits humains et celui du genre, famille et enfant), étaient elles informées des faits?

Quelles mesures ont été prises pour que les populations et surtout les femmes et les enfants soient protégés ?

Eu égard à la gravité des faits et au risque de leur propagation sur le territoire national,

La LiFeKa exige :

Qu'une enquête soit diligentée à Luebo pour que toute la lumière soit faite sur ce qui s'est réellement passé ;

Que la responsabilité des présumés auteurs et instigateurs des faits soit établie et les véritables responsables sanctionnés à l'issu d'un procès équitable ;

Que la jeune femme soit identifiée (nom et pronom, âge, état civil, profession, enfants, adresse) ;

Que le jeune homme soit également identifié (nom, prénom, âge, état civil, profession, adresse

Que la femme et le jeune homme victimes de la scène de la violence soient retrouvé et entendus pour pouvoir faire la lumière sur les circonstances réelles de ce lynchage public..

Que leur sort soit connu.

Que la nature de liens unissant les deux victimes doivent clairement établis ;

Que les Autorités politiques, administratives et judiciaires soient interpellés(ministre de la justice, de l'intérieur, du genre et famille, le gouverneur de la province et les élus provinciaux) et a besoin poursuivis si leur responsabilité est établie, que ceux qui ont failli à leurs missions et obligations soient sanctionnés

Que la chaîne de responsabilité soit établie au niveau des représentants de l'Etat et que ceux qui ont failli soient sanctionnés !

La LiFeKa déplore :

Les amalgames et suppositions entretenues autour sur les réseaux sociaux autour de cette vidéo de violence

La stigmatisation des kasayiens qui sont taxés et présentés comme des barbares, des

personnes sans morale et aux coutumes rétrogrades,

La mauvaise interprétation de la scène diffusée et les confusions entretenues.En effet il n'est nullement question d'une scène de réparation selon la coutume kasayienne :mais il s'agirait plutôt d'une vindicte populaire à l'endroit d'une femme accusée d'avoir trahie les siens comme

cela ressort des dires d'un certain Kalamba sur la vidéo.

Enfin, le silence et l'indifférence du pouvoir de Kinshasa qui étonnent , interpellent et

provoquent beaucoup de questionnements sur le rôle exact du pouvoir dans ce qui s'est passé dans l'espace kasayien?

Au vu de ces confusions et interprétations qui risque de faire croire que c'est seulement au Kasai ou ces genres de barbaries et violences ont été commises,

La LiFeKa précise :

Les scène de barbarie ne sont pas l'apanage de seuls kasaiens :le peuple kasayien est un peuple pacifique.

La scène de la vidéo ne fait pas partie des us et coutumes des kasaien car il est pudique et spirituel et ne peut pas ainsi réparer une faute par une abomination.

Ce pendant le cas de violences sont légions en RDC et dans le monde en période trouble.

Les mayi-mayi et d'autres groupes rebelles à l'est de la RDC ont commis beaucoup d'actes de cruauté inhumaine sur les populations qu'ils étaient sensés protéger,les femmes et les enfants ont été violés et enterré vivants à Makobola;

Dans l'ancienne province du Kivu(nord,sud et Maniema) les femmes ont été violées sur la place du marché au su et vu de enfants ,époux et parents ;

A l’Équateur et dans l'Ituri, on a parlé des scènes de cannibalisme et d'anthropophagie,et des viols de la part des rebelles.

Au nord Katanga, Gédéon Kyungu se nourrissait de parties intimes des femmes,

Au bas Kongo, la secte Bundu dia Kongo avait aussi perpétré des atrocités et on encore en mémoire les méfaits de jeunesses Mulelistes sur les religieux et religieuses.

En France, Louis XVI et Marie Antoinette ont été décapités devant une foule en délire !

Et e Jeanne d'Arc, Anuarité et Simon-Pierre n’ont-ils pas été publiquement suppliciés ?

Les printemps arabe ont également connu leur lots de supplices des traitres !

Et enfin en Afrique du Sud au moment de l'apartheid, comment étaient traités les noirs soupçonnés de trahison à la cause noire ?

En conclusion

La LiFeKa réaffirme son combat pour la justice, et pour la promotion et la dignité de la femme kasaienne.

La LiFeKa dénonce avec fermeté toute forme d'avilissement et de violence envers ces

dernières.

Quoique cette femme ait fait, elle ne méritait pas ce traitement inhumain.

La LiFeKa demande que justice soit faite de façon équitable et transparente.

Que la chaîne des responsabilités soit établie et les responsables jugés et punis.

Pour la LiFeKa

 

Mukendy Jeanine

Présidente

 

LiFeKa asbl

Rue Ernst Laude n°1A 1030 Bruxelles

lifeka1@yahoo.fr N° Entreprise 0847534728

Viol en public d'une femme au Kasai, recadrage de la LiFeKa depuis Bruxelles
Repost 0
Published by Cheik FITA
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 11:10
Rétro. Fin de règne en RD Congo, Okitundu, le voleur qui crie au voleur

L'histoire est-elle en train de se répéter?

Fin 2016 et fin 2017 se ressemblent étrangement.

Il suffit de relire ce que les gens du pouvoir finissant disaient en 2016 pour se rendre compte qu'en 2017, les mêmes rengaines reviennent.

Seulement en 2016  il y avait une petite porte de sortie: le dialogue qui avaient conduit à l'accord de la Saint Sylvestre. 

Mais les kabilistes ayant montré à quel point ils sont des gens sans foi ni loi, en 2017, les données sont plus inquiétantes.

Nous republions ci-dessous un article d'il y a une année!

 

Rétro. Fin de règne en RD Congo, Okitundu, le voleur qui crie au voleur

Fin de règne en RD Congo, Okitundu, le voleur qui crie au voleur

 

Lors d'une interview diffusée sur RFI matin du jeudi 6 octobre 2016, il était possible d'entendre le kabiliste She Okitundu accuser le « Rassemblement » de fomenter un putsch pour l'après 19 décembre 2016 avec le régime spécial qui sera mis en place.

Oublie-t-il que le vrai putsch, c'est celui de vouloir maintenir à la tête de la RD Congo un individu dont le mandat sera terminé?

Pire, Okitundu qui se présente comme sénateur, n'est-il pas le prototype même du putschiste ?

Tenez, il avait été élu sénateur en février 2007. Son mandat s'était achevé cinq ans après soit en février 2012. De février 2012 à aujourd'hui, lui et les autres sénateurs se sont déjà tapé quatre ans et demi de dépassement. Y a-t-il plus putsch en RD Congo ?

Okitundu est mal placé pour donner des conseils en matière de putsch… Le voleur qui crie au voleur !

 

Bruxelles, le 6 octobre 2016

Cheik FITA

Rétro. Fin de règne en RD Congo, Okitundu, le voleur qui crie au voleur
Rétro. Fin de règne en RD Congo, Okitundu, le voleur qui crie au voleur
Repost 0
Published by Cheik FITA
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 07:13
Humeur. L'après 31 décembre 2017, cauchemar pour les kabilistes

En RD Congo, au lendemain de la signature de l'Accord de la Saint-Sylvestre, les kabilistes avaient poussé un ouf de soulagement : ils pouvaient encore rester au pouvoir et continuer en s'en mettre plein les poches.

À l'annonce du décès d’Étienne Tshisekedi, bon nombre d'entre eux avaient sablé le champagne. Une autre occasion pour eux de se réjouir. Le plus grand adversaire politique n'était plus là.

Malheureusement, cette joie ne sera pas éternelle.

Le temps étant ce qu'il est, en ce début du mois d'octobre 2017, les kabilistes sont rattrapés, il ne leur reste plus que moins de nonante jours avant le saut dans l'inconnu.

Si les kabilistes mènent encore un semblant de vie normale, c'est grâce à la volonté d'un seul homme : Joseph Kabila. C'est parce que ce dernier se cramponne encore au pouvoir, qu'ils sont encore là.

Mais pour combien de temps encore ?

Le Raïs a-t-il encore toutes les cartes en main ?

Non.

Pourra-t-il rebondir ?

Très peu probable.

Si avec toutes les manœuvres, avec la contribution de l'opposition, de la CENCO et de la communauté internationale, le 31 décembre 2016, Joseph Kabila n'a pu obtenir qu'un sursis de 12 mois, comment, esseulé, avec comme compagnie que des flatteurs de bas étage, pourrait-il gagner plus de temps ?

La logique simple montre que non seulement les trois derniers mois de 2017 ont toutes les chances de tourner au cauchemar pour le Président sortant, mais s'il résistait jusqu'au bout, il est certain, 2018 sera un véritable cauchemar et pour lui, et pour tous les kabilistes bien sûr.

Ce qui est certain:

- Si par hasard, Joseph Kabila résistait encore jusqu'au 31 décembre 2017, les jours suivants, le pays serait si désarticulé, si incontrôlable, que le sort des kabilistes ses acolytes serait très peu enviable. Ils seraient aux abois, ne sachant pas de quoi serait fait le lendemain.

- Si le régime de Joseph Kabila était balayé bien avant 2017, le sort des Kabilistes serait tout aussi très peu enviable car la plupart d'entre eux prendraient La poudre d'escampette.

Quelle solution alors ?

Durant les trois derniers mois de 2017, les kabilistes raisonnables devraient chercher à prendre congé du clan, à quitter le bateau car l'avenir est véritablement bouché pour eux.

Et mieux vaut tôt que tard. Tôt, c'est maintenant quand certains paramètres sont encore visibles,

Tard, c'est tout au plus la veille de la chute du régime.

Mais quel dictateur a déjà su qu'il était la veille de sa chute ? Et donc tard, c'est en réalité trop tard.

Ce qui est sûr, le kabilisme va vers sa fin, l'heure du sauve-qui-peut a sonné. Que les sociétaires du clan s'y préparent… La débâcle sera collective, mais le salut sera individuel.

 

Bruxelles, le 5 octobre 2017

Cheik FITA

Humeur. L'après 31 décembre 2017, cauchemar pour les kabilistes
Repost 0
Published by Cheik FITA
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 07:58
Octobre, novembre, décembre : une poudrière appelée RD Congo, quelle issue ?

Que se passera-t-il politiquement en RD Congo en octobre, novembre et fin décembre 2017 ?

Le régime de Joseph Kabila réussira-t-il à se maintenir à la tête de la RD Congo comme en fin 2016 ou, le peuple congolais, excédé par la roublardise, le mensonge et l'aventurisme du clan Kabila, réussira-t-il à balayer le système?

L'état des lieux

Il faut être aveugle, de mauvaise foi et cynique pour ne pas constater une évidence : à partir de ce mois d'octobre 2017, la RD Congo entre dans une zone de forte turbulence politique pour trois raisons très simples :

- Sur toute l'étendue de la RD Congo, du quartier à la présidence de la République, aucun dirigeant n'a un mandat du peuple,

- L'Accord politique signé le 31 décembre 2016 alors que le pays entrait dans une zone de turbulence similaire, n'a pas du tout été appliqué. La raison ? Le clan Kabila qui avait les manettes du pouvoir avait estimé qu'une fois la pression populaire tombée, il pouvait récupérer de la main droite, ce qu'il avait cédé de la main gauche dans l'Accord de la Saint Sylvestre.

- Comme tous les peuples du monde, le peuple congolais voudrait que ceux qui dirigent le pays à tous les niveaux, aient son mandat.

Les forces en présence

En RD Congo, il n'y a plus aujourd'hui que deux camps :

- Ceux qui soutiennent Joseph Kabila avec ses institutions périmées et sa vision à savoir : continuer à être au pouvoir au mépris de la durée de mandat,

- Ceux qui veulent le départ de Joseph Kabila du pouvoir au plus tard le 31 décembre 2017, et qui considèrent que Joseph Kabila et ses hommes ne pourront plus engager le pays au-delà de cette date buttoir.

La bipolarisation est presque totale. Il n'y a plus de place pour les « ni »- «ni ».

Problématique

Le pays peut-il indéfiniment continuer à fonctionner avec des imposteurs à tous les niveaux ? Non.

Au delà du 31 décembre 2017, les animateurs actuels de différentes institutions du pays auront-ils un brin de confiance du peuple ? Non.

Les anti-Kabila, à savoir essentiellement le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement et les mouvements de la société civile sont-ils disposés à prendre langue avec le clan Kabila pour un éventuel arrangement politique ? Jusque là non, et peut-être jusqu'au délai butoir du 31 décembre 2017.

Entre l'acceptation d'une situation de fait pourrie sous prétexte de « calme social », et la révolte contre l'arbitraire, de quel côté le peuple congolais penchera-t-il ? Du côté de la révolte.

Les détonateurs

Un certain nombre de faits peuvent être des détonateurs :

- Le comportement mafieux des Kabilistes et apparentés.

L'idéologie du clan Kabila étant : « Profiter au maximum de la caisse de l'état, se faire corrompre, détourner les deniers publics, empocher des commissions sur toutes les affaires…  » et souvent au mépris des pleurs et grincements de dents de la population, il n'est pas exclu qu'un excès de zèle quelque part puisse mettre le feu aux poudres. Il n'est qu'à voir le tollé soulevé par la décision du gouvernement Tshibala de mettre fin à la circulation des passeports.

- L'ambiance dans les stades avec les désormais habituels chants anti-Kabila. Un plaisantin peut toujours lancer un mot d'ordre anarchique qui pourrait facilement être relayé à la sortie du stade. Et les matchs de football, il y en aura beaucoup d'ici le 31 décembre. Les supprimer est impossible,

- La misère généralisée.

Le transport est difficile, les fonctionnaires sont mal payés, manger à sa faim devient une prouesse…

- La cohabitation richesse arrogante des membres du clan Kabila et vie de clochards de la population,

- Les laisser pour compte du kabilisme.

Le clan Kabila s'appelle pompeusement « Majorité Présidentielle ». Mais en réalité il s'agit d'une minorité qui profite des richesses du pays. Bien de petits politiciens ont rejoint le clan en vue d'éventuels profits. Qu'ont-ils gagné ? Des miettes avec en prime le mépris de la population.

En cas de choc frontal avec le peuple, ces petits kabilistes accepteront-ils de mourir pour Kabila, ou à la première salve, ne vont-ils pas prendre leurs jambes au cou, laissant ainsi les barons du pouvoir se faire démolir par la colère populaire ?

- Le jusqu'auboutisme de Joseph Kabila : à ce jour, le peuple scrute en vain un signe de la part du Président sortant disant assez clairement qu'il est disposé à quitter le pouvoir, à le laisser à d'autres.

Joseph Kabila aura-t-il la sagesse et la prévoyance de se prononcer à temps ou, faute de repères, s'y prendra-t-il trop tard, quand la situation aura atteint un point de non-retour ?

- Les mots d'ordre du « Rassemblement ».

Cette plate-forme avait promis une feuille de route reprenant des actions à organiser jusqu'au départ du pouvoir de Joseph Kabila. Le « Rassemblement » est dans l'obligation d'affiner ses stratégies et de les mettre en application rapidement. Si le « Rassemblement » et son jumeau que sont les mouvement citoyens manœuvrent bien, il sont en mesure de mettre dans les rues de Kinshasa deux à cinq millions de personnes. Avec un tel nombre de personnes, le régime de Kabila ne peut pas résister.

Est-ce possible ? Oui, tous les ingrédients sont réunis et en face, le fruit est tellement pourri qu'il suffit de bien secouer le cocotier pour que tout s'effondre.

Issue

Que l'on le veuille ou pas, entre le mois d'octobre et décembre 2017, la RD Congo sera une véritable poudrière, les lignes bougeront. Quelle sera l'amplitude de cette secousse ? Quels pourraient en être les dégâts?

Tous les signaux doivent désormais être attentivement scrutés, et aucun ne doit être négligé.

Bruxelles, le 3 octobre 2017

Cheik FITA

 

Octobre, novembre, décembre : une poudrière appelée RD Congo, quelle issue ?
Repost 0
Published by Cheik FITA
commenter cet article
1 octobre 2017 7 01 /10 /octobre /2017 18:09
Billet. Fin de règne en RD Congo, à chaque dictature son crash d'Antonov … Esili

Samedi 30 septembre 2017, dernier jour que le « Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement» avait donné à la CENI pour publier le calendrier électoral, sous peine de ne plus reconnaître les animateurs des institutions congolaises actuelles, un crash d'un avion Antonov a eu lieu en périphérie de Kinshasa. Tous les passagers sont décédés et parmi eux des pilotes ukrainiens.

Selon plusieurs sources, l'avion contenait du matériel militaire, sûrement destiné au front à l'est du pays.

Le gouvernement désormais démissionnaire a donné sa version des faits, sûrement truffée de mensonges, comme à son habitude.

En 1993, alors que le Maréchal Mobutu était déjà hors mandat, illégitime, impopulaire et vomi par le peuple, il y eût un crash d'Antonov sur le marché type K de Kinshasa avec à la clé plusieurs morts. Les pilotes de cet Antonov étaient des Ukrainiens. Ils eurent la vie sauve et furent emprisonnés à Makala avant d'être plus tard exfiltrés par leur pays.

Lors d'une enquête que nous avions effectuée sur ce crash, en tant que parlementaires avec comme Président de la commission monsieur Valentin Mubake, nous apprîmes des choses graves :

Entre l'aéroport de Ndolo et la destination de l'Antonov, il y avait un grand trafic peu orthodoxe. Et les différentes compagnies qui assuraient ce trafic étaient la propriété des proches du Maréchal Mobutu. Ce trafic était à l'image du pays à l'époque : une grande corruption, une course effrénée des apparatchiks vers l'enrichissement sans cause, même au détriment de la sécurité du pays.

Une chose était sûre à l'époque, le régime illégal et illégitime de Mobutu allait irrémédiablement vers sa fin, malgré que régulièrement, des opposants étaient débauchés dans l'espoir vain d'avoir une certaine légitimité. Quand ce régime allait-il rendre l'âme ? Personne ne pouvait répondre avec exactitude. Mais déjà dans l'opinion tout le monde disait ceci de ce régime : « Esili ». Oui, ce régime pourri, corrompu, désarticulé, structuré autour d'un seul individu finit par se casser la gueule.

Vingt ans après la chute de Mobutu. On a l'impression d'assister à une répétition accélérée de l'histoire :

- On a en RD Congo un régime illégal, illégitime, impopulaire, honni par le peuple dont les animateurs se cramponnent au pouvoir, et parmi eux, des débauchés de l'opposition,

- Le régime est structuré autour d'un seul individu qui a tous les pouvoirs entre les mains,

- Ironie de l'histoire, ce régime vient d'être gratifié de son crash d'Antonov. Alors qu'il y a un bruit de bottes à l'Est de la République…

Comparaison n'est peut-être pas raison, mais une convergence d'autant de signaux négatifs confirme une exclamation qui monte de plus en plus dans la population.

Comme pour paraphraser le manifeste du citoyen congolais que nous, membres de la société civile et mouvements citoyens avons lancé ici à Paris le 17 août dernier : il y a un mot qui sort de plus en plus de toutes les bouches, et qui ira en s'amplifiant jusqu'à la fin : « Esili», Ina isha, Kwajiki, Imene...

 

Paris, le 1er octobre 2017

Cheik FITA

Billet. Fin de règne en RD Congo, à chaque dictature son crash d'Antonov … Esili
Repost 0
Published by Cheik FITA

ANNONCES...MESSAGES

 

Lu pour vous, A propos de la surfacturation du passeport congolais, cri d'une victime de l'arnaque: 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens