Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

 

kabila oyebela

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Depuis le 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 13:44

 

Lors d’une conférence de presse tenue le mercredi 4 février 2015 à Bruxelles, la plate-forme « dynamik Congo » a exigé le départ de monsieur Joseph Kabila du pouvoir suite aux massacres qu’il y a eues à Kinshasa du 19 au 21 janvier dernier. Ces jours-là, la population congolaise était descendue dans la rue pour protester contre l’adoption par le parlement de la loi Boshab qui aurait permis à monsieur Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir, au-delà de décembre 2016.

Dans une communication lue par monsieur Vital Barholere, Président de la plate-forme il a été épinglé plusieurs points, pour appuyer l’exigence de la plate-forme :

L’urgence d’un dialogue national qui devrait résoudre les points suivants :

  • De nouvelles règles consensuelles pour les élections
  • Une nouvelle commission électorale
  • Un calendrier électoral global et consensuel
  • Un gouvernement de  transition
  • La libération de toutes les personnes emprisonnées lors des manifestations du 19 au 21
  • La libération des prisonniers politiques
  • La libération des 43 personnes injustement accusées d’assassinat de Laurent Désiré Kabila
  • La suspension  du recensement général
  • Mobiliser les moyens nécessaires pour l’organisaion des élections
  • Prévenir et sanctionner la haute trhison dans le chef de ceux qui voudraient pratiquer la politique de la terre brûlée parce qu’obligé de quitter le pouvoir

La plate-forme a préconisé qu'il était plus que temps de penser déjà à l’après-Kabila.

L’exposé a été suivi d’une série de questions réponses avec la presse.

Bruxelles, le 6 février 2015

Cheik FITA

"Dynamik Congo" exige le départ de Joseph Kabila du pouvoir
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 06:58

 

Quarante-huit heures après la qualification des Léopards de la RD Congo pour les quarts de finales de la CAN, coupe d’Afrique des Nations qui se déroule en Guinée Equatoriale du 17 au 8 février 2015, des photos et des vidéos ont pris d’assaut tous les réseaux sociaux : celle de la présence du Président Joseph Kabila aux côtés des joueurs !

Volonté réelle de donner le dernier coup de pouce capable de booster les Léopards afin qu’ils gagnent la coupe ? Ou…  marketing politique conçu par un opportuniste comme il y en a tant dans le sérail présidentiel?

C’est un fait, être joueur des Léopards comme de toute autre équipe nationale, c’est avoir sur ses épaules le poids de toute une nation. Comme les Léopards de la RD Congo, les Equato-guinéens, les Ivoiriens et les Ghanéens ont tous en ce moment ce poids. Leurs Présidents respectifs suivent de très près l’évolution de leurs prestations.

Quels actes posent-ils ? A quel moment cela est-il médiatisé ? La médiatisation de ces actes devrait-elle prendre l’ascendant sur la médiatisation des performances des joueurs sur le terrain ?

De part sa position politique, monsieur Joseph Kabila pouvait-il rester indifférent face à la prouesse des Léopards ?

Non.

Dans une déclaration, l’entraineur Ibenge a affirmé avoir demandé à Joseph Kabila de rendre visite aux Léopards.

Si c’était son initiative, avait-il raison ? Oui, dans la mesure où c’est lui le boss de l’équipe. De nous tous, il est le mieux placé pour connaître les états d’âme et les problèmes de ses joueurs. Entre autres, les fameuses « primes » qui ont souvent été détournées depuis les Léopards de Munich 1974, il y a 41 ans. Si cette visite pouvait contribuer à motiver davantage les Léopards afin qu’ils gagnent la coupe, l’initiative de l’entraineur Ibenge est donc bonne. Car, l’objectif final de toutes les équipes nationales, c’est de gagner cette coupe. Pourquoi les autres pays devraient-ils prétendre gagner la coupe et pas la RD Congo ?

Un match de football à ce niveau de compétitions, c’est l’équipe, joueurs et encadreurs avec tous leurs problèmes personnels et de groupe, c’est le public présent dans le stade, mais c’est aussi tous les millions d’anonymes scotchés à leurs écrans de télévision, vibrant à la moindre action, explosant de joie en cas de but marqué, et descendant dans les rues en cas de victoire.

Un détail peut faire basculer le match dans un sens ou dans un autre.

Chaque joueur à chaque instant des quatre-vingt dix minutes de jeu, porte ce poids psychologique.

La communion entre le peuple et son équipe est aussi un des grands facteurs qui boostent les joueurs.

Cette communion a été si forte que le 31 janvier, suite à la victoire des Léopards à l’issue du match RD Congo-Congo-Brazza, il y a eu une explosion de joie dans toutes les villes de la RD Congo, et les rues ont été envahies.

 Cette expression populaire a-t-elle conditionné le déplacement de monsieur Joseph Kabila pour la Guinée Equatoriale? Sûrement.

Les communicateurs de la présidence congolaise pouvaient-ils parler de cette visite « présidentielle » aux Léopards ?

Oui. Mais en faire l’événement, non. Car, l’événement, c’est le foot. Et c’est le foot qui a créé l’euphorie collective.

La politique doit-elle voler la vedette aux joueurs ? Non, afin de ne pas altérer la communion « Léopards-Peuple ».

 

Bruxelles, le 4 février 2015

Cheik FITA

 

Source photo d'illustration: http://i1.wp.com/www.africatopsports.com/wp-content/uploads/2015/02/DSCN9215.jpg?resize=710%2C533

 

Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 20:40

 

Inexorablement, les minutes et les jours s’écoulent. Nul ne peut arrêter le temps. Le regard des millions des Congolaises et Congolais est tourné vers le jour où, un changement politique interviendra en RD Congo, avec l’espoir que le nouveau pouvoir sera plus attentif au bien-être du plus grand nombre et au respect des droits de chacun. Oui, le compte à rebours est bien en marche.

19 décembre 2016 est la date la plus éloignée où aura lieu un changement à la tête du pays. À moins que dans l’entretemps, des circonstances inattendues précipitent les événements. Ce qui n’est pas exclu, les hommes actuellement au pouvoir en RD Congo étant capables de coups fourrés, dans le seul but de ne pas lâcher la direction du pays. Mais depuis peu, les données politiques ont changé. Le peuple est désormais plus vigilent. Et ayant maintenant pris goût à descendre dans la rue, à la moindre fourberie des dirigeants, c’est un gros coup de balai qui pourrait emporter animateurs et institutions.

La série d’émission « RD Congo 2015-2016, le compte à rebours » se donne comme mission de baliser ce parcours du pays vers plus de démocratie via des échéances électorales incontournables et à tous les niveaux. Et régulièrement, nous recevrons des hommes politiques congolais afin de décortiquer l’actualité et analyser l’évolution du processus démocratique, et donner l’alarme en cas de nécessité.

Cette semaine, notre invité est le docteur Jean-Jacques Mbungani, chargé  des affaires étrangères du MLC, mouvement de libération du Congo.

Il donne sa lecture de l’actualité congolaise ainsi que des informations sur la marche de son parti

Bruxelles, le 2 février 2015

Cheik  FITA

Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 12:46
666 organisations congolaises de la société civile écrivent à Kabila pour la libération de Christopher Ngoyi

 

Depuis Kinshasa, 666 organisations de ma société civile ont envoyé le lundi 2 février 2015 une lettre ouverte à monsieur le Président Joseph Kabila dans laquelle ils demandent :

1.      La libération sans condition du défenseur des droits humains, Monsieur Christopher NGOY MUTAMBA, Président national de l’ONG « Synergie Congo Culture et Développement » et Coordonnateur de la plateforme « Société civile de la République Démocratique du Congo »;

2.      La justice ainsi que la réparation en faveur de toutes les victimes de graves violations des droits humains et autres atteintes survenues au cours du mois de janvier 2015, dans un contexte des revendications citoyennes et en marge du débat démocratique sur la révision du cadre juridique relatif aux élections en RDC ;

3.      L’ouverture des poursuites pénales et actions disciplinaires contre des présumés auteurs intellectuels et matériels de tous ces actes jugés criminels.

Christopher Ngoyi Mutamba avait été enlevé à Kinshasa par des gardes présidentiels, dans la nuit du 21 janvier 2015 suite aux manifestations populaires contre la loi Boshab qui contenait des artifices pour que monsieur Joseph Kabila se maintienne au pouvoir au-delà de décembre 2016, date de la fin du deuxième et dernier mandat de monsieur Kabila à la tête de la RD Congo.

Durant plusieurs jours, les services de l’état étaient restés muets sur le lieu de détention de Christopher Ngoyi ainsi que sur les raisons de son enlèvement.

Très maladroitement, le ministre des informations de la RD Congo avait avoué cette détention sur une chaîne française, avant que tout aussi maladroitement les services des renseignements (ANR) ne distillent aussi une information selon laquelle Christopher Mutamba était détenu chez eux.

ci-dessous, cette lettre.

 

Bruxelles, le 2 février 2015

Cheik FITA

 

DOCUMENT

 

LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT JOSEPH KABILA,

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC)

Concerne : La libération du défenseur des droits humains CHRISTOPHER NGOY MUTAMBA et la justice en faveur des victimes des manifestations de janvier 2015.

 

Kinshasa, le 02 février 2015.

Monsieur le Président de la République,

Les 666 signataires du présent mémorandum, ONG membres de la Campagne pour la démocratie et de l’Etat de Droit en République Démocratique du Congo (RDC), avec le soutien de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDHI, vous adressent la présente lettre ouverte pour demander :

4.      La libération sans condition du défenseur des droits humains, Monsieur Christopher NGOY MUTAMBA, Président national de l’ONG « Synergie Congo Culture et Développement » et Coordonnateur de la plateforme « Société civile de la République Démocratique du Congo »;

5.      La justice ainsi que la réparation en faveur de toutes les victimes de graves violations des droits humains et autres atteintes survenues au cours du mois de janvier 2015, dans un contexte des revendications citoyennes et en marge du débat démocratique sur la révision du cadre juridique relatif aux élections en RDC ;

6.      L’ouverture des poursuites pénales et actions disciplinaires contre des présumés auteurs intellectuels et matériels de tous ces actes jugés criminels, notamment :

(i)                des massacres des civils à Kinshasa et Goma et dans l’ensemble du pays ; 

(ii)              des atteintes à l’intégrité physique des personnes ;

(iii)            de la torture ;

(iv)            des arrestations arbitraires ;

(v)              des détentions illégales ;

(vi)            des enlèvements ;

(vii)          des disparitions forcées ;

(viii)        de l’usage abusif des armes et munitions de guerre contre la population civile non-armée ;

(ix)            de l’usage disproportionné de la force contre des manifestations pacifiques ;

(x)              du déploiement des chars de combats et armes lourdes des forces armées de la République contre la population, à l’intérieur du pays.

Monsieur le Président,

Tous ces actes jugés criminels ont été perpétrés dans un contexte politiquement mouvementé notamment à Kinshasa, Goma et Bukavu. Et, afin de les étouffer, a la veille de toute manifestation pacifique, des éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC), de la Garde Républicaine (GR) et des Forces Armées de la RDC (FARDC) étaient déployées avec chars de combats, armes et minutions de  guerre.

En effet, le projet de révision constitutionnelle abandonné, suite à la pression du peuple, le Secrétaire Général du Parti du Peuple pour la Reconstruction et le Développement (PPRD), votre parti politique, initia un projet de révision de la loi électorale qui justifia une session extraordinaire du parlement, du 15 décembre au 26 janvier 2016. Les parlementaires de l’opposition avaient exprimé leur désapprobation contre ce nouveau projet qu’ils qualifiaient de « glissement du calendrier électoral ». Au-delà de l’hémicycle, autant que c’était pour la révision de la Constitution, la réforme électorale envisagée avait engendré de vives controverses de toute la nation congolaise.

Des organisations signataires de la présente lettre ouverte avaient reçu des informations selon lesquelles, la classe politique au pouvoir soutenait la révision de la Constitution et de la loi électorale, dans le seul but de vous permettre de vous représenter en 2016, pour un mandat au-delà des limitations constitutionnelles. Le projet de loi électoral conditionnait la tenue des élections présidentielles et législatives nationales à l’ajustement des données démographiques résultant de l’ « hypothétique » identification de la population.

Par ailleurs, se positionnaient contre ce projet, tous les partis politiques d’opposition, la société civile, certains de vos partis alliés, ainsi que, de manière très virulente et ouverte, des personnalités politiques comme Francis KALOMBO député du PPRD, Jean-Claude MUYAMBO président de la SCODE[1], et KATUMBI CHAPWE Moïse, Gouverneur de la province du Katanga.

A cet effet, au mois de décembre 2014, le Gouverneur du Katanga avait, par une formule imagée empruntée au football,  fait une déclaration politique qui révélait son ambition de briguer le mandat présidentiel, en 2016, et la lassitude du peuple à supporter le rallongement de votre mandat. Il revient aux ONG que cette position de KATUMBI avait amené, d’une part, des leaders politiques à lui exprimer leur soutien et de l’autre, à ce que vous convoquiez urgemment votre famille politique, dans la province du Katanga, ainsi que le gouvernement central, à prendre des mesures immédiates contre des fonctionnaires de l’Etat et/ou des politiciens favorables à KATUMBI.

Dans la même perspective, le gouvernement avait instruit des entreprises de téléphonie cellulaire d’interrompre, illégalement, l’accès de toute la population de la RDC au service d’Internet et la communication par « sms ». Cette décision, politiquement motivée, visait notamment à (i) couper toute communication entre ONG et partis politiques d’opposition ; (ii) empêcher aux groupes de pressions d’accéder à l’information sur la situation de l’ensemble du pays ; et, (iii) les empêcher de rechercher et transmettre des informations d’un lieu à un autre.

Les ONG signataires dénoncent l’usage excessif de la force par la PNC, la GR et les FARDC qui avait causé la mort de plusieurs dizaines de personnes. Le bilan provisoire de Kinshasa est de 11 morts, selon le porte-parole du gouvernement ; de 38 morts, selon l’ONG Human Rights Watch basée à Kinshasa et de plus de 40 morts, selon les ONG congolaises affiliées à la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH). Le bilan provisoire de Goma est de trois morts, d’après le Gouverneur du Nord-Kivu, Monsieur Julien PALUKU, alors que les ONG font état de 4 morts suite aux tirs à balles réelles.

De même, les ONG condamnent des arrestations arbitraires et détentions illégales de plusieurs centaines des personnes dont Mme Pascaline KUDURA, l’honorable Vano KIBOKO KALEMBE, le Bâtonnier Jean-Claude MUYAMBO KYASSA, et le défenseur des droits humains, monsieur NGOY MUTAMBA Christopher. Autant qu’elles dénoncent des cas de torture et atteinte à l’intégrité physique des dizaines des personnes ; des centaines de personnes tabassées, blessées par balle et asphyxiées au gaz lacrymogène.

En conclusion, les 666 ONG organisations, signataires de la présente, demandent la libération immédiate du défenseur des droits de l’Homme, Monsieur Christopher NGOY MUTAMBA, ainsi que toute autre personne arrêtée pour avoir exprimé son droit de manifester son opinion politique. Elles fondent leur action sur les dispositions de l’article 64, alinéa 1 de la Constitution de la République qui stipule que « Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la (présente) Constitution…».

Dans cette perspective, les ONG réaffirment leur engagement à contribuer efficacement à l’instauration d’un Etat de droit et l’enracinement de la démocratie. Aussi vous demandent-elles de soutenir leur action, afin d’empêcher toute tentative de dérive dictatoriale et préserver les acquis démocratiques cristallisés dans la Constitution. Par ailleurs, elles vous invitent  à vous saisir de la dénonciation de ces violations des droits humains et instruire les instances compétentes à approfondir les enquêtes, afin de rendre justice en faveur des victimes. Votre soutien peut aussi permettre aux ONG de recourir au mécanisme de complémentarité judiciaire existant, notamment, dans le cadre de la Commission africaine des droits de l’Homme, et le Statut de la Cour pénale internationales qui enquêtent déjà sur d’autres cas de violations graves des droits de l’Homme commis dans le pays.

666 organisations congolaises de la société civile écrivent à Kabila pour la libération de Christopher Ngoyi
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 10:11

Bruxelles 31.01.2015

Marche des Congolais pour :

- Soutenir les victimes de la loi Boshab; morts, blessés, prisonniers politiques...

- Demander le départ du  pouvoir de Joseph Kabila 

Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 23:35


S’il est une loi qui sera écrite en lettres de sang dans l’histoire de la RD Congo, la loi Boshab est de celles-là. Du 19 au 23 janvier 2015, la population congolaise est descendue dans la rue pour protester contre cette loi qui ouvrait une fenêtre pour que monsieur Joseph Kabila reste au pouvoir, au-delà de décembre 2016.
Réaction du pouvoir ? Des étudiants reprimés, des opposants arrêtés, un leader de la société civile enlevé, de 
dizaines de personnes tuées par les balles de la police ….
 C’est pour protester contre ce carnage qu’une manifestation a été organisée à Bruxelles, le samedi 31 janvier 2015. Différentes banderoles qu’avaient les manifestants étaient plus qu’explicites : » Kabila dégage, pas de troisième mandat pour Kabila, libérez les prisonniers politiques, publiez un calendrier complet des échéances électorales… »


La marche est partie de deux points : la porte de Namur ainsi que la sortie du métro Trône. Une cacophonie que plusieurs manifestants ont dénoncé, surtout ceux venus de loin, France, Allemagne, Hollande.
Les deux groupes ont fait jonction  au niveau de la rue Montoyer. La marche s’est ainsi poursuivie jusqu’au Rond-point Schumann devant les institutions européennes où quelques messages ont été lus, avant que l’hymne national ne soit entonné pour clôturer la manifestation.
En novembre 2011, après le hold-up électoral de Joseph Kabila, durant des mois, les Congolais étaient descendus dans la rue dans différentes villes du monde. Par contre au pays, la population était restée apathique.
Curieusement, en ce mois de janvier 2015, c’est du pays qu’est venu le soulèvement populaire qui vient de booster en occident, les manifestations anti-Kabila.


Bruxelles, le 31 janvier 2015 
Cheik FITA

Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 08:46

La chaîne TV5 Afrique a diffusé le jeudi 29 janvier 2015 en soirée un élément sur l’enlèvement et la détention de monsieur Christopher Ngoyi Mutamba de la société civile de la RD Congo.

Dans cet élément, monsieur Mende, ministre de l’information du pouvoir de Kabila a donné les pseudo-chefs d’accusation pour lesquels monsieur Christopher Ngoyi avait été enlevé et encore détenu à ce jour, à l’ANR, dit-on.

Voici ces pseudo-chefs d’accusation :

Destruction méchante

Incendie volontaire pendant les manifestations

Incitation à la haine raciale

Participation à des actes de pillage.

Il se fait que le 21 janvier 2015, peu avant son arrestation, nous avions interviewé à son téléphone monsieur Christopher Ngoyi.

Monsieur Mende parle d’une agente de la garde présidentielle qui aurait été agressée alors qu’elle était internée à Mama Yemo.

Dans l’élément audio que nous possédons et dont nous vous proposons un extrait, monsieur Christopher Ngoyi parle aussi de cette dame de la garde présidentielle qui avait d’ailleurs appelé du renfort par la suite.

Interpellée par les membres de la plate-forme « Sauvons la RDC », la dame avait prétendu qu’elle était aussi là pour visiter les malades. Mais aux malades, elle avait  dit qu’elle était membre du personnel médical.

Ceci montre à souhait que tout l’échafaudage mis en place pour justifier l’enlèvement et la détention de monsieur Christopher Ngoyi, n’est que du gros mensonge et prétexte pour embastiller ceux qui combattent la mauvaise gouvernance et les tentatives du régime à se cramponner à la tête du pays.

Ce n’est un secret pour personne, « quand on veut noyer son chien, on l’accuse de rage ». Triste fin d'un régime.

Bruxelles, le 30 janvier 2015

Cheik FITA 

lire aussi:

RD Congo. Enlèvement de Christopher Ngoyi de la société civile, où est-il détenu ? 

3ème journée Kinshasa ville morte, le point avec Christopher Ngoyi de la société civile

Alerte. Affaire Jean-Claude Muyambo et Christopher Ngoy, les craintes de Paul Nsapu de la FIDH

Victimes de la loi Boshab, Paul Nsapu de la FIDH répond à Lambert Mende

Pseudo-chefs d’accusation du pouvoir de Kabila : Christopher Ngoyi contredit Mende
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 08:20

Après les journées villes mortes et de colère de la semaine du 19 janvier 2015 contre la loi Boshab, durant lesquelles le pouvoir de monsieur Joseph Kabila a été secoué comme un cocotier, l’opposition vient d’ouvrir un nouveau front : la réclamation de publication d’un calendrier électoral complet.

En point de mire, la CENI, commission électorale indépendante de la RD Congo et monsieur l’abbé Malu Malu.

Où en est la CENI ?

Le lundi 26 mai 2014, la CENI avait annoncé des dates pour la tenue de certaines élections à savoir :

- Le dimanche 14 juin 2015, pour les conseillers des communes et des secteurs/chefferies.

- Le 29 août 2015 pour les Conseillers urbains, les Bourgmestres et les Chefs de secteur.

Quand devra-t-on renouveler les assemblées provinciales, et par ricochet les gouverneurs et le sénat ? Depuis mai 2014, la CENI est restée muette sur ces échéances.

Quant aux législatives et la présidentielle, la CENI n’a pas de grandes marges de manœuvres car la constitution a déjà tranché à savoir : « Quatre-vingt dix jours avant la fin du mandat du Président sortant. » Les élections étant généralement organisées le dimanche, en consultant le calendrier, cela donne la date du dimanche 19 septembre 2016 pour la présidentielle et les législatives.

La CENI a-t-elle la volonté de respecter ces délais ?

En consultant le calendrier publié en mai 2014, on constate qu’il y a déjà un léger retard.

Plus inquiétant, sur le site de la CENI, le lien pour le calendrier électoral ne fonctionne plus.

Heureusement en mai 2014, nous avions diffusé ce calendrier qui peut être consulté en cliquant sur le lien suivant : http://www.cheikfitanews.net/2014/05/elections-locales-en-rd-congo-14-juin-2015.html  )

Longtemps à la remorque des états d’âme du clan Kabila, la CENI a maintenant  intérêt à s’affranchir et à devenir réellement indépendante.

Car, il est désormais acquis:

- Que Joseph Kabila ne sera pas candidat, la constitution n’ayant pas été  modifiée pour lui offrir pareille opportunité,

- Que le 20 décembre 2016, le "Raïs" redeviendra automatiquement un citoyen ordinaire. 

La pression populaire consécutive au grand éveil politique du peuple autorisera-t-elle à l’abbé Malu Malu de jongler à sa guise, comme par le passé? Le curé ne risquera-t-il pas d’être secoué à son tour? Dans ce cas, le  prince de l'église aura-t-il alors les reins suffisamment solides pour se cramponner ?

 

Bruxelles, le 29 janvier 2015

Cheik FITA 

Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 03:30

Paul Nsapu répondant aux questions de Peter VERLINDEN de la VRT. Photo Cheik FITA

En mission dans un pays africain, Paul Nsapu secrétaire général de la FIDH nous a contacté par téléphone, afin de réagir aux propos tenus sur le plateau de la télévision France 24 le 26 janvier 2015 par monsieur Lambert Mende, ministre de l’information en RD Congo.

«  Laissant la RD Congo avec l’Internet coupé et le signal de RFI brouillé, monsieur Lambert Mende est passé à la télévision française France 24 pour donner le bilan du pouvoir suite à la réaction du peuple contre la loi Boshab. »

S’agissant de l’enlèvement de monsieur Christopher Ngoyi de la société civile, monsieur Mende a déclaré qu’il était arrêté pour avoir enfreint « la loi ».

Monsieur Paul Nsapu a affirmé qu’à ce stade, il ne pouvait se fier aux simples  paroles de monsieur Mende. La FIDH, craignait toujours pour la vie de Christopher Mutamba qui a été enlevé pour des raisons politiques.

Quant au bilan des victimes, le défenseur des droits de l’homme a proposé à monsieur Mende d’accepter un débat contradictoire en direct sur un média de son choix.

Enfin, Paul Nsapu a qualifié le pouvoir de Kinshasa, d’état terroriste.

 

Bruxelles, le 28 janvier 2015

Cheik FITA 

Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 21:04
Communication politique
 
Réunis ce mardi 27 janvier 2015, les principaux leaders de l'opposition on fait l'évaluation des actions menées du 12 au 24 janvier 2015.
 
Dans leur déclaration, ces ténors de l'opposition plus que jamais soudés ont félicité le peuple congolais d'avoir courageusement vaincu la peur et les appelle à la vigilance pour protéger les  acquis de la démocratie.
 
Les opposants ont rendu responsable le pouvoir qui a tué, à travers la garde présidentielle, des paisibles citoyens pour lesquels ils organisent une messe en leur mémoire le vendredi 30 janvier prochain.
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews

ANNONCES...MESSAGES

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES: 

RD Congo, sans un seul coup de feu

 

 

 

 

 

 

RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

Nous contacter en cliquant sur le lien suivant: http://www.cheikfitanews.net/contact

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

 http://banamikili.skyrock.com/

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE

 rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne lien 

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

FOCUS

Liens