Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

Vidéos récentes:

Cliquez sur le lien en dessous de l'icône pour visionner

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=CLWjQ0UD46Y&t=8s

https://www.youtube.com/watch?v=fqiAfjLpm_Y

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=5P94IcDL7Og

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=b82o4074eXI&t=72s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=sSkgK9Ux0LA&t=424s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=SoYmgRJwLic

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=V6v6vSD8K8Q&t=9s

Vidéo du slogan-phare des congolais

pour fin mandat de J. Kabila

kabila oyebela

réserve photos du site

Suivez  attentivement cette Vidéo.

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 14:29


Le jeudi 3 juillet 2008, Jean-Pierre BEMBA, sénateur congolais et ancien Vice-Président de la République  a été extradé par la Belgique pour les Pays-Bas, où il a comparu pour la première fois le vendredi 04, et ce;  suite à un mandat international lancé par la Cour Internationale de Justice, CPI.
Deux jours avant, alors que la cour de cassation venait de se réunir pour statuer sur le dernier recours du Camps Bemba, nous avons rencontré au palais de Justice de Bruxelles, quelques membres de l'associaition "Les amis de Jean-pierre Bemba." Nous les avons interrogé sur la situation de leur leader. Voici ce qu'ils nous ont répondu:

 

  1. Pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs?

 

Nous sommes une association dénommée Les Amis de Jean Pierre Bemba, AJPBA en sigle, qui a sa Structure Nationale en RDC et des Représentations Extérieures. J’assume la direction de la représentation du Benelux. L’ AJPBA est une Association qui regroupe des personnes sans distinction d'appartenance politique, raciale, tribale, religieuse, sexuelle etc...  Mais nationalistes et partageant les idées de Monsieur Jean Pierre Bemba.

 

2. Comment expliquer votre présence ici au Palais de Justice en Belgique?

 

Nous sommes venus montrer tant à l'opinion locale qu'internationale notre indéfectible attachement à Jean-Pierre Bemba et notre détermination à poursuivre notre lutte contre les anti-valeurs qui prennent pied  dans notre pays.

 

3. Quelle est votre appréciation de l'arrestation de Monsieur Bemba?

 

-         Nous dénonçons la politisation de la Cour Pénale Internationale et aussi l'Union Européenne qui tendent à maintenir l'Afrique et particulièrement la RDC dans le statu quo.

-         A chaque fois qu'il y a lueur d'espoir par un digne fils du pays à l'instar de Patrice Emery Lumumba, Kasa-Vubu, c'est à ce moment que les ennemis de la RDC profitent pour plonger tout un pays dans le désarroi. Et aujourd'hui Jean Pierre Bemba.

-         Nous dénonçons également le comportement du procureur Près la CPI qui, à travers ses propos, tend à incriminer par des astuces judiciaires coûte que coûte, notre espoir, alors que Lui et la CPI laissent  les principaux acteurs en l'occurrence Monsieur Ange Félix Patassé et son Général des Forces armées vaquer à leurs occupations.

-         Nous nous posons la question de savoir que font les services de renseignements belges dans une affaire qu'ils prétendent eux-mêmes être purement juridique!

 

Alors que le pays attendait le retour de son digne fils pour assurer l'alternance politique, c'est de ce moment que les ennemis du Congo ont profité pour exécuter leur sale besogne, non seulement contre M. Bemba, le MLC mais aussi contre tout un peuple.

 

Si réellement il y a eu viols et tant d'autres griefs, ces actes ont-ils été commis seulement  par les troupes du MLC alors que tous étaient sur  le champ de bataille : Les Français, les Tchadiens, les rebelles de M. Bozizé, dès lors que les troupes du MLC possédaient une charte de code militaire.

 

Que dire de l'appréciation des Nations Unies en son temps qui avaient déclaré affaire close après l'instauration d'un tribunal pour punir des cas isolés des troupes du MLC? N'était-ce pas là la volonté du MLC de ne pas laisser impunis les forfaits? N'était-ce pas le MLC qui avait demandé aux Nations Unies de diligenter une enquête afin d'éclairer l'opinion sur ce qui s'était déroulé en RCA ?

 

Dans toutes le rebellions qu'a connu la RDC, seuls les territoires sous contrôle du MLC n'ont pas connu des violations de droits de l'homme.

 

Alors que le Congo a connu plus de 5 millions de morts et  connaît jusqu'à ce jour des pertes en vies humaines, la CPI, n'inquiète pas les auteurs alors qu'ils sont identifiables et identifiés. Elle reste muette sur les auteurs de massacres du Bas Congo et des adeptes du Bundu Dia Kongo. Nous dénonçons ce complot international qui tend à maintenir le Congo dans le statu quo. la CPI n’a été instituée que pour les faibles et servir d'outil de vengeance politique

 

4. Quelle est le dividende politique de cette arrestation pour la démocratie au Congo ?

 

Mr Bemba a obtenu 42 % aux élections. Il  incarne l'espoir du peuple. Lui qui du temps des rebellions, a contribué a l'instauration de la paix au Congo en s'inscrivant dans toutes les négociations allant dans la sens de la paix et la réunification du pays. N'est ce pas lui qui avait posé la question de la participation de la société civile aux négociations. Nous voyons tous ces efforts s'effondrer comme un château des sables. Il n’y a des dividendes que pour les complices de ce complot qui voyaient l'alternance politique au Congo par la personne de Mr Bemba comme un  danger.Cette arrestation est un grand danger pour la jeune démocratie en RDC. 

 

 

5. Comment avez-vous  apprécié le traitement médiatique occidental suite à l'arrestation de JPB ?

Les médias occidentaux ont encore une fois mal joué leur rôle «  de faiseur d’opinion » en ne présentant que  les versions des gouvernants qui, nous le savons, ne tiennent comptent que de leurs intérêts. Nous avons nous-mêmes été  victimes de ces manipulations car souvent nos interviews étaient présentées sous des versions modifiées (coupé -collé) qui modifiaient les sens de nos propos ; Il nous a fallu quelque fois menacer de porter plainte pour être entendus.

 

 Les grands organes de presse  ne sont pour la plupart de temps qu’au service des grands décideurs de ce monde. Voyez l'attitude de donneur de leçon de leurs journalistes, se prétendant spécialistes du Congo, et vous comprendrez que pour la plupart de temps, ces organes de presse ne sont que des  précurseurs des décisions des puissances occidentales.  Ils modifient sans vergogne parfois l'histoire de tout un pays.

 

Ecarter JPB viendrait à priver  notre pays d'un vrai leadership dont il souffre et dont l'incarnation est JPB pour un vrai contrepoids au pouvoir. Dommage que la presse internationale ne palpe pas les aspirations du peuple congolais et ne veut qu'installer sa logique des choses. 

Puisque les organes de presse du Congo sont soit soudoyés par le pouvoir, soit réduits au silence par peur de représailles, Nous avions beau espérer que les radios telles que la voix de l'Amérique, la RFI, la RTBF et tant d'autres, qui sont suivies au pays, puissent réellement l'accompagner, en enquêtant sérieusement sur les faits se déroulant au pays puis qu'elles ont les moyens d'y accéder, n'assurent que partiellement leurs rôles et surtout en fonction de leurs intérêt.

 

- Le travail médiatique occidental  ayant été  celui  de   diabolisation de Jean Pierre Bemba auprès de l’opinion tant occidentale  que de la diaspora d’une part, et celle de certains milieux des pouvoirs européens d’autre part, son parti, Le MLC aurait dû se consacrer à un vrai travail de lobbying et de marketing politique (nous avons fait  des mémos et propositions en ce sens) afin de refaire l’opinion, de redorer le blason terni et de rétablir la vérité sur la vraie personnalité  de Jean Pierre Bemba. Les structures du parti  devaient s’organiser de manière à       apporter la vraie information sur la situation du Congo auprès de toutes les structures dirigeantes des pays où ils se trouvent.

Cette situation aurait eu le mérite d’obliger les médias, les politiques (car ce problème est politique) et l’opinion tant occidentale que congolaise de la diaspora  d’aborder autrement  la situation du Président Bemba.

Malheureusement toute la diplomatie active initiée par lui-même  mais  non précédée par un travail  (ne serait ce que médiatique) de fond sur le terrain n’a servi qu’à l’exposer comme appât afin de servir de cobaye dans la recherche de l’ assouplissement  des relations entre le Congo et la Belgique.

 

 Toutefois rien n’est perdu ; l’AJPBA  va s’y atteler et fera de son mieux pour que l’opinion se rende compte que Jean Pierre Bemba Gombo n’est pas celui qu’on présente et qu’il est loin d’être un criminel . Par contre, il est celui sur qui le peuple congolais doit s’appuyer pour d’une part empêcher la balkanisation du Congo et d’autre part, permettre à ce dernier de redécoller pour retrouver sa dignité et sa grandeur.               

 

Faut il ajouter la parodie d’une justice injuste que nous sommes en train de vivre… Les tâtonnements et autres incohérences au niveau de la procédure, les arguments avancés pour justifier l’urgence de son arrestation…. Prouvent à suffisance la politisation à outrance de ce dossier.

 Les rebondissements de l’affaire Thomas LUBANGA nous prouvent encore aujourd’hui à quel point les considérations politiques priment sur le souci de la vraie justice qui a pour but la restauration de l’équilibre social.

 Vous les médias congolais  devrez pousser la recherche de l’information de sorte à pouvoir éclairer le peuple sur les mérites des vrais fils  du Congo et de la réalité politique du Congo à l’étranger.

La réalité de la popularité de monsieur Bemba est une évidence car la grande majorité du peuple se reconnaît en lui ; Ce qui veut dire que l’écarter  de la vie politique provoque un grand déséquilibre avec des conséquences imprévisibles et irrécupérables pour la jeune démocratie qu’est le Congo.

 

 

Propos recueillis par Cheik FITA  auprède DIEUDONNE WABI, AJPBA

 

Bruxelles, le 3 juillet 2008

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Cheik FITA& AJPBA - dans cheikfitanews
commenter cet article
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 12:21

 

H O M E L I E

Méditation à partir de  1 Jn 3,18-24 et Jn 17,18-23

 

 

 « Dans la paix et l’unité en Jésus ressuscité,

pour un Congo plus beau qu’avant ! »

 

 

Chers frères et sœurs, et vous tous amis du Congo ! Bonjour.

 

Rendons grâce à Dieu tout-puissant de nous avoir réuni dans la prière et la louange autour de nos frères du Groupe Epiphanie qui en a pris l’initiative et qui m’a invité à faire cette homélie dans cette sainte eucharistie. Merci de m’avoir fait confiance !

Merci pour vous tous, frères et sœurs, congolaises et congolais et vous qui aimez le Congo dans votre cœur et par votre engagement pour lui et son avenir !

Merci frères et sœurs, de toutes confessions religieuses, vous qui aimez le Seigneur et qui voulez le servir par le souci que vous avez de ce grand Congo au cœur de l’Afrique !

 

Nous venons ainsi de faire le premier pas de nous réunir, de faire unité, d’entrer en communion de paix et d’amour telle que le Congo de demain aimerait en vivre ! Nous sommes un petit reste d’Israël, un symbole, un gage d’avenir ! Il faudrait qu’au sortir de cette église de Saint Joseph, un congolais puisse se rappeler qu’il n’est pas seul, qu’il peut compter sur un autre que lui, qu’il peut compter sur la communauté congolaise en Belgique et d’ailleurs ! Ce n’est là qu’un appel pressant pour chacun d’entre nous !

 

Alors, pourrions-nous réussir cette gageure sans Dieu ? Assurément non. Nombreux sont ceux qui, ici, pasteurs, prêtres et autres évangélistes le proclament en martelant de dimanche en dimanche, la parole du Christ : « Sans moi, vous ne pouvez rien faire ! » Ainsi, pour aller en profondeur dans notre prière et notre méditation, nous jetterons dans un premier temps un regard critique sur notre passé, celui du Congo indépendant ; ensuite, la parole de Dieu proclamée en cette circonstance nous aidera à jeter les bases d’un Congo nouveau en faisant du cœur et de l’esprit de chaque congolais et congolaise un cœur nouveau et un esprit nouveau ! Nous sommes donc invités à la conversion dans l’espérance et l’amour !

 

1. Notre remise en question

 

La remise en question de notre comportement passé doit reconnaître le rôle joué par chacun de nous tous et toutes, qui a fait perdre au Congo ses atouts majeurs, sa dignité, son dynamisme, ses richesses et jusqu’à ses amis, son rôle directeur ou son leadership en Afrique centrale.

 

Nous constatons tous aujourd’hui que le Congo notre pays se meurt lentement, il coule comme un navire en pleine mer. Il a donc grand besoin d’une bouée de sauvetage. Et chacun y  va comme il l’entend. La musique dure depuis l’accession du pays à son indépendance. Nombreux sont les témoins et parmi eux, des acteurs,  de tous ces événements sanglants qui ont endeuillé ou continuent d’endeuiller notre peuple de l’est à l’ouest, du nord au sud. Où va donc le Congo, où va donc le continent africain ? Le défi nous est lancé à nous Congolais qui aspirons à redorer le blason de notre nation.

 

La crise congolaise[1] est récurrente, elle est pareille à une fièvre aux accès fébriles ! Des remèdes ont été proposés, qualifiés de transitions pouvant conduire à une normalisation démocratique par la voie des urnes, mais à chaque fois les démons du midi et les armes ont eu le dessus, et la normalisation tant souhaitée est renvoyée à plus tard, si pas aux calendes grecques. Tous les essais de solution par les acteurs nationaux pour résoudre le mal congolais ont été mis en échec par des forces obscurantistes ! Ainsi, le Congo est resté plongé dans son marasme alourdissant, d’année en année ; et la longue agonie de ses institutions étatiques se poursuit. En dépit de tout, sans doute sommes-nous entrés dans une perspective nouvelle qui pourrait nous faire vivre de notre espérance et de notre foi ! Nos jours sont dans la main de Dieu.

 

La nature de la crise de notre pays est non seulement politique mais aussi morale et spirituelle. Il est donc urgent que les Congolais se ressaisissent vigoureusement, et agissent par eux-mêmes dans une nouvelle fraternité ! Ils doivent se prendre en charge courageusement dans la résolution de leurs problèmes. L’apport de la communauté internationale peut s’avérer, à cet égard, utile et important, il n’en reste pas moins vrai que la solution demeure un acte d’engagement de toutes les forces vives congolaises. Pour ce faire, il ne faut pas occulter la soif légitime de justice, de liberté, de progrès, de droit et de démocratie du peuple. Il faut au contraire lui apporter une réponse crédible : un peuple choisit librement et souverainement ses dirigeants dans lesquels il place sa confiance. Après quarante-huit ans d’indépendance (plutôt nominale),  l’heure est venue de se pencher sur la manière  appropriée de restaurer le Congo pour les Congolais, et créer ainsi  « un autre Congo  plus beau qu’avant dans la paix et dans l’unité » !

 

N’est-il pas venu l’heure de sortir de notre léthargie pour nous lancer courageusement dans un processus de re-génération de notre espace vital, nous devons nous poser deux questions fondamentales : Qu’implique pour nous le fait d’avoir comme patrie le Congo ? Quel est le profil de ce pays dans lequel nous désirerions vivre ?

 

La tâche la plus urgente pour le Congo aujourd’hui n’est-elle pas  d’atténuer les souffrances de sa population, de juguler les épidémies qui le ravagent et la crise politique qui le ronge ? Ce qui revient à dire, à long terme, qu’il lui conviendra de résorber les conflits politiques qui le traversent pour arriver à réformer radicalement son système politique et sur cette base, s’intégrer ainsi dans le monde globalisé.[2] C’est dans cette optique et cette dynamique que pourrait s’inscrire notre démarche de restauration de la nation congolaise.

 

2. Le Congo et la Parole de vérité libératrice de Dieu

 

La première lettre de saint Jean  (1 Jn 3,18-24) nous invite d’emblée de jeu à ceci : nous devons « être de la  vérité » ! Cela voudrait dire qu’il faut cesser  de nous aimer seulement en « paroles et de langue » !  Cela a ruiné, à coup sûr, notre peuple et a hypothéqué l’avenir de notre pays ! Mais en nous aimant du fond du cœur, généreusement, sans égoïsme ni individuel, ni clanique, ni tribal, etc., nous arriverons, devant Dieu, à retrouver la paix, la vraie paix promise par le Christ, et que seul lui peut donner à ses  amis, ses disciples, tous les enfants de Dieu. Le texte nous dit ceci pratiquement : Par le changement dans la manière d’aimer comme  il faut, « nous apaiserons notre cœur ! »

 

Si, maintenant, notre volonté commune est de  nous unir, de nous aimer fortement parce que tous greffés à l’arbre de vie qu’est notre cher Congo, du nord au sud, de l’est à l’ouest, sans faux calcul, notre cœur sera sans remord, parce que Dieu y habite, son Esprit nous façonne ! En conséquence, nous pouvons oser nous adresser à Dieu avec assurance, en faveur de notre pays et de ses habitants, et quoi que nous demandions, nous l’obtenons de lui… !

 

Dans l’évangile de Jean (17,18-24) le Christ manifeste sa grande préoccupation pour ses disciples d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Il prie pour nous congolais aussi aujourd’hui et demande pour lui à son Père que les Congolais et Congolaises, ses amis envoyés dans le monde, placés au cœur de l’Afrique où se jouent tant d’enjeux des peuples et du monde, oui, le Christ prie pour qu’ils soient « consacrés dans la  vérité ! » d’une part, et d’autre part,  qu’ils « tous soient UN, poursuit Jésus, comme toi, Père, tu es en moi et que je suis en toi, qu’ils soient en nous eux aussi, afin que le monde croie que tu m’as envoyé… »

 

            Relevons, à titre de rappel seulement, ces différents thèmes de la prière de Jésus que le texte nous a livrés : la mission du chrétien dans le monde, sa consécration dans la vérité, l’unité entre disciples et leur communion avec la Trinité Dieu Père, Fils et Saint Esprit, la foi ou la reconnaissance et l’acceptation   par le monde du Seigneur Jésus comme le sauveur envoyé par Dieu à notre terre des hommes. A chacun de nous de nous situer par rapport à cette parole, par rapport à la volonté du Christ, par rapport à sa prière en notre faveur, par rapport à nos frères et sœurs qui nous sont donnés comme don de Dieu ! A fortiori quand on est d’un même pays, de la même communauté d’Eglise, ayant la même histoire d’évangélisation missionnaire ! Frères et sœurs, c’est à une vie sainte que nous sommes appelés. C’est l’unique voie du salut pour notre peuple. Oui, l’Ecriture nous dit : « Cessez de  modeler  vos désirs sur c eux que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l’ignorance. Mais, à l’image du Dieu saint qui vous a appelés, soyez saints, vous aussi, dans toute votre conduite. » (1 P 1,16).

 

Le chemin de la sainteté  invite l’Afrique, et singulièrement la République .Démocratique du Congo., à renaître sans cesse  de ses cendres historiques dans l’accueil à réserver quotidiennement au Fils  de Dieu, Jésus de Nazareth ! Sur tous les plans, le Congo que  nous rêvons et que nous voulons « plus beau qu’avant », vivant dans la paix, dans l’unité et dans l’amour, doit mobiliser toutes les énergies de ses filles et de ses fils, énergies morales, spirituelles et intellectuelles. Car, il est au tournant de son histoire, tournant à bien négocier !

 

A l’âge de 48 ans d’existence et d’indépendance, on n’est plus un enfant, on est devenu adulte ! Aussi, tout un peuple, le Congo, doit se lever pour commencer son exode pascal. Et dans cet exode où, après tant d’épreuves et  d’humiliations endurées, l’étape du désert devrait nous purifier à jamais afin de nous attacher au Seigneur notre Dieu, car, en dehors de lui, il n’y en a pas d’autres ! C’est lui qui fera entonner, à la suite du cantique de Moïse le même cantique de victoire tant attendue : « Chantons le Seigneur, car il a fait éclater sa gloire, il a jeté à l’eau cheval et cavalier ! » La nuit pascale  d’Israël en connaît une autre plus prestigieuse et plus universelle : la nuit de Pâques de Jésus-Christ. Ce dernier est sortie libre et vainqueur du tombeau. Désormais, il est le libérateur des peuples, il l’est pour le Congo, à condition que nous lui restions fidèles !

           

Prière pour le Congo :

 

Seigneur notre Dieu, toi le Dieu de toute bonté, le Dieu des nations et des peuples, nous voici prosternés devant toi, en tenue de deuil, car l’épée du mal nous a frappés et cela dure depuis l’indépendance, et même avant l’accession du pays à sa souveraineté internationale.

Toi qui a permis que ce jour du 30 juin soit à jamais le jour qui nous rappelle le geste que tu as posé pour nous afin de nous rendre liberté, dignité, bonheur et joie de vivre, ne nous laisse pas sur la route, car la fatigue nous accable et nos cœurs sont lourdement meurtris par tant de maux, fruit de nos égoïsme, de nos cupidités, de nos turpitudes, de nos ambitions sans idéal ni pour notre peuple, ni pour nos enfants demain, ni même pour nous-mêmes réduits à n’être plus que des marchandises politiques, des marionnettes en terre africaine !

 

Dieu d’amour, de paix et de pardon, tant de sang versé, notre terre en a bu de trop ! Nous en sommes honteux ! Tant de génocides  qui endeuillent l’Afrique des aïeux ! Entends les cris de tes enfants : nos mamans dans la panique, nos enfants sans parents, nos maris tués, nos villages incendiés ! Filles et femmes violées ! Oui, Seigneur, viens, viens  avec le feu de ton amour que tu peux rallumer dans nos cœurs par ton Esprit Saint. Brûle-nous du sens de réconciliation et de pardon ; mets ta générosité dans les cœurs des dirigeants afin que soit mis fin tout malheur : la pauvreté extrême, les épidémies de toutes sortes, la désespérance, le chagrin, la mort !

 

« Heureuse la nation qui a le SEIGNEUR pour Dieu ! » (Ps 33,12). Aussi, t’avons nous dit : « Tu es notre Dieu ! Nous n’avons pas d’autre bonheur que toi ! » Fais-nous donc chanter le cantique de Sion, le chant de la victoire, œuvre de ta droite toute-puissante. Nous te le demandons par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui vit et règne avec toi, Père, dans l’unité du Saint Esprit, maintenant et pour les siècles sans fin. Amen.

 

Fait à Bruxelles, le 29 juin 2008,                       Père Antoine-Vital  MBADU-KWALU,

Curé à Waterloo Sainte Anne

                                                                         



[1] Interrogeons alors l’histoire récente du Congo et  l’on comprendra qu’il est temps de passer du constat de la banqueroute de l’Etat  congolais à une action urgente de sauvetage, car la misère, la pauvreté, la maladie, l’inadaptation sociale, la désorganisation de la société, le chômage, le banditisme, le pillage, la corruption, etc., atteignent des sommets inégalés ! Et si on y ajoute le sort malheureux réservé à l’enfance, le Congo s’en va droit contre le mur ! La déshumanisation de beaucoup d’enfants du pays se manifeste par des enfants de rue, des enfants dits sorciers et jetés dans la rue, des enfants soldats enrôlés dans les bandes armées, des enfants orphelins devenus mendiants, des petites filles violées, atteintes bien souvent des maladies sexuellement transmissibles ! La gravité de la crise de notre pays plonge ses racines dès l’indépendance.

Des historiens de grande renommée internationale nous rapportent  ces conflits et ces misères du Congo avec précision, bien situés dans le temps, de l’indépendance à nos jours. Parmi eux, citons le compatriote Isidore NDAYWEL è NZIEM, dont l’ouvrage  Histoire générale du Congo[1], est si éclairant pour toute l’élite congolaise.  La mauvaise foi qui a conduit à un régime autocratique et dictatorial de plus de 30 ans demeure comme un spectre qui menace les acteurs politiques d’aujourd’hui, appelés,  s’ils aiment vraiment leur pays,  à prendre à  bras le corps ce grand malade qu’est le Congo  pour lui  rendre le beau  visage qu’il mérite dans le concert des nations : un pays grand, fier et prospère au cœur de l’Afrique.

 

[2] Cf. Henry KISSINGER, La nouvelle puissance américaine. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Odile DEMANGE, Fayard, p. 223.

 

Repost 0
Published by Cheik FITA
commenter cet article
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 14:32


Depuis 2004, le 30 juin, anniversaire de l’indépendance du Congo connaît généralement une effervescence dans la communauté congolaise de Belgique. Dans différentes villes de Belgique des manifestations culturelles, sportives, récréatives ou politiques sont organisées. À Bruxelles, le groupe épiphanie  a organisé une messe  le dimanche 29 de 16 heures à 18 heures, à l’église Saint Joseph d’Anderlecht, place de la Roue, messe concélébrée par une douzaine de prêtres congolais.

 

 

Tous les sièges de l’église ont été pris d’assaut. Jeunes, adultes, enfants, Congolais et amis du Congo, membres des associations et partis politiques. Personne n’a manqué à ce rendez-vous.

Trois moments forts ont marqué cet événement :

L’homélie du doyen du groupe épiphanie, que nous publierons à part.

La communication de l’abbé Gilbert Yamba sur l’identité du groupe épiphanie. «Nous ne sommes ni un parti politique, ni syndicat, ni un groupe de pression… » S’intéresser à la marche de son pays étant un devoir de chaque citoyen,

Et enfin le cocktail offert à l’issue de la messe avec l’appui des « Bamama Totelema. »

ci-dessous l'identité du groupe Epiphanie.

 

Cheik FITA

 

Bruxelles, le 1er juillet 2008

GROUPE EPIPHANIE

 

Identité

Au moment où il est difficile de croire à une intelligentsia de la diaspora réduite à la recherche

des solutions individuelles à des problèmes de survie, la révolution de l’intelligence engage à

dynamiser l’esprit d’invention de l’homme congolais. D’où l’aménagement d’une constellation d’échange, d’analyse, d’action et de contribution au développement éthique et démocratique par les prêtres congolais et amis du Congo vivant en Belgique. La constellation se nomme « Groupe Epiphanie » : à l’exemple des Mages, venant des chemins différents et guidés par la même étoile, les membres se veulent en marche pour apporter leur quote-part à l’édification d’un Congo démocratique et prospère, en ayant, pour éclairage, l’évangile de Jésus-Christ.

 

Motivations

Le monde traverse aujourd’hui une crise profonde à visages multiples. L’Afrique vit plus dramatiquement que les autres régions du monde cette situation de fragilité; elle abrite la sombre réalité de la misère et de la mort.

Le Congo en est un cas de figure : violences, maladies, amenuisement du pouvoir d’achat, misère, etc. dans un pays aux immenses potentialités aussi bien en ressources humaines qu’en celles du sol et du sous-sol. Le Congo court le risque de devenir, s’il ne l’est pas encore, le lieu où la prédation se porte bien. Tout ceci s’explique entre autre par l’insuffisance de la réflexion pointillée et le déficit de l’approche raisonnée de la réalité.

Il importe donc de promouvoir une révolution de l’intelligence et de l’imaginaire congolais.

 

Objectifs

Fort de la solidarité avec les victimes de la faim, de la maladie et de la torture, forts de la foi en un Dieu d’amour et de justice, le « Groupe Epiphanie » veut :

-         Contribuer à la construction d’un autre Congo et d’une autre Afrique qui font la part belle à l’intelligence et à l’action raisonnée ;

      -     Contribuer par l’analyse et l’action au développement intégral de la population ;

-         Assumer les impératifs de la démocratie dans la paix et la justice ;

-         Favoriser les échanges entre peuples dans le respect mutuel et la complémentarité.

 

Approche

-                    Constituer le lobbying auprès des décideurs politiques et religieux, tant à l’étranger qu’en RD Congo ;

-         Eclairer la conscience des gouvernants et des gouvernés ;

-         Jouer un rôle fédérateur des initiatives positives en faveur de la population ;

-         Miser sur la formation et l’instruction adéquates, la circulation de l’information crédible, l’éveil des consciences et le changement des mentalités.

 

Adresses de contact

-         Gilbert Yamba             : Rue Pannenhuis 19, 1090 Bruxelles ; Gsm : 0479.414.942 ; Fixe : 02/428.73.42 ;  E-mail : gilbertyamba@yahoo.fr;

-         Alphonse Kanyinda     : Rue Florimond Depauw, 4, 1070 Bruxelles ; Gsm : 0472.214.102 ; Fixe : 02/520.16.33 ;  E-mail : alphonsekanyinda@hotmail.com;

-         André Kalumba : Hasseltsteenweg 1, 3580 Beringen; Gsm : 0494.182.314; Fixe ………, E-mail :

-         Martin Mvibudulu : Christinastraat 134, 84000 Oostende; Fixe: 05/951.40.81.



 

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 10:07




 

Ce samedi 28 juin 2008 de 14 heures à 16 heures, les Bana Congo ont organisé un sit-in à la sortie du métro de la porte de Namur dans le quartier Matonge de Bruxelles.

Selon ce qui était écrit sur le tract en couleur distribué durant plusieurs jours par ce mouvement de pression :

-         cette manifestation s’inscrit dans un processus visant à sauver le Congo

-         les Bana Congo exigent la reconnaissance du génocide congolais suite à la mort de 5.000.000 de nos compatriotes

-         Les Bana Congo disent non à Joseph Kabila et à son gouvernement qu’ils qualifient sans plus ni moins de génocidaires.

Sur le lieu de la manifestation, les organisateurs ont amené quelques cercueils et des croix ainsi que des panneaux  reprenant leurs principales exigences dont la plus remarquable est cette liste de personnes dites « gros poissons » et qui devraient être poursuivies par la CPI.

La manifestation a commencé fort timidement, sans grande affluence. Mais grâce à un puissant mégaphone, les passants ont pu être harangué durant tout ce temps. Dans les messages :

-         La dénonciation de la dérive totalitaire du pouvoir de Kinshasa,

-         L’appel aux citoyens belges pour qu’ils interpellent leurs gouvernants afin de ne pas soutenir au Congo un pouvoir impopulaire.

-         Le rappel de tout ce dont la Belgique a profité du Congo, comme par exemple l’effort de guerre en 40-45.

-         L’interpellation du Congolais face au drame dans notre pays et la nécessité d’être plus engagé politiquement.

À 16 heures, la manifestation s’est terminée sans incidents.

 

Cheik FITA

Bruxelles, le 29 juin 2008





  

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 19:40
   

Près de quatre-vingt congolaises ont posé ce vendredi 27 juin 2008 à Bruxelles un acte qui aura sûrement un impact sur la marche socioculturelle voire politique du Congo : la signature de la charte du FIREFEC, «  forum inter-régional des femmes congolaises .»

 

L’événement a eu lieu à l’Université Libre Internationale de Bruxelles, au n° 1 de la Rue Defacq dans la commune d’Ixelles.
Dans son mot d’introduction, madame Marie-Claire Ruhamya a commencé par remercier celles et ceux qui les ont assistés pour réussir la manifestation : le professeur Arthur Yenga de l’ULI grâce à qui la salle a été disponible, les personnalités invitées mais empêchées. Certaines comme Joëlle Milquet ou Didier Reynders enverront leurs représentantes. Véronique Lefrancq pour la présidente du CDH, et Gisèle Mandaila pour Didier Reynders. Madame Ruhamya donnera ensuite les raisons ayant poussé les femmes congolaises à mettre en place cette structure : la prise de conscience de la situation dramatique, la nécessité d’agir ensemble, l’incontournabilité d’une synergie « Organisations féminines de Belgique-Organisations féminines du Congo ».
La parole sera ensuite donnée aux représentantes de chaque province pour présenter leurs membres ainsi que les problèmes rencontrés par les femmes de leurs provinces d’origine. Aucune province n’a donné un tableau exempt de la bêtise masculine : Horreur, Horreur, Horreur !
Quelques invitées prendront la parole dont les représentantes des deux vice-premiers ministres belges ainsi que madame Biebie de Kinshasa.
Puis viendra la signature de la charte par le comité organisateur ainsi que les déléguées de chacune des onze provinces du Congo.
Un cocktail sera enfin servi, à l’issue de la manifestation..
Quel est le contenu de la charte ?
Celle-ci comprend cinq parties :

-1. Le constat 

de l’instabilité latente et de la persistance de la guerre en RD Congo

des actes de viols et de violences massives perpétrées à l’encontre des jeunes filles, des femmes et même des hommes

de l’extrême pauvreté

de la sous représentativité des femmes dans les instances nationales

 

2. de la prise de conscience des femmes congolaises face à leur rôle et à leurs responsabilités dans le développement de la nation.
3. de la décision de créer une dynamique d’action
4. de l’engagement d’œuvrer pour la promotion des droits humains, de mener des actions de lobbying…
5. du soutien des actions des femmes du terrain….
D’où tire origine cette structure ?
C’est depuis près de six mois que des congolaises de Belgique se réunissent régulièrement pour échanger sur la situation dramatique que traverse le Congo notre pays et plus particulièrement sur le sort peu enviable réservé par les hommes aux femmes à savoir : viols, tueries, humiliation…
Il y a eu des discours, des résolutions, des professions de foi et à la clé ? Rien ! Les hommes détiennent les commandes de la quasi-totalité de toutes les manettes du pouvoir. Et à leurs compatriotes femmes, ils n’assurent ni sécurité, ni vie décente, ni respect. Ceci est l’expression d’un véritable ras-le-bol. : Comment peut-on prétendre diriger un pays et assister à ce sort si peu enviable de ses compatriotes femmes ?
« On n’est mieux servi que par soi même dit-on. » Les femmes congolaises de Belgique sont arrivées à la conclusion que si elles devaient attendre que leurs compatriotes hommes résolvent tous ces problèmes inhumains, les poules risquent d’avoir des dents.
D’où la nécessité de s’unir pour mieux résister à l’agression masculine. Oui, les violeurs, c’est des hommes ! Et c’est parce que les femmes sont isolées que bien d’hommes, surtout en uniforme se permettent de transformer les femmes congolaises en objet de défoulement sexuel , pire en bétail de boucherie.

Les récits et témoignages entendus sont unanimes : Du Bakongo à la province orientale, de l’Equateur au Katanga, de Kinshasa au Sud-Kivu et Nord-Kivu, du Bandundu au Maniema en passant par les des deux Kasaï, la détresse est la même : on tue, on viole, on humilie impunément. Encore un peu on dirait que les hommes sont solidaires entre eux dans cette sale besogne car, les bourreaux circulent toujours librement !
Il faudrait être de pierre pour ne pas laisser couler des larmes quand on entend et on écoute tous ces récits pathétiques et dramatiques.
Pourtant, cela continue ! Au moment où nous couchons ces lignes, quelque part dans le grand Congo, une femme ou une fillette est violée ou tuée, peut-être sous les regards impuissants de ses parents. Et c’est ainsi depuis des mois, des années. Cela risque d’être ainsi durant des mois, des années.
« Fini les larmes, maintenant, nous nous battrons ! » Poing fermé, tel est le cri d’une dirigeante du caucus des femmes congolaises de Kinshasa qui était sur le podium. Et dans son regard, une grande détermination.
Y a-t-il des hommes au Congo ? Si vraiment il y avait des hommes au Congo, notre pays en serait-il arrivé là ? Quand on dit à quelqu’un, « Tu es un homme ! » Qu’est-ce à dire ? Et dans sa subtilité, la langue française permet de dire ceci, même à une femme, à l’occasion d’un acte de bravoure: « Tu es un Homme ! »
À l’occasion de la signature de la charte du « FIREFEC », ne devons-nous pas tous nous lever et dire à nos compatriotes femmes : « Vous êtes des Hommes ! »
Et alors, en tirer toutes les conséquences : Nous, nous ne sommes pas des Hommes ! Sans pour autant dire que nous sommes des femmes… heureusement !
En fait, si nous étions des hommes, comment pouvons-nous justifier cette humiliation du pays : son occupation durant des années par d’autres hommes… Comme nous pourtant ! Et cela a été le déclic de toutes ces souffrances que subissent les femmes congolaises aujourd’hui !
Si nous étions des hommes, comment expliquer qu’ici en Belgique par exemple, ce soient des femmes qui réussissent à s’entendre, à mettre une structure représentative de toutes nos provinces ?
Si nous étions des hommes, comment expliquer que nous ayons si difficile à réunir autant de personnes lors des rencontres touchant à l’honneur et à l’image de notre pays ?
Nous pensons qu’il est grand temps que les hommes congolais de toutes les corporations et de tous les âges parviennent à se fédérer tous dans une structure de la société civile, susceptible de servir d’interface pour les organisations de la société civile au pays, et leurs permettre de soutenir la population pour qu’enfin la misère, l’insécurité… prennent fin et que le Congolais soit content de vivre heureux sur la terre de ses ancêtres si généreusement pourvue par la providence.

 

Cheik FITA
Bruxelles, le 27 juin 2008

 

NOTA
Une version « papier » sera diffusée et qui reprendra plusieurs photos de participantes, ainsi que les déclarations des déléguées de toutes les provinces
Renseignements au 00 32 495 33 65 19 E-mail : cheik-fita@myway.com

 





 

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 12:32

 

Du 30 JUIN2008 au 30 juin 2010…  vu de  Bruxelles :

REGARD VERS L’AVENIR

 

 Il y a quelques jours, pour le 48ème  anniversaire de l’indépendance du Congo, nous avons écrit à certaines autorités politiques belges pour réaliser des interviews sur le thème : «  30 juin 2008-30 juin 2010, vu de Bruxelles. : Regard vers l’avenir. »

Nous avions également prévu de récolter l’avis des congolaises et congolais actifs dans notre communauté de Belgique.

Ces interviews sont destinées à être diffusées :

-         Comme documentaire pour les télévisions de Kinshasa.

-         Comme DVD.

-         En version papier.

-         Et en ligne bien sûr.

 

  1. Malheureusement, pour les personnalités belges, nous nous y sommes pris fort tard, l’agenda de ces personnalités étant plein, souvent depuis plusieurs jours, voire plusieurs semaines.
  2. Les jours choisis le tournage correspondaient et aux jours des conseils de ministres, et aux de préparatifs de ces conseils.
  3. Jusqu’au 15 juillet, tous les partis politiques belges seront impliqués dans des négociations fort délicates sur l’avenir institutionnel du royaume.
  4. Fin juin étant la veille des grandes vacances, la tendance est plus à la clôture des dossiers en cours, qu’à l’ouverture de nouveaux.

C’est ainsi que nous avons décidé de postposer ce projet pour la rentrée politique, fin septembre.

Néanmoins, du côté congolais, nous sommes dans l’obligation de recueillir les avis, en profitant de l’état d’âme  de chacun de nous autour de la date mythique du 30 juin.

Parallèlement à cette diffusion, en collaboration avec l’asbl POTO MO INDO, nous aimerions aboutir à très court terme à la mise en place d’un réseau de jumelage entre les associations des congolais vivant à l’étranger, et celles évoluant au pays, pour la réalisation de certains projets socioculturels au profit de la population à la base.

( Voir  sur notre blog l’article: STAFF RD CONGO 50 ANS! OU ...LE MESSAGE DE NOUVEL AN DE POTO MO INDO asbl du 31 décembre 2007 )

C’est ainsi que nous demandons à celles et ceux que le projet intéresse de nous contacter pour obtenir le questionnaire et arrêter une date de l’interview.

 

 

Téléphone : 00 32 495 33 65 19. E-mail : cheik-fita@myway.com 


Cheik FITA
Bruxelles, le 26 juin 2008 

 

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 12:26


  

 

 

La huitième édition de « Matonge en couleurs »  s’est déroulée comme toutes les années : flot incessant de visiteurs, musique à tue-tête, barbecue, bière à flot.

C’était l’occasion de rencontrer de personnes que l’on avait perdues de vue depuis des mois, voir des années…

Stars, politiques, parents, belges anciens du Congo ou mariés à des congolaises,  jeunes, enfants et même bébés en poussettes, personne n’a manqué à l’appel. La  nostalgie du bled natal était palpable.

Au-delà de la fête, « Matonge en couleurs » tangue désormais entre deux pesanteurs : Le défouloir d’un côté pour les visiteurs dont le plus gros contingent est constitué des congolais, le business pour les organisateurs et les propriétaires des stands, les marchands ainsi que les petits vendeurs d’un week-end.

Qu’est-ce qui fait courir les Congolais ?

Celui qui a vécu à Kinshasa sait qu’à Matonge, la vie ne s’arrête pas. Bien de choses sont disponibles : boisson, musique, brochettes, filles de plaisir, vendeurs à la criée, petites affaires… Vingt-quatre heures sur vingt quatre. Il y a ceux qui y atterrissent  à la tombée de la nuit, il y a aussi ceux qui n’y arrivent qu’au-delà de minuit, et ceux bien sûr qui n’en partent qu’après le lever du soleil.

Oser transporter à Bruxelles cette ambiance pour quarante-huit heures, c’est pratiquement ramener dans les bagages un grand désir et ses travers : celui de se défouler. Le programme prévoyait vingt-trois heures pour plier bagages ? Les décibels des podiums pouvaient être arrêtés, mais les « ambianceurs » n’étaient pas disposés à rentrer dormir comme des curés. Dans la nuit du samedi au dimanche, quand nous avons quitté les lieux vers deux heures du matin, il y avait toujours autant de gens sur chaussée de Wavre que vers vingt-deux heures !

De plus en plus de filles et femmes à l’habillement suggestif occupaient le terrain. À chacun ou chacune sa marchandise à brader, brocante oblige.

Le dimanche soir, la police a fait de son mieux pour faire respecter l’heure de la fin : plus de barbecue après 22 heures sous peine d’amendes, plus de musique. Mais le public lui est bien resté durant très longtemps…. 

Dans cet environnement socioculturel, ici à Bruxelles, un phénomène social est apparu et qui mérite d’être épinglé : la poussée des jeunes d’origine congolaise, filles et garçons.

À la fête de « Matonge en couleurs » il était loisible de s’en rendre compte. Très nombreux, par grappes entiers,  surtout autour du podium de musique qui a été installé cette année à la place Fernand Cocq, loin de la sortie de la bouche du métro, vrai centre nerveux de « Matonge .» Très accrochés à la musique de leurs stars locales, s’abreuvant de la rythmique, des paroles, et des mélodies dispensées. Qu’ont-ils comme problèmes ou préoccupations ? Quelle influence cette proximité a-t-elle sur leur comportement d’aujourd’hui ou de demain ? Que se disent-ils entre deux morceaux de musique?

Leur habillement actuel surtout en été, très suggestif et qui, à défaut d’exhiber  complètement certaines parties du corps, les met expressément en évidence est-il innocent ?

Quand au business, il doit bien être présent mais jusqu’à quelles limites ? Sur les affiches et autres supports publicitaires, un certain flou apparaît dans la dénomination de l’événement. De Matonge en couleur on glisse subtilement vers d’autres dénominations, en prenant soin de garder le mot « Matonge » quelque part. C’est cela la vache à lait : supprimez Matonge, vous n’aurez plus le flot de milliers de congolais qui viennent dépenser sans compter.

Y a-t-il quelque part tentative de détourner l’idée originale telle que l’avait conçue monsieur Kungu, initiateur du projet ? La propriété intellectuelle a ses droits.

L’évènement ne devrait-il pas être organisé en tenant compte de la donne congolaise ? Devons-nous rappeler qu’en 2004, la tension politique au Congo avait failli s’inviter à « Matonge en couleur » ? Il n’est pas prudent de perdre la mémoire.

« Coupez les racines d’un arbre, et vous n’aurez plus de fruit. »

Bien de personnes impliquées dans les coulisses de l’événement « Matonge en couleurs » ou en tirant forts dividendes semblent ignorer cela. Pour preuve, cette anecdote :

Le lundi 23 au lendemain de la fête, sous nos yeux, un commerçant de nourriture exotique balance un paquet de tracts d’une manifestation congolaise prévue pour le 28. Logiquement, pour lui, la fête est terminée.  Je lui fais remarquer :

- La manifestation annoncée sur ce tract n’a pas encore eu lieu.

Il me répond :

-         Il y en avait beaucoup.

Je lui rétorque :

-         Alors, il faut restituer les tracts aux propriétaires, ils ont dépensé de l’argent pour imprimer cela.

Il veut discuter. Je sors mon appareil photo. Quand le flash crépite, il prend ses jambes au cou et s’abrite rapidement dans le magasin.

Moralité ?

Tant qu’ils sont clients et déboursent, les Congolais sont bons. Après ? Leurs problèmes, à la poubelle !

 

Cheik FITA

 

 

Bruxelles, le 25 juin 2008


PHOTOS DU DESSUS : DZANI MPIANA, WABABECKAM, et KUNGU
photos ci-dessous
Hélène Madinda du L'espace Matonge, Gisèle Mandaila, Stella Mandaila
l'artiste Jadis
des clientes attendant d'être servies
Ghislaine Molai
WABABECKAM en pleine exhibition

  

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 15:37
















A l’appel de
la FUGEA (fédération Unie de groupements d’Eleveurs et d’Agriculteurs), des centaines de camions et d’engins agricoles ont envahi Bruxelles ce mercredi 18 juin 2008.

Ce mouvement fait suite à la crise qui secoue actuellement le monde avec la hausse du prix du pétrole ainsi que la décote du dollar américain.

Les producteurs agricoles européens ne sont plus en mesure de couvrir leurs coûts de productions. D’où ce mouvement de grogne qui gagne pratiquement tous les pays de l’Union européenne.

Si les agriculteurs européens pourvus d’engins voient déjà venir la menace, que dire des agriculteurs de nos pays sous-développés, qui en sont encore à la houe ?

Le temps qu’ils comprennent qu’une crise sérieuse secoue actuellement le monde, il sera peut-être trop tard !

Nos dirigeants qui captent toutes les chaînes de télévisions internationales et suivent l’actualité européenne,  sauront-ils décrypter ces signes avant-coureurs ? Espérons-le.

 

Cheik FITA

 

Bruxelles, le 18 juin 2008







   

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 11:32




 


 

 

Brève séance de la cour de cassation au palais de justice de Bruxelles, ce mercredi 18 juin 2008 dans l’affaire Bemba. Les avocats du leader congolais ont comparu en vue d’obtenir la cassation du dernier arrêt de la cour d’appel qui refusait la mise en liberté provisoire de Bemba.

 

Ce sont les avocats Kilolo, Claude Bontinck et Legros que nous avons contactés qui nous ont livré cette nouvelle. Et l’arrêt devrait être rendue publique l’après-midi ou demain matin.

En termes vulgaires, l’avocat général qui avait le dernier mot, n’a pas suivi l’avis des juges qui avaient refusé la demande de la partie Bemba pour sa mise en liberté provisoire.

Comme il est désormais de coutume, chaque fois que l’affaire Bemba passe au palais de Justice, monsieur Mbungani,  représentant du MLC Benelux  mobilise les congolais de Belgique pour manifester leur soutien à Bemba.

Ainsi une trentaine de personnes ont été là, sifflets, banderoles et mégaphones en renfort.

L’affaire Bemba étant une affaire très sensible dans les relations belgo-congolaises, la police était là, d’une façon très visible.

Devrait-on affirmer que les juges de la cour d’appel ont été désavoués ? Un des avocats de Bemba à qui nous avons posé cette question nous a répondu : « En quelque sorte oui ! »

Formule polie, cela va sans dire.

Ce qui redonne confiance au camp Bemba pour la suite du procès, et surtout redore quelque peu le blason de la justice belge que la communauté congolaise accuse d’être tombé dans un piège politique.

dans la même lancée, les avocats de Bemba passeront à la cour de cassation en vue de demander la nullité du deuxième mandat lancé par la CPI.

Cheik FITA
Bruxelles, le 18 juin 2008 



 

 

Repost 0
Published by Cheik FITA
commenter cet article
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 19:07
NOTA  traduction : congoforum (lien : http://www.congoforum.be/ndl/nieuwsdetail.asp?subitem=1&newsid=144789&Actualiteit=selected  

Gekoppelde documenten:

BRUSSEL – De Vlaamse christendemocraten (CD&V) organiseerden op vrijdag 13 juni 2008 een ontmoeting met de Congolese gemeenschap in België. De ontmoeting vond plaats in ‘De Markten’ in Brussel. Het werd een groot succes. De organisatoren hoopten zo’n 100 Congolezen te mogen verwelkomen. In werkelijkheid daagden er circa 300 Congolezen op.


Mevrouw Biwaka Masala Eme gaf eerst een korte inleiding in het Nederlands en het Frans. Daarna kwam de Brusselse staatssecretaris Brigitte Grouwels aan het woord. De organisatoren wilden de contacten met de Congolezen in België uitbouwen, praten over een aantal problemen, vooroordelen wegnemen en iets doen om het samen-leven te stimuleren. De CD&V beseft ook dat er een grote Congolese gemeenschap in België is.

Veel Congolezen weten niet dat er in Brussel 22 Vlaamse gemeenschapscentra bestaan. En al evenmin dat er daar 11 centra zijn die senioren begeleiden en ondersteunen. Dat heeft te maken met het feit dat veel Congolezen in Brussel wel Frans maar geen Nederlands kennen.

De Vlaamse christendemocraten willen een open maatschappij zonder racisme waarin diverse bevolkingsgroepen elkaar respecteren. Brigitte Grouwels vroeg zich af of de Congolezen geen heel andere indruk krijgen wanneer ze de Franstalige pers lezen.

Grouwels had het verder over de problemen in de federale politiek. Wij zijn geen separatisten, liet ze aan de toehoorders weten. “En er is geen complot van de Vlamingen”. De RTBF-uitzending “Bye Bye Belgium” maakte volgens de staatssecretaris een karikatuur van de Vlamingen. Met de werkelijkheid had dit programma niets te maken, klonk het.

CD&V wil wel meer macht voor de gewesten en gemeenschappen. We willen niet dat één gewest de federale kas blijft plunderen, zei Grouwels.

Senator Sabine de Bethune sprak over de internationale politiek. Zij zit in de commissie buitenlandse betrekkingen van de Senaat. De Bethune heeft ook veel interesse en sympathie voor Congo.

De Belgisch-Congolese relaties kwamen uiteraard ook aan bod. De uitspraken van minister Karel De Gucht (Buitenlandse Zaken) over Congo waren gebaseerd op een consensus in de federale regering, zei Grouwels. Volgens de regering gaat het allemaal veel te langzaam in Congo. Heel wat indicatoren staan ‘op rood’, er is nog zeer veel corruptie en er is een groot gebrek aan goed bestuur.

Volgens CD&V moet de dialoog met Congo worden voortgezet. Een breuk in de relaties is geen goede zaak. De christendemocraten pleiten voor een plan waarin duidelijk wordt afgesproken hoe Congo vooruitgang wil boeken op het vlak van goed bestuur en corruptiebestrijding. Meer dan 80 procent van de Congolezen leeft nog onder de armoedegrens.

Qua ontwikkelingssamenwerking krijgt Midden-Afrika tweederde van de Belgische middelen. België is de grootste leverancier van ontwikkelingsgeld in Congo, na de VS en Groot-Brittannië. Iedere Belg steekt 10 euro in de samenwerking met Congo.

In België zijn er zo’n 100 Congolese studenten met een beurs. Meer dan 35 ngo’s zijn actief in Congo. Er is sprake van bijna 170 acties, en er is een nauwe samenwerking tussen Belgische en Congolese universiteiten.

Het publiek kreeg ook de kans om vragen te stellen. Die vragen gingen bijvoorbeeld over de gelijkschakeling van diploma’s, discriminatie op de arbeidsmarkt, de regularisatie van mensen zonder papieren en de situatie van Congolezen die naar hier kwamen met een studentenvisum.

De Congolezen klaagden over buitenlandse investeerders die zonder scrupules de natuurlijke rijkdommen van Congo exploiteren. Ze hadden het over de dubbelzinnige rol die België speelde op een aantal momenten in de Congolese geschiedenis. De genodigden spraken over de schendingen van de mensenrechten in Congo, de acties tegen de oppositie, de aanhouding van MLC-leider Jean-Pierre Bemba.

Wat Bemba betreft, kan België niet anders dan een aanhoudingsbevel van het Internationaal Strafhof toepassen, verklaarden de CD&V’ers. De uitvoerende macht kan trouwens niet ingrijpen wanneer de rechterlijke macht iemand laat aanhouden.

Sabine de Bethune verklaarde dat Congo een sterk middenveld nodig heeft. Zo’n middenveld kan een ‘tegenmacht’ vormen, zei ze.

Het zou ook interessant zijn om een formele structuur voor de Congolese gemeenschap uit te bouwen. Een structuur die kan dialogeren met de Belgische overheden.

Het is de Congolezen niet ontgaan dat CD&V duidelijk moeite wil doen om haar banden met de Congolese gemeenschap te verbeteren. Soms is de taal een probleem. In Vlaanderen praten veel Congolezen Nederlands, maar in Brussel is dat nauwelijks het geval.

Cheik FITA

Bron : Cheik Fita News, 14.06.08 (vrije bewerking)

Volledig verhaal in het Frans: http://cheikfitanews.over-blog.net/

Fotomateriaal: met dank aan Avenir Maseme

Op 28 en 30 juni is er een nieuw moment om de banden tussen Congolezen en Vlamingen aan te halen. In Antwerpen wordt dan voor de tweede keer "Congo in Vlaanderen" georganiseerd. Een evenement met muziek, eten, informatie, animatie en discussie. Meer details over Congo in Vlaanderen vind je op www.congoforum.be (Nederlands).

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article

ANNONCES...MESSAGES

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens