Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=-J5ObUKrHmw

 

 

 

 

 

http://www.cheikfitanews.net/2017/03/elections-au-rassemblement-temoignage-de-celui-qui-a-pilote-le-processus.html

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=0quPBiMbkpo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=b82o4074eXI&t=72s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=sSkgK9Ux0LA&t=424s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=SoYmgRJwLic

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=V6v6vSD8K8Q&t=9s

Vidéo du slogan-phare des congolais

pour fin mandat de J. Kabila

kabila oyebela

réserve photos du site

Suivez  attentivement cette Vidéo.

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 18:06

  PHOTOS : DUNIA SENDWE

 

Entre 12h30 et 13h30 ce mardi 25 novembre 2008, Amnesty International a organisé une manifestation contre la situation à l'Est de la RD Congo.

C'était à la place de la Monnaie à Bruxelles. Près de deux cents personnes ont répondu à l'appel, avec un parapluie, comme symbole du besoin de protection des populations du Kivu Tant dans les différents messages que dans les tracts distribués sur place, le message est resté le même : désapprobation, dénonciation.

Pour Amnesty International :"La situation dans l'Est de la République Démocratique du Congo risque de tourner à la catastrophe humanitaire..."

Le tract de INTAL, "International Action for liberation" va plus loin :

"Laurent Nkunda et le gouvernement rwandais sont apparus très clairement ces dernières semaines. il ne s'agit pas d'assurer la sécurité des Banyamulenge, ni celle des frontières du Rwanda..." Plus loin, "Nous demandons au gouvernement belge et à l'union Européenne... d'arrêter laurent Nkunda et son acolyte Ntaganda dit le "terminator", un criminel de guerre recherché par le TPI..."

Les femmes congolaises de Firefec elles, disent : "Il ne faut pas s'attaquer aux conséquences, il faut combattre le mal à la racine qu'est la guerre..."

De plus en plus, le front anti-guerre s'élargit. Les images inqualifiables de la souffrance des nos compatriotes jetés sur les routes laissent de moins en moins indifférents les occidentaux.

A cette mobilisation de la société civile, il recquiert un engagement plus musclé des gouvernements occidentaux. jsque là, c'est encore très timide. Jusque quand?

Cheik FITA

Bruxelles, le 25 novembre 2008

 

 PHOTOS Cheik FITA

Repost 0
Published by Cheik FITA
commenter cet article
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 20:27

Sous le Haut Patronage de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO)

Avec le soutien de Mgr Laurent MONSENGWO PASINYA, Archevêque de Kinshasa

"Le Congo n’est pas à vendre"

 

(Message CENCO, 10 juillet 2008) "Il est temps de nous réveiller" (Rm 13, 11b)

 

Appel aux chrétiens congolais

 

 

 

Chers Compatriotes

Objectifs ciblés des Assises Chrétiennes de Kinshasa (non limitatifs)

Traduire en actes les déclarations de la CENCO concernant la situation désastreuse actuelle de la RDC ;

Promouvoir une dynamique de changement par la sensibilisation des différentes couches de la population et par l’éveil de la conscience politique des rdcongolais ;

Préparer les laïcs chrétiens aux échéances à venir par leur implication active dans la vie politique.

 

Les Evêques congolais ne font pas la politique, mais depuis deux décennies ils ne cessent d’interpeller le peuple, particulièrement l’intelligentsia congolaise, au sujet de la situation désastreuse de notre pays , la RD Congo.

 

Cette fois-ci, ils s’engagent à soutenir ouvertement une initiative du Laïcat chrétien congolais qui répond au vœu qu’ils ont toujours exprimé.

 

Rappelons certaines situations régulièrement stigmatisées dans leurs messages :

 

la misère insoutenable du peuple ;

l’absence d’un leadership visionnaire en RDC ;

la médiocrité de la classe politique congolaise ;

l’amateurisme et l’incompétence de certains responsables politiques congolais qui assument les charges importantes au sein des Institutions politiques congolaises ;

la mauvaise gouvernance ;

la corruption endémique faisant de la RDC un de cinq pays les plus corrompus au monde ;

le pillage des ressources naturelles de la RDC ;

la violence et l’insécurité ;

les violations des droits humains ;

la paix et la réconciliation ;

etc…

 

Tous ces thèmes restent d’actualité

et seront abordés au cours du Forum des chrétiens de Kinshasa.

 

2. Programme du Forum

 

Le programme provisoire est joint en annexe et sera modulé en fonction de nombreux paramètres.

 

3. Appel aux Conférenciers, Orateurs et Intervenants

 

A l’heure actuelle, nous avons enregistré plusieurs intervenants et Conférenciers. En outre, nous accueillerons des « Invités surprises » qui sont des Personnalités de stature internationale dont certains ont déjà donné leur accord de principe.

 

L’opportunité est donnée aux Personnalités congolaises, qui veulent se faire connaître au peuple, de s’inscrire comme orateurs en choisissant l’un des thèmes inscrits au programme du Forum. Nous ciblons particulièrement les jeunes Intellectuels : Professeurs, Avocats, Médecins, Ingénieurs, Docteurs ès…

 

pour la suite; visitez le site du FORUM NATIONAL DES CHRETIENS CONGOLAIS FEVRIER 2009

en cliquant sur le lien suivant : http://fncc2009.over-blog.com/ 

 

Repost 0
Published by FNCC - dans cheikfitanews
commenter cet article
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 13:01

 

 
















La Ljustice belge a-t-elle été piégée ? L’information qui nous a été livrée au hasard d’une rencontre au Palais de Justice de Bruxelles ce jeudi 13 novembre 2008, par Me Adar Binzunga, avocat au Barreau de Bruxelles, pourrait susciter beaucoup d’interrogations, et pour cause ? Depuis 2007, huit compatriotes ont été condamnés par défaut pour des peines allant de dix mois à un an de prison, ainsi que de lourdes amendes en milliers d’euros. Les faits dont ils sont accusés remontent à juin 2005. Qui sont ces compatriotes ? Que s’était-il passé à l’époque ?

 

Juin 2005, sous le régime 1+4, la transition touche à son terme. Le pouvoir en place qui aurait dû organiser des élections ne l’a pas fait dans les délais, soit avant le 30 juin 2005.

Tant au pays qu’à l’extérieur les Congolais voudraient que le « 1+4 » disparaisse. À Bruxelles où la mobilisation est forte, des manifestations de protestation sont organisées régulièrement.

En date du 20 juin 2005, quelques associations de Congolais de Belgique décident d’organiser une marche de protestation de la Porte de Namur à l’Ambassade de la RD Congo.

À quelques dizaines de mètres de l’Ambassade, la manifestation se terminera en queue de poisson suite au lancement d’une bombe lacrymogène vers les manifestants, par un policier belge. Débandade, panique, énervement, casse, coups de matraque, arrestations…

(Voir notre article écrit à cette époque en cliquant sur le lien : http://www.congolite.com/arch24.htm .)

 

A la suite de cette manifestation, des Congolais risquent aujourd'hui la prison,à la suite d'un jugement prononcé à leur insu. 

 

Voici ce qui est dit dans le prononcé de condamnation :

 

« Prévenus de ou d’avoir :

« dans l’arrondissement de Bruxelles

« pour avoir exécuté les infractions ou coopéré directement à leur exécution,

«  pour avoir par, par un fait quelconque, prêté pour leur exécution, une aide telle que sans leur assistance, les crimes ou les délits n’eussent pu être commis,

« pour avoir, par des dons, promesses, menaces, abus d’autorité ou de pouvoir, machination ou artifices coupables, directement provoqué à ces crimes ou à ces délits ; »

 

Et les condamnés sont :

MAYOLA José, né en 1977, dix mois de prison

KANDA MUJINGA Nicoletta née en 1984, un an de prison

TOMBOLO KALOMBO Francis, né en 1973, dix mois de prison

BAYAKALINDA andré né en 1975, un an de prison

BASSANGA EKUMBAKI Alain né en 1980, acquitté

KASONGO Amisi né en 1986, acquitté

KOKO MBUNGA Paul, né en 1971, dix mois de prison

IFEFO Bombi II, né en 1975, dix mois de prison

KADIMA Lukusa Théophile, né en 1970, huit mois de prison

NZUNDU MALIEME Marcel né en 1964 , un an de prison

 

Au hasard d’un changement d’adresse, l’un d’eux apprendra de la police de sa nouvelle commune qu’il avait une condamnation. Il avait ainsi pu faire opposition.

Un autre s’était même retrouvé en prison durant une journée. Il purge actuellement sa peine dehors, avec un bracelet électronique

Un autre encore avait passé un mois en prison

Un quatrième paie actuellement aux assurances une somme colossale de près de 5.000 euros. Hier, une autre facture de près de deux mille euros lui est tombée sur la tête.

Qu’est-il arrivé à d’autres que nous n’avons pu contacter ?

 

La partie civile, auteur de la plainte était composée :

De l’officier de Police W. D.

Et de deux sociétés belges d’assurance.

De ces dix condamnés, personne n’avait comparu.

Et curieusement, pour ce qui est des peines en argent, là les factures retrouvent soudainement l’adresse de nos compatriotes !

C’est là qu’un certain nombre de questions se posent :

Les prévenus avaient-ils reçu oui ou non une convocation ?

Si non, pourquoi ne s’étaient-elles pas présentés ?

Si oui, la partie civile a-t-elle des preuves ?

L’officier de police W. D. avait-il rédigé son rapport en tenant compte de tous les paramètres et notamment politiques ?

Les avocats des assureurs avaient-ils joué franc jeu en s’assurant que les prévenus n’étaient pas des « fantômes », ou tout au moins en trouvant anormal qu’autant de gens soient tous absents du début à la fin du dossier ?

Durant l’instruction, la justice avait-elle pris le soin de s’assurer du déroulement des faits qui avaient conduit aux actes incriminés ?

Pourra-t-on retrouver dans le dossier le nom de l’agent de police qui avait lancé la bombe lacrymogène, point de départ du dérapage ?

La police belge étant très organisée, pourrait-on connaître le nom du supérieur qui avait donné l’ordre de lancer la bombe lacrymogène ? Et pour quelles raisons ? Et l'agent et son supérieur, avaient-ils comparu?

Si l’agent de police avait agi à sa propre initiative, y a-t-il eu des sanctions contre lui, ne serait-ce qu’au niveau du service ?

 

Nous lançons un avis de recherche. Que tous ceux qui connaissent ces infortunés compatriotes leur demandent d’entrer d’urgence en contact avec l’avocat en charge du dossier, Me Adar BINZUNGA dont voici les coordonnées : Tél. 00 32 484 74 67 30 – 00 32 479 59 12 29 .

 

E-mail : abinzunga@yahoo.fr

Il est important que ces compatriotes aient droit à une justice équitable et surtout qu’ils ne paient pas pour une cause commune. Pour l’histoire, cette marche avait beaucoup contribué à limiter les effets pervers des élections qui avaient eu lieu dans notre pays et dont le scénario avait été tracé à l’extérieur.

Nous lançons également un appel à toute la communauté congolaise de l’étranger pour une collecte de fonds afin de prendre totalement en charge tout le poids financier de cette affaire.

 

Cheik FITA

 

Bruxelles, le 14 novembre 2008

PHOTOS DE LA MANIF DU 20 JUIN 2005

Devant l'ambassade de la RD Congo, quelques minutes avant le lancement de la bombe lacrymogène
 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 21:09

 

 

Ce mercredi 12 novembre 2008 de 13 heures à 16 heures 45, les Congolaises et Congolais de Belgique ont battu le pavé pour dénoncer le drame qui se déroule à l’Est de notre pays.

«  Je suis venu de Paris avec ma femme pour exprimer mon ras-le-bol contre l’occupation et l’envahissement de notre pays. Les médias occidentaux nous rabattent les oreilles en parlant de rébellion. Ce n’est pas une rébellion, ce Nkunda-là est un rwandais qui reçoit les ordres de Kigali. »

Tels sont les propos d’un compatriote qui résument l’état d’âme des plus de deux cents congolais qui ont répondu à l’appel d’un certain nombre d’association de Belgique afin de marcher contre la guerre, l’invasion, les meurtres les viols et autres violations de droit de l’homme à l’Est de la RD Congo. Parmi les manifestants, il y avait des compatriotes venus aussi de Hollande, d’Allemagne et de Grande-Bretagne.

Dès treize heures, les manifestants ont commencé à se rassembler à la Porte de Namur. La plupart, surtout les femmes, étaient de noire vêtues, en communion avec les millions de compatriotes qui sont endeuillés et obligés de fuir leurs villages à cause de la bêtise humaine et de l’obsession hégémonique du Rwanda.

La marche commence sur la chaussée de Wavre en face de la galerie d’Ixelles pour prendre la petite ceinture, direction, ambassade des Etats-Unis. Là, un mémo est remis par les organisateurs alors que les manifestants crient leur ras-le-bol, s’agrippant même aux grilles de l’Ambassade.

Prévue pour passer dans des ruelles cachées, la marche forcera de temps en temps la ligne des policiers, venues en très grand nombre, près de deux cents en uniformes.

Sur certaines grandes artères comme Beliard ou Art-Loi, les manifestants gêneront la circulation durant longtemps, s’asseyant parfois sur le macadam avec comme prime, les klaxons des véhicules pris en tenaille.

Après avoir fait escale devant les ambassades d’Allemagne et de grande Bretagne, les manifestants se dirigeront vers le Rond-point Schuman, devant les bâtiments de l’Union Européenne. Un mémo sera également remis. Des centaines de fonctionnaires européens resteront le nez contre les vitres de leurs bureaux pour voir ce qui se passait.

Tant les banderoles, les écriteaux que les chants dénonçaient régulièrement : Kabila, Nkundabatware, et Kagame. Louis Michel n’était pas oublié.

Vers 16 heures trente, la manifestation arrive devant la rue Marie de Bourgogne où se trouve l’ambassade de la RD Congo. Surprise, un véhicule anti-émeute attend les manifestants, projecteurs allumés, et caméras prêtes à photographier et filmer d’éventuels surexcités. Entre la police et les manifestants une barrière métallique avec barbelés : infranchissable.

Après un bref message des organisateurs prononcé par Henri Muke, les manifestants se disperseront, sous l’œil vigilant de la  police : il fallait traverser la ligne policière en petits groupes, sans matériel de manif. La police craignait sans doute que la manifestation puisse reprendre ailleurs, à l’insu des services d’ordre.

De l’avis de la plupart des manifestants, c’était une bonne chose que les Congolais se mettent dans la rue, fassent comprendre à l’opinion internationale que ce qui se passe à l’Est de notre pays est une véritable manigance  orchestrée par des étrangers et des non congolais, avec l’appui de quelques brebis égarées.

Il sied de signaler aussi que la réussite de cette manifestation est due aussi à l’appel à l’unité de tous les Congolais face au danger commun qui nous menace tous. Les petites divergences et autres luttes de leadership ont été mis de côté, malgré quelques incident du genre chasse aux sorcières.

 

 

Cheik FITA

Bruxelles, le 12 novembre 2008

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 19:41
En marge des manifestations que les Congolais organisent à Bruxelles, nous avons souvent l'occasion de sonder les motivations profondes qui poussent les uns et des autres à descendre ainsi dans la rue, abandonnant momentanement les différentes obligations quotidiennes.

Un cas, Ilunga Kabeya, 27 ans,  jeune militant de l'UDPS

"Ici en Europe, à 18 ans, on termine ses études secondaires. On peut entrer dans le monde du travail ou continuer ses études à l'Université.
A 22 ou 23 ans on peut terminer ses études universitaires, trouver un emploi, fonder un foyer et faire sa vie.
Et en RD Congo notre pays?
Tout est problématique. Même à quarante ans, on est toujours sans avenir. Quel est alors notre sort à nous qui sommes jeunes?
Pendant ce temps, ceux qui sont au pouvoir volent, pillent et laissent tout le monde dans la misère. La presse est muselée, et personne ne peut manfester sans risquer la vie.
C'est pourquoi ici en Europe, nous devons organiser beaucoup de manifestations pour dénoncer cela. Même si nous devons risquer notre vie. Car ces gens là, envoyent des hiboux même ici pour nous menacer.
Et Le batiment de l'Union européenne, l'endroit où je me fais photographier est  le siège de beaucoup de gens qui soutiennent ceux qui font souffrir notre peuple" 

PROPOS RECUEILLIS PAR CDB, l'info en ligne des Congolais de Belgique


Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 10:46


 

 

 

Walter VANDENBOSSCHE, Echevin des Classes moyennes et des Affaires flamandes à Anderlecht, Député au parlement bruxellois et chargé des relations avec la communauté internationale du CD&V a visité  le quartier Matonge de Bruxelles, sur Initiative de l’asbl « La voix des faibles ». C’était dans l’après-midi du 4 novembre 2008.

Le CD&V est actuellement le plus grand parti de Flandre et de la Belgique. il préside la communauté flamande et Yves Leterme, Premier ministre, est sorti des rangs du CD&V. il va de soi que ce parti soit attentif à tout ce qui se passe dans différentes communautés du royaume, pour une meilleure vie ensemble.

En Belgique, le petit quartier de Matonge à Bruxelles est assimilé à un quartier africain et plus particulièrement congolais. On y trouve essentiellement des magasins de nourritures exotiques, des salons de coiffure pour hommes et pour femmes, des magasins d’habillement et des restaurants, des bijouteries, des magasins de vente des CD et DVD de musiciens congolais et africains.

À côté de cette face visible, il y a une face invisible de la vie des Africains et des Congolais en Belgique. Durant la visite, sous la direction de madame Julie Ngbo-Ngbo, les membres de l’asbl « Les oubliés » ont expliqué à Monsieur Walter Vandenbossche les problèmes auxquels sont confrontés les ressortissants subsahariens en Belgique : emploi, décrochage scolaire, délinquance et violence chez les jeunes…

À l’issue de la visite, autour d’un verre et de quelques plats de brochettes et de bananes plantins frites, les membres de l’asbl et le député du CD&V ont échangé un peu plus en profondeur sur la façon d’affermir les liens entre la communauté subsaharienne et le CD&V.

Il y a sûrement une grande attente des Congolais vis-à-vis de la Belgique. seulement, entre 1960 et aujourd’hui, la  Belgique a beaucoup changé, le Congo aussi. La nostalgie ne devrait pas être le seul guide de nos relations.

Pour le député CD&V, avec la grosse crise financière qui est en train de s’abattre sur le monde, les premières victimes seront les gagne-petits. Et en Belgique, les ressortissants subsahariens se retrouvent pour la plupart parmi les gagne-petits. Le CD&V son parti est attentif à cela. En collaboration avec les concernés, le CD&V souhaiterait que des pistes de solutions soient recherchées ensemble.

 

Cheik FITA

Bruxelles, le 7 novembre 2008

 

Repost 0
Published by Cheik FITA
commenter cet article
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 10:20






 

 

Monseigneur Monsengwo archevêque de Kinshasa a tenu une  conférence de presse ce lundi 03 novembre 2008 à Bruxelles, au siège de la Conférence épiscopale de Belgique.

Initialement prévue au  21 rue aux vieux grains à 1000 Bruxelles, pour des raisons de sécurité, cette conférence de presse a été délocalisée. Malgré cela, à part la presse, certains compatriotes de Belgique très impliqués dans les actions pour le changement, avaient pu trouver le lieu et entrer dans la salle : Docteur Loseke, ancien ministre du gouvernement Tshisekedi, Dr Isabelle Kidisho d’une plate-forme des femmes, Samson Cibayi de la dynamique de combat, Jean-Pierre Samba du mouvement pour la révolution des mentalités…

Compte tenu de l’envahissement évident et arrogant  de notre territoire et de la catastrophe humanitaire qui en résulte, la notoriété de Monsengwo, ses analyses pointues et sa connaissance des problèmes congolais  n’étaient pas étrangers à cet engouement.  

Il était évident que les questions suivantes n’auraient pas manqué d’être posées :

 

Pourquoi y a-t-il près de deux millions de déplacés congolais dans la guerre de Nkundabatware à l’Est du Congo ?

Kagame est-il innocent ?

Le régime Kabila est-il  irréprochable ?

Quels sont les intérêts de certains pays ?

Quelle doit être l’attitude du Congolais ?

Pourquoi la Monuc n’est-elle pas si efficace ?

Quels sont les agendas cachés des uns et des autres ?

À quoi rime le ballet diplomatique actuel ?

 

Comme l’a si bien dit ce même lundi  le commentateur du journal de 13 heures, de la chaîne de télévision belge, RTL-TVI, à toutes ces questions et à bien d’autres, Monseigneur Monsengwo « n’a pas eu la langue de bois »

 

Il est 10h45 quand Monseigneur Monsengwo entre dans la petite salle d’une trentaine de places. Il est introduit par un prêtre belge qui nous donne les raisons de la présence de Monseigneur Monsengwo à Bruxelles : Il revient du Synode des évêques à Rome.

C’est donc en toute logique que Monsengwo nous parle du Synode d’où il revient : sa signification, sa structure, son mode de fonctionnement, le thème qui y a été abordé… Trois évêques africains dont Monseigneur Monsengwo y siègent.

 À onze heures sept, le modérateur, l’Abbé Claude Musimar donne la parole au premier intervenant, Sébastien Mayard du journal La Croix.

«  - Quel appel lancez-vous aux ministres européens qui se réunissent à Marseille à propos de la situation qui a lieu à l’Est du Congo et dont les tristes images font la une de la presse actuellement ? »

Pour Monsengwo, quand les gens meurent, il faut les secourir. Il y a en ce moment, 1,6 millions de Congolais qui ont été contraints de fuir leurs villages à cause de la soldatesque de Nkundabatware. Mais cela est un épiphénomène.

Les raisons profondes sont l’ensemble de violation de la parole donnée par les protagonistes, l’infidélité à sa signature. En novembre dernier, il y avait eu les accords de Nairobi. En janvier il y a eu les accords de Goma. Et la suite ? « Pact sunt servanda ». tant qu’on ne sera pas fidèle à ses accords…

Aujourd’hui dans la situation du Congo, le droit international est piétiné : l’intégrité et la souveraineté du Congo ne sont pas respectées. Pourquoi certains devraient-ils se donner le luxe de transférer chez les autres leurs problèmes ?

Oui, il y a le droit du peuple,

Oui, il y a le droit des minorités.

Mais en RD Congo, toutes les ethnies sont des tribus minoritaires. Faut-il tuer 4.000.000 de personnes en 10 ans pour défendre une minorité ?

Au vu des moyens mis en jeu, c’est trop.

Droit des groupes humains ?

Les Tutsis ont droit à la vie

Les Tutsis congolais ont droit à la vie.

Les Tutsis rwandais ont droit à la vie.

Et les Congolais ?

… Habiter le Congo, c’est se soumettre aux lois du Congo.

 

Comment arriver à la  fin des massacres ?

les Hutus peuvent rentrer au Rwanda, avec la présomption d’innocence, et en cas de jugement, ils ont droit à un jugement équitable, pas un jugement politique.

Il y a eu des conférences nationales un peu partout en Afrique, il faut qu’il y ait un dialogue inter-rwandais dans l’équité et la concorde pour résoudre les problèmes qu’il y a entre les deux ethnies.

Au Congo, sur les quatre cents ethnies, il n’y en a que quatre qui se tirent dessus, les Hema et les Lendu, les Hutus et les tutsis.

 Négociations ?

Oui mais l’intégrité et la souveraineté de la République démocratique ne sont pas négociables.

Et le ballet diplomatique actuel ?

 

Tous ces diplomates qui bougent autour du Congo doivent avoir à l’esprit une seule chose : le droit doit être respecté sinon les décisions seront subjectives.

La guerre de Nkundabatware, est-ce une progression dans notre démocratie ou un recul ?

Il y a la guerre chez nous depuis 1996, aucun problème n’a été résolu. Aujourd’hui, la guerre ne résout aucun problème.

Se faire justice dans un Etat de droit est une mauvaise piste. Et on ne peut pas rêver à accéder au pouvoir par les armes.

Quid de la rencontre avec les Congolais de Belgique?

Lors de la messe de la Toussaint, l’eucharistie a été perturbée. Dans l’église, c’est le prêtre qui a le monopole de la parole.

« on ne revendique pas ses droits en ne respectant pas les droits de Dieu » De telles attitudes ne sont pas pour faciliter les rencontres.

A propos des causes profondes

Monseigneur Monsengwo énumère :

  1. Vouloir défendre sa nationalité contre son pays.
  2. Se faire mettre en place par des gouvernements étrangers. On devient alors soumis à ce pays
  3. Donner le pouvoir aux belligérants comme cela l’a été lors du 1+4 a été un mauvais signal pour la démocratie.
  4. Les appels de la Cenco en 2005 et 2006 n’ont pas été entendus.
  5. La manière de faire les dernières élections a été critiquée, en vain.
  6. Lors des accords de Sun city, les congolais dialoguaient au nom des autres. Entre eux, les vrais Congolais qui aiment le Congo ne seraient jamais arrivés à un schéma du type 1+4
    La situation à l’Est, est-ce un problème intérieur ?
    Ce  sont des problèmes de gros sous. La  communauté internationale est en plein dans les affaires.

Quid des contrats chinois ?

La Cenco a eu à se prononcer sur ces contrats ainsi que tous les autres contrats léonins. Ils sont pour quelque chose dans la guerre à l’Est? Ce n’est pas exclu.

 Compte tenu de l’entêtement de certains de nos voisins à envahir notre pays, ne devrons-nous pas ériger un mur entre nous, comme l’a fait Israël ?

 

Un mur ?

Dieu est trinité, Dieu est famille. Faut-il haïr les autres ? Non. Il ne faut pas  rendre le mal pour le mal. Les chrétiens des 4 pays sont une famille( RD Congo, Rwanda, Burundi, Ouganda) Il y a conflit entre l’État Rwandais et l’Etat congolais, pas entre les peuples. Ils restent nos frères. Il faut une démarche de conversion à l’instar de celle de Moïse. Et une phrase à méditer :  « Je vous donne la vie et la mort. choisissez »

Comment interpréter le mouvement des  populations congolaises à l’Est ?

Un politicien ne révèle jamais ses intentions. Les  intentions des uns et des autres apparaissent.

La population bouge.

Quand  il y a un vide ? On le comble ! Ceux qui font la guerre le savent. La communauté internationale est au courant de cette volonté de balkanisation par une immigration illégale.

 

Quid de la Monuc ?

À cette question Monseigneur Monsengwo a préféré donner l’exemple des commandos que la Grande-Bretagne avait envoyé en Sierra Leone. Très vite la situation avait été matée. Pourquoi les occidentaux n’envoient-ils pas leurs troupes autrement plus efficaces au lieu de tout laisser aux armées des pays du tiers-monde ?

Message de soulèvement ?

Au vu de la carence de leadership à la tête du pays, le président de la dynamique de Combat demande à Monseigneur Monsengwo, compte tenu de son charisme,  de lancer un message de soulèvement populaire.

      « Que faites-vous ici ? Venez vous battre avec nous au pays »

Référence est faite au message donné à la population de Kinshasa le 3 février au stade : « Kinshasa telema… »  Gentiment, Monsengwo rappelle trois choses :

-         il n’est pas la Cenco,

-         il a un autre style,

-         il a une mission en tant qu’évêque. Et surtout, il est important de ne pas mêler les rôles. Dans notre société il y a des Evêques, des députés, des sénateurs, des fidèles et la société civile mais qui ne doit pas se faire corrompre afin de bien jouer son rôle de pression sur l’exécutif.

Il n’ambitionne pas de prendre le pouvoir même si le hasard de l’histoire l’a obligé à une époque d’aider le peuple.

 

N’y a t-il pas nécessité de jonction entre les différentes actions des Congolais en Belgique et les forces au Congo ?

 Pas avec l’église, mais avec les laïcs.

 

Il sied de signaler qu’entre deux questions, Monsieur Zushi Nicolas, au nom des doyens de la communauté congolaise de Belgique avait présenté des excuses pour l’incident qui avait eu lieu à la messe de Toussaint.

La réponse de Monseigneur Monsengwo :

« Je pardonne, le pardon étant gratuit, surtout s’il est demandé »

« On ne défend pas ses droits en perturbant une eucharistie. »

 « Mon droit s’arrête là où le droit de l’autre commence. »

«  On ne revendique pas ses droits, en ne respectant pas les droits de Dieu »

 

Il est 11h59 quand la conférence de presse prend fin, et on nous demande de vider rapidement les lieux.

 

Cheik FITA

Bruxelles, le 6 novembre 2008

 

NOTA : Nous nous excusons auprès de nos nombreux  lecteurs de la diffusion un peu tardive de cet article. Cela est dû a un incident technique nous a fait perdre plusieurs données, nous obligeant à presque tout réécrire avec le risque d’une précision moins grande.

CF

  photo du Kivu: Image RTL/TVI

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 11:48




 

 

 

Le sénateur de l’Illinois, le noir américain Barack Obama vient d’être élu Président des Etats-Unis d’Amérique, la plus grande puissance du monde.

Si cela est une page importante de l’histoire américaine qui vient d’être écrite, c’est pour les autres pays du monde une page d’histoire qui doit être étudiée et mieux, dont on doit tirer les leçons, surtout dans les pays comme la RD Congo qui sont à la traîne alors qu’ils possèdent de grands atouts pour prospérer. Un pays où sévit actuellement une guerre dont le leader rebelle affiche désormais clairement ses ambitions : chasser l’actuel président, prendre sa place. Comment ?

 

Au delà d’une victoire d’un individu, c’est d’abord une grande symbolique, mais c’est aussi la victoire de toute une série de valeurs. Valeurs qui transpirent de son premier discours de président élu.

 

Dans son premier discours, Obama a remercié son amie de près de quinze ans : Michèle Obama son épouse, ses enfants et sa grand-mère d’origine blanche qui vient de disparaître la veille du sacre, sa famille.

La victoire d’Obama est le résultat d’une direction de campagne, d’une stratégie, d’une équipe de travail, de l’implication et le sacrifice des jeunes et des bénévoles et enfin d’un véritable trésor de guerre collecté minutieusement auprès des simples travailleurs et de simples citoyens : plus de six cent millions de dollars.

Et à l’arrivée, le succès, le pouvoir pour quatre ans et peut-être huit, si Obama travaille convenablement.

Cela a parfois été dit, la couleur de sa peau n’a pas été un atout pour Obama, bien au contraire. Pourquoi ? Parce qu’il y a en Amérique des préjugés et un cliché du noir qui sont lourds à porter. Par exemple : En quoi ce noir candidat à la présidence pouvait-il être différent de tous ces noirs majoritaires dans les prisons américaines ?

Plus que tout, Obama a fédéré autour de lui des millions de personnes grâce quelques mots, quelques slogans mais qui en réalité véhiculaient une grande force dont le résultat final est l’accession au pouvoir.

 

Il se fait qu’au moment où la grande Amérique a clôturé le marathon électoral, à l’Est du Congo notre pays il y a une rébellion qui nargue le pouvoir central, qui occupe un espace géographique échappant au pouvoir légal, issu des élections de 2006. une rébellion qui a décidé d’accéder au pouvoir… par les armes.

Raisons ? Deux :

  1. protéger une minorité ethnique à laquelle appartient le leader, monsieur Nkundabatware, général déchu.
  2. sanctionner un pouvoir élu, mais qui n’a pas réalisé ses promesses électorales. 

 Comme Obama, Nkundabatware est issu d’une minorité ethnique, alors qu’au Congo, comme le disait Monseigneur Monsengwo lors de sa dernière conférence de presse à Bruxelles : « Au Congo, chacune des quatre cent ethnies est une ethnie minoritaire. »

Comme Obama, Nkundabatware s’est assigné une mission : opérer le changement au pays.

Comme Obama, Nkundabatware a compris qu’on ne peut mener une « guerre » sans se donner des moyens. Il a ainsi aujourd’hui une force de feu qui fait détaler les soldats du pouvoir central. Une force de feu qui vaut de millions de dollars.

À la différence de Nkundabatware, Obama ne s’est pas appuyé sur son groupe ethnique : les noirs, encore moins les noirs originaires du Kenya, patrie de son père. Les afro-américains ne représentent pas plus de 12%.

À la différence de Nkundabatware, Obama n’a pas pris la kalachnikov pour accéder au pouvoir.

À la différence de Nkundabatware, Obama ne s’est pas donné comme mission la protection de sa minorité ethnique.

À la différence de Nkundabatware, Obama n’a pas jeté sur les routes des millions de ses compatriotes, il est plutôt allé vers eux.

 

Si comme Obama, Nkundabatware peut dire « yes we can », le parcours d’Obama n’est-il pas la voie recommandée pour accéder au pouvoir ? Oui, un candidat issu d’un groupe minoritaire est parvenu à convaincre ceux qu’on dit majoritaires de lui donner leur suffrage.

Si comme Obama, Nkundabatware veut accéder à la magistrature suprême au Congo, ne devrait-il pas aller vers ceux qu’il considère comme « majoritaires » afin d’obtenir au moment voulu leur suffrage ?

On ne peut parler de la victoire d’Obama sans penser au pasteur Martin Luther King dont le rêve s’est enfin réalisé cette nuit : et ce rêve, c’était le changement, mais dans la non-violence, tout aux antipodes du parcours que veut se donner Nkundabatware pour parvenir à la magistrature suprême.

 

Et si Obama pouvait en ce jour transmettre un message à Nkundabatware face à ses ambitions d’être un jour le numéro un du Congo, ne lui dirait-il pas sûrement : « Yes, you can ! » Mais n’ajouterait-il pas : « without gun ! », sans la kalachnikov !

En fait, l’élection d’Obama, n’est-ce pas déjà là, le message d’Obama pour Nkundabatware et tous ceux qui en Afrique rêvent du pouvoir en ignorant le peuple, le souverain primaire ?

 

Cheik FITA

 

Bruxelles, le 5 novembre 2008

 

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 21:00

Malgré le climat maussade, les Congolaises et Congolais de Belgique se sont déplacés très nombreux pour écouter Monseigneur Monsengwo.
C’est devant près de 1.500 personnes que l’archevêque de Kinshasa a célébré sa messe à la basilique de Koekelberg à Bruxelles, ce samedi 1er novembre 2008, fête de la Toussaint. Pour officier la messe, une quarantaine de prêtres étaient à ses côtés avec l’accompagnement d’une chorale congolaise de près de cent personnes.
D’entrée, Monsengwo a placé cette rencontre dans le cadre de la communion entre les fils et filles du Congo. C’est ainsi qu’il signalera que cette messe était aussi en communion avec les compatriotes qui se trouvaient à l’église Notre-dame de l’assomption pour une messe en mémoire des évêques du Kivu morts durant cette longue transition et victimes de ceux qui se sont exportés chez nous avec leur culture de la tuerie.
Quoique centrée sur les saints, tous les saints, l’homélie de l’archevêque de Kinshasa a néanmoins été aussi un clin d’œil vers ce qu’est notre vie des congolais via les valeurs du monde.
Les valeurs du monde sont aux antipodes des valeurs des saints. Et la vie du monde est caractérisée par :
la soif des richesses
la recherche de la puissance et du pouvoir
la fourberie, la tromperie
la médiocrité
la recherche de la facilité
la domination par la force
la loi du moindre effort
la loi du plus fort
le culte du moi au point de se considérer comme la dernière instance,
l’instance ultime, même de vie et de mort sur les autres.
Et tout cela est loin des principes bibliques comme : « Tu ne jugeras point… », « Avant de voir la paille qui est dans l’œil de l’autre… »
Nous congolais, sommes-nous loin de ce cliché du monde ?
Dans son prêche en Lingala, l’archevêque de Kinshasa n’a pas manqué de faire allusion ce qui préoccupe le plus le Congolais aujourd’hui : La guerre ! Il fera remarquer que depuis 1996, notre pays est toujours en guerre. Et c’en est assez. Cette guerre n’a rien apporté au Congo. Les causes profondes de cette guerre, ne sont-elles pas dans l’existence en nous de ces valeurs du monde ? De ces valeurs qu’ont vaincu tous les saints ? Avons-nous déjà eu par exemple le courage de nous réconcilier ? Quand nous allons remplir les églises et que nous faisons nos offrandes à Dieu, avons-nous préalablement pris la précaution de nous réconcilier avec notre frère  comme le dit la bible ? De nous pardonner mutuellement ?
Sans cela dira l’archevêque de Kinshasa, « tokoyenga yenga » Nous continuerons à galérer.
Et pour conclure, Monseigneur Monsengwo lancera : «  Convertissez-vous ! » c’est-à-dire une conversion des mentalités, une conversion des cœurs et des esprits..
Sera alors entonnée le chant « Kinshasa Teleme ongenge mwinda ya Kristu » , « Kinshasa lève-toi et fais briller la lumière du Christ. » y a-t-il meilleur message patriotique ?
Il sied de signaler que durant le culte, quelques remous ont été perceptibles. Ce qui occasionnera une irruption des agents de la police, en tenue et en civil. À la fin du culte, c’est sous une prudente protection policière que Monseigneur sortira de l’église.
Compte tenu de la situation à l’Est du Congo, certains participants nous confieront qu’ils auraient aimé entendre Monsengwo parler dans un style « Cardinal Malula » sans gants ni formules tortueuses voire paraboliques. La situation étant très grave au pays et à voir l’affluence, cela aurait été une occasion d’haranguer littéralement la foule.
Seulement, au début, l’archevêque de Kinshasa avait déjà averti : « J’ai donné une interview sur RFI il y a quelques jours. Je n’aimerais pas revenir ici sur son contenu. »
Qu’il le veuille ou pas, pour les Congolais, Monseigneur Monsengwo est un homme politique. D’où ce sentiment d’insatisfaction chez certains, et peut-être aussi cette grande affluence, à un moment où notre pays souffre d’une carence criante de leadership. Au fond de leurs cœurs, plusieurs Congolais ne nourrissent-ils pas un sentiment secret de voir Monseigneur Monsengwo occuper les avants-plans politiques de notre pays ?
Lundi 3 novembre Monseigneur donnera une conférence de presse où tous les sujets seront abordés.

Cheik FITA  
Bruxelles, le 1er novembre 2008

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 12:20

100_0713.jpg

 

Séance inédite que celle qui a eu lieu le jeudi 30 octobre 2008 aux ACP à Bruxelles : alors qu’ils étaient tous réunis en séance depuis 15 heures, les ambassadeurs des ACP, Afrique-Caraïbes-Pacifique ont été obligés de recevoir une quinzaine de Congolaises de Belgique suite à la guerre qui sévit au Nord Kivu et dont les images humiliantes ont occupé tous les médias belges et internationaux.

Vers 18h05, le service du protocole fait entrer les Congolaises qui attendaient déjà depuis deux heures de temps. À notre entrée, le doyen du corps diplomatique, l’Ambassadeur Jacques OBIA du Congolais Brazzaville est en train de lire la déclaration des chefs d’Etat africains et Mme Wangari Maathai, Prix Nobel de la Paix, sur la guerre à l’Est du Congo. 

Le président de l’institution souhaite la bienvenue à la délégation en invitant trois des leurs à prendre place sur le podium de la présidence.

Docteur Isabelle Kidisho lit alors le mémorandum des femmes Congolaises dont une copie est remise au président de la séance.

À l’issue de la lecture du mémo, la parole est donnée aux ambassadeurs. L’ambassadeur de Guinée Conakry est le premier à prendre la parole. Suivront ceux du Gabon, du Tchad, de l’Angola, de la Côte d’Ivoire, de Guinée équatoriale, de Djibouti du Congo-Brazza et enfin le représentant de la RD Congo.

De toutes ces interventions, nous retiendrons ceci :

-         La dénonciation de la flambée de violence qui jette sur les routes des milliers de personnes innocentes, femmes, enfants et vieillards.

-         L’opportunité d’une implication des femmes dans la résolution du conflit : Sous d’autres cieux, elle a permis de renouer le fil du dialogue entre les belligérants. Et cela est conforme à la place de la société civile dans les accords de Cotonou.

-         La solidarité avec le peuple martyr du Congo

-         La nécessité de dénoncer ce qui se passe à l’Est du Congo.

-         Le danger que représente ce conflit : « Déstabiliser  la RD Congo, c’est déstabiliser l’Afrique centrale. Déstabiliser  l’Afrique centrale c’est déstabiliser l’Afrique car, le Congo est un géant de l’Afrique qui s’étend sur deux fuseaux horaires. Et déstabiliser l’Afrique, c’est déstabiliser les ACP. »

-         La nécessité de ne pas avoir peur de prendre des mesures énergiques et fermes.

-         Malgré les moyens et pouvoirs limités des ambassadeurs du groupe des Etats ACP, des contacts utiles sont susceptibles d’être envisagés.

L’intervention des ambassadeurs des pays ACP était parfois ponctuée de proverbes ou dictons qui font réfléchir.

 «  Ce n’est pas du chien qu’il faut avoir peur, mais de son maître. »  

«  Il n’y a pas de fumée sans feu. »

« Le silence est complice. »

 

En conclusion, le Président du groupe des ambassadeurs ACP saluera encore une fois le courage des femmes congolaises, il condamnera cette violence dont les premières victimes sont les civils, il appellera toutes les parties à une attitude qui soit dans l’intérêt des populations. Enfin il prendra des contacts avec l’Union Européenne pour une aide humanitaire d’urgence afin de soulager la souffrance de la population, même si indépendamment, l’Union Européenne y pense déjà.

 

Ci-dessous le mémorandum femmes congolaises de Belgique ainsi que la déclaration des chefs d’Etat africains, sur la guerre de Nkundabatware.

Cheik FITA

 

Bruxelles, le 31 octobre 2008

- - - - - - - -


MÉMORANDUM AU GROUPE DES ETATS D’AFRIQUE, DES CARAÏBES ET DU PACIFIQUE

 

 

Excellences,

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,

 

 

        La RDC en tant que membre de l’Union africaine et du Groupe des Etats ACP, est aujourd’hui victime d’une guerre qui lui est injustement imposée, et qui dure depuis plus de 10 ans dans l’indifférence de tous.

 

        La dégradation de la situation à l’Est du Congo, depuis ces dernières 24 heures, est préoccupante. Voilà pourquoi, nous les femmes congolaises, réunies en collectif, en communion avec celles qui sont au Congo, premières victimes de cette guerre, nous nous levons et dénonçons cette guerre à l’Est du Congo.

 

Nous demandons à l’Union africaine et aux Etats ACP de :

 

1.     reconnaître que le Congo est agressé.

2.     Désigner, dénoncer et condamner l’agresseur.

3.     Envoyer une force d’interposition africaine.

4.     Dénoncer l’immobilisme et la passivité de la Monuc.

5.     Interpeller le gouvernement congolais quant à sa politique de défense, de sécurité et de protection des personnes et des biens.

        Nous citons une population livrée à elle-même (viols, violences, déportations, …) ;

        Nous citons la porosité organisée des frontières ;

        Nous citons l’impunité des agresseurs (femicide)

 

En considération de tout ce qui précède, nous demandons l’arrêt immédiat de cette guerre et de la poursuite en justice des agresseurs.

 

Nous demandons également une aide humanitaire d’urgence et de prendre attache avec le partenaire européen pour arrêter ce conflit destructeur.

 

Nous vous confions, Excellences, mesdames et messieurs les Ambassadeurs, la délicate tâche d’être nos porte-parole auprès de vos Chefs d’Etats respectifs, que nous sommes prêtes à rencontrer afin de leur soumettre notre mémorandum.

 

 

 

Fait à Bruxelles, le 30 octobre 2008

- - - -- - - - -


 

Déclaration des Chefs d'Etat africains réunis au forum mondial du développement durable sur la situation en RDC

Réunis le 29 octobre à Brazzaville dans le cadre du 6ème Forum mondial du développement durable, les Chefs d’Etat africains et le Prix Nobel de la paix et ambassadrice itinérante du Bassin du Congo, Mme Wangari Maathai ont adopté une déclaration sur la situation prévalant à l'est de la République démocratique du Congo (RDC) dont voici la teneur.



Déclaration des Chefs d'Etat africains réunis au forum mondial du développement durable sur la situation en RDC
"Nous, Chefs d’Etat et de gouvernement et Madame Wangari Maataï, Prix Nobel de la paix et Ambassadeur Itinérant des forêts du Bassin du Congo ; participant au 6ème Forum mondial du développement durable, tenu à Brazzaville du 27 au 30 octobre 2008.

Vivement préoccupés par la détérioration de la situation à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC) ;

Considérant que ce pays est partie intégrante du Bassin du Congo et que la poursuite de la guerre dans cette région représente une grave menace à la préservation des écosystèmes forestiers ;

Conscients que les conflits armés constituent un obstacle au développement durable ;

Condamnons la violation de l’accord de Goma du 23 janvier 2008, signé par les parties en conflit et le recours à la force comme moyen de règlement des différents politiques ;

Demandons la cessation des hostilités et l’application de l’accord de Goma ;

Exprimons notre profonde solidarité à l’égard du gouvernement et du peuple de la RDC ;

Invitons la communauté internationale, notamment à travers la MONUC, à aider le gouvernement de la RD à ramener la paix sur l’ensemble de son territoire et à protéger les populations civiles et apporter à celles-ci, une aide humanitaire d’urgence ;

Encourageons toute initiative de paix visant la résolution pacifique de ce conflit et invitons le président en exercice et les pays membres de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, signataires du pacte sur la sécurité, la stabilité et le développement dans la région des Grands Lacs, à s’investir pleinement dans la recherche d’une solution durable à cette crise ;

Exprimons notre disponibilité à contribuer à tout effort visant le développement de la paix, de la sécurité et de la stabilité en République démocratique du Congo.



Fait à Brazzaville le 29 octobre 2008"


Jeudi 30 Octobre 2008 - 10:34
Rosalie Rogevna Guielle

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article

ANNONCES...MESSAGES

 

Lu pour vous, A propos de la surfacturation du passeport congolais, cri d'une victime de l'arnaque: 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens