Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=-J5ObUKrHmw

 

 

 

 

 

http://www.cheikfitanews.net/2017/03/elections-au-rassemblement-temoignage-de-celui-qui-a-pilote-le-processus.html

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=0quPBiMbkpo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=b82o4074eXI&t=72s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=sSkgK9Ux0LA&t=424s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=SoYmgRJwLic

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=V6v6vSD8K8Q&t=9s

Vidéo du slogan-phare des congolais

pour fin mandat de J. Kabila

kabila oyebela

réserve photos du site

Suivez  attentivement cette Vidéo.

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 00:49

 

Peu avant minuit dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 novembre 2015, François Hollande, le Président français a décrété l’état d’urgence et a annoncé la fermeture des frontières françaises, à la suite de plusieurs explosions qui ont fait au moins quarante morts. Les fusillades ont eu lieu autour du stade de France et une prise d’otage a eu lieu au Bataclan, salle d'une capacité de 1.500 personnes.

Voici les lieux où il y a eu des incidents: Rue Bichat, Avenue de la République, Boulevard Voltaire, Rue de Charonne, Le Bataclan, Boulevard de Beaumarchais.

Un conseil de ministre s'est tenu jusque peu avant 1 heure du matin.

Le samedi 14 novembre 2015, les écoles et les universités seront fermées à Paris.

La situation évolue, plus de détails pourraient être données progressivement.

Ci-dessous, le discours du Président Hollande.

 

Source : BFM TV, TF 1, France 24

 

1h29, les sources policières annoncent une centaine de morts au Bataclan

2h00, François Hollande s'exprime au Bataclan

Explosions et morts à Paris, la France ferme ses frontières
Repost 0
Published by Cheik FITA/BFM.TV/FRANCE 24 - dans cheikfitanews
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 08:52

Comme cela est de coutume depuis 2010, une cérémonie d’hommage aux anciens combattants congolais de la première guerre mondiale a eu lieu le mercredi 11 novembre 2015 après-midi  au Square Riga dans la commune de Schaerbeek à Bruxelles.

La commune de Schaerbeek a été représentée par l’échevin Frédéric Nimal alors que du coté de la communauté congolaise de Belgique on a noté la présence du doyen Mbungu Kandamana ainsi de plusieurs mandataires politiques d’origine congolaise.

En ouverture, Georgine Dibua, initiatrice de l’action a circonscrit le sens de la manifestation avant que des discours ne soient prononcés et des chants entonnés. Enfin des gerbes de fleurs ont été déposées.

Au fur et à mesure des commémorations de cette journée, les participants deviennent plus nombreux et des plus jeunes sont progressivement associés.

Belle communion entre le passé et le présent pour un meilleur futur.

Bruxelles, le 12 novembre 2015

Cheik FITA  

 

lire aussi nos reportages des années précédentes.

 

BRUXELLES: HOMMAGE AUX SOLDATS CONGOLAIS DE 14-18

Jeudi 11 novembre 2010, fête de l'armistice de 1918. à Bruxelles, la météo du jour est catastrophique: pluie, vents, froid, risque de tempête. Les médias conseillent à la population de rester à la maison l'après-midi. Malgré cette météo, l'avant-midi,...

11/11/2010

 

BRUXELLES, ARMISTICE. HOMMAGE AUX ANCIENS COMBATTANTS DU CONGO BELGE

Vendredi 11 Novembre 2011 à partir de 15 heures au Square Riga de Bruxelles dans la commune de Schaerbeek, des congolaises et congolais ont rendu hommage aux anciens combattants du Congo belge, morts pour défendre la Belgique et l’Europe durant les deux...

12/11/2011

 

BISO BA CONGOLAIS, LELO TOKAMATI KIGALI

« Nous les soldats congolais, aujourd'hui, nous avons investi la ville de Kigali ! » Ce n’est ni un rêve, ni une fiction. C’est une réalité. Comment? Quand? Depuis quelques années, chaque 11 novembre, des Congolais et amis du Congo se réunissent au square...

14/12/2012

 

Armistice 14-18: Hommage à Bruxelles aux soldats Congolais.

Lundi 11 novembre 2013à 14h30, les associations Bakushinta et COC ont organisé une cérémonie d’hommage à la force publique du Congo-Belge. C’était au monument érigé au Square Riga de la commune de Schaerbeek.Un peu plus d’une centaine de personnes étaient...

12/11/2013

Guerre mondiale 14-18,100 ans. Commémoration à Bruxelles

Dimanche 11 novembre 2014, la Belgique a commémoré les cent ans de la première guerre mondiale. A Bruxelles, le Roi Philippe a déposé une gerbe de fleurs sur la tombe du soldat inconnu, au pied de la colonne du Congrès. Dans l’après-midi, la communauté...

11/11/2014

Bruxelles. Hommage aux anciens Combattants Congolais de la force publique
Bruxelles. Hommage aux anciens Combattants Congolais de la force publique
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 08:39

 

Lors d’une conférence de presse au Brussel Press Club Europe, le mardi 10 novembre 2015, le député congolais Franck Diongo a donné deux pistes pour débloquer le processus électoral congolais ayant selon lui comme principal cause de blocage monsieur Joseph Kabila, actuellement à la tête de la RD Congo.

Le thème de la conférence de presse était : enjeux du processus électoral, facteurs de blocage.

L’essentiel de l’exposé de vingt-quatre minutes a été consacré à démontrer comment le blocage du processus électoral congolais avait un nom : « Joseph Kabila ». Et ce blocage n’était pas le fruit du hasard, mais bien planifié.

En guise d’introduction, monsieur Franck Diongo a rappelé l’origine, la nature et le contexte du processus électoral congolais actuel :  c’est l’accord global et inclusif de Sun City  dont il était signataire.

Le processus électoral actuel est un processus fragile et précaire, parce qu’il est issu d’un compromis politique de l’accord global et inclusif, et c’est le fruit d’un consensus.

Cet accord avait été obtenu dans un contexte de guerre. Et  il  y avait eu pression internationale pour mettre un terme à la guerre, pour organiser des élections.

Ainsi, le blocage du processus électoral actuel s’appelle Kabila. Et les vecteurs du blocage, ce sont les institutions du pays.

Franck Diongo désigne le comportement actuel de l’ensemble des institutions comme étant «L’état contre le peuple ».

Voici quelques illustrations données par l’orateur démontrant  et illustrant comment chaque institution de la république œuvre à la neutralisation du processus électoral et contribue à son  blocage. Les Congolais sont ainsi face à  une action planifiée et organisée. Il ne s’agit pas d’un cas de force majeure.

  1. La CENI, pouvoir organisateur des élections
  1. Le calendrier électoral. Le peuple avait exigé un calendrier global et inclusif, la CENI a donné à la république un calendrier indigeste, irréaliste et inconstitutionnel. Et ce calendrier est aujourd’hui dépassé.
  2. Les élections provinciales. Le calendrier publié par la CENI avait prévu des élections le 25 octobre 2015. Pour participerà ces élections, chaque candidat devait payer 600 dollars. Pour les partis politiques ce montant était exigé par liste. Ainsi à Kinshasa par exemple, un parti qui plaçait des candidats dans toutes les communes, devait débourser plus de 20.000 dollars. Aujourd’hui, la date des élections est déjà passée. De la part de la CENI, pas un mot sur ces élections, pas un mot sur les cautions déposées.
  3. Saisine de la cour constitutionnelle. Suite à l’éclatement des provinces, alors que le calendrier global avait déjà été publié, la CENI programma des élections  des gouverneurs de provinces. Une caution de 3.000 dollars par candidat gouverneur avait été exigée. Ces élections furent reportées deux fois, puis report sine die. La CENI saisit la cour constitutionnelle pour interprétation. Au lieu que soient organisées des élections pour les nouvelles provinces,  la Cour Constitutionnelle va rendre un arrêt illégal  octroyant un pouvoir à l’exécutif de nommer des gouverneurs appelés commissaires spéciaux.
  4. La démission volontaire et programmée des dirigeants de la CENI afin de bloquer la machine.
  1. Le gouvernement.
  1. Il accorde au processus électoral un budget insuffisant.
  2. Il refuse d’exécuter le budget, qui est une loi. On peut ainsi lire à la page 98 du rapport annuel de la CENI. (Non débattu jusqu’ici au parlement) : « Utilisation des fonds reçus pour les députés provinciaux. Montant total : 528 millions de dollars, budget accepté et voté. Le 25 octobre, le gouvernement n’avait décaissé que  45 millions, soit 8,69%.Or la commande des bulletins dure trois à six mois et la CENI  se retrouve avec 92% de son budget non exécuté. Le refus du gouvernement est volontaire.
  3. Absence de sécurisation du pays. Exemple à l’est, des écoles constituent jusqu’à ce jour des bases militaires.
  1. Le parlement.
  1.  Autorité budgétaire, quand le gouvernement apporte un budget insuffisant, le parlement ne décide pas d’accroitre le budget pour la tenue de bonnes élections.
  2.  Il consacre l’impunité, aucun membre du gouvernement n’est sanctionné. 
  3. Il vote des lois qui compliquent le processus électoral. Par exemple, la loi électorale qui avait été votée en janvier 2015 et qui était à la base des émeutes du 19 au janvier n’était nécessaire. Il existait déjà une loi électorale. Il  y eut des morts inutiles.
  1. Les Cours et Tribunaux.

La cour constitutionnelle, n’a pas les compétences d’octroyer des pouvoirs, d’aller au delà des demandes qui sont adressées.

Les autres cours sont instrumentalisées pour : arrêter les défenseurs de Droits de l’Homme, les opposants, les activistes de la société civile, les mouvements de jeunes. Objectif ? Empêcher la prise de conscience des citoyens.

  1. Kabila Président, de la République.

Il a inféodé toutes les institutions.

Pour lui, le pouvoir est héréditaire et militaire : il est pour lui et sa famille.

Alors que pour les Congolais, le processus électoral est là pour choisir les dirigeants, pour Kabila, le processus  est une formalité pour rester au pouvoir.

Comme aujourd’hui tous les textes excluent monsieur Kabila de se présenter aux élections, il n’a plus intérêt à ce qu’il y ait des élections.

Et le dialogue ? C’est une supercherie.

Pour Kabila, voici les objectifs du dialogue :

Trouver un semblant de compromis avec les participants pour trois objectifs principaux :

  • Décider d’une transition de deux à trois ans,
  • Rédiger l’acte constitutionnel de transition,
  • Modifier  l’actuelle constitution de la république pour une nouvelle. Et dans la constitution qu’ils ont déjà rédigée (Parce qu’ils vont suspendre l’actuelle constitution), ils on prévu, un changement du régime politique, ce ne sera plus un régime semi-présidentiel ou semi-parlementaire, ce sera un régime présidentiel, il n’ y aura plus de Premier Ministre. Le mandat du Président va passer de cinq à sept ans. On va supprimer les cinq ans renouvelables une fois, le nombre de mandat sera illimité. Dans la logique de la nouvelle constitution, il sera possible à monsieur Kabila d’être candidat.

Franck Diongo a terminé sa communication par les propositions suivantes.

  1. Le déblocage volontaire : Kabila renonce à rester au pouvoir, à  changer la constitution, à briguer un troisième mandat et s’engage à assurer l’organisation des élections avant fin 2016.
  2. Le déblocage forcé :

Partie 1. Le peuple prend conscience et refuse que le pouvoir soit confisqué par une clique d’individus. Il applique l’article 64 de la constitution…  Cela nécessite la mobilisation, la conscientisation, la sensibilisation tout azimut, la mobilisation des ressources humaines, financières, et médiatiques.

Partie 2. L’implication de la communauté internationale. en 2001, Kabila avait été  imposé aux Congolais sans leur aval. En 2011, la communauté internationale avait  reconnu le hold-up électoral. Elle est en devoir de régler  cette affaire avec la personne imposée. À défaut de convaincre leur homme, la communauté internationale a le devoir d’appuyer le peuple congolais dans son application de l’article 64 de la constitution (Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution.)

La communication de Franck Diongo a été complétée par son collègue Jean-Claude Vuemba durant onze minutes. Celui-ci a épinglé la mainmise de monsieur Joseph Kabila sur les services de sécurité et la police qui sont plus à la solde d’un individu qu’au profit de la nation.

Bruxelles, le 11 novembre 2015

Cheik FITA

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 21:47

Il se définit lui-même comme un libre penseur, entendez : « Personne ayant une attitude qui consiste à refuser tout dogmatisme religieux, philosophique ou autre, et qui  se fie principalement à ses propres expériences et raison pour penser ou juger. ». Mais il a plusieurs casquettes. Huit Mulongo, docteur en Lettres de la Sorbonne à Paris, est professeur à l’Université de Lubumbashi dans l’ex-Katanga, poète romancier, essayiste… Longtemps activiste de la société civile, il a traversé la ligne en allant militer à l’UDPS des années nonante avant de créer son propre parti le CRDD. Il a été Directeur de cabinet de Moïse Katumbi, dernier gouverneur du Katanga.

Sans mettre les gants, mais avec une franchise à vous couper le souffle, il aborde dans l'émission "Le compte à rebours", les problèmes politiques congolais de l’heure : l’identité polémique d’Azarias Ruberwa, ancien Vice-président de la RD Congo sous le régime 1+4, la position de Moïse Katumbi son boss par rapport au respect de la constitution en ce qui est du nombre de mandats présidentiels, tel que prévu par la constitution, la diabolisation dont Katumbi est victime de la part de leurs anciens alliés de la majorité présidentielle, alliés n’ayant comme atout que le talent de crier plus fort que les autres, alors qu’à une époque récente, ils avaient évolué sous la coupe des étrangers qui avaient envahi le pays, avec de milliers de morts à la clé…

"Qui est traitre, ceux qui disent au Président de la République la vérité et veulent lui assurer une fin de mandat honorable, ou ceux qui le poussent à la faute?"

L’émission a été enregistrée fin octobre 2015. Pour des raisons techniques, la mise en ligne n’a pu avoir que le 9 novembre 2015.

 

Bruxelles, le 9 novembre 2015

Cheik FITA

Professeur Huit Mulongo à propos de Ruberwa et du respect de la constitution
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 08:51

Le 28 novembre 2015, le hold-up électoral de 2011 totalisera quatre ans. En même temps, le compte à rebours par rapport à  la fin définitive du pouvoir de monsieur Joseph Kabila ne se comptera plus en années, mois et jours, mais en mois et jours seulement.

Que retenir de ces quatre années ainsi que des dix autres précédentes ? Quel avenir pour la RD Congo pour cette dernière ligne droite ? Nous scruterons cela sous le prisme de la génération 18-33 ans.

On juge un pouvoir par ses réalisations pour la population, pour les citoyens, pour chaque catégorie de citoyens, pour chaque citoyen.

Quel bilan le régime finissant de Joseph Kabila laissera-t-il à la population ?

Ceux qui auront 18 ans en 2016, année des prochaines élections, avaient trois ans quand Joseph Kabila est arrivé au pouvoir.

Ceux qui avaient 18 ans en 2001, en auront 33 en 2016.

Quel regard cette tranche d’âge a-t-elle sur les 15 ans de présence du Raïs à la tête du pays ?

Quel est le parcours moyen de ces enfants qui avaient 3 ans  en 2001 et qui en auront 18 en 2016 ?

À travers toute la république, du nord au sud, de l’est à l’ouest, combien d’entre eux peuvent s’estimer heureux des années 2001-2016 pour ce qui suit :

Une bonne alimentation,

L’accès :

Aux soins de santé

À l’eau potable,

À l’électricité,

À l'école, 

À la sécurité des biens et de soi-même,

Au transport,

À un logement décent,

Aux bienfaits de la technologie,

À la culture et au loisir,

À l’information  et à la formation,

Aux bienfaits de la technologie,

À une vie familiale paisible ?

Celui qui était devenu majeur en 2001, a-t-il réalisé aujourd’hui tous ses rêves, grâce à l’état ? A trente-trois ans, peut-il estimer avoir eu tous les atouts comme tous les jeunes du monde ayant son âge, ou a-t-il l’impression d’être à la traîne ?

Constituant la majeure partie de l’électorat, les 18-33 ans doivent être conscients que leur vote fin 2016 signifiera soit la continuité du système en place, soit une véritable alternance pour donner la chance au plus grand nombre.

Voteront-ils pour le statu quo ou pour le changement ? Pour un changement réel, profond, des hommes, de systèmes et de méthodes de gestion de la res publica?

Compte tenu de leurs aspirations et de la vie de galère leur imposée, ils n’ont qu’un choix : voter pour le changement, la rupture.

Doivent-ils attendre le jour du vote pour prendre conscience de leur pouvoir ?

À près de 12 mois des échéances, pour tous les jeunes de 18 à 33ans, l’heure est venue de se mobiliser, de mobiliser.

C’est maintenant 12 mois avant le jour du scrutin, que les 18-33 ans, doivent prendre toutes les précautions pour sanctionner ceux qui durant 15 ans ont privatisé l’état à leur profit, insensibles à la misère des autres, à la misère du plus grand nombre.

Dans tous les quartiers, dans toutes les communes, dans toutes les villes, dans toutes les provinces, les 18-33 ans sont en devoir de dresser le bilan de  tout le système Kabila et de chacun de ses apparatchiks, d’en débattre et d’en évaluer l’impact.

L’heure est venue de surveiller la marche du pays pour les douze mois restants, en détectant et en dénonçant très tôt toute tentative, toute manœuvre des actuels dirigeants visant à se cramponner au pouvoir.

L’heure est venue pour se positionner très clairement dans un des deux camps, ou celui du changement et de la rupture avec la mauvaise gouvernance, ou celui du statu quo, de la fuite en avant.

Quinze ans de pouvoir s’évaluent en termes de milliers de kilomètres de routes et de chemin de fer, d’hôpitaux, d’écoles, de bourses d’études, d’habitations pour la population,  d’emplois créés…

Durant 15 ans, la population, qu’a-t-elle vue de tout cela ? Rien !

Par contre, durant quinze ans, les tenants du pouvoir se sont engraissés en pillant le pays, en bradant ses richesses et en clochardisant la population. Devraient-ils encore rester à la tête du pays après fin 2016 ?

Non. Car, cela signifierait que ce serait la porte ouverte à 15 nouvelles années de galère, d’injustice, de mépris du plus grand nombre. Un véritable danger.

Et le danger c’est ceci :

Ceux qui auront 33 ans en 2016, en auront presque cinquante, quinze ans après. Ils auront ainsi raté leur vie,  comme ceux qui ont 50 ans aujourd’hui ont raté la leur. Il  y a quinze ans, ils n’en avaient que 35, ils croyaient encore. Aujourd’hui, ils déchantent.

La génération 18-33 ans ne doit pas se faire d’illusion face aux éventuels discours mielleux de ceux qui veulent se cramponner. Non. La génération 18-33 ans doit se mobiliser et mobiliser toute son énergie, toute sa créativité pour que 2016, soit l’année de la rupture avec la bêtise, l’égoïsme et l’aventurisme dans la gestion de l’état, du bien commun, par une caste, pour une caste, contre le plus grand nombre.

Que dans les quartiers, les classes terminales du secondaire, les instituts supérieurs et les universités naissent pour  les 18-33 ans, des groupes d’échange et de réflexions; que tous ces milliers de groupes se mettent en réseaux. Que dans chaque groupe il y ait présence de différents profils et complémentarité.

Que dans les conversations de tous les jours, l’enjeu fin 2016 et l’état de la nation soient des sujets permanents de discussions et d’échanges dans les domaines suivants : politiques, économiques, sociaux et culturels.

Il est vrai, « Le pouvoir appartient au peuple ». Mais il n’y a qu’un jour par cycle de quatre ou cinq ans durant lequel le peuple a l’occasion de s’exprimer, c’est le jour des élections.

Lors des expériences précédentes, le peuple congolais a été floué. En tirant les leçons du passé, dès aujourd’hui, le peuple congolais doit déjà préparer ce prochain grand jour.

Et ce grand jour, le jour de l’élection, les 18-33 ans devront rester vigilents et collecter les résultats de tous les bureaux de vote à travers tout le pays, les rendre publics, et les protéger.

Avant d’y arriver, dès maintenant, la pression sur les gouvernants doit commencer.

La première pression, c’est de les obliger immédiatement :

  1. À promulguer le calendrier électoral,
  2. À commencer l’enregistrement des électeurs.

Oui, « Ngonga ebeti ». L’heure est venue, l'heure a sonné.

 

Bruxelles, le 9 novembre 2015

Cheik FITA

 

 

RD Congo 2001-2016. Génération 18-33 ans, gagnante ou perdante?
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 09:43

NPM: le TP Mazembe de Lubumbashi. Source: http://www.tpmazembe.com/ 

 

Dimanche 8 novembre 2015, la ville congolaise de Lubumbashi sera la capitale        africaine du football avec le match retour de la finale de la ligue des champions de la CAF, Confédération africaine de football : TP Mazembe-USM d’Alger.

Au match aller à Alger, l’équipe congolaise avait gagné par 1-2.

Plusieurs sites Internet proposent la retransmission en direct de ce match, dont voici quelques uns :

 

http://de.vox.ulule.com/live-usm-alger-vs-tp-mazembe-en-direct-streaming-tv-lien-gratuit-regarder-ldc-match-finale-8-novembre-2015-11075/

 

http://fr.starafrica.com/football/ldc-orange-finale-en-direct-live-tp-mazembe-usm-alger.html

 

http://www.radiookapi.net/page/ecouter-en-ligne

http://www.chaines2kin.com/2015/03/streaming-rtnc-en-direct-de-kinshasa.html

 

ILCB

NOTA BENE

Mazembe vient de gagner la coupe par 2 buts à zéro: 

Samatta par penalty à la 74ème minute

et Assale à la 90ème minute

Félicitations au club, aux joueurs et à ses dirigeants

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 08:52

Etienne Tshisekedi et François Lumumba. Photo: Cheik FITA

Paul Nsapu et Etienne Tshisekedi. Photo: Cheik FITA 

François Lumumba, fils du héros national Congolais Patrice Lumumba et Paul Nsapu Secrétaire Général de la FIDH ont été tour à tour reçus par Monsieur Étienne Tshisekedi dans son bureau de travail à Bruxelles, le jeudi 5 novembre 2015 en début de soirée.

Lors de ces deux audiences, les problèmes politiques congolais de l’heure ont été abordés :

  • Le processus électoral actuel avec ses couacs, et ses signaux négatifs émis par les gens au pouvoir,
  • Le respect de la constitution ainsi que ses délais butoirs, dont la fin constitutionnelle du deuxième et dernier mandat du Président actuel, Joseph Kabila.
  • La nécessité d’un consensus politique pour baliser le processus électoral en cours,
  • Le contour et les précautions pour un dialogue que certains souhaitent et dont d’autres se méfient, compte tenu de la mauvaise foi légendaire des gens actuellement au pouvoir.
  • La nécessité de la refonte de la CENI, Commission Electorale Nationale Indépendante actuellement décapitée et qui doit être recomposée et adaptée aux réalités sociopolitiques du pays.

François Lumumba a insisté sur le fait qu’il est impérieux de définir les règles de jeu avant les élections. Fils du tout Premier Ministre congolais, et Président du MNC/Lumumba, François Lumumba baigne dans la politique depuis l’enfance. Sera-t-il candidat aux prochaines législatives ? « Nous le dirons en temps opportun, mais nous  nous y préparons. »

Avec Paul Nsapu, monsieur Tshisekedi a abordé deux points supplémentaires : la situation des Droits de l’Homme en RD Congo ainsi que le rôle de la société civile. Il y a eu convergence sur les points suivants : les détenus politiques et les membres de la société civile actuellement écroués dans les geôles du pouvoir doivent nécessairement être libérés. Et la société civile doit être le gendarme du processus électoral : avant, pendant et après les élections.

 

Bruxelles, le 6  novembre 2015

Cheik FITA

François Lumumba et Paul Nsapu reçus par Etienne Tshisekedi
François Lumumba et Paul Nsapu reçus par Etienne Tshisekedi
François Lumumba et Paul Nsapu reçus par Etienne Tshisekedi
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 23:01

En ce début du mois de novembre 2015, plusieurs médias de Kinshasa ont annoncé la présence à Kinshasa des délégués de monsieur Étienne Tshisekedi allés dit-on rencontrer monsieur Joseph Kabila pour baliser le dialogue en gestation.

« Faux », a affirmé monsieur Bruno Tshibala, Secrétaire Général Adjoint et porte-parole de l’UDPS actuellement en séjour à Bruxelles, lors d’un entretien qu’il a accepté de nous accorder.

Il a plutôt donné les précisions suivantes : « Actuellement, il y a à Kinshasa la présence de Mr Said Djinnit envoyé spécial de l'ONU pour la Région des Grands Lacs. Il essaie de finaliser la facilitation de la communauté internationale pour le dialogue. Après il est possible qu’il se rende à Bruxelles afin de rencontrer le Président Tshisekedi. »

« Nous nous réjouissons plutôt du fait que monsieur Joseph Kabila prend au sérieux notre ultimatum. »

Quant à la présence éventuelle des envoyés de Mr Tshisekedi à Kinshasa pour rencontrer le Président Joseph Kabila, le porte-parole de l’UDPS a été tranchant: « C’est une fausse information. » Et il ajoutera :

« Il est vrai qu’un proche de monsieur Tshisekedi est à Kinshasa, mais c’est pour des raisons tout à fait familiales. Quant à un autre haut cadre tout aussi proche du Président Tshisekedi, il est à Kin pour des raisons professionnelles qui n’ont rien à voir avec la politique ».

Durant l’entretien, monsieur Bruno Tshibala a également commenté l’actualité de heure : la « décapitation» de la CENI, la nomination des commissaires spéciaux.

Pour le porte-parole de l’UDPS, tout cela n’est que fuite en avant.

Convaincu et il terminé par « A l’issue du processus électoral, l’UDPS accédera au pouvoir et appliquera son programme centré sur les aspirations profondes du peuple Congolais.

 

Bruxelles, le 4 novembre 2015

Cheik FITA

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 06:41
Repost 0
Published by Cheik FITA
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 09:58

 

 

 

NPM: Cheik FITA , Jean-Claude Vuemba et Paul Nsapu, au quartier Matonge de Bruxelles

Dans le cadre de son émission « Le compte à rebours », l’Info en Ligne des Congolais de Belgique a reçu monsieur Paul Nsapu, Secrétaire Général de la FIDH. Celui-ci a lancé une véritable alerte à l’intention du peuple congolais : « Le pouvoir de monsieur Kabila mène la RD Congo vers le mur, vers l’implosion ».

Durant les dernières semaines, monsieur Paul Nsapu a été à l’ONU où il  a  entre autres participé à plusieurs séances de travail concernant les pays africains ayant des processus électoraux à problème : Rwanda, Burundi, Congo Brazzaville, RD Congo, Burkina Faso…

C’est riche de toutes ces séances et de bien d’autres informations en sa possession qu’il a parlé du processus électoral en RD Congo : une pétaudière.

Pour illustrer ses propos, il a cité plusieurs stratagèmes du pouvoir finissant :

  • La caporalisation de la CENI, Commission Electorale Nationale Indépendante,  en lui enjoignant de publier un calendrier électoral irréaliste et budgétivore,
  • Le sabordement de la même CENI en ne lui procurant pas les moyens financiers nécessaires pour l’organisation des élections,
  • Le manque de volonté pour organiser un réel dialogue avec les autres forces politiques et sociales du pays, afin de baliser le processus électoral; à ce jour le régime traîne toujours les pieds.
  • La mise en place à la tête de nouvelles provinces de dirigeants non élus, au mépris de la constitution,
  •  La réactivation du bourbier de l’Est avec la complicité de certains pays voisins pour faire croire que monsieur Joseph Kabila est la  personne utile pour la paix,
  • La diabolisation des frondeurs qui ont quitté le navire kabiliste pour avoir émis un son de cloche différent. « Si ceux qui son partis sont des diables avec des queues, ceux qui sont restés ont alors de queues plus longues, parce qu’ayant été ensemble pour détruire le pays »,
  • Les tentatives d’infiltration de l’opposition et des mouvements sociaux,
  • Les violations massives des Droits de l’Homme, les personnalités les plus en vue du régime se comportant en véritables modèles négatifs pour le respect des Droits de l’Homme,

Monsieur Paul Nsapu lâchera : « Ce que craint monsieur Joseph Kabila, c’est la fin de l’immunité, une fois en dehors du pouvoir… Que ceux qui veulent retourner leurs vestes le fassent, il n’est jamais trop tard pour se mettre derrière le peuple et ses aspirations ».

Lors de l’émission, il a également été question du rôle de la société civile dans le processus électoral en RD Congo car, véritable pierre angulaire du combat pour le changement.

« La société civile congolaise a beaucoup régressé dans son ensemble. Il n’y a plus des stratèges pour entretenir la population avant, pendant et après les grands moments politiques de la nation… Comme durant un processus électoral. »

C’est une des raisons pour lesquelles Paul Nsapu a été un des initiateurs de la plateforme « Antenne monde de la société civile de la RD Congo ». «Avec d’autres initiatives des compatriotes vivant à l’étranger, cette plateforme est un moyen important de contrecarrer les manœuvres du pouvoir tendant à organiser des élections dans le flou le plus total. Il y a urgence de créer des synergies, mais qu’il y ait plus d’engagements de la part des Congolais.»

Au vu des stratagèmes du clan Kabila pour se maintenir au pouvoir quitte à bouter le feu à la Nation, Paul Nsapu a conclu l’émission par cet appel : « Peuple Congolais, mettons-nous debout dès maintenant ! »

 

Bruxelles, le 1er novembre 2015

Cheik FITA

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews

ANNONCES...MESSAGES

 

Lu pour vous, A propos de la surfacturation du passeport congolais, cri d'une victime de l'arnaque: 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens