Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=b82o4074eXI&t=72s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=sSkgK9Ux0LA&t=424s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=SoYmgRJwLic

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=V6v6vSD8K8Q&t=9s

Vidéo du slogan-phare des congolais

pour fin mandat de J. Kabila

kabila oyebela

réserve photos du site

Suivez  attentivement cette Vidéo.

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 06:40

 

 

Du 16 au 17 juillet 2015 à La Haye aux Pays Bas, un groupe de Congolais de Belgique a participé à la finalisation d’une création artistique en compagnie d’artistes d’autres nationalités dont un grand nombre de Hollandais.

Au stade actuel, nous ne pouvons donner qu’un nombre limité de détails sur la nature de l’œuvre compte tenu du secret qui entoure généralement la création d’une oeuvre artistique avant qu’elle ne soie officiellement présentée au public.

L’originalité de cette œuvre artistique réside dans le fait qu’elle est une retombée des innombrables manifestations de Congolais qui avaient eu lieu à travers le monde entier en réaction au hold-up électoral de 2011 de monsieur Joseph Kabila.

Lors d’une manifestation ayant eu lieu à La Haye, des Congolais s’étaient trouvés face à face avec des artistes Hollandais. Comment le contact avait-il eu lieu ? Quels propos avaient-ils échangé ? Une fois les manifestants congolais partis, les artistes hollandais commencèrent à se poser des questions sur l'incident. De fil en aiguille, cela déboucha sur la conception d’un projet artistique dont la finalisation vient d’avoir lieu avec cette participation des Congolais. Quelques participants à la finalisation de ce projet ont donné leurs impressions sur la façon dont se sont déroulés les travaux entre personnes d'origines culturelles diverses... En attendant la sortie de l’œuvre. (Voir vidéo ci-dessous)

Bruxelles, le 18 juillet 2015

Cheik FITA

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 10:02

 

Le site burkinabé faso.net a annoncé que « Le Conseil national de la Transition (CNT) a adopté une résolution portant mise en accusation de l’ex-président Blaise Compaoré et d’une douzaine d’anciens ministres. C’était dans l’après-midi du jeudi 16 juillet 2015, à l’occasion d’une séance plénière. »

Le site continue : « Les députés du Parlement intérimaire du Burkina Faso ont voté jeudi 16 juillet à Ouagadougou la mise en accusation de l'ex-président Blaise Compaoré devant la Haute Cour de justice pour «haute trahison» et «attentat à la Constitution». Blaise Compaoré avait été renversé le 31 octobre dernier après une insurrection populaire consécutive à sa volonté de modifier la Constitution afin de pouvoir briguer un nouveau mandat. »

Source : http://www.lefaso.net/spip.php?article65888

Une fois au pouvoir, les Présidents africains ne veulent plus partir ou  cherchent désespérément à se maintenir. Dans leurs manœuvres politiciennes, ils emprisonnent les opposants, en tuent d’autres, tripatouillent la constitution. Le pouvoir n’étant pas éternel, l’heure du départ, souvent forcé, finit toujours par arriver. Alors, ces présidents et leurs acolytes déguerpissent pour être ensuite rattrapés par leurs forfaits.

Mais combien tirent des leçons de l’expérience des autres ?

La Haye, 17 juillet 2015

Cheik FITA

 L’après-pouvoir, Blaise Compaoré poursuivi pour haute trahison
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 09:56

 

Lors de la célébration de la fête nationale française 2015, monsieur Luc Hallade, ambassadeur de France a prononcé un discours de circonstance sous forme de bilan car, devant quitter bientôt définitivement la RD Congo.

Et d’entrée de jeu il a lancé : « Comme l’a dit dans d’autres circonstances un personnage qui a marqué la vie politique du Congo: =Comprenez mon émotion- ».

Le discours du diplomate français a été ainsi ponctué de plusieurs clins d’œil , très interpellateurs, à la vie politique de la RD Congo comme l’en témoignent ces quelques phrases tirées du dit discours :

« Reconstruction de l’Etat Congolais,

Consolider la paix et approfondir la réconciliation entre les fils et les filles du Congo, soit au contraire retourner en arrière et défaire ce qui a pu être fait depuis 13 ans,

Réconciliation sincère, une mobilisation générale de toutes les forces vives de la nation et des politiques publiques appropriées,

Il faut surtout cultiver le sens de l’intérêt général pour mieux combattre ou au moins harmoniser les intérêts particuliers,

Être à l’écoute de la population, de ses attentes, de ses espoirs et de ses frustrations.

La République de la Gombe devait décider du sort et du destin du peuple congolais tout entier, à son propre profit,

Calculs politiques,

L’alternance politique,

La politique ne peut et ne doit pas être un métier ou une fin en soi.

La stabilisation et sa reconstruction.

Dévouement, constance et droiture,

Sincère… et loyal,

Ce n’est qu’ensemble que l’on réussit de grandes choses.

Dans ce pays...  où l’Etat de droit reste encore trop souvent un concept flou.

La  nécessité du rassemblement de son peuple pour assurer la grandeur d’un pays. »

Le discours de l’ambassadeur de France, plein de mots de remerciements à la MONUSCO, aux différents partenaires, aux sponsors, aux artistes devant animer la soirée, au personnel… A superbement ignoré le numéro un de la RD Congo, monsieur Joseph Kabila, tout un message.

 

Bruxelles, le 15 juillet 2015

Cheik FITA

photo d'illustration: journal le phare de Kinshasa

Document. Discours de l’ambassadeur  de France en RD Congo à l’occasion de la fête nationale française.

Son Eminence le Cardinal Laurent Monsengwo, Monsieur le Président du Sénat, Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères, Mesdames et Messieurs les Ministres, Monsieur le Gouverneur de la ville-province de Kinshasa, non découpée, Honorables députés et sénateurs, Messieurs les Officiers Généraux, Messieurs les Hauts Magistrats Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de missions diplomatiques, Mesdames, Messieurs, Chers amis, Chers compatriotes,

Ce 14 Juillet est un peu particulier pour moi et ma famille.

Vous voudrez donc bien me pardonner ce protocole un peu raccourci.

C’est probablement la dernière fois que je m’adresse à vous en tant qu’ambassadeur de France en RDC. Je vais en effet, d’ici quelques semaines, quitter mes fonctions et ce beau pays, dans lequel j’aurai passé, au total, 8 ans de ma vie et de ma carrière professionnelle, et qui m’aura beaucoup apporté.

Comme l’a dit dans d’autres circonstances un personnage qui a marqué la vie politique du Congo: «  Comprenez mon émotion ».

J’aurai connu, d’abord comme Conseiller, puis comme Ambassadeur de France, une période particulièrement dense et riche de l’histoire de la RDC : celle de la transition, du 1 +4 et du ClAT; le référendum sur la Constitution en 2005, les élections de 2006, celles de 2011 et les multiples évènements et soubresauts qui ont marqué, entre 2003 et 2015, la vie politique, économique et sociale du Grand Congo, à l’histoire aussi agitée que le Fleuve qui vous fait face ce soir.

Quel bilan en tirer? Le Congo est-il, comme le dit son hymne qui vient d’être chanté, «plus beau qu’avant»?

Oui, bien sûr. Le Congo est en paix, avec ses voisins et à l’intérieur de ses frontières, à quelques régions près malheureusement. Il lui a fallu pour cela surmonter bien des obstacles. Il a pu aussi compter sur l’indéfectible soutien de la Communauté internationale, illustré notamment par l’action stabilisatrice de la MONUSCO, qui a succédé à la MONUC.

Depuis plus de 15 ans, avec leurs défauts et leurs insuffisances, mais aussi avec les grandes qualités, la valeur et la bravoure de leurs contingents, la MONUC, puis la MONUSCO, ont contribué au rétablissement et à la préservation de la paix en RDC, à la protection de ses populations civiles, à la réforme de son armée, à la défense et à la promotion des Droits de l’Homme, à l’organisation des élections.

La Communauté internationale y a consacré plus de 20 milliards de dollars, une somme énorme, à la mesure des défis et des enjeux de cet immense pays, au cœur d’une Afrique encore trop souvent soumise à la violence, aux guerres et à l’instabilité, voire au terrorisme.

Mais elle a surtout accompagné, jour après jour, année après année, la reconstruction de l’Etat Congolais, indispensable au rétablissement de l’autorité publique et de sa crédibilité aux yeux des autres nations, mais aussi de sa population.

Beaucoup de chemin a été accompli, et beaucoup reste à parcourir. Les mois qui viennent seront déterminants pour, soit consolider la paix et approfondir la réconciliation entre les fils et les filles du Congo, soit au contraire retourner en arrière et défaire ce qui a pu être fait depuis 13 ans, depuis les accords de Sun City qui ont mis fin à la guerre qui a déchiré le Congo et provoqué la mort de millions de Congolais.

La paix est une condition nécessaire du développement. Mais ce n’est pas une condition suffisante. Il faut aussi une réconciliation sincère, une mobilisation générale de toutes les forces vives de la nation et des politiques publiques appropriées.

Il faut surtout cultiver le sens de l’intérêt général pour mieux combattre ou au moins harmoniser les intérêts particuliers.

Ceci implique de la hauteur de vue, une vision claire et déterminée de ce que l’on veut construire ou reconstruire, et aussi d’être à l’écoute de la population, de ses attentes, de ses espoirs et de ses frustrations.

C’est à ces qualités que l’on reconnaît les hommes d’Etat, ceux qui laissent dans l’histoire de leur pays voire de l’humanité le souvenir de bâtisseurs de paix, d’espoir et de développement, a contrario de ceux qui défendent des intérêts égoïstes ou des visions de court terme.

Un paradoxe m’aura particulièrement marqué durant ces 8 années passées au Congo. La population congolaise, qui a beaucoup souffert et continue à beaucoup souffrir, a fait preuve d’une capacité de résilience remarquable. Beaucoup d’autres nations, confrontées aux mêmes épreuves, se seraient effondrées.

Pourtant le Congo est toujours là, et les Congolais debout, comme un peuple fier qui croit à son destin.

Mais dans le même temps, l’élite politique, majorité comme opposition, semble continuer à penser que la politique de ce grand pays se joue, se fait et se défait dans un cercle et un périmètre restreints, comme si, au sein du vaste Congo, la République de la Gombe devait décider du sort et du destin du peuple congolais tout entier, à son propre profit.

De ce point de vue, une décentralisation bien pensée et bien construite, dénuée d’arrière-pensées et de calculs politiques, pourra contribuer à élargir le cercle de cette élite, qui a trop longtemps confisqué le pouvoir à son profit.

De ce point de vue aussi, l’alternance politique, quelle que soit la forme qu’elle prendra, pourvu qu’elle soit démocratique, est ou sera une bonne chose. Il faut savoir quitter le pouvoir, comme il faut savoir quitter ses fonctions, aussi intéressantes et prestigieuses soient-elles.

Il y a tellement de choses à faire dans ce beau pays! Tellement de ressources et de richesses à mettre en valeur, que la politique ne peut et ne doit pas être un métier ou une fin en soi.

Il faut un certain courage pour cela. « De l’audace, encore de l’audace » ...

Permettez-moi ce soir, pour clore ce chapitre politique, de souhaiter pour le Congo que ses responsables, quels qu’ils soient, sachent faire preuve de courage et d’audace pour conduire le pays sur la voie de l’apaisement et de la réconciliation.

«Nul n’est prophète en son pays» dit la maxime. Mais certains ont plus que d’autres la responsabilité et le devoir moral de montrer la voie.

Puisque ce discours est en forme de bilan, permettez-moi aussi de me féliciter devant vous de la place éminente que mon pays a jouée et continue de jouer pour accompagner la RDC dans sa stabilisation et sa reconstruction.

Je n’en suis bien sûr ni le seul responsable, ni même le seul comptable, loin de là. A cet égard, je voudrais devant vous rendre un hommage appuyé et adresser des remerciements mérités à toutes celles et tous ceux qui m’ont accompagné et soutenu pendant les années de mon mandat.

A tout seigneur tout honneur. Je commencerai par remercier mon épouse, et à travers elle mes enfants, nos enfants.

Sans une famille solide et unie, sans l’affection des miens, notamment dans les moments difficiles ou délicats qui ne manquent pas, jamais je n’aurais pu exercer mes fonctions avec dévouement, constance et droiture. J’ai toujours été sincère dans mon engagement pour ce pays et loyal vis-à-vis du mien. Mais cette sincérité et cette loyauté s’enracinent dans celles que j’ai toujours eues à l’égard de mon épouse, de ma famille. Je la et les remercie, du fond du cœur, de m’avoir fait confiance et de m’avoir toujours soutenu, dans les joies comme dans les peines, dans les succès comme dans les échecs.

Je remercie aussi mes collaborateurs, français et congolais. On dit souvent qu’on a les chefs qu’on mérite. Je ne sais pas si la réciproque est vraie. Mais si j’en crois mon expérience, alors je dois avoir beaucoup de mérite pour avoir eu des collaborateurs et collaboratrices qui ont travaillé avec dévouement, engagement et loyauté à mes côtés. Sans eux, rien de ce que j’ai pu accomplir n’aurait été possible.

Merci donc à vous toutes et à vous tous. Je ne vous oublierai pas. Et, pour celles et ceux qui restent au Congo, je vous demande de continuer à défendre, aux côtés de mon successeur, les mêmes valeurs de solidarité, entre vous et avec nos amis congolais.

J’ai souvent parlé de l’« équipe France ». C’est à mes yeux plus qu’un concept. C’est une réalité vivante, qui se construit jour après jour. Continuez à promouvoir cet esprit d’équipe, sans lequel rien n’est possible et sans lequel tous les efforts individuels restent vains.

Ce n’est qu’ensemble que l’on réussit de grandes choses.

« Last but not least » comme disent nos amis anglo-saxons, je voudrais remercier toutes les Congolaises et tous les Congolais, petits et grands, qui m’ont fait la joie et l’honneur de leur amitié et de leur confiance durant toutes ces années.

Votre pays est attachant. Vous êtes attachants. Sinon, je n’aurais pas demandé à y revenir comme ambassadeur, 4 ans après l’avoir quitté comme 1er Conseiller.

Ce sont votre amitié et votre confiance qui m’ont donné la force et le courage d’accomplir, du mieux que je l’ai pu, ma mission dans ce pays. Je vous en sais gré et me souviendrai longtemps de vous, de vos joies et de vos peines partagées, des échanges toujours francs et constructifs que nous avons pu avoir, de l’aide et de la compréhension que vous m’avez apportées.

Enfin, à mes compatriotes, à ceux qui vivent ici comme à ceux qui sont de passage, je voudrais dire la fierté qui est la mienne de les avoir représentés, assistés, défendus parfois dans ce pays certes accueillant mais pas toujours facile, où l’Etat de droit reste encore trop souvent un concept flou.

Soyez fiers vous aussi de ce que vous accomplissez Ici, pour vous-mêmes, vos familles, vos sociétés ou organisations, mais aussi pour l’image et l’influence de la France.

S’il n’y a qu’un seul ambassadeur en titre, il y a autant de représentants de la France qu’il y a de Français en RDC. N’oubliez donc jamais que vous aussi, dans vos sphères d’activité respectives, vous représentez la France.

Notre pays a lui aussi connu une histoire agitée. Nous avons fêté cette année le 70ème anniversaire de la fin d’une guerre qui a bien failli le voir disparaître, n’eût été l’audace et la clairvoyance de certains et le courage voire le sacrifice de beaucoup.

Souvenons-nous, même si nous ne les avons pas connues, de ces heures sombres. Souvenons-nous aussi que ce n’est que rassemblés que les Français ont pu reconstruire la France. Et s’il est un conseil que nous pouvons, modestement, donner à nos amis congolais, c’est bien celui-là: la nécessité du rassemblement de son peuple pour assurer la grandeur d’un pays.

En 1945, comme l’a dit le Général de Gaulle de Paris à la Libération, la France s’est remise debout. Puissent les Congolais faire de même en 2015 et dans les années à venir.

Un bon discours étant un discours bref -sauf à Cuba sous Fidel Castro et dans quelques autres contrées ou à des époques révolues, j’arrêterai là mon propos, pour vous laisser profiter de l’excellent buffet préparé comme chaque année par Noël Camilieri et toute l’équipe du CafConc.

Accordez-moi cependant encore quelques instants d’attention pour remercier tous les «sponsors» -mais je préfère parler de partenaires et d’amis-qui ont bien voulu contribuer à l’organisation de cette soirée, dont j’espère que vous garderez comme moi le souvenir d’une soirée réussie et conviviale. Après tout, le 14 Juillet se veut aussi la Fête de la Fraternité:

Le Club Français des Affaires et son Président, David Guamieri, AGS, AGB, Air France, Bank of• Africa, BIVAC, Bolloré Africa Logistics, BRACONGO, le CafConc, CFAO, le CMK, Congo Paint, Delmas, Distritec, Gras Savoye, KPMG, Nestlé, Orange, la Pâtisserie Nouvelle, PERENCO, PERNOD RICARD, Pullman Grand Hôtel, Rayon Vert, SERVAIR, SMS, SODEICO, TENKE FUNGURUME MINING, TOTAL.

Qu’ils trouvent tous ici l’expression de mes sincères remerciements.

Merci aussi à toute l’équipe de la Résidence et de l’Ambassade de France qui, comme chaque année, n’a pas ménagé sa peine pour faire de cette soirée un évènement auquel, je le sais, chacun de vous a toujours à cœur de participer et d’être présent.

 Une petite précision enfin sur le programme des festivités de ce soir:

Vous allez assister dans quelques instants à un défilé de mode, à l’occasion duquel une jeune créatrice congolaise que nous avons voulu, mon épouse et moi-même, mettre en lumière: Mme Fanny MANDINA, présentera ses créations, que portent déjà certaines femmes ce soir, dont la beauté est ainsi mise en valeur. Elles se reconnaîtront.

Je remercie la Sté VLISCO et sa directrice générale Mme Monique GIESKES, d’avoir bien voulu lui apporter leur soutien pour l’organisation de ce défilé.

Après quoi, pendant que vous goûterez aux charcuteries et fromages français apprêtés par Noël et son équipe, l’animation musicale sera assurée par 4 groupes congolais:

Deux « abonnés »de cette réception: la Chorale Mgr Luc Gillon et l’orchestre Afrojazz, et deux « nouveautés» sur la scène congolaise, ou du moins celle de la Résidence:

Le groupe « Deuxième Bureau» de Rémi Bernier, à la batterie, Evan Mac Millan à la guitare et Anders Mantius à la basse. Ces trois musiciens, qui vous joueront des standards du rock, prouvent qu’on peut, malgré de lourdes occupations professionnelles, s’adonner à la musique à ses moments perdus. J’imagine que dans leur cas, elle leur permet de se détendre et ils en ont fait leur 2ème bureau, ce qui ma foi en vaut bien d’autres ... Et enfin un groupe de toujours jeunes musiciens qui sont les héritiers et dépositaires de la rumba congolaise authentique, les « Bakolo Miziki », qui vous feront danser au son des standards de la musique d’ici, qui a inspiré tant d’artistes contemporains.

Je les remercie tous d’avoir accepté de venir animer cette soirée, pendant laquelle il vous sera loisible, entre deux verres de vin ou de champagne, d’éliminer vos kilos superflus sur la piste de danse ou plutôt l’herbe des jardins de la Résidence, qui s’en remettra.

Bonne soirée à tous et à toutes, et place au défilé de mode, dont je ne doute pas qu’il retiendra mieux votre attention que mon discours, décidément trop long.

14 juillet à l’ambassade française de Kinshasa, pas un mot sur Kabila, mais une citation de Mobutu
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 07:26

Pour accomplir certains forfaits, les conspirateurs recourent parfois à des complices. Le régime de monsieur Joseph Kabila a décidé d’imposer bientôt des gouverneurs sortis du néant pour les nouvelles provinces.

Le coup pourrait-t-il réussir sans complices ? Non.

Qui seront complices ? Les députés provinciaux congolais élus en 2006, installés en 2007 et dont le mandat avait pris fin en 2012.

En prévision de la fin des mandats électifs, La CENI, Commission électorale nationale de la RD Congo, doit obligatoirement organiser à temps les nouvelles élections. Hélas, le constat est là, la CENI a failli. Est-ce pour autant que de personnes honnêtes devaient se sucrer en continuant à siéger sans mandat ?

Bientôt, il pourrait y avoir pire : l’exécutif congolais voudrait faire porter un chapeau  à ces élus provinciaux de 2006-2007: "élire" des pseudo-gouverneurs pour les nouvelles provinces.

Opération politicienne inopportune, improvisée et porteuse de germes de crises.

Tous ceux de ces « députés » qui se prêteraient à ce jeu macabre ne devront-ils pas se considérer comme des traitres à la nation ?

Les femmes et surtout les enfants de ces messieurs ne devraient-ils pas les interpeller ? Attirer leur attention sur le danger d’écrire leurs noms sur une mauvaise page de l’histoire du pays ?

L’histoire de l’humanité est jalonnée d’exemples regrettables de personnes ayant joué ce vilain rôle. Ne pas en tirer de leçons est imprudent. En tant que médias, nous avons le devoir de tirer la sonnette d’alarme. Que les éventuels futurs complices  du forfait ne disent pas un jour qu’ils n’avaient pas été avertis.

 

Bruxelles, le 14 juillet 2015

Cheik FITA 

 

photo d'illustration: assemblée provinciale du Katanga. source, la croisette.org 

Députés provinciaux congolais de 2007 à un pas de trahir la nation ?
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 07:46

 Alors que le calendrier de la CENI, commission électorale nationale indépendante, a prévu des élections provinciales le 25 octobre 2015, Évariste Boshab, ministre PPRD  du régime Kabila , chargé de l’intérieur a annoncé qu’entre le 28 juillet et le 13 août prochains, il y aura élections des gouverneurs de nouvelles provinces !

Qui éliront ces gouverneurs et sur base de quels textes de lois ?

Voici un extrait de cette information diffusée, sur le site de la radio Okapi :  

« A l’occasion, il (Évariste Boshab) a annoncé pour bientôt la programmation des sessions extraordinaires des Assemblées de nouvelles provinces démembrées.

Pour l’ancienne Province Orientale et la province de l’Equateur, par exemple, la programmation de ces sessions extraordinaires est prévue entre le 21 et le 23 juillet en cours.

Les provinces qui seront issues de la province du Katanga et du Kasaï-Oriental, souligne le vice-Premier ministre, organiseront leurs sessions extraordinaires entre le 28 et le 30 juillet, tandis celles qui seront démembrées de l’actuelle Bandundu et du Kasaï-Occidental programmeront les leurs entre les 5 et 7 août prochains.

Devant les journalistes, Evariste Boshab a expliqué que les gouverneurs de ces nouvelles provinces seront élus pour les uns entre le 27 et le 30 juillet, pour les autres entre 3 et 5 août ; et pour les autres encore entre le 11 et 13 août 2015. »

Selon l’article 198 de la constitution congolaise (modifié par l’article 1er de la Loi n° 11/002 du 20 janvier 2011 portant révision de certains articles de la Constitution de la République Démocratique du Congo),

« Le Gouvernement provincial est composé d’un Gouverneur, d’un Vice-gouverneur et des ministres provinciaux.

Le Gouverneur et le Vice-gouverneur sont élus pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois par les députés provinciaux au sein ou en dehors de l’Assemblée provinciale. Ils sont investis par ordonnance du Président de la République. »

Problème.

Il se fait que :

-          Il a existé onze assemblées provinciales issues des élections du 29 octobre 2006 et installées au premier semestre 2007.

-          Cinq ans après, le mandat de députés de ces assemblées provinciales avait pris fin, soit en 2012.

-          Hélas, et ces députés provinciaux, et les gouverneurs élus par ces assemblées, et les sénateurs élus dans les mêmes conditions n’ont donc plus de légitimité. S’ils siègent encore, ils font des prolongations par défi. En  lingala on dirait : « Na canaille kaka ».

Que disait la constitution de 2006 à propos des nouvelles provinces ?

«  Article 2 La République Démocratique du Congo est composée de la ville de Kinshasa et de 25 provinces dotées de la personnalité juridique. » (Alinéa de l’article 2 de la constitution de 2006)

Et dans les dispositions transitoires et finales de cette même constitution, il est dit :

« Article 226 Les dispositions de l’alinéa premier de l’article 2 de la présente Constitution entreront en vigueur endéans trente six mois qui suivront l’installation effective des institutions politiques prévues par la présente Constitution. En attendant, la République Démocratique du Congo est composée de la ville de Kinshasa et de dix provinces suivantes dotées de la personnalité juridique : Bandundu, Bas-Congo, Equateur, Kasaï-Occidental, Kasaï-Oriental, Katanga, Maniema, Nord-Kivu, Province Orientale, Sud-Kivu »

36 mois après l’installation des institutions de la IIIème république, c’était en 2010 ! Cette année là, les mandats des députés provinciaux étaient encore légitimes, ils pouvaient rentrer dans les nouvelles provinces et élire leurs gouverneurs.

L’éminent professeur en droit Boshab arrive ainsi avec un retard de cinq ans. Ce que voudrait réaliser le sieur Boshab, en lingala, on l’appelle « double canaille ». Oui, il sait très bien que les députés provinciaux sur lesquels il veut s’appuyer sont des imposteurs !

Vouloir imposer aux Congolais aujourd’hui en 2015 ce qui aurait dû avoir lieu en 2010, ce n’est ni plus ni moins qu’une insulte à toute une nation, c'est du mépris.

Bruxelles, le 13 juillet 2015

Cheik FITA

 

photo d'illustration : montage image de Démocratie chrétienne et 24hcongo.com

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 21:00

Lors de la brocante du dimanche 12 juillet 2015 au quartier Matonge de Bruxelles, plusieurs orchestres de jeunes se sont relayés à un stand d’animation planté sur la    rue Longue vie, à côté du restaurant Inzia. C'est ce restaurant qui a été à l'initiative de l'animation et en a pris la charge. 

Des  jeunes d’origine congolaise faisant partie du groupe musical « Stratégie » étaient aussi du nombre. Ils ont réussi à véritablement  inoculer  le virus de la danse à un bon nombre de spectateurs de diverses nationalités.

Bon nombre d’entre ces spectateurs  n’ont pu résister de se trémousser sous le rythme entraînant  de la rumba congolaise. Malgré le temps gris sans soleil avec un petit vent frais, le public est resté jusque peu avant 20 heures, quand la police a demandé que la musique soit arrêtée afin de ne pas déranger les riverains.

Bruxelles, le 12 juillet 2015

Cheik FITA

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 13:00

Monsieur Ambroise Mbaka Kawaya Swana, ancien PDG  de la Gécamines, générale des carrières et de mines du Congo, est décédé le vendredi 10 juillet 2015 en Afrique du Sud où il suivait des soins.

Monsieur Ambroise Mbaka Kawaya Swana est Ingénieur civil métallurgiste de l’Université de Lubumbashi (UOC). Il est spécialiste  en raffinage de cuivre par voie électrolytique et en hydrométallurgie des métaux non ferreux.

Avant de se retrouver à la tête de la grande société minière congolaise, monsieur Ambroise Mbaka avait gravi progressivement plusieurs échelons et commandé successivement plusieurs directions de l’entreprise. Après la Gécamines, monsieur Mbaka fut directeur Technique  à la Minière de Bakwanga (MIBA) en 2000, puis Vice - Ministre des mines de 2000 à 2002 avant d’être nommé à la tête du cadastre minier de la RD Congo de 2003 à 2004.

Il y a peu, en collaboration avec le gouvernorat du Bas-Congo, monsieur Ambroise Mbaka avait pu produire la première cathode du cuivre du sous-sol de cette province. (Source : congoreperes.com)

Mandataire en mines, Consultant en géologie, mine, métallurgie et traitement des minerais,  l’Ingénieur Ambroise Mbaka était membre du Conseil économique et social de la République démocratique du Congo.

Avec la disparition d’Ambroise Mbaka Kawaya Swana, la RD Congo perd un grand expert du secteur des mines.

L’info en ligne des Congolais de Belgique présente ses sincères condoléances à la famille du Disparu.

Bruxelles, le 12 juillet 2015

Cheik FITA

 Mines en RD Congo, l’ingénieur Ambroise Mbaka Kawaya Swana n’est plus
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 08:23

 

le 7 juillet 2015, dans une proposition de résolution déposée par six groupes du parlement européen (PPE, S&D, ECR, ALD, GUE/NGL, EFDD) représentés par une centaine de députés, le parlement européen a demandé au régime de monsieur Joseph Kabila de libérer deux militants de Filimbi incarcérés à la prison de Makala : Yves Makwambala et Fred Bauma.

Cette  proposition de résolution est très musclée : elle s’articule en trois parties : quatorze observations, 21 considérations  pour se terminer par une vingtaine de demandes et recommandations, et qui peuvent être résumées ainsi :

  1. La dénonciation des pertes en vies humaines lors des manifestations de janvier 2015,
  2. L’appel aux autorités congolaises à libérer immédiatement et sans conditions Yves Makwambala et Fred Bauma,
  3. La nécessité de la  liberté d'expression et d'association sans crainte d'être poursuivis ou persécutés;
  4. Les tendances du régime à poser des actes de torture ou de mauvais traitements,
  5. La violation flagrante par l’ANR des droits garantis par la constitution congolaise,
  6. La nécessité d’une enquête exhaustive, approfondie et transparente sur les événements de janvier et de mars 2015,
  7. La propension du régime à limiter la liberté d'expression, de réunion pacifique et d'association,
  8. La tendance à brimer l'opposition et les mouvements de jeunes,
  9. La nécessité de la liberté d’expression en période électorale,
  10. Le respect de la diversité et de l'opposition politique,
  11. La participation réelle à la gouvernance du pays de toutes les forces politiques, de la société civile et des mouvements pro démocratiques,
  12. L’encouragement à la création de mouvements tels que Filimbi,
  13. La nécessité de se conformer à l'accord de Cotonou sur les principes de démocratie, d'état de droit et de respect des droits de l'homme, parmi lesquels la liberté d'expression, la liberté des médias, la bonne gestion des affaires publiques et la transparence des mandats politiques,
  14. Le respect du calendrier électoral et la présentation d'un budget crédible;
  15. L’appel à la délégation de l’UE à Kinshasa de soutenir les défenseurs des droits de l'homme et les mouvements pro démocratiques;
  16. L’appel aux autorités judiciaires congolaises d'affirmer leur indépendance à l'égard de toute instrumentalisation politique,
  17. L’urgence et la nécessité d’établir la vérité sur les fosses communes à proximité de Kinshasa et ce, en écho de l'Union européenne et des Nations unies,
  18. La dénonciation de la fermeture illégale et la censure abusive des médias

La présente résolution sera transmise :

« au Conseil, à la Commission, à la vice-présidente de la Commission européenne et haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, à l'Union africaine, aux gouvernements des pays de la région des Grands Lacs, au Président, au Premier ministre et au Parlement de la République démocratique du Congo, au Secrétaire général des Nations unies, au Conseil des droits de l'homme des Nations unies ainsi qu'à l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE. »

Après lecture de ce projet de résolution, un fait saute aux yeux : en maintenant en prison deux activistes de droit de l'homme, le régime de monsieur Joseph Kabila s’est mis à dos non seulement le parlement européen, mais aussi toutes les institutions européennes.

Bruxelles, le 10 juillet 2015

Cheik FITA

 

Lien pour lire le projet de résolution :

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=MOTION&reference=P8-RC-2015-0690&language=FR

Membres de Filimbi détenus, le régime Kabila se met à dos le Parlement européen
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 22:19

Lors de sa réunion hebdomadaire du 7 juillet 2015 à Bruxelles, les administrateurs de l’antenne monde de la société civile congolaise(AMSC-RD CONGO) ont choisi onze communes de la RD Congo pour démarrer  la  grande opération de surveillance de toutes les élections prévues en RD Congo de 2015 à 2016. L’antenne monde de la société civile congolaise s’est donnée comme objectif de créer un réseau national capable d’observer, de collecter et de transmettre les données des élections dans tous les bureaux de vote. Pour cela, l’antenne monde travaillera en étroite relations avec  la société civile en RD Congo. En même temps, appel est lancé aux Congolais vivant à l’étranger de s’organiser  pour être en jumelage avec  une commune au pays.

Pour voir la liste de ces communes, veuillez cliquer sur le lien suivant qui renvoit au site de l'AMSC-RD Congo)

http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/?p=84

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 08:17
Billet. RD Congo 2015-2016, éradiquer le mobutisme et le kabilisme

1990, l’Afrique noire est secouée par  le vent de la Pérestroïka. Des conférences nationales sont organisées ci et là, et en RD Congo également, alors Zaïre. Objectif, se débarrasser des partis uniques et des régimes dictatoriaux.

En occident, non seulement l’URSS disparaît, mais les pays alors appelés « pays de l’Europe de l’Est » s’émancipent. Aujourd’hui, un quart de siècle après, ces pays sont devenus des démocraties prospères. Et en Afrique Noire ? Et en RD Congo ?

25 ans après ce vent de changement, il est révoltant de constater que la RD Congo a raté le coche et n’a pas décollé.

Politiquement, à tous les niveaux, le pays est dirigé par des gens sans légitimité, pire, par des aventuriers.

Économiquement, les actuels dirigeants peinent à mobiliser un budget conséquent pour ses 70.000.000 d’habitants : à peine 10 milliards de dollars malgré les ressources naturelles énormes ; et pas d’infrastructures dignes de ce nom (bâtiments administratifs publics, routes, chemin de fer,  autoroutes, métro, tram…)

Socialement, le peuple vit dans une misère noire : famine et malnutrition ; chômage à plus de 90%, pas de soins de santé, pas de logement digne, accès insignifiant à l’électricité, à l’eau courante, à l’Internet…

Culturellement, l’échelle de valeurs est totalement renversée : le mal est devenu le bien, le bien est devenu un mal. Règnent en maître, la corruption, l’impunité, le vol, la prostitution, le pillage, le mensonge, le détournement des deniers publics, l’absence de respect du bien public, du bien de l’autre, de l’autre…

La racine du mal ?

  • Le régime de Mobutu dont la faillite avait indirectement ouvert la porte aux envahisseurs rwando-ougandais avec leurs laquais.
  • Le régime de Joseph Kabila, incapable de créer une nouvelle élite et qui s’est rabattu sur des indécrottables mobutistes.

En 2015 et 2016, la RD Congo va organiser des élections à tous les niveaux. Une occasion pour le peuple souverain de se choisir les dirigeants qu’il veut. Mieux, de nettoyer l’arène politique.

Les élections sont-elles la meilleure solution aujourd’hui ?

Voyons ce qui est proposé en alternative :  

Chasser les « imposteurs » par les armes ? Une fois au pouvoir, tôt ou tard on est bien obligé d’organiser les élections. On sait quand une guerre commence, on ne sait pas quand elle prend fin et avec quel bilan en perte de vies humaines. La guerre est une occasion pour tous les vautours qui n’attendent qu’une telle occasion pour dépecer la RD Congo. Les conséquences des pseudo-libérations de l’AFDL et du RCD sont encore là : des millions de morts et des déplacés, des milliers de femmes violées… Et un pillage monstre des ressources du pays par le Rwanda, l’Ouganda, alliés à des multinationales.

La révolution ou la rue ? Tôt ou tard on finit par organiser les élections… Des dérives style somalisation ne sont pas à exclure. Révolution, "soulèvement populaire" avec quel effet déclencheur ?

Les élections ? Un moyen pacifique pour changer de systèmes et d’animateurs.

Les élections de 2015-2016 seront-elles parfaites ? Non. Peuvent-elles être améliorées grâce aux leçons de 2011? Oui.

En face, il y a un régime finissant, impopulaire, coincé par ses propres textes de loi, embrouillé dans ses propres contradictions, avec un grand nombre de membres prêts à fuir le bateau car n’étant là que pour le profit, et donc naturellement disposés à trahir leur « Raïs » pour leurs propres survies.

Dans le camp du changement, y a-t-il des intellectuels et autres stratèges qui sont capables de donner le coup d’estocade ? Oui.

Le peuple congolais lui-même, est-il pour un changement en profondeur du système et des animateurs? Oui.

À titre d’illustration :

  • Une mobilisation et une pression permanentes pour l’enregistrement des nouveaux majeurs sur les listes électorales peut-elle réussir ? Oui.
  • Une réappropriation du processus électoral pour observer les élections, collecter tous les résultats sortis des urnes bureau par bureau, grâce à une mobilisation de la société civile en RD Congo en synergie avec les Congolais vivant à l’étranger est-elle possible ? Oui.

Voilà les vrais enjeux de l’heure pour tout Congolais.

Ainsi, pour les élections 2015-2016, deux choses s’imposent dès à présent:

  1. La mobilisation de toute la population  et plus particulièrement des jeunes. Les 18-25 ans, ceux qui sont nés entre la CNS, conférence nationale souveraine, et l’entrée de l’AFDL doivent militer pour l’avènement d’un autre système, un système dépouillé d’antivaleurs, un système transparent qui met en avant la justice, la vérité, le mérite, la compétence, le travail… Un système capable de leur offrir une meilleure vie, à l’instar de tous les autres jeunes du monde… C’est possible.
  2. Le vote sanction. Durant au moins les dix dernières années, il y a eu à différents niveaux du pouvoir congolais, des individus qui se sont rempli les poches en pillant les caisses de l’état, l’argent de tout le monde. On retrouve ces pilleurs dans la plupart des circonscriptions : Et ils veulent revenir tout gentiment demander le suffrage du peuple pour de nouveau voler et piller ! Faut-il  voter pour ces gestionnaires véreux? Non. Doivent -ils être sanctionnés? Oui. Qui sont-ils ? Il s’agit de certains anciens mobutistes impénitents qui s’étaient de nouveau infiltrés dans l’appareil étatique, et des kabilistes eux-mêmes.

Des mots d’ordre, des slogans de campagnes doivent-ils déjà être élaborés ? Nous pensons que oui.

En 2015-2016, l’éradication du mobutisme et du kabilisme s’impose-t-elle ? Oui car, la RD Congo mérite mieux.

 

Bruxelles, le 6 juillet 2015

Cheik FITA

Billet. RD Congo 2015-2016, éradiquer le mobutisme et le kabilisme
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews

ANNONCES...MESSAGES

 

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens