Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

 

kabila oyebela

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Depuis le 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 10:42

  

 

CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT

A L’ETRANGER

 

 

  La coordination du Congrès Mondial des Congolais Vivant à l’Etranger porte à la connaissance de toutes les Congolaises et tous les Congolais Vivant à l’Etranger qu’une opération de recensement, de délivrance d’une carte de légitimation et de jumelage entre jeunes de l’extérieur et jeunes du pays, vient de commencer.

Qui sommes-nous ?

En quoi consiste le recensement ?

Pourquoi ce recensement ?

Qu’est-ce qu’une carte de légitimation ?

Quel intérêt y a-t-il à se procurer la carte de légitimation ?

Pourquoi un jumelage entre jeunes de l’extérieur et jeunes du pays ?

 

CONSIDERATIONS GENERALES

Le 28 novembre 2011 ont eu lieu en RD Congo l’élection présidentielle ainsi que les élections législatives qui devaient marquer un tournant démocratique.

Hélas, et le pouvoir sortant, et la CENI n’ont pu être à la hauteur des attentes de la population.

D’une part, le pouvoir sortant a mis en place un réseau de fraudes : bourrage des urnes, falsifications des résultats à tous les niveaux, proclamation des résultats fictifs.

D’autre part, la CENI responsable du processus électoral a brillé par plusieurs insuffisances : opacité, agents corrompus, falsification des documents, publication de résultats mensongers, incapacité de fournir des preuves des PV, mauvaise foi…

Résultat de tout cela : un président proclamé par les institutions légales qui sont sous la botte du président sortant,

Et un président ayant recueilli le plus de suffrages en qui la majorité des Congolaises et Congolais se reconnaissent.

Comment peut-on expliquer que le Président proclamé par les institutions nationales soit à ce point impopulaire : dans la capitale, dans les différents chefs-lieux de provinces et auprès des Congolais vivant à l’étranger ?

Au vu de cette piteuse image du Congo et des Congolais que le président sortant véhicule à la face du monde, quel devrait être la position des Congolais vivant à l’étranger ?

La voici :

Nous sommes quelques millions dont au moins un million vivant dans les pays développés. Nous sommes ainsi non seulement une force politique, mais également une force économique car, nos transferts d’argent au pays s’élèvent à des millions de dollars par mois.

Non seulement nous devons avoir voix au chapitre dans la marche de notre pays, compte tenu de notre nombre, nous sommes une force politique, et nous devons nous assumer en tant que telle.

Pour cela un minimum d’actions s’imposent :

-         Dresser l’état des lieux de notre force c’est-à-dire le recensement,

-         Mobiliser des fonds

-         Soutenir les jeunes au pays, les 18-30 ans qui constituent plus de 60% et de la population.

 

I.                   LE CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L’ETRANGER, QUI SOMMES-NOUS ?

Existant depuis 2005, le Congrès Mondial des Congolais vivant à l’étranger est piloté par une coordination.

Quatre congrès ont eu lieu à Bruxelles : 2005, 2006, 2007 et 2011. Plusieurs résolutions ont été prises parmi lesquelles la nécessité de créer une banque de données des Congolais vivant à l’étranger. Cela passe par un recensement.

II.                 LE RECENSEMENT

Combien de Congolais y a-t-il dans différents pays du monde ? L’état congolais aurait dû recenser ses citoyens depuis 2002, à l’issue du dialogue inter-congolais. Dix ans après ? Rien.

Il est légitime que nous le fassions nous-mêmes.

Comment ce recensement se fera-t-il ?

Il existe dans plusieurs villes du monde des communautés congolaises. Ce sont celles-là qui seront les chevilles ouvrières du recensement.

III.              LA CARTE DE LEGITIMATION

Depuis plus de vingt-cinq ans, la RD Congo a été incapable de délivrer à ses citoyens une carte nationale d’identité. C’est à peine que lors des deux élections, les électeurs ont eu droit à une carte d’électeur faisant office de carte d’identité provisoire.

Un provisoire qui dure des années.

Et les congolais vivant à l’étranger ? Rien.

Face à l’incompétence et l’insouciance du pouvoir en place, le congrès mondial des congolais a décidé de collecter des données susceptibles de procurer une carte nationale aux Congolais vivant à l’étranger. Quitte au gouvernement responsable qui s’installera en RD Congo de récupérer cette banque de données pour la délivrance ultérieure d’une carte nationale d’identité au Congolais vivant à l’étranger.

Le prix de cette carte n’excédera pas 10 €. Dans ce prix, une partie de l’argent sera affectée à des projets au profit des jeunes en RD Congo

IV.              L’INTERET A SE PROCURER LA CARTE.

La force, c’est le nombre. Face aux forces négatives qui ont pris en otage et la démocratie, et le peuple congolais, les actions disparates n’ont aucune chance d’aboutir.

Nous devons, nous identifier et nous rassembler et ensuite agir ensemble vers un objectif commun.

Plus nous serons nombreux, autrement dit, plus il y aura de gens inscrits, plus nous serons forts, plus le changement tant escompté prendra forme.

Les détenteurs de la carte auront droits à plusieurs faveurs, dont différentes actions de solidarité.    

V.                  JUMELAGE ENTRE JEUNES DE L’EXTERIEUR ET JEUNES DU PAYS

La jeunesse est l’avenir du pays. Quel dividende les jeunes congolais ont-ils eu du pouvoir en place depuis dix ans ? Doit-on laisser au bord de la route ces millions d’innocents ? Jusque quand ?

La mise en place d’un jumelage entre jeunes d’une commune d’occident et d’une commune au pays permettra à ces derniers d’obtenir du matériel culturel et des nouvelles techniques de l’information et de la communication pour leur épanouissement. 

 

Contacts et informations :

congolaisvivantaletranger@gmail.com

Info.congolaisdebelgique@yahoo.fr

0032495336519   

 

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 20:41

 

CHEIKFITANEWS-AUSTRALIE-REMISE-DSC00903.JPG

  le Gouverneur  de l'Etat de Tasmania-Australie& Placide Nkoso,président des combattants en Tasmania

À l’instar des Congolais de plusieurs pays du monde, les Congolais d’Australie en Tasmanie sont actifs et engagés par rapport au processus électoral en RD Congo.

Le samedi 24 décembre dernier, ils avaient organisé une marche pour dénoncer le hold-up électoral du tandem Joseph Kabila-Ngoy Mulunda.

Deux semaines plus tôt, ils avaient envahi les installations d’une des grandes chaînes de télévision du pays afin de dénoncer le coup horrible et scandaleux qui se préparait en RD Congo : le vol au peuple de son expression dans les urnes.

Selon notre correspondant, « à l'occasion de la prestation du serment du Nouveau Président élu de la RD Congo ,SEM Etienne Tshisekedi wa Mulumba devant Dieu et le Peuple Congolais, les Combattants de l'Etat de Tasmania(Australie) via leur Président et leur Secrétaire Général avaient été reçus le vendredi 23 Décembre au Parlement par le numéro un  de l'Etat( Premier Maire, Gouverneur...) »

 À l’issue de l’audience, ils avaient déposé un mémorandum sur le processus électoral en RD Congo.

Voici les principaux points contenus dans ce mémorandum :

1. Un rappel sur les Elections du 28 Novembre, de la tricherie et des fraudes planifiées avant, pendant et après lesdites élections (Voir les rapports Carter, UE, Eglise Catholique, Sadc, UA …)

2. Le fait que malgré tout cela, le candidat du changement voulu par le Peuple était sorti Vainqueur,

3. au cas où le Président sortant s’entêtait à vouloir représenter la RD Congo à l’étranger,   cela devrait être évité car, toute participation d'un fraudeur et tricheur dans le Concert des nations mettrait en cause la crédibilité de celles-ci,

4. l'Australie , l'une des grandes nations démocratiques de la planète devrait reconnaître le gouvernement qui sera mis en place par le Président Etienne Tshisekedi,  l'élu du Peuple,

5. l'Australie devrait plaider auprès des Nations-Unies pour qu’il y ait cessation immédiate du pillage économique des ressources naturelles de la RD Congo et que toute exploitation se fasse conformément aux normes internationaux au profit du peuple Congolais;

6. l’Australie devrait dénoncer aussi  les viols, tueries... Œuvres du  régime sortant...

Dès que les autorités australiennes réagiront au mémorandum, notre correspondant ne manquera pas de nous en informer.

 

Les combattants d’Australie restent très attentifs à l’évolution de la situation au pays. Et ils tiennent à la victoire finale c’est-à-dire, selon leurs termes : « le départ de l'imposteur au sommet de nos institutions. »

 

29 décembre 2011

Cheik FITA à Bruxelles

& Placide Nkoso Hobart en Australie.

CHEIKFITANEWS-AUSTRALIE-CONF-DSC00275.JPG

CHEIKFITANEWS-AUSTRALIE-ENS-DSC00296.JPG 

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 14:38

 

 CHEIKFITANEWS-COMBATTANT-DE-LA-LIBERTE.jpg

CHEIKFITANEWS-DIRIGEANTS-BALAYES-PAR-LE-PEUPLE.jpg

Quelques potentats balayés par la volonté du peuple. Photo tirée du documentaire

 

La présidentielle congolaise du 28 novembre 2011 a débouché sur un hold-up électoral qui a laissé sans voix les Congolais, tant au pays qu’à l’étranger.

Des réactions, des marches… Et au Congo, l’oppression, des tirs à balles réelles sur la population suivis de morts, l’encerclement de la résidence du leader Tshisekedi, le pillage du siège de son parti…

Ce cliché est-il une nouveauté dans l’histoire des peuples ?

Non.

Le comportement actuel du pouvoir kabiliste ressemble-t-il à bien d’autres régimes qui ont voulu se maintenir par la force mais qui ont malgré tout été balayés ?

Oui !

Le peuple congolais a voulu un état de droit par les urnes, on le lui a confisqué.

Le hold-up électoral étant avéré, les Congolais ne rêvent aujourd’hui que d’une chose : rétablir la légitimité des urnes.

Le pourront-ils face au comportement répressif qu’affiche le pouvoir issu du hold-up électoral?

En suivant le documentaire ci-dessous, on se rend compte à quel point ce pouvoir congolais issu d’un hold-up électoral peut bien être balayé… Comme l’ont été dans le passé même pas lointain, d’autres régimes qui présentaient les mêmes tares.

 

Cheik FITA

Bruxelles, le 29 décembre 2011

 

CHEIKFITANEWS GUERRE KABILA-P1017260

Partager cet article

Repost0
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 21:41

 

 

 

En 2007, une année après les élections en RD Congo,  et à la veille des élections belges de cette année-là, Gérard Kanabasawu et Cheik FITA  avaient produit un documentaire sur la politique belge en RD Congo.

À Kinshasa, ce documentaire  avait été diffusé à la télévision peu avant le scrutin belge.

En Belgique il avait été visionné lors du troisième congrès mondial des congolais vivant à l’étranger. C’est la première fois que ce documentaire est mis en ligne.

Comme invités nous avions: des présidents de partis belges, des personnalités de différents partis, mais aussi les candidats d’origine congolaise figurant sur les listes électorales.

Plusieurs thèmes abordés.

Depuis lors, bien d’eau a coulé sous le pont :

-      En Belgique il y eut chute de gouvernement et organisation d’élections anticipées. Il aura fallu aux belges 541 jours pour former  un gouvernement.

-      En  RD Congo, il vient d’y avoir des élections. Le leader de l’opposition a gagné, mais le président sortant avait déjà conçu, planifié et mis en marche un véritable hold-up électoral. Quant aux législatives, elles  n’ont pas encore livré leur secret mais une chose est sûre : la CENI institution organisatrice a présenté à la face du monde un travail bâclé.

En écoutant ces acteurs politiques belges avec quatre ans de recul, quelle opinion vous faîtes-vous ?

 

Cheik FITA

Bruxelles, le 28 décembre 2011

 

partie 1

 

partie 2 

 

troisième partie

 

QUATRIEME ET DERNIERE PARTIE

 

 

NOTA. CERTAINS PLANS ONT ETE REPRIS DEUX FOIS. NOUS NOUS  EN EXCUSONS

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 22:08

 

 

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 23:13

CHEIKFITANEWS-ANVERS-P1017309.JPGCHEIKFITANEWS-ANVERS-P1017304.JPG

 

Très longue marche que celle effectuée par des centaines de Congolaises et Congolais dans la ville portuaire belge d’Anvers, le vendredi 23 décembre 2011  de 15h00 à 17h00.

La marche avait un double but : dénoncer le hold-up électoral effectué par monsieur Joseph Kabila en RD Congo, et soutenir monsieur Étienne Tshisekedi, le véritable vainqueur de la présidentielle du 28 novembre 2011.

Coïncidence de calendrier, à Kinshasa, monsieur Tshisekedi prêtait serment en tant que Président élu de la RD Congo.

La marche était également un double-test :

Lors des dernières manifestations des Congolais à Bruxelles, il y avait eu des dérapages ayant entraîné des dégâts importants. Cela se reproduirait-il à Anvers ?

Cela fait plus  de trois semaines que les élections ont eu lieu. Les Congolais tiendraient-ils dans leur révolte et leur mobilisation?

Défi relevé.

La marche commencée à la gare d’Anvers avec six cents personnes, s’est terminée au Palais de Justice d’Anvers sans aucun incident.

 Avec une marrée humaine de plus de mille deux cents personnes à l’arrivée, les Congolais ont démontré que leur engagement n’était pas passager. Bien au contraire.

Il est même possible d’affirmer que tant que monsieur Joseph Kabila trônera illégitimement à la tête de la RD Congo, la colère des Congolais se maintiendra, la mobilisation aussi. Et bien de stratégies sont envisageables pour  chasser du pouvoir l’usurpateur.

La marche se terminera par un mot de remerciements de monsieur Emmanuel Binyamu l’organisateur. Avant de se disperser, plusieurs manifestants iront  féliciter et serrer la main des agents de police pour l’encadrement. Ils étaient à peine visibles, à pied ou à vélo. Ce qui contrastait avec la mobilisation presque militaire de la police à Bruxelles.

 

Bruxelles, le 23 décembre 2011

 

CHEIKFITANEWS-ANVERS-P1017299.JPG 

  CHEIKFITANEWS-ANVERS-P1017319.JPG

 

CHEIKFITANEWS-ANVERS-P1017284.JPG

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 11:09

 

CHEIKFITANEWS--DEPUTE-LAURENT-LOUIS-P1017270.JPG

Poursuivant leur mission  de  sensibilisation des partis belges au hold-up électoral du tandem Joseph Kabila-Ngoy Mulunda, vendredi 23 décembre 2011, des Congolais ont été reçus à la maison des parlementaires  à Bruxelles, par monsieur Laurent Louis, député fédéral et Président du MLD.

Après l’entretien, les Congolais ont déposé leur mémo.

Lors de l’interview, le député belge a fustigé le manque de courage du gouvernement belge face à ce hold-up électoral, qui devrait être appelé par son nom.

Le MLD envisage d’adresser un courrier à l’ONU par rapport au recomptage des voix, seule voie pour départager dans l’équité les protagonistes.

Signalons que dans la délégation, il y avait aussi monsieur Félix Tshisekedi qui revient du Congo où il a participé aux élections du 28 novembre.

 

Cheik FITA

Bruxelles, le 23 décembre 2011

 

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 22:57
   
 
Dans une vidéo (voir plus bas)mise en ligne le 21 décembre 2011, monsieur Kamerhe, Président de l’UNC a montré lors d’un point de presse, d’innombrables preuves de fraudes et tricheries à la présidentielle congolaise  du 28 novembre.
Le tandem Joseph Kabila-Ngoy Mulunda a mis une véritable machine à frauder à tous les niveaux : enrôlements multiples, enrôlement des mineurs, falsifications des PV, du bureau de vote jusqu’au centre national de compilations. Surestimation du nombre d’électeurs dans les contrées pro-Kabila, sous-estimation  du nombre d’électeurs dans les contrées pro-Tshisekedi, volatilisation suspecte des milliers de résultats dans les contrées pro-Tshisekedi…
Des manipulations qui donnent et le vertige, et la rage suscitant même la révolte. Exemple de modus opérande : là où Kabila avait 30, on met 300, là où Tshisekedi avait 723, on met 23. Et cela, répété des milliers de fois.
Au Sud-Kivu, ce sont les résultats de Kamerhe qui sont traficotés…
L’UDPS a de son côté mis à la disposition de la presse à Kinshasa ses compilations. Nous ne manquerons pas de les mettre en ligne dès qu’ils seront à notre disposition.
Les différents observateurs  commencent progressivement à délier leurs langues.
Apparemment, hold-up électoral paraît même bien modeste comme terme.
C’est bien beau d’entendre les tenants du pouvoir accuser l’opposition de tous les maux quand elle veut organiser des manifestations. Mais le mal, n’est-ce pas ce hold-up sans pareil ? Ce réseau maffieux ?
Quel peuple accepterait pareille forfaiture ?
Ce n’est pas de la provocation, mais de l’agression pure et simple. Et pour contrer les manifestations pacifiques de l’opposition, le pouvoir sort des chars de guerre ! La démesure.
Quel avenir alors ?
Il n’y a plus de doute, monsieur Joseph Kabila a perdu les élections. Se faire proclamer président n’est ni plus ni moins que de l’usurpation. Avec lui, la CENI elle, s’est disqualifiée, et la cour suprême quant à elle s’est fait harakiri. Le pays est pratiquement hors-la-loi.
Quel gâchis.
Le tandem Joseph Kabila-Ngoy Mulunda ainsi que les bonzes de l’ex-majorité présidentielle devraient se ressaisir, mettre à la disposition du peuple les vrais chiffres sortis des urnes. Tout entêtement dans la voie de la tricherie, du mensonge et de la fraude les mènera inexorablement contre le mur. Il n’y a pas d’alternative.
Et le temps joue contre eux.
Le peuple congolais mérite mieux.
 
Cheik FITA
Bruxelles, le 22 décembre 2011
NOUS SOUTENIR

Chers lectrices, Chers lecteurs,

Nous venons par la présente solliciter votre contribution financière à notre action médiatique.

Votre soutien nous permettra une meilleure couverture et une meilleure diffusion des informations via notre site.

Compte tenu du flot d’informations à gérer durant cette période charnière de notre pays, le renouvellement et la maintenance de notre matériel de collectes d’info ne suit plus (ordinateurs, appareils photos, consommables numériques, caméras, transport local, national ou international, téléphone international, connexion internet très haut débit, logement du site…).

Même un euro par mois pourrait nous être utile.

Merci d’avance pour votre appui.

Cheik FITA

Editeur du journal en ligne

Pour un virement

Voici les coordonnées bancaires.

Compte n° : 000-3415900-45

IBAN BE44 0003 4159 0045 BIC BPOTBEB1

MENTION : soutien au journal en ligne cheikfitanews.net

Contacts : info.congolaisdebelgique@yahoo.fr Phone : 00 32 495 33 65 19

 

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 21:35

 

Nous avons diffusé mercredi 21 décembre 2011 une mise au point de madame Louise Ngandu de l’UREC/Europe par rapport à la présidentielle congolaise du 28 novembre 2011.

La direction de son parti vient de réagir à cela.

Ci-dessous le communiqué de presse nous transmis.

 

Cheik FITA

Bruxelles, le 22 décembre 2011

 

UNION POUR LA RECONSTRUCTION DU CONGO

PRESIDENCE

Direction de la Communication

 

COMMUNIQUE DE PRESSE.

L'Union pour la Reconstruction du Congo, UREC, parti politique, tient à donner des précisions suivantes suite aux récentes déclarations de la Présidente de la Fédération Europe.

1) Le président d'une fédération n'a aucune prérogative lui reconnue par les textes régissant le fonctionnement du parti, de prendre une quelconque initiative ayant trait aux options politiques du parti

.

2) Madame Louise Ngandu n'a pas reçu mandat de la part du comité directeur de la fédération, ni de la part d'un autre organe compétent, lui donnant les pouvoirs de jouer le rôle qu'elle s'est permise dans sa récente déclaration.

3) En vertu de l'article 47 des statuts, et les articles 65, 69 du règlement intérieur du parti, le président ou le Secrétaire Général en cas d'empêchement, sont les seuls compétents pour définir les orientations politiques du parti

. De ce fait, toute déclaration ou écrit dans ce sens est de nul effet.

4) Tout individu qui estime que la ligne directrice du parti ne lui plaît pas a le droit de démissionner. Cependant la préoccupation principale du Président du parti, Dr Oscar Kashala Lukumuena reste celle de garantir la paix, de créer les conditions viables pour relancer le pays et assurer le bien-être minimum à tous nos compatriotes.

5) La présente note vaut un démenti contre toutes les déclarations présentes et à venir.

Fait à Bruxelles, le 22 décembre 2011.

 

Pour l’Union pour la Reconstruction du Congo, UREC

Par ordre

Le Directeur de la communication

Bruno KASONGA NDUNGA MULE

Membre Fondateur-

Adresse: 61, Avenue Colonel Mondjiba, Kinshasa-Ngaliema, R.D. Congo

Site web: www.ureconqo.orq.

Email: info@urecongo.org

 

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 17:49

  CHEIKFITANEWS-MARIE-ARENA-DSCF9171.JPG

 

Marie Arena, vice-président de la Commission des Relations extérieures du Sénat du royaume de Belgique. Photo Cheikfitanews.net

Quadragénaire, ancien ministre régional et fédéral, ancien Ministre-président du gouvernement de la Communauté française de Belgique, Marie Arena est Sénateur sous les couleurs du PS (parti socialiste). En novembre dernier, elle a effectué une mission d’observation à Kisangani, Province Orientale, lors des élections présidentielle et législatives du 28 novembre. A son retour en Belgique, Arena avait déclaré notamment que les opérations électorales s’étaient déroulées de «manière honnête». Et qu’il fallait «couper court à un certain nombre de rumeurs qui disent qu’il y a eu fraudes manifestes (…) ». Ces propos avaient provoqué un certain trouble dans les esprits au sein de la bouillante communauté congolaise de Belgique. Une communauté qui a toujours reproché, à tort ou à raison, aux personnalités politiques belges francophones de faire preuve de « complaisance » à l’égard du régime de «Joseph Kabila». Marie Arena, elle, rétorque qu’elle ne parlait nullement du déroulement des élections à travers les onze provinces du Congo mais uniquement des bureaux qu’elle a «observé» à Kisangani. Mardi 20 décembre, le Sénateur a bien voulu répondre aux questions de Cheik Fita et de la rédaction de Congo Indépendant.

«Il n’appartient pas à la Belgique de désigner le vainqueur de l’élection présidentielle du 28 novembre au Congo»


Voulez-vous vous présenter à nos lecteurs?

Mon nom est Marie Arena, je suis socialiste. Je suis Sénatrice et vice-président de la Commission des Relations extérieures au Sénat.
Vous revenez d’une mission d’observation dans le cadre des élections du 28 novembre au Congo. Dans quelle province avez-vous été précisément ?

J’ai été au Congo dans le cadre d’une mission effectuée par trente députés et sénateurs belges. Moi-même, j’ai été à Kisangani dans la Province orientale. Nous avons observé les bureaux «urbains» à Kisangani. Une autre équipe s’est occupée des bureaux ruraux dans la périphérie de la ville.


Combien de bureaux avez-vous visités ?

Nous avons visité au total dix centres de vote. C’est-à-dire des centres où il y avait approximativement une vingtaine de bureaux organisés. Dans ces centres de vote, nous avons choisi un certain nombre de bureau. Mon équipe, composée de deux personnes, a eu à analyser la situation dans une vingtaine de bureaux de vote.

Vos déclarations selon lesquelles - je vous cite de mémoire – «les opérations électorales s’étaient déroulées de «manière honnête» ont été perçues comme une volonté de minimiser les irrégularités relevées par d’autres observateurs de la communauté congolaise. Que répondez-vous ?

En fait, il faut recadrer la situation. Ma déclaration a été tirée d’une interview que j’avais accordée à la RTBF. L’extrait qui a été diffusé n’a duré qu’une trentaine de secondes. J’ai effectivement dit au journaliste que les bureaux que mon équipe a visité n’ont pas montré des signes de fraude et d’irrégularités. Je n’ai parlé que de ce que j’ai vu dans le temps qui nous a été imparti. La visite d’une vingtaine de bureaux sur 64.000 ne donne pas la possibilité d’extrapoler. Il n’y a pas eu d’irrégularités manifestes dans les lieux que j’ai visités. Il y avait certes des dysfonctionnements dans certains endroits. Des dysfonctionnements dus à des difficultés logistiques. Je tiens à souligner que dans les bureaux que j’ai vus de mes propres yeux, je n’ai pas perçu de volonté de fraude. Je tiens également à signaler que notre mission d’observation était de court terme. Elle a eu lieu la veille et le lendemain du vote. C’est pour vous dire que nous n’avons pas pu observer les irrégularités qui sont mises aujourd’hui sur la table. A savoir, les irrégularités du comptage qui ont eu lieu après le bureau de vote.

Devrait-on parler de malentendu ?

Mon interview à la RTBF avait une durée de plus ou moins cinq minutes. Le journaliste a choisi un extrait d’une trentaine de secondes. Il a fait son choix. En réalité, ma volonté était de dire que je ne peux pas avoir la prétention de poser une appréciation sur l’ensemble des 64.000 bureaux dans la mesure où je n’ai visité que vingt dans un espace de temps limité.
Que répondez-vous aux Congolais de Belgique qui reprochent aux personnalités politiques belges francophones d’afficher une certaine complaisance vis-à-vis de «Joseph Kabila» ?

Cette question m’inspire deux considérations. Primo : il ne revient pas aux responsables politiques belges ou à n’importe qui en Belgique de choisir l’homme devant diriger le Congo. Ce sont les Congolais qui doivent faire leur choix. Certaines personnalités politiques peuvent avoir des liens ou des affinités avec des hommes politiques d’autres pays. C’est leur affaire ! Ce n’est pas mon cas en particulier. Je considère que c’est aux Congolais de choisir leurs dirigeants. Secundo : le citoyen congolais a le droit à la vérité. Il me semble que le citoyen congolais réclame que la lumière soit faite sur les endroits où il y a des doutes. Nous lançons un appel aux responsables politiques congolais quel qu’il soit de faire la lumière sur ces endroits. A titre d’exemple, des membres de la société civile congolaise nous dit : « Nous n’avons pas confiance dans les résultats agrégés au niveau des différentes provinces. Nous demandons que les calculs se fassent sur base des procès-verbaux établis par chaque bureau de vote.» Si telle est la demande de la société civile pour avoir la clarté et la réalité des élections, je pense que le pouvoir et les responsables politiques congolais doivent donner cela à la société congolaise. Si nous pouvons aider dans ce sens, je pense que nous devons le faire en tant que communauté internationale. Il s’agit d’aller vers la vérité. Et le peuple congolais a droit à cette vérité.

 Dans le même registre - et sans interférer dans les querelles communautaires entre Flamands et Wallons –, certains observateurs Congolais estiment que le personnel politique flamand fait une «analyse objective» sur l’absence de démocratie et les violations des droits de l’homme au Congo. Le commissaire européen Karel De Gucht est cité en exemple. Alors que, disent-ils, les politiciens francophones ou wallons donnent l’impression de caresser «Kabila» dans le sens du poil. Qu’en pensez-vous ?

C’est très étonnant. Je pense qu’il y a plus d’intérêts économiques flamands au Congo que l’inverse. A titre d’exemple, le secteur diamantaire est beaucoup plus impliqué dans la situation congolaise que les Francophones. C’est facile de dire que nous sommes pour plus démocratie au Congo. Et en même temps - lorsqu’il s’agit de faire la clarté sur des filières peu transparentes sur des ressources naturelles au Congo, on entend très peu les responsables politiques flamands. Je ne suis pas hypocrite. Je dis que nous devons exiger la transparence partout. Nous devons exiger la transparence de la part du pouvoir politique. Nous devons aussi exiger la transparence auprès du pouvoir économique qui est aujourd’hui au Congo et qui, malheureusement, ne rend pas aux Congolais les richesses de leur pays. On ne peut pas faire deux poids, deux mesures en insistant sur la transparence politique et en restant muet sur la transparence économique. Pour le moment, j’entends la société flamande se positionner sur le plan politique et pas sur le reste de la réalité congolaise. Pour le reste, je pense que les Francophones sont tout aussi exigeant en matière des droits de l’homme que les Nérlandophones. Ce n’est pas une affaire communautaire.

Depuis deux semaines, la communauté congolaise manifeste au Quartier Matonge à la Porte de Namur. Quel est votre commentaire ?

Je note que la diaspora congolaise exige, elle aussi, la vérité des urnes au Congo. C’est intéressant de voir le lien politique que la diaspora congolaise a maintenu avec son pays d’origine. C’est une démarche citoyenne vis-à-vis du Congo. C’est une première analyse. La deuxième analyse est beaucoup moins positive. Vous savez autant que moi que ces manifestations ont donné lieu à des débordements et la violence. Je privilégie toujours le dialogue et pas la violence. Les débordements qui ont eu lieu à Matonge ne rehaussent pas l’image des protestataires. Dès qu’il y a violence, une manifestation perd sa crédibilité.

A propos de dialogue, êtes-vous au courant qu’une délégation des manifestants a tenté en vain d’être reçue au siège du PS afin de remettre un mémo ?

Je ne suis pas au courant de ce passage au siège du PS. En revanche, j’ai été à Ixelles avec le bourgmestre faisant fonction Béa Diallo. Nous avons rencontré un certain nombre d’acteurs de ces manifestations. Nous leur avons demandé de nous remettre leurs revendications pour nous permettre d’amorcer le dialogue. A titre personnel, je dois dire que j’ai toujours privilégié le dialogue avec la diaspora. Mais, je condamnerai toujours - et ce n’est pas une question de la diaspora congolaise ou autre – les réactions de violence.

 Concernant toujours Matonge, ne pensez-vous pas qu’il serait utile qu’une personnalité politique belge, de haut rang, puisse se prononcer de manière assez claire?

La voix politique que la Belgique peut porter n’est pas une question d’un individu à un autre. C’est la voix du droit à la réalité. La Belgique doit pouvoir aller vers les responsables politiques congolais en leur disant : « Nous souhaitons que vous puissiez faire la vérité des urnes». Et nous utiliserons tout ce qui est en notre pouvoir, c’est-à-dire la diplomatie et les accords conclus entre nos deux pays pour aller vers cette vérité. Il ne nous appartient pas ici en Belgique de désigner le vainqueur de l’élection présidentielle du 28 novembre. Nous devons pouvoir le dire aux différents manifestants qui semblent attendre que la Belgique choisisse avec eux un vainqueur.

Quel commentaire vous inspire-t-il la présence de plusieurs drapeau flamand «Vlaamse Leeuw » lors de la manifestation organisée par la communauté congolaise le samedi 17 décembre ?

Les manifestants congolais ont fait un choix que je me garde de critiquer ou à émettre une appréciation. La plupart des Congolais sont des citoyens belges. Ils ont ainsi un rôlecitoyen à jouer. Nous sommes en démocratie. Ils sont libres de faire le choix qui leur convient.
Et pour conclure ?

Pour moi, demain, peut importe le président congolais, la Belgique doit être beaucoup plus exigeante sur les droits de l’homme et les droits de la société civile en République démocratique du Congo. Ce sont ces principes qui doivent nous guider dans le partenariat que nous devons avoir entre la Belgique et le Congo.

Envisagez-vous d’évoquer ces questions avec le nouveau patron de la diplomatie belge, Didier Reynders ?

Dans le cadre des débats au sein de la Commission des Relations extérieures du Sénat, je pose plus ou moins une question par semaine au ministre des Affaires étrangères. Nous allons continuer à poser des questions au gouvernement afin qu’il prenne des positions qui vont dans ce sens.

Propos recueillis par Cheik Fita et Baudouin Amba Wetshi

© Congoindépendant 2003-2011

Partager cet article

Repost0

ANNONCES...MESSAGES

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES: 

RD Congo, sans un seul coup de feu

 

 

 

 

 

 

RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

Nous contacter en cliquant sur le lien suivant: http://www.cheikfitanews.net/contact

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

 http://banamikili.skyrock.com/

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE

 rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne lien 

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

FOCUS

Liens