Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

 

kabila oyebela

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Depuis le 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 15:01

 

 

Par un climat froid, ce samedi 15 décembre 2007 de 10h30 à 14h00, vingt à vingt-cinq mille personnes ont marché à Bruxelles de la gare de midi au croisement des avenues  Emile Jacqmain et Boulevard Baudouin, pour protester contre la vie chère. C’était à l’appel des syndicats, toutes communautés linguistiques confondues.

 

Tout y était pour frapper les esprits : calicots, ballons, véhicules avec sono, groupes d’artistes, tenues uniformes, pétards, écran géant, tracts, sifflets, percussion…

 

 

Depuis le début de l’année 2007, alors que les salaires traînent  des pieds, tous les produits de première nécessité ont augmenté de prix en Belgique : pain, lait, pomme de terre, carburant, mazout de chauffage, électricité. Il est ainsi devenu difficile pour la plupart de belges de nouer les deux bouts du mois.. Et en ce mois de décembre, la venue du  froid n’est pas pour arranger les choses.

 

Face à une telle situation, le gouvernement est dans l’obligation de trouver des mesures afin d’améliorer la vie de la population. Seulement voilà, depuis les élections du juin dernier, les politiciens belges ne sont toujours pas arrivés à s’entendre pour mettre en place un gouvernement. Et jusque là, il n’y a même pas des signes encourageants.

 

C’est ainsi que les syndicats belges ont tenu à faire entendre la voix de la classe ouvrière, celle qui trime et produit la richesse du pays sans s’occuper des frontières linguistiques. Autour du slogan "sauvons le pouvoir d'achat et la solidarité,» les revendications des marcheurs pouvaient se résumer à ceci :

 

-         Des mesures dans le sens d'une augmentation du pouvoir d'achat.

 

-         L'indexation intégrale des salaires et indemnités,

 

-         Une revalorisation du salaire minimum,

 

-         Une baisse des tarifs de gaz et d'électricité,

 

-         Un élargissement du fonds mazout

 

-         Une diminution des accises sur l'essence et le diesel. 

 

-         Une fiscalité "plus équitable",

 

Dans les différents discours prononcés à l’issue de la marche, tout en réitérant l’esprit de solidarité, les dirigeants syndicaux ont tenu à rappeler que la sécurité sociale est une conquête du mouvement ouvrier et non des politiciens. Paradoxalement, cela est parmi les points qui bloquent la mise en place du gouvernement !

 

 

 

Cheik FITA

 

 

 

Bruxelles, le 15 décembre 2007

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 06:10

EVECHE DE KOLWEZI                                          Kolwezi, le 03 décembre 2007

 

B.P. 900

 

KOLWEZI

 

 

 

N.Réf. : DKZI/69/NNK/010/07                                   Aux Curés des Paroisses (Tous)

 

                                                                                           Diocèse de Kolwezi

 

Objet : le danger des matières radioactives

 

 

 

                        Révérends Abbés,

 

                        Révérends Pères,

 

 

 

                        Depuis quelques semaines les médias n’ont cessé d’attirer l’attention de l’opinion publique sur une question qui s’impose de plus en plus de par sa gravité et sa diffusion dans notre province du Katanga en général et dans le District de Kolwezi en particulier.

 

                        En effet, la chronique a stigmatisé le phénomène d’exploitation anarchique des « pierres » auquel nous assistons depuis quelques années dans notre Province. Des « matières » que les pauvres creuseurs considèrent comme « la manne » tombée du ciel pour la survie, il en est qui s’avèrent être porteuses d’un taux élevé de radioactivité constituant par le fait même un danger très grave aux conséquences incalculables pour la vie et l’environnement, et dont les effets, d’après les experts, se font déjà sentir de façons diverses sur la population de Kolwezi.

 

                        Face à cette menace terrible, la communauté chrétienne ne peut rester sourde et insensible au cri d’alarme.

 

                        J’invite pour ce faire les Curés des paroisses, les Agents de la pastorale ainsi que tous les Fidèles de la ville de Kolwezi et ses environs à se pencher sur cette question, non plus lointaine comme Hiroshima, Nagasaki ou Tchernobyl, mais qui est aujourd’hui la nôtre. Car elle est dans les maisons où nous entreposons « les pierres », dans les collines et les carrières qui entourent notre ville de Kolwezi, dans des rivières où l’on va se laver etc. Comme une ruée vers l’or, s’élancent les jeunes, les femmes et même les enfants, sans aucune protection, à la cherche d’une survie qui coûte la vie de générations présentes et à venir.

 

                        Certes, nous sommes solidaires de la population qui a tant souffert et souffre encore de la pauvreté. Nous dénonçons le silence coupable de ces exploitants véreux qui, depuis longtemps, étaient bien au fait des dangers qu’encoure la population et qui, néanmoins, font travailler les gens de plus bel. Sans attendre que les Autorités compétentes prennent des mesures – que nous espérons énergiques et radicales – pour empêcher l’exploitation anarchique et irresponsable des matières radioactives, je vous demande instamment de sensibiliser la population pour la dissuader à fréquenter les sites réputés dangereux.

                        Il est donc très urgent que nos communautés ecclésiales vivantes, nos écoles, nos formations médicales et même nos rassemblements de culte soient des lieux de sensibilisation sur cette question de vie ou de mort.

 

                        Dans l’espoir que cet appel trouvera bon accueil auprès de chacun de vous, je vous prie, Chers Collaborateurs, d’agréer mes salutations et l’expression de mon dévouement en Notre Seigneur.

 

 

 

                                                                                    + Nestor NGOY KATAHWA

 

                                                                                                Evêque de Kolwezi

 

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2007 2 11 /12 /décembre /2007 12:53

L’asbl « Artisans de Paix » de Belgique organise une semaine du livre congolais du  lundi 17 au samedi 22 décembre 2007.

Ce sera en son siège, rue du Grand Hospice N°2, dans la commune de 1000 Bruxelles. Le but de cette semaine est :

 

-         D’attirer l’attention du public sur le métier de l’écriture dans ce très grand pays qu’est la République démocratique du Congo.

 

-         De susciter l’achat du livre congolais, pourquoi pas comme cadeau à offrir aux amis, pour l’année nouvelle qui commence ?

 

 

Au programme :

 

-         Exposition et vente de livres d’auteurs congolais

 

-         Conférences de presse d’écrivains congolais

 

-         Séances de dédicace

 

-         Conversation à bâtons rompus avec les écrivains congolais sur les problèmes du livre au Congo : maisons d’édition, réseaux de distribution, bibliothèques, censure, subvention et soutien de l’Etat, enseignement de la littérature congolaise…

 

-         Projection vidéo

 

 

 

Deux écrivains seront spécialement à l’honneur pour avoir sorti de presse un livre durant ce dernier mois de 2007.

 

Fweley Diangitukwa politologue, écrivain congolais qui vit en Suisse avec son livre  intitulé "Les fraudes électorales. Comment on recolonise la RDC. "

 

Monsieur Fweley sera l’invité principal à l’ouverture de la semaine, dès onze heures.

 

Le mercredi 19 décembre à 11 heures. Ce sera le tour de Cheik FITA philosophe et dramaturge congolais qui vit en Belgique, pour le baptême de son livre intitulé : « Demain, le Congo comme l’Europe ? »

 

 Il est demandé à tous les écrivains congolais qui vivent en Belgique d’entrer en contact avec Artisans de Paix pour la diffusion et la vente de leurs livres sortis antérieurement et encore disponibles.

 

 

 

 Contact : 00 32 27 927 127   -  00 32 485 57 69 61 

 e-mail : artisansdepaix1@yahoo.fr

 

 

 

 

 

Marcel NZUNDU

 

Délégué Général de ARTISANS DE PAIX

 

 

 

Bruxelles, le 11 décembre 2007

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2007 2 11 /12 /décembre /2007 09:00

 

 

Depuis bientôt six mois les politiciens belges tentent désespérément de mettre en place un gouvernement. Depuis hier 10 décembre, Le Roi a chargé Monsieur Guy Verhofstadt de former un gouvernement intérimaire. 

 

La pomme de discorde ? De grandes réformes institutionnelles, une nouvelle répartition des compétences entre l’Etat fédéral et les gouvernements des communautés. Monsieur De Decker, un sénateur flamand avait dit il y a peu dans une émission télévisée : « Le gouvernement doit s’occuper des pauvres. Pour s’occuper des pauvres, il faut avoir de l’argent. » Sous-entendu ? La Flandre est plus riche. Réponse du berger à la bergère ? Elio Di Ripo, président du parti socialiste belge lui fit remarquer : « Depuis 1830 jusqu’aux années 1970, la Wallonie a nourri toute la Belgique, et la Flandre avec ! »

 

Comment nos anciens colons s’en sortiront-ils ? Quelles réformes y aura-t-il ? Qui dit réformes ne sous-entend-t-il pas révision de la constitution ?

 

On parle beaucoup de l’article 35. Le voici :

 

« Art. 35

L'autorité fédérale n'a de compétences que dans les matières que lui attribuent formellement la Constitution et les lois portées en vertu de la Constitution même.

Les communautés ou les régions, chacune pour ce qui la concerne, sont compétentes pour les autres matières, dans les conditions et selon les modalités fixées par la loi. Cette loi doit être adoptée à la majorité prévue à l'article 4, dernier alinéa.

Disposition transitoire

La loi visée à l'alinéa 2 détermine la date à laquelle le présent article entre en vigueur. Cette date ne peut pas être antérieure à la date d'entrée en vigueur du nouvel article à insérer au titre III de la Constitution, déterminant les compétences exclusives de l'autorité fédérale. »

 

 Pour y voir clair, il est donc intéressant de lire la constitution belge, ainsi que les différentes modifications y apportées depuis son origine. 

 

Voici  la constitution belge.

 

 

 

Cheik FITA

 

Bruxelles, le 11 décembre 2007

 LA CONSTITUTION BELGE

Texte coordonné du 17 février 1994

Références des modifications
(1) Modifications du 25 mars 1996 (art. 66, 71 et 118bis) (Moniteur belge du 19 avril 1996)
(2) Modifications du 28 février 1997 (art. 59) (Moniteur belge du 1er mars 1997)
(3) Modifications du 11 mars 1997 (art. 41) (Moniteur belge du 2 avril 1997)
(4) Modifications du 20 mai 1997 (art. 130) (Moniteur belge du 21 juin 1997)
(5) Modifications du 12 juin 1998 (art. 103) (Moniteur belge du 16 juin 1998)
(6) Modifications du 17 juin 1998 (art. 125) (Moniteur belge du 18 juin 1998)
(7) Modifications du 20 novembre 1998 (art. 151) (Moniteur belge du 24 novembre 1998)
(8) Modifications du 11 décembre 1998 (art. 8) (Moniteur belge du 15 décembre 1998)
(9) Modifications du 12 mars 1999 (art. 41) (Moniteur belge du 9 avril 1999)
(10) Modifications du 7 mai 1999 (art. 150) (Moniteur belge du 29 mai 1999)
(11) Modifications du 23 mars 2000 (art. 22bis) (Moniteur belge du 25 mai 2000)
(12) Modifications du 16 mai 2000 (art. 147) (Moniteur belge du 27 mai 2000)
(13) Modifications du 30 mars 2001 (art. 184) (Moniteur belge du 31 mars 2001)
(14) Modifications du 21 février 2002 (art. 10 et 11bis) (Moniteur belge du 26 février 2002)
(15) Modifications du 17 décembre 2002 (art. 157) (Moniteur belge du 31 janvier 2003)
(16) Modifications du 10 juin 2004 (art. 67) (Moniteur belge du 11 juin 2004)
(17) Modifications du 9 juillet 2004 (intitulé) (Moniteur belge du 13 août 2004)
(18) Modifications du 2 février 2005 (art. 14bis) (Moniteur belge du 17 février 2005)
(19) Modifications du 25 février 2005 (terminologie) (Moniteur belge du 11 mars 2005)
(20) Modifications du 26 mars 2005 (art. 41) (Moniteur belge du 7 avril 2005)
(21) Modifications du 25 avril 2007 (art. 7bis) (Moniteur belge du 26 avril 2007)
(22) Modifications du 7 mai 2007 (art. 142) (Moniteur belge du 8 mai 2007)
(23) Modifications du 7 mai 2007 (intitulé) (Moniteur belge du 8 mai 2007)

(NL=Nederlandse tekst - DE=deutscher Text)
(NL - DE)


Table des matières

TITRE Ier: DE LA BELGIQUE FÉDÉRALE, DE SES COMPOSANTES ET DE SON TERRITOIRE

TITRE Ierbis : DES OBJECTIFS DE POLITIQUE GÉNÉRALE DE LA BELGIQUE FÉDÉRALE, DES COMMUNAUTÉS ET DES RÉGIONS

TITRE II: DES BELGES ET DE LEURS DROITS

TITRE III: DES POUVOIRS
CHAPITRE Ier: DES CHAMBRES FÉDÉRALES
Section Ière: De la Chambre des représentants
Section II: Du Sénat
CHAPITRE II: DU POUVOIR LÉGISLATIF FÉDÉRAL
CHAPITRE III: DU ROI ET DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL
Section Ière: Du Roi
Section II: Du Gouvernement fédéral
Section III: Des compétences
CHAPITRE IV: DES COMMUNAUTÉS ET DES RÉGIONS
Section Ière: Des organes
Sous-section Ière: Des Parlements de communauté et de région
Sous-section II: Des Gouvernements de communauté et de région
Section II: Des compétences
Sous-section I: Des compétences des communautés
Sous-section II: Des compétences des régions
Sous-section III: Dispositions spéciales
CHAPITRE V: DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE, DE LA PRÉVENTION ET DU RÈGLEMENT DE CONFLITS
Section Ière: De la prévention des conflits de compétence
Section II: De la Cour constitutionnelle
Section III: De la prévention et du règlement des conflits d'intérêts
CHAPITRE VI: DU POUVOIR JUDICIAIRE
CHAPITRE VII: DU CONSEIL D'ÉTAT ET DES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES
CHAPITRE VIII: DES INSTITUTIONS PROVINCIALES ET COMMUNALES

TITRE IV: DES RELATIONS INTERNATIONALES

TITRE V: DES FINANCES

TITRE VI: DE LA FORCE PUBLIQUE

TITRE VII: DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE VIII: DE LA RÉVISION DE LA CONSTITUTION

TITRE IX: ENTRÉE EN VIGUEUR ET DISPOSITIONS TRANSITOIRES

 


Pour lire la suite, cliquez sur le lien suivant : http://www.senate.be/doc/const_fr.html

 

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2007 4 06 /12 /décembre /2007 21:31
SOUTENEZ LA FINALISTE N°5 A MISS BELGIQUE 2008 : FABIENNE KABEYA MISS BRUXELLES 2008
ENVOYER MB 05 AU N°3130 (envoyez un maximum de sms !)
MERCI  !                                                                                                           MERCI !
 
 
LE 15 DECEMBRE 2007 REGARDEZ RTL-TVI A 20H ET VOTEZ A NOUVEAU

Bedankt om deze mail aan jullie contacten door te sturen !
STEUN DE FINALISTE N°5 VOOR MISS BELGIE 2008 : FABIENNE KABEYA MISS BRUSSEL 2008
STUUR MB 05 NAAR N°3130 (stuur een maximum sms's) 
DANK U !                                                                                            DANK U !
 
 
OP 15 DECEMBER 2007 KIJK NAAR VT4 OM 20u EN STEM OPNIEUW

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 13:46
Le samedi 8 décembre 2007 à 20heures, CAP 48 & Artisans de paix organisent une soirée culturelle dénommée quelqu'un pense à vous. Ce sera au centre culturel Pôle Nord situé au n°208 de la chaussée d'Anvers à 1000 Bruxelles. (Non loin du WTC)

à l'affiche : 1. Projet sur le handicap, présenté par un non-voyant  2. Musique acoustique avec Marcel Nzundu 3. Théâtre, "Le syndrome de CANH" de Cheik FITA  avec sur scène Cheik FITA & Zadain Kasongo.  ENTREE : 10 € adultes, 7 €, étudiants . 

PARTENAIRES:  HANDICAP INTERNATIONAL, AWAPH

INVITATION CORDIALE .

 

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 18:28

 

 

Elles l’ont décidé, elles l’ont fait. Renforcées par une poignée d’hommes et des femmes d’autres nationalités, près d’une centaine de femmes congolaises de Belgique ont marché le lundi 26 novembre 2007 du square Frère Orban au rond-point Schuman.

Le but ? Soutenir un groupe de femmes au Congo qui ont déclenché une grève de la faim suite aux viols répétés dont les femmes congolaises sont victimes : et de la part des éternels rebelles pro-rwandais ou rwandais en terre congolaise, et de la part de nos propres militaires souvent impayés ou touchant une solde de misère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 


 

 

Après une heure de marche suivant la trajectoire convenue avec la police, les manifestantes ont fait un sit-in devant la commission européenne, assez loin des fenêtres des décideurs européens, la meilleure place ayant été occupée par d’autres manifestants qui s’en prenaient aux ministres européens de l’agriculture, en réunion à l’intérieur.

 

Et là, les Congolaises donneront libre cours à leur colère face à ce que subissent quotidiennement d’autres femmes au pays, de la part des hommes en arme. Au-delà de cet élan de solidarité fort louable, le temps n’est-t-il pas venu d’aborder les problèmes du Congo dans toute sa globalité ?

Des marches à Bruxelles, il y en a eu. Quel en a été l’impact, le résultat ? Il y a peu, 35.000 belges étaient dans la rue pour l’unité du royaume. Trois cent cinquante fois plus nombreux ! Cela a-t-il réussi à pousser les politiciens belges à accélérer la mise sur pied d’un gouvernement ? Dans ces conditions, comment cent bonnes femmes dans les rues de Bruxelles vont-elles influer sur le comportement des hommes du général déchu Kundabatware ou des bidasses en guenilles du duo Kabila-Gizenga ?

C’est bien de pleurer, de se lamenter sur notre sort. Y aura-t-il un jour changement si les vrais coupables ne sont pas inquiétés ? Qui sont les vrais responsables de toute cette catastrophe humaine ? Sont-ils inconnus des pouvoirs belges ? Sont-ils inconnus de l’Union européenne ou de l’ONU ?

Il y a peu, l’ambassadeur belge au Congo disait exactement ceci, à propos du pouvoir congolais : un pouvoir caractérisée par « des situations de corruption, de mégestion, de mauvaise gouvernance, d’improvisation, de manque d’assiduité, de manque de vision, de manque de communication » N’est-ce pas là le germe de l’insécurité et partant, de tous ces viols dont sont victimes les congolaises , surtout à l’est du pays ?

En marge de la journée mondiale de la lutte contre les violences à l’encontre des femmes, la sénatrice belge du PS, Anne-Maire Lizin essaie d’être plus explicite dans une lettre envoyée à Luis Amado ministre portugais des affaires étrangères. Elle avance même une proposition : « La création d’une commission d’enquête sur les violations des femmes dans l’Est du Congo, comme ce fut le cas de la commission Warbuton pour l’ex-Yougoslavie en 1993 » Le Portugal assure actuellement la présidence de l’Union européenne.

Présent à la marche, le MR Daniel Ducarme l’a bien stigmatisé dans son mot aux femmes : L’impunité doit cesser. Qui sont ces impunis, n’est-ce pas ceux qui ont été soutenus à bout de bras dans le processus électoral congolais tant décrié ? L’homme d’Etat belge saura-t-il convaincre les autres membres de son parti qui ont été impliqués jusqu’au cou, et depuis très longtemps, dans la marche politique cahotante du Congo d’aujourd’hui ?

La Belgique officielle aura-t-elle le courage et de reconnaître son erreur dans sa politique vis-à-vis du Congo, et de revoir ses alliances, en prenant langue avec les véritables forces progressistes du Congo ?

Ce fébrile soubresaut politique augure-t-il une ère durant laquelle les pesanteurs extérieures cesseront enfin d’empêcher les congolais de s’occuper de leur pays ? Ils en ont les capacités.

Avec l’arrivée des chinois au Congo, les milieux politico-économiques belges se sont-ils rendus compte qu’on leur a enlevé le bifteck de la bouche, pour peut-être très longtemps ?

Les forces politiques progressistes congolaises ont-elles à leur tour perçu les différents changements de la donne politique congolaise ? Mettent-elles déjà en place des stratégies pour donner l’estocade à un pouvoir désormais incapable de décoller, d’assurer un semblant de sécurité et encore moins de procurer le minimum vital aux soixante millions de congolais ? Ces forces éviteront-elles enfin les sempiternelles querelles de clocher ou de positionnement personnel, de diabolisation au rabais avec comme conséquence la division et l’émiettement du contrepouvoir ? Sauront-elles enfin différencier l’essentiel de l’accessoire ? Pourront-elles devenir plus pragmatiques en privilégiant l’unité et l’intérêt du plus grand nombre ? Si depuis l’indépendance le Congo est médiocrement dirigé, ceux qui prétendent combattre la médiocrité le font-ils de moins médiocre façon ?

Ce cri de détresse des femmes congolaises ne devrait-il pas servir de déclic pour une approche profonde et sans complaisance de la tragédie humaine congolaise. Les forces politiques progressistes ont le beau rôle. À elle d’ouvrir les yeux. Faute de quoi, il n’est pas nécessaire de demander aux gens d’user le talon de leurs chaussures.

En politique, la cécité se paie cache. Wait and see.

Cheik FITA

Bruxelles, le 29 novembre 2007

 

 

 

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 21:49

 

 Quand on parle de l’ONU, on pense généralement à New York, là où se trouve le siège de cette grande organisation internationale. Pourtant l’ONU a des bureaux éparpillés à travers le monde. Et pour nous ressortissants des pays et sous-développés, peu regardants sur les droits de l’homme et en perpétuels conflits souvent d’un autre âge, l’essentiel de nos problèmes sont abordés par l’ONU non pas à New York, mais à partir de Genève. C’est ainsi que lors d’un séjour dans la capitale helvétique, nous nous sommes donné la peine d’aller à la découverte de cette grande institution. Il est souhaitable que tout africain qui passe par Genève, fasse un crochet par le Palais des nations, siège de l’ONUG.

 

Palais des Nations, 8-14.  Avenue de la Paix,  Genève

 

Il est quatorze trente quand une jeune dame des services de relations publiques de l’ONU Genève se dirige vers la salle d’attente et demande : « Visite en français ? » Nous nous levons et nous dirigeons vers notre guide. Durant une heure de temps, nous parcourrons les couloirs de l’immense immeuble de l’ONU, entrant dans différentes salles ou nous arrêtant devant les innombrables œuvres d’art qui tapissent les murs. Suspendus aux explications de notre guide, nous découvrirons progressivement l’histoire de l’ONU, depuis ses origines.

 

 Ci-dessous, l’essentiel des propos de notre guide du jour. Les mesures de sécurité étant très strictes, il nous est recommandé de toujours rester en groupe.

 

L’ONU a été fondée le 26 juin1945  à Francisco, le jour de la signature de la charte des Nations Unies par cinquante Nations. Cette charte est le texte fondateur de l’organisation. Elle définit les droits et obligations des états membres ainsi que les différents organes et procédures de l’organisation. La date de naissance officielle des Nations-Unies est le 24 octobre 1945, date de la ratification de la charte par les états membres. Et depuis ce jour, chaque année, le 24 octobre on célèbre la journée mondiale des Nations-Unies. Le siège de l’organisation est à New York aux Etats-Unis. Mais mis à par New York, il existe trois offices dans le monde. Un à Genève, un autre à Vienne en Autriche, et un troisième à Nairobi au Kenya. Et ces trois offices plus le siège de New York travaillent tous ensemble pour la paix et la sécurité internationale. Genève est le deuxième centre de conférence au monde, après New York. Genève accueille une moyenne de 9.000 réunions par an. Réunions qui attirent près de 25.000 délégués qui viennent des quatre coins du monde.

 

Ces réunions concernent cinq domaines :

 

-         le développement économique et social

 

-         les affaires humanitaires

 

-         la science et la technologie

 

-          le désarmement

 

-         les droits de l’homme

Quelques mots sur les droits de l’Homme.

 

Il y a eu en mars 2006, la création du Conseil des droits de l’homme. Il a tenu sa toute première réunion le 19 juin 2006.Le Conseil des droits de l’homme lutte contre les violations des droits de l’homme partout dans le monde et dépend directement de l’assemblée générale. Il a succédé à la commission des droits de l’homme qui a existé pendant une soixante d’années, mais n’était qu’un organe subsidiaire de l’organisation.

 

En terme d’affaires humanitaires, on parlera essentiellement des réfugiés. On ne peut malheureusement pas échapper à ces images des camps de réfugiés avec des tentes blanches. L’organe qui se charge de ces personnes c’est le Haut commissariat aux réfugiés, HCR. Le HCR depuis sa création a pris en charge soixante millions de réfugiés dans le monde. Le terme de réfugié répond à une définition bien précise.

 

« Personnes qui ont dû fuir leur pays, parce qu’elles sont persécutées  en raison de leur race, de leur sexe, de leur religion, de leur nationalité, de leur appartenance ethnique ou  de leur comportement social. Fuir signifiant passage de frontière. »

 

Dans  ce cas le HCR les accueille dans le pays hôte et leur fournit un toit et le minimum vital. L’objectif ultime étant d’essayer de leur permettre de reprendre une vie normale.

 

L’actualité internationale a donné le jour à une autre catégorie de personnes. Il  y a de plus en plus de guerres civiles. Par conséquent il y a de plus en plus de personnes qui fuient certes leur région d’origine, mais pas pour aller dans un autre pays, sinon pour aller dans une autre région du même pays. Ces personnes, on les appelle en français les personnes déplacées internes. Et elles sont également prises en charge par le Haut commissariat aux réfugiés.

 

   Quelques mots sur le palais des Nations.

Le Palais des Nations compte trente cinq salles de conférences  au total. Elles sont toutes différentes. Différentes tailles, différentes capacités également. Mais le fonctionnement interne est approximativement similaire.

 

À l’intérieur, il y a d’abord le podium présidentiel. Il fait face à toutes les autres tables. C’est là que va s’asseoir le président de la réunion.

 

Dans la salle il y a les délégations qui vont s’asseoir par ordre alphabétique. L’ordre alphabétique n’étant pas très équitable, l’ordre alphabétique appliqué strictement verrait tout le temps l’Argentine tout devant et le Zimbabwe tout derrière. C’est précisément pour cela qu’on a instauré un ordre de rotation, de façon à ce que tous les pays aient la chance de s’asseoir devant, derrière, sur le côté. Et pour ne surtout pas froisser les susceptibilités.

 

Dans chaque salle il y a également un rang réservé aux observateurs. Si les délégués représentent leurs pays, les observateurs eux vont représenter la  société civile dans son ensemble. Ils vont représenter des organisations non-gouvernementales, d’autres associations ou d’autres institutions internationales. Les observateurs sont dans la salle avec les délégués. Ils peuvent écouter les débats. Ils peuvent même participer s’ils le souhaitent. Mais la grande différence c’est que les observateurs ne peuvent pas voter.

 

Alors que les délégués non seulement ils peuvent, mais c’est un tout petit peu leur raison d’être.

 

Dans toute salle de conférence, il y a également une galerie réservée à la presse. C’est une galerie sans micro simplement avec des sièges et des écouteurs pour que les 250 journalistes accrédités en permanence à Genève puissent suivre les débats et ensuite faire leurs rapports.

 

Des interprètes

 

Grâce à eux on peut écouter tout ce qui se passe dans six langues différentes qui sont les six langues officielles des Nations-unies : Le français, l’anglais, l’espagnol, le chinois, l’arabe, le russe.

 

Différentes villes et organes

 

Le système des Nations-unies fonctionne autour de six organes principaux :

 

1. L’assemblée générale, à New York.

 

Elle fonctionne comme un parlement à niveau national. C’est dans l’assemblée générale que tous les états membres se réunissent, discutent, débattent  et prennent des décisions.

 

Il y a 192 états membres. Tous les pays officiellement reconnus comme pays sont membres des Nations-Unies. Et ces 192 membres dans l’assemblée générale sont sur un strict pied d’égalité. Ils ont tous le même poids au moment de voter. Ainsi, quand on dit que l’ONU a pris telle ou telle décision, en fait ce sont les états membres qui la prennent. L’ONU en tant que telle n’a pas de moyen de prendre des décisions. Ce n’est que l’instrument des 192 états membres indépendants et souverains.

 

2. Le conseil de sécurité à New York.

 

Il est l’organe qui intervient lorsqu’on constate une menace à la paix ou à la sécurité internationale. Il peut également à ce titre prendre des sanctions qu’elles soient d’ordre économique… Le recours ultime étant le recours à la force.

 

Le conseil de sécurité se compose de quinze membres. Dix élus pour un mandat de deux ans et cela se renouvelle suivant une rotation géographique. Les cinq autres sont les fameux cinq membres permanents du conseil de sécurité : la France, le Royaume Uni, les Etats-Unis, la Chine et la Fédération de Russie. Ces cinq pays ont le fameux droit de veto. Ce droit permet à un des cinq de bloquer une décision, même si les quatorze autres sont d’accord. C’est donc un privilège non négligeable. Ce droit de veto n’a lieu d’être qu’au sein du conseil de sécurité.  Partout ailleurs, ces cinq pays sont sur le même plan que tous les autres.

 

Conjointement, le conseil de sécurité et l’assemblée générale choisissent et élisent la personne qui doit être à la tête du secrétariat. Il s’agit du secrétaire général. Ban Ki-moon de Corée du Sud a remplacé le ghanéen Kofi Annan, depuis le premier janvier 2007.

 

Le mandat du secrétaire général est de cinq ans renouvelable. Le secrétaire général est le plus haut fonctionnaire de l’organisation. Il n’a pas de véritable pouvoir de décision. Un des anciens secrétaires généraux a une fois dit que « le rôle du secrétaire général est plus celui d’un secrétaire que d’un général. »

 

3. Le conseil de tutelle à New York.

 

C’est le seul organe de tout le système qui ait achevé la mission pour laquelle il a été créé. En d’autres termes, il ne travaille plus. Cette mission était  de faire en sorte que les colonies et les territoires sous-tutelle deviennent indépendants et que ça se fasse le mieux possible.

 

4. La cour internationale de justice à La Haye au  Pays-Bas

 

C’est l’organe judiciaire principal de l’organisation. Elle se compose de quinze juges qui viennent de quinze pays différents et qui sont élus pour neuf ans. Cette cour n’a d’autorité  que sur les pays, pas les individus. La plupart du temps elle règle les différents frontaliers ou territoriaux entre les pays. C’est donc à ne pas confondre avec les tribunaux spéciaux par exemple pour le Rwanda ou l’ex-Yougoslavie qui sont eux des tribunaux ad hoc créés par le conseil de sécurité.

 

5. Le conseil économique et social

 

Se réunit une fois par an de façon alternée à New York et Genève.

 

C’est de ce conseil que dépendent la plupart des autres organes du système. Il y a deux branches bien distinctes :

 

. Les quatorze institutions spécialisées.

Elles ont un statut à part dans tout le système. Cinq d’entre elles ont leur siège à Genève, dont par exemple l’organisation mondiale de la santé.

 

Ces institutions spécialisées ont été pour la plupart créées avant l’ONU. C’est petit à petit qu’elles se sont greffées au système. Et à ce titre, elles ont leurs propres budgets, leurs propres personnels, leurs propres fonctionnements, leurs propres bâtiments. Et elles font un rapport au conseil économique et social. Et c’est ça qui les rattache au système.

 

De l’autre coté, ce sont les fonds et programmes des Nations-Unies. On y voit par exemple l’UNICEF qui est le fonds pour l’enfance, le Haut Commissariat aux Réfugiés, la Conférence des Nations-Unies sur le Commerce et le Développement, la CNUCED.

 

La CNUCED sert de forum pour les pays en développement de façon à ce qu’ils puissent faire entendre leur voix. Le commerce et le développement étant des domaines de spécialité de Genève.

 

6. La Commission Economique pour l’Europe qui fait partie des cinq commissions économiques régionales. Elle n’a rien à voir avec l’Union européenne. C’est une commission qui a comme but d’harmoniser tout ce qui touche de loin ou de près à l’économie au sein de cette région Europe. En sachant que la région Europe à ce niveau comprend également les Etats-Unis, le Canada et Israël.

 

Le travail de cette commission touche réellement notre vie quotidienne. Comment ? Son travail intervient dans plusieurs domaines de la vie quotidienne, le prix du concombre, l’obligation de mettre la ceinture de sécurité quand on est en voiture, la réglementation sur le transport international routier visible par les étiquettes oranges « TIR » collées sur certains camions. Ceci étant une mesure qui permet à un camion par exemple d’être chargé en Russie, d’arriver au Portugal sans devoir  s’arrêter à tous les postes frontières. Ce qui est un gain de temps et d’argent inestimable.

 

Collection d’œuvres artistiques

Les différents couloirs, les différentes salles de l’ONU à Genève sont ornées ou tapissées par de multiples œuvres artistiques. Cette grande collection a été accumulée au fil des années. Ce sont des cadeaux offerts par différents pays aux Nations-Unies. Une façon pour eux de témoigner de leur reconnaissance.

Par exemple une tapisserie dénommée « le temple du ciel », offerte par la Chine et réalisée à l’aide de fils de soie de cent-cinquante-sept couleurs. Cette tapisserie présente une illusion d’optique. Quand on passe devant cette tapisserie, on aperçoit un couloir blanc qui mène à des escaliers. On l’a devant soi. Mais quand on avance, on a l’impression que le couloir bouge avec vous.

 

  SUPERFICIE

 

Tout le domaine du Palais des Nations correspond à la superficie de cinquante terrains de football réunis. Et autrefois, tout cela appartenait à une seule et même famille : les Revilliod de  Rive. Cette famille avait décidé de donner ce domaine à la ville de Genève en 1890. ensuite la ville de Genève l’a donné à la SDN, Société Des Nations, en 1920. Et ensuite la Société Des Nations l’a donné aux Nations-Unies en 1945.

 

Et pour cet héritage-transfert, il y avait deux conditions.

 

La première, que le dernier descendant de cette famille puisse reste toujours sur ses terres. Il y a ainsi visible dans le parc, un sarcophage blanc : celui de Gustave Revilliod de la Rive. C’est le dernier descendant de cette famille. Il ne s’était pas marié, il n’avait pas eu d’enfants. La première condition était ainsi remplie.

 

La deuxième condition, ce sont les paons. Cette famille aimait les paons. Et elle avait tenu à ce que cette tradition soit tenue. Ainsi, il y a actuellement douze paons qui circulent librement au sein du palais des nations. Mais ils sont  des cadeaux. Six offerts par l’Inde, six autres par le Japon.

 

Salles des conférences

 

Deux dates sont à retenir 1936 et 1973. pourquoi ?

 

 

 

Salle  des pas perdus

C’est le cœur du Palais des Nations. Cette salle a été construite entre 1929 et 1936. cette salle a été décorée par du marbre venant de différents pays. Marbre noir et vert d’Italie, rose de Finlande, vert  des colonnes de Suède…

 

De part et d’autre de la salle, il y a deux étoiles noires et blanches. Le marbre noir a été offert par la Belgique, et les deux grands tableaux sur le mur ont été offerts par la France.

 

À gauche, la guerre, à droite, la paix. Derrière le mur, il y a la plus grande salle du Palais qui s’appelle la salle des assemblées et qui a une capacité de deux mille personnes.

 

Dehors, dans la cour d’honneur se trouve la sphère armillaire. Elle a été offerte par la fondation Woodrow Wilson des Etats-Unis en hommage à tout ce que le Président américain Wilson a fait pour la société Des Nations. Elle est en bronze et représente les différentes constellations de l’univers. C’est le symbole de l’office des Nations-Unies à Genève et par extension c’est aussi devenu un des symboles de la ville.

 

Il y a aussi un cadeau de l’Union soviétique qui représente une plate-forme de lancement de fusées. Elle a été offerte par l’URSS en hommage à la conquête de l’espace par l’homme. Cette œuvre est recouverte par une couche de titane qui est un des matériaux qu’on utilise pour construire des fusées.

 

Quelques œuvres dans le couloir

 

Sur un mur il y a une sculpture intitulée « la création de l’homme », cadeau du Royaume Uni, œuvre du sculpteur  Eric Gilles 

 

Plus loin, trône un vase bleu, cadeau du Japon « la planète bleue de la vie » œuvre dans laquelle l’artiste tient à souligner l’importance de l’eau sur notre planète.

 

Sont est également visibles :

 

Un tapis sur le sol cadeau de l’Iran,

 

Une main translucide, cadeau de l’Allemagne et qui veut dire « stop à la prolifération nucléaire »

 

Une tapisserie offerte par la France et étant une allégorie de la paix.

 

Un tableau cadeau de l’Italie avec la mention « pax » (paix  en latin)

 

 

 

La Salle du Conseil,

Avec ses  600 places, cette salle est réservée aux conférences un peu plus politiques et plus délicates. C’est la seule qui a le droit de ne pas respecter l’ordre alphabétique des membres, de s’adapter aux tensions diplomatiques et autres petits calculs du protocole. C’est dans cette salle qu’avait eu lieu en 1988, les négociations entre l’Iran et l’Irak. C’est également la salle où se réunit la conférence du désarmement.

 

La conférence du désarmement a été créée en 1979 et compte 65 membres. Elle fonctionne sur le mode du consensus.

 

Ses missions sont de réduire voir supprimer la course à l’armement en ce qui concerne les armes nucléaires, les essais nucléaires, les armes chimiques, les armes biologiques, les armes de destruction massive.

 

Le Secrétaire Général de  la conférence du désarmement est le directeur général de l’office des Nations Unies à Genève. Il s’appelle Mr. Sergei Ordzhonikidze, il est le représentant du Secrétaire général de l’ONU.

 

Les grands tableaux décorant la salle représentent : 

 

-         Le progrès technique

 

-         Le progrès social : dépeint une scène de libération des esclaves

 

-         Le progrès de la science et de la médecine

 

-         L’espoir : le souhait de l’artiste pour que les générations futures vivent dans un monde sans guerre, sans canon

 

-         Cinq géants, qui contrôlent ensemble une arme. Ces cinq géants représentent les cinq continents. Et la symbolique ? Si un seul devait contrôler l’arme, un conflit éclaterait. Et cette œuvre a été réalisée en 1936 du temps de la SDN !

 

De part et d’autre de cette peinture, on voit les vainqueurs et les vaincus. Les vaincus sont penchés sur eux-mêmes en signe d’abattement et de soumission. Et l’un d’entre eux a le poing levé vers le ciel en signe de vengeance. Le message du peintre ? Il n’y a jamais de perdant dans une guerre, parce que les perdants vont toujours vouloir se venger, vont toujours faire une guerre dans laquelle il y aura des perdants qui voudront à leur tour se venger… Et c’est un cercle vicieux.

 

De l’autre côté il y a les gagnants qui arborent fièrement leur drapeau, mais… qui portent également un énorme cercueil, cercueil qui symbolise tous les morts ! Le message ? Il n’y a jamais de gagnants non plus ! Parce qu’il y a toujours trop de pertes en vies humaines.

 

La dernière peinture est celle du plafond. On y retrouve les cinq géants. Cette fois, ils se tiennent les mains. Et par ce geste  le peintre a voulu montrer qu’on avait besoin de davantage de coopération et de solidarité entre les différents peuples.

 

 

 

Quelques années après l’inauguration de cette salle, la deuxième guerre mondiale éclatait !

 

 

 

Cheik FITA

 

 

 

Genève, novembre 2007

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 10:38

Le samedi 8 décembre 2007 à 20heures, CAP 48 & Artisans de paix organisent une soirée culturelle dénommée quelqu'un pense à vous. Ce sera au centre culturel Pôle Nord situé au n°208 de la chaussée d'Anvers à 1000 Bruxelles.

à l'affiche : 1. Projet sur le handicap, présenté par un non-voyant  2. Musique acoustique avec Marcel Nzundu 3. Théâtre, "Le syndrome de CANH" de Cheik FITA  avec sur scène Cheik FITA & Zadain Kasongo.  ENTREE : 10 € adultes, 7 €, étudiants .

PARTENAIRES:  HANDICAP INTERNATIOANL, AWAPH

INVITATION CORDIALE .

 

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 09:42

             KULALAMIKA YA MWANA MUKE

Le 08 octobre 2007, les femmes du village de Luofu situé à 120 kms de Goma (Est de la République Démocratique du Congo) déclenchent une grève de la faim pour une semaine. Ces femmes protestent contre les viols et les pillages quotidiens perpétrés, la nuit comme le jour, par des hommes armés et vêtus soit en tenue militaire soit en tenue civile. Les grévistes demandent à travers leur mouvement que les autorités administratives et militaires puissent sécuriser la cité de Luofu longtemps meurtrie par les conflits armés. C’est la première fois que ces femmes expriment non seulement leur indignation, mais aussi leur impuissance face à une situation insupportable.

Plusieurs groupes armés locaux ou étrangers sévissent depuis des années au Nord - Kivu, dont la partie Sud-Est est depuis la fin août le théâtre de violents affrontements entre armée régulière et soldats insurgés. Des centaines de déplacés de guerre venant du Sud se réfugient régulièrement dans le territoire de Lubero, où se situe Luofu. Pour les mois de juillet et août, Caritas Congo a recensé 113 cas de viol, dont 22 sur des hommes, parmi les déplacés dans ce territoire. Les victimes de ces atrocités ne sont pas prises en charge, faute de structures de santé adéquates et l’absence d’agences humanitaires sur place, selon Caritas Congo.

Pour montrer notre solidarité avec ces femmes et soutenir toutes les victimes de violence sexuelle ainsi que les populations congolaises meurtries par les conflits, nous organisons une marche silencieuse ce lundi 26 novembre 2007 de 11 heures à 13 heures ; suite à la célébration de la Journée Internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

Nous suivrons le trajet suivant :

 

-          Rassemblement square Frère Orban (angle rue de l’industrie à 1040 Etterbeek – métro Arts-Loi) à 11 heures précises

 

-          Départ à 11 heures 30 pour la rue Jacques Delalaing puis la chaussée d’Etterbeek ; nous prendrons la rue Juste Lipse et continuerons rue Froissart afin d’atteindre le square Schuman (hauteur du n°175 rue de la Loi Bâtiment Juste Lipse) où nous chanterons le poème de Camara Laye‘Femme Noire, Femme Africaine’

Venez* nombreux, faites suivre cet appel à vos contacts ; et soyons scandaleusement solidaires afin que nos filles et nos mères se réapproprient leur intégrité et leur dignité!!!  

Partager cet article

Repost0

ANNONCES...MESSAGES

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES: 

RD Congo, sans un seul coup de feu

 

 

 

 

 

 

RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

Nous contacter en cliquant sur le lien suivant: http://www.cheikfitanews.net/contact

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

 http://banamikili.skyrock.com/

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE

 rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne lien 

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

FOCUS

Liens