Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=-J5ObUKrHmw

 

 

 

 

 

http://www.cheikfitanews.net/2017/03/elections-au-rassemblement-temoignage-de-celui-qui-a-pilote-le-processus.html

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=0quPBiMbkpo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=b82o4074eXI&t=72s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=sSkgK9Ux0LA&t=424s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=SoYmgRJwLic

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=V6v6vSD8K8Q&t=9s

Vidéo du slogan-phare des congolais

pour fin mandat de J. Kabila

kabila oyebela

réserve photos du site

Suivez  attentivement cette Vidéo.

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 11:58

Le professeur de droit belgo-congolais Mukadi Bonyi est décédé le vendredi  6 février 2015 à la clinique Ngaliema de Kinshasa à la suite d’une très courte maladie.

Né le 1er novembre 1948 à Luebo, Mukadi Bonyi enseignait à l’université de Kinshasa  après une thèse à l’Université catholique de Louvain. Il a dirigé le département de droit privé et de droit procédural. Il a été avocat à la cour suprême de justice.

Mukadi Bonyi a écrit plusieurs ouvrages de droit dont :

  • Droit du travail ( ISBN n° 99951-612-3-0 Bruxelles 2008, 744 p. )
  • Projet de Constitution de la République démocratique du Congo. Plaidoyer pour une relecture  (ISBN 99951-612-1-4, Kinshasa 2005, 94 p.)
  • Cinquante ans de législation post-coloniale au Congo-Zaïre: quel bilan?  (en collaboration avec : N. Kabasele Kabasele, N. Manatshitu Bile Mputu, Mukadi Bonyi Jr., S. Ntumba Kabeya. ISBN n° 99951-612-7-3, Bruxelles 2010, 720 p.) 
  • La pensée juridique du procureur général Léon Kengo wa Dondo (754 pages, 2014)

Les funérailles du  professeur Mukadi Bonyi auront lieu en Belgique dans la ville de Renaix. En attendant le retour du corps du défunt, sa famille peut être consolée  à l'adresse suivante : Salle Tennis-club Ronse, Spinsterstraat 115, Rue des Fileuses B-9600 Renaix/Ronse à partir du vendredi 13.02.0214 (dès 18h00.)

 

Bruxelles, le 9 février 2015

Cheik FITA

 

à lire aussi : Révision constitutionnelle en RD Congo. Évariste Boshab surgit sept ans après Mukadi Bonyi

lien : 

http://www.cheikfitanews.net/article-revision-constitutionnelle-en-rd-congo-evariste-boshab-surgit-sept-ans-apres-mukadi-bonyi-119531131.html 

PROGRAMME DES OBSÈQUES DU PROFESSEUR MUKADI BONYI

Vendredi 20 février 2015
Recueillement de 15h à 18h
Funérarium BQ
20 rue du Poivre/Peperstraat
9600 Renaix/Ronse

Vendredi 20 février 2015
Mise en bière 18h00 Funérarium BQ
20 rue du Poivre/Peperstraat
9600 Renaix/Ronse

Numéro d’appel gratuit : 0800 92 390

Pour consoler la famille :

Vendredi 20 février 2015 à 18h
Salle Tennis Club Park
117 rue des Fileuses/Spinsterstraat
9600 Renaix/Ronse

Samedi 21 février 2015
Messe à 11h00
Église Saint-Martin
Place de l’Église
9600 Renaix

Inhumation à 12h30
Cimetière de Renaix
Hogerlucht–Ommegangstraat

Verre de consolation
à partir de 14h
Salle Tennis Club Park
117 rue des Fileuses/Spinsterstraat
9600 Renaix/Ronse

Coordonnées de contact : Famille MUKADI BONYI

12, Rue d’Ath, B-96 Renaix/Ronse

Tél : 00 (32) 55 45 79 42

Gsm : 00 (32) 472 631 609
Email : mukadibonyijr@gmail.com 

 

Décès à Kinshasa du professeur de droit Mukadi Bonyi
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 23:36

En fin de soirée du dimanche 8 février 2015, un communiqué de la famille de Christopher Ngoyi Mutamba, est parvenue à notre rédaction concernant le sort de celui-ci. Depuis son enlèvement par la garde présidentielle le 21 janvier 2015, personne ne l'a vu.

Contrairement aux déclarations de monsieur Mende porte-parole du gouvernement de Kinshasa, la famille de monsieur Ngoyi Christopher s’inscrit en faux par rapport aux propos du ministre congolais.

À ce jour, aucun membre de la famille de Christopher Ngoyi n’a pu le voir. Pire, l’endroit où il est détenu reste inconnu. Des questions inquiétantes commencent même à se poser quand on connaît le sort que le régime de monsieur Kabila réserve à différentes personnes enlevées dans les mêmes conditions.

Ci-dessous, le communiqué de la famille ainsi que les liens d’organisations internationales qui sont tout aussi préoccupées par le sort de monsieur Christopher Ngoyi.

Bruxelles, le 8 février 2015

Cheik FITA

 

            COMMUNIQUE DE LA FAMILLE DE Christopher NGOYI

Nous,  la famille biologique de Monsieur Christopher NGOYI MUTAMBA, faisant suite à la déclaration du Ministre de la communication de la République Démocratique du Congo, Monsieur Lambert MENDE,  dans la quelle il a prétendu ce Jeudi 05 Février 2015 que Monsieur Christopher recevait la visite de sa famille ainsi que celle de ses conseils, nous venons rassurer l’opinion publique sur la fausseté de cette déclaration.

En effet, depuis son enlèvement le Mercredi 21 janvier 2015, nous n’avons aucune nouvelle de lui. Toutes les démarches que nous avons entreprises en vue de pouvoir le retrouver sont restées vaines. Contrairement à ce que dit Monsieur Lambert MENDE, nous persistons à considérer qu’il s’agit bel et bien d’un enlèvement et non d’une arrestation car aucune révélation précise sur son lieu de détention et sur la procédure judiciaire suivie jusqu’à ce jour n’a pu nous être livrée, et ce, en violation des dispositions des articles 18  et 19 de la Constitution de notre pays. Nous attirons donc l’attention de tous sur le fait que, plus les jours passent, plus notre inquiétude s’amplifie, car, malgré moult promesses du gouvernement de déférer Monsieur Christopher devant le parquet ou devant son juge, rien de tel n’a eu lieu et nous comptons jour pour jour 2 semaines et 4 jours depuis son enlèvement. Les questions que nous nous posons sont : « est-il toujours en vie ? Si oui, où est-il détenu? Dans quelles conditions est-il détenu ? Quel est son état de santé ? Que craint réellement le gouvernement en refusant de rendre public son lieu de détention et qu’il puisse recevoir la visite des membres de sa famille et de ses conseils ? Est-il victime de tortures ? Quelle est la procédure judiciaire initiée contre lui à ce jour et devant quelle autorité judiciaire ?» Toutes ces questions demeurent sans réponses.

Voilà pourquoi nous pensons que la situation est loin d’être négligeable, c’est pourquoi, tout en saluant les efforts consentis dans cette démarche par la communauté tant nationale qu’internationale des Défenseurs des Droits Humains ainsi que par toute personne épris de sentiment de justice et de démocratie, nous les appelons à redoubler d’effort et maintenir la pression sur le gouvernement Congolais jusqu’à ce que Christopher NGOYI MUTAMBA soit retrouvé et rétablit dans ses droits en tant que citoyen Congolais.

Fait à Kinshasa le 08 Février 2015

Pour la famille de Christopher NGOYI MUTAMBA

Maître Patrick NTAMBWE NGOYI, son fils aîné.

Tél : +243994010980 ; email : patrickntangoy@hotmail.fr

 

communication du CNCD

http://www.cncd.be/RD-Congo-detention-de-Christopher

http://www.amnesty.be/doc/s-informer/actualites-2/article/rdc-petition-en-faveur-de

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 11:35

2015 et 2016 sont deux années charnières pour le changement d’animateurs de différentes institutions politiques en RD Congo avec les élections à tous les niveaux. Les frustrations engendrées par le hold-up électoral de 2011 sont telles que la plupart des citoyens congolais sont devenus très vigilants par rapport à la marche du pays.

Toutes les attitudes, tous les propos des gens du pouvoir sont analysés sous toutes les coutures. Monsieur Mende, porte-parole du pouvoir de Kinshasa a fait une communication devant la presse, le vendredi 6 février 2015 sur certains sujets d’actualité à savoir : la participation des Léopards à la coupe d’Afrique des Nations en Guinée Equatoriale, les manifestations de la population contre la loi Boshab ainsi que la situation sécuritaire à l’est du pays.

À chacun de juger si ces déclarations sont conformes aux faits, ou sont partisanes.

Bruxelles, le 8 février 2015

Cheik FITA

 

DOCUMENT

POINT DE PRESSE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET MEDIAS,

PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT

JEUDI 05 FÉVRIER 2015

 

I. Les exploits de notre équipe nationale


Pour des raisons chronologiques, j’ouvrirai cet entretien en associant la voix du Gouvernement de la République à celles des Congolaises et des Congolais, toutes tendances confondues, qui saluent avec un grand enthousiasme les exploits des vaillants joueurs de notre équipe nationale de football, les Léopards. Les Léopards qui se sont distingués comme jamais au cours de ces dernières années en faisant irruption à la demi-finale de la CAN 2015 en Guinée Équatoriale. La joie exprimée à l’intérieur du territoire national et dans la diaspora congolaise à l’étranger témoigne de l’unité de cette nation que personne ne réussira à mettre à mal. Le Chef de l'Etat qui a fait le déplacement de Bata pour les encourager a traduit à cet égard l'attention, la motivation et la détermination du peuple congolais tout entier à soutenir ces jeunes qui ont « mouillé le maillot » pour la patrie.

Certes, notre onze national s’est incliné lors de la demi-finale face aux Ivoiriens mercredi. C’est la loi du sport. Retenons pour la postérité les belles prouesses de cette équipe en pleine reconstitution que peu de gens attendaient à ce niveau de la compétition. Mention spéciale à l’entraineur Florent Imbenge qui a administré la preuve que le talent dans ce domaine n’est pas exclusivement étranger. Le Gouvernement estime que les Léopards méritent tous nos encouragements pour que leur montée en puissance, inédite depuis 1998, soit linéaire.

II. La loi électorale et les événements des 19 et 20 janvier 2015

La session extraordinaire du Parlement de janvier avait eu, à examiner un projet de modification de la loi électorale présenté par le Gouvernement. Ce projet a fait l'objet d'une manipulation politicienne délibérée qui a débouché sur les événements malheureux ayant entraîné morts d’hommes, pillages et destructions de biens publics et privés. Nous déplorons et condamnons tous les actes criminels commis sous le couvert des manifestations des 19 et 20 janvier derniers et que certains osent revendiquer comme une victoire de leur cause. On a même entendu un évêque plaider pour l’impunité en demandant le plus sérieusement du monde que cessent les poursuites judiciaires à l’encontre des auteurs de ces actes ignobles. Trop c’est trop. Il nous revient maintenant de faire le point. Dressons pour commencer l’état des lieux sur cette prestation institutionnelle que des exaltés ont vainement tenté de museler.

Les scrutins de 2006 et 2011 avaient donné lieu à des controverses et des critiques aussi bien de la Majorité que de l’Opposition en raison des dysfonctionnements observés dans le processus électoral ainsi que dans la loi électorale en vigueur. Afin d'y apporter des réponses adéquates et ainsi renforcer l'effectivité du droit de vote et mieux garantir la vérité des urnes, le Gouvernement a déposé au Parlement le 05 janvier 2015 un projet de loi modifiant et complétant la loi n°06/006 du 09 mars 2006 telle que modifiée par la loi n°11/003 du 25 juin 2011 portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales.

Ce projet de loi a intégré l’ensemble des observations enregistrées à ce propos de part et d’autre et particulièrement la nécessité de prendre en compte les données démographiques actualisées pour la répartition des sièges de représentants à tous les niveaux. Il n’est pas inutile de noter que cette préoccupation avait été ramenée à la surface par les ténors de l’opposition qui en attribuent fallacieusement l’initiative à la Majorité Présidentielle.

On sait que ces acteurs politiques et leurs affidés embusqués dans des organisations de la société civile ayant pignon sur rue se sont déchainés pour faire croire à l’opinion que le projet gouvernemental stipulait à l’alinéa 3 de son article 8 le conditionnement de l'élection présidentielle à la fin du recensement administratif de la population. Une initiative de pure mauvaise foi, certains d’entre eux ne s’étant même pas donné la peine de lire le texte du projet qui ne contenait ni le mot « recensement », ni le terme « conditionnalité ».  Mais ils s’étaient jurés d’obtenir le retrait pur et simple du calendrier des travaux parlementaires. Comme si la Nation était devenue leur patrimoine privé !

On comprend que les intellectuels et les médias qui se veulent crédibles n'aient pas jugé bon de discuter outre mesure l’argumentaire irrationnel des détracteurs du Gouvernement. En effet, nul ne peut logiquement envisager la fin du recensement administratif d’une population qui implique notamment l’enregistrement des naissances, des passages à l’âge adulte, du mouvement de la population, des décès etc. qui en constituent la substance. Il est impossible de projeter concrètement cette fameuse fin du recensement administratif dont il n’existe du reste aucune trace dans les deux phrases querellées du projet de loi querellé. La fin du recensement administratif équivaudrait à la non existence de l'Etat congolais qui entraînerait ‘ipso facto’ la cessation de l’enregistrement des données démographiques par ses services. À moins qu’il ne s’agisse de la fin du monde avec comme conséquences qu’il n’y aurait plus ni naissance, ni mouvement de populations, ni décès à enregistrer… Une pure aberration.

Ce gros mensonge a pourtant justifié une manifestation transformé en émeutes et en pillages qui se sont soldés par des morts alors que dans l’esprit des auteurs du projet, ce passage incriminé n’était qu’une invitation à l'autorité chargée des élections à tenir compte des données démographiques pour plus d'équité dans la répartition des sièges s'agissant notamment des élections législatives. Une banale réalité courante dans tous les pays démocratiques. À ce premier mensonge est venu s’ajouter un autre : celui de l’évêque dont nous venons de parler qui a déclaré sur Rfi que la CENI était l’initiateur du projet de loi modifiant la loi électorale. Pourtant la constitution (article 130) ne reconnaît l’initiative des qu’au Gouvernement, à chaque député et à chaque sénateur.

Aujourd'hui, avec un peu de recul, quelques messages et quelques leçons doivent être tirés individuellement et collectivement de ces événements. Pour le Gouvernement, les dialectiques sur ces matières n’ont leur place que dans le cadre institutionnel et pas dans la rue.

Au demeurant, c’est au sein du parlement et pas ailleurs que la solution qui a apaisé tout le monde a été trouvée. On peut donc se poser la question des motivations réelles de ceux

ont voulu bloquer le parlement.

Contrairement à ce qui avait été dit peu auparavant, la Majorité a jugé bon de retirer l’alinéa 3 de l’article 8 querellée du projet afin d’en finir avec  les polémiques inutiles et le procès d'intention qui lui  était délibérément intenté de vouloir un glissement du calendrier électoral. Ce retrait pur et simple est la démonstration que telle n'était pas la visée de cette Majorité.

Le gouvernement déplore la manière dont une certaine presse périphérique a rendu compte de ces événements, laquelle tendait littéralement à mettre de l'huile sur le feu en relayant avec une étonnante complaisance les rumeurs les plus folles dont on connaît le potentiel déstabilisateur dans le contexte d'une culture de l'oralité comme la nôtre. L’Etat congolais ne restera pas les bras croisés devant la répétition de tels actes hostiles. C’est ce que le Gouvernement m’a chargé d‘aller expliquer aux responsables de ces médias à Paris où j’ai séjourné du 26 au 31 janvier. J’ai indiqué à mes interlocuteurs que la liberté de la presse est garantie dans notre pays, mais qu’elle n'exonère pas du devoir de responsabilité et de l’exigence d'objectivité.

Mais il y a plus grave : C’est l’usage qui a été fait des réseaux sociaux par la frange dite radicale de l’opposition des troubles des 19 et 20 janvier et leurs affidés lors des événements des 19 et 20 janvier. La chaine française France 24 elle-même a dénoncé les faits dans un article intitulé « Désintox : ceci n’est pas la révolte congolaise » et dont la substance va vous être distribuée.

Vous y découvrirez comment les auteurs des troubles que nous déplorons ont utilisé le mensonge au-delà de tout entendement pour embraser le pays. Pour cela, ils ont posté sur la toile des fausses images de prétendues atrocités commises par nos forces de sécurité ou par des manifestants à Kinshasa le 19 ou le 20 janvier  alors qu’en réalité il s’agissait de photos prises à Haïti, aux Seychelles, au Congo Brazzaville ou au Burkina Faso et affichées sur internet depuis longtemps.

C’est avec ces montages grossiers que quelques uns de nos compatriotes notamment à Cologne en Allemagne ont manifesté contre notre Gouvernement pour dénoncer ces atrocités complètement imaginaires. (Cfr. images).

Lorsque les réseaux sociaux n'ont plus rien de social et sont au contraire ainsi instrumentalisés pour attenter à la paix et à la sécurité, il appartient à tous les Congolais, le Gouvernement en premier, de prendre leurs responsabilités pour éviter le pire. C'est la raison pour laquelle nous avons pris des mesures conservatoires d’interruption momentanée de ces services, ce qui a perturbé les espaces numériques. Le Gouvernement est désolé pour les inconvénients causés aux utilisateurs de ces nouvelles technologies autres mais il est évident qu’il ne pouvait agir autrement car les images trafiquées récupérées des archives d’autres pays voire même d’une série télévisée que l’on a balancé sur les réseaux sociaux pouvaient alimenter une véritable guerre civile chez nous. L’intérêt national exige de lutter sans répit pour l’éradication de ces pratiques criminelles.

Au sujet du douloureux chapitre du bilan humain de ces événements, quelques ONGs de droits de l'Homme dont les prestations sont de plus en plus questionnables au regard de leurs objectifs déclarés rivalisent dans la surenchère pour en dresser la comptabilité macabre la plus lourde, à partir de Kinshasa ou de Paris. Certaines ont annoncé une centaine de morts, la FIDH à Paris avançait non sans une certaine délectation le nombre de 42 tués, suivie presque immédiatement par Human Rights Watch qui ramènera ensuite ce nombre à 36 tués. Un prêtre de l’archidiocèse de Kinshasa s’est permis d’annoncer au cours d’une messe de suffrage pour « 49 personnes tuées » sans les citer comme il est d’usage en pareilles cérémonies religieuses.

Après avoir annoncé 14 morts dont un policier, le Gouvernement qui vient de rassembler des données qui ne lui étaient pas disponibles doit en toute responsabilité revoir à la hausse le nombre de personnes décédées lors de ces tristes événements qui sont estimées aujourd’hui à 27 tués dont 4 à Goma. Deux policiers figurent parmi les victimes. Le deuxième est mort très récemment de ses blessures.

Les identités vérifiables des victimes seront portées à la connaissance du public par les autorités judiciaires qui conduisent une enquête officielle sur ces événements avant l’organisation des obsèques qui seront organisées ensemble avec les familles éprouvées.

Près d’un demi-millier de personnes ont été interpellées par la police dans diverses circonstances au cours des événements. Quelques 130 d’entre eux dont des étudiants et des adolescents mineurs d’âge ont été remis en liberté. 12 malades ont été transférés à l’hôpital et 49 mineurs mis à la disposition du juge des enfants.

Les cours et tribunaux ont entrepris sans désemparer une procédure en flagrance et les premières condamnations ont été déjà prononcées.  

On a eu droit ces derniers temps à une avalanche d’abus de langage au fur et à mesure que les auteurs intellectuels des actes criminels constatés en marge des manifestations des 19 et 20 janvier. Ainsi, en lieu et place d'arrestations, on parle d'enlèvements ou de disparitions. Dans le même temps, on se livre à des attaques en règle contre nos Cours et Tribunaux que l'on veut soumettre à la volonté de quelques individus et de leurs intérêts, égoïstes, oubliant que la fragilisation de ces institutions équivaut à scier la planche sur laquelle notre démocratie est assise. C’est le lieu de rappeler que la justice n’a pas à être autorisée par qui que ce soit pour décider du moment où elle doit convoquer un justiciable pour l’entendre, ni demander notre avis concernant la nature des décisions qu’elle doit rendre. Par ailleurs, le fait de militer dans un parti politique ou une ONG ne confère pas une immunité judiciaire. Elle ne doit pas constituer un prétexte pour se soustraire à la justice ou revendiquer l'impunité pour des faits aussi graves que le pillage ciblé et téléguidé des biens appartenant à la Nation ou à autrui.

Nous devons déplorer les destructions bêtes et méchantes des investissements chinois avaient pour but de remettre en cause tous les efforts fournis pour améliorer le climat des affaires dans un pays encore fragile. Nous tenons à rassurer nos partenaires Chinois et leur redisons qu'ils ont eu raison de faire confiance à notre pays pour leurs investissements. N’oublions jamais que la Chine est un partenaire majeur de notre pays qui est venu en RDC pour soutenir sa reconstruction au moment où les autres nous tournaient le dos. Nous devons décourager ceux d’entre nous qui veulent faire de nous les éternelles victimes de la l’interminable guerre commerciale que se livrent les grandes puissances extra continentales. Il ne faut pas que notre pays soit estampillé "pays des pillages" au risque de décourager les investisseurs.

C'est l'occasion de féliciter nos forces de police dont la montée en puissance et le savoir-faire ont permis de limiter les dégâts et d'éviter une véritable guerre civile.

III. La traque des groupes armés et terroristes étrangers

Les FARDC ont lancé depuis le jeudi 29 janvier dernier, l'offensive militaire baptisée Sukola 2 contre les FDLR après l'expiration de l'ultimatum qui a été adressé aussi bien par notre Président que par la CIRGL à ces forces négatives après l'échec du processus de leur désarmement volontaire.
D'aucuns s'en félicitent pendant que d'autres se mettent à épiloguer autour de l'initiative "unilatérale" prise par les FARDC de lancer ces opérations sans le soutien, du moins pour l'instant, des forces internationales. La RDC n’a pas refusé l'appui de nos partenaires mais il s’agit de la traduction du devoir premier des FARDC de défendre en première ligne le territoire national et de mettre fin aux exactions, aux pillages de nos ressources naturelles et à l'insécurité orchestrés depuis des décennies dans l'Est du pays par ces rebelles rwandais qui ont vocation à l’instar d’autres forces négatives comme l’ADF à disparaître définitivement et inconditionnellement de notre pays.

Les railleries de la part de ceux qui, sans titre ni qualité, s'invitent dans un débat éminemment complexe, ne sont guère justifiées. Ces pseudo spécialistes oublient un peu vite que ce sont des Congolais qui sont décimés à Beni ou à Walikale par ces rebelles rwandais et ougandais. C’est le lieu de leur rappeler que la conduite d’opérations militaires de cette envergure ne se fait pas au petit bonheur la chance ni pour complaire à des partenaires, aussi respectés fussent-ils. C'est une question de méthode et de stratégie. Tout repose sur la préparation, le travail, la bonne connaissance du terrain et des forces en présence sans oublier l'adaptation aux circonstances. Dans ces opérations, en plus des dégâts collatéraux qu’il nous appartient de réduire à défaut de les éviter, le plan d'engagement doit faire l'objet d'un consensus entre les différentes troupes combattantes. Les FARDC ont l'occasion d'une épreuve de leur efficacité.

S'agissant du respect des principes auxquels on invite instamment les FARDC et qui sont par ailleurs prévus dans les conventions internationales et le droit positif congolais, tout sera mis en œuvre lors de cette opération pour limiter toute forme de violences excessive et particulièrement pour garantir la sécurité des populations civiles, congolaises et rwandaises riveraines des zones opérationnelles à l'instar de ce qui s'est fait lors des opérations similaires contre le M23 et les ADF.

Je vous remercie.

 

Lambert MENDE OMALANGA

Ministre de la Communication et Médias

Porte-parole du Gouvernement

Document. Léopards, manif anti-loi Boshab, insécurité à l'est: le point de vue du gouvernement congolais
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 23:19
Repost 0
Published by Cheik FITA/Footy-goals - dans cheikfitanews
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 11:15

 

Jeudi 5 février 2015 a eu lieu à Kinshasa une audience en chambre du conseil dans l’affaire Jean-Claude Muyambo-Ministère public.

Nous avons pu joindre au téléphone maître Georges Kapiamba, avocat de monsieur Jean-Claude Muyambo qui nous a donné un bref aperçu de ce qu’a été l’audience.

 

Le ministère public a demandé  la confirmation de la détention préventive au motif qu’il avait besoin de temps supplémentaire pour approfondir l’instruction par rapport aux faits reprochés.

La défense de monsieur Jean-Claude Muyambo s’est opposée à cela en démontrant que depuis le 26 janvier 2015, monsieur Muyambo se trouvait en détention arbitraire.

Le tribunal de paix compétent en la matière n’avait pas émis d’autorisation pour sa mise en détention préventive, après cinq jours de mandat d’arrêt provisoire (depuis le 20 janvier.)

La mise en détention opérée  par le parquet est irrégulière parce que le parquet général  de Gombe n’avait reçu ni plainte, ni dénonciation. Il s’était empressé d’enlever monsieur Muyambo par les agents de l’ANR, agence nationale de renseignements et ce, de manière arbitraire.

Ensuite, en qu’ancien bâtonnier, monsieur Jean-Claude Muyambo était une personne respectueuse de l’autorité et des lois du pays. Il aurait dû être invité ou convoqué en bonne et due forme, au lieu d’un mandat d’amener comme cela a été fait.

Dans tous les cas, cette arrestation n’avait pas son fondement dans le droit, mais  dans la politique.

Enfin maître Kapiamba a suggéré au tribunal de s’écarter de l’attitude inadmissible du parquet qui se comporte comme le bras direct du pouvoir exécutif.

Le tribunal doit s’assumer comme un pouvoir indépendant.

La défense a demandé la liberté sans condition de son client. Surtout que la fuite de celui-ci n’est pas à craindre.

L’affaire a été prise en délibéré et la décision devait être rendue vendredi 6 février 2015 après-midi. Cela n’a pas été le cas.

 

Bruxelles, le 7 février 2015

Cheik FITA

Me Kapiamba à propos de l’arrestation du bâtonnier Muyambo : elle est arbitraire, politique et contraire au droit
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 19:59

 C’est l’UDPS qui le mérite, qui a gagné, qui gagnera et qui dirigera le Congo, et cela dans tous les cas de figure, ici et maintenant, demain ou en 2016

1. Soyons-en conscients et soyons prêts Tous les Membres, Cadres et Responsables politiques doivent en être conscients et être prêts à tout moment pour assumer les responsabilités de l’Etat et démontrer à la face du Monde comment le Congo peut être gouverné autrement et mieux, démocratiquement et pour la sauvegarde des intérêts partagés de notre Peuple et de nos Partenaires.

2. L’UDPS est un cas unique, inédit et incomparable : tous les observateurs objectifs, honnêtes et loyaux doivent reconnaître et qui doit forcer l’admiration de tous, ce que l’UDPS a été, est et a fait pendant 33 ans de Combat politique ininterrompu, par les bénévoles non rémunérés et par la seule stratégie de la non-violence, en dehors du pouvoir politique et donc sans les moyens politiques, diplomatiques, financiers et médiatiques que confère l’exercice du pouvoir, aucun autre parti ne l’a fait dans notre Pays, dans toute la Région des Grands Lacs, en Afrique et dans le Monde. Sans l’UDPS, la Société congolaise ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui, c’est-à-dire composée d’hommes, de femmes, d’adultes et de jeunes débarrassés de la peur ; conscients et jaloux de leurs libertés et de leurs droits ; résolument engagés dans le combat politique pour l’instauration d’un Etat de droit démocratique et bannissant tout système politique étranger, esclavagiste, tyrannique, arbitraire, prédateur et génocidaire. L’UDPS demeure l’Ame, la Force Motrice et Centrale et le Catalyseur du Changement démocratique et du progrès au Congo, la seule force politique réellement crédible malgré et au-delà des zones de turbulence inhérentes à toute force politique démocratique et dans tout combat politique sous tous les cieux et qui aident par une autocritique nécessaire et objective à améliorer sa vision, son fonctionnement, son Leadership politique et son adéquation avec les intérêts partagés du peuple et des partenaires.

En Afrique du Sud, aucun parti politique et aucun autre leader politique ne pouvaient prétendre égaler ou dépasser l’ANC et ses Leaders politiques devant l’alternance politique d’Avril 1994. L'ANC créé le 8 janvier 1912 à Bloemfontein, par les représentants des Églises et des Noirs soucieux d’organiser et d’unifier ensemble les différents peuples africains d'Afrique du Sud afin de défendre leurs droits et leurs libertés au sein d'un pays dominé, à l'époque, par une minorité blanche a, après avoir lutté par la non-violence, recouru à la lutte armée après les massacres de Sharpeville en 1960. Mais l’UDPS, depuis sa création jusqu’à ce jour, poursuit son Combat politique par la non-violence : les villes-mortes, les dénonciations écrites, les grèves, les marches pacifiques hélas toujours réprimées dans le sang.

3. En tant qu’un parti social-démocrate L’UDPS étant un parti social-démocrate, ses Membres, Cadres et Responsables politiques se comptent, en plus de ceux qui sont connus du grand public, aussi dans les milieux des Syndicalistes, des Enseignants, des Défenseurs des droits de l’homme, des Artistes, des Ecrivains, des Paysans, des Milieux universitaires, des Organisations féminines, estudiantines et socioprofessionnelles. Ils appartiennent à toutes les couches, catégories, tribus et provinces de notre Pays.

4. Assumer la mission de Leadership

L’UDPS assumera sa mission de Leadership politique jusqu’au bout en quoi qu’il en coûte pour assurer l’alternance politique au Congo : cette alternance politique a été souhaitée par notre Peuple notamment à l’issue de la Conférence Nationale, du Dialogue Inter-congolais, en 2005 à la fin de la Transition issue du Dialogue Inter-congolais, le 28 Novembre 2011 mais les ennemis de notre Peuple foulèrent aux pieds avec un profond mépris la volonté libre et souveraine de la population, prolongèrent la crise et la transformèrent en l’une des pires tragédies mondiales après la Seconde Guerre Mondiale.

5. Un message très fort et explicite

Mais cette fois-ci, ceux qui rêvaient de prolonger cette Tragédie au moyen des tripatouillages constitutionnels ou d’un soit- disant recensement sont placés devant une évidence inéluctable qui a crevé les yeux de tous : notre Peuple a rappelé à tous les 19, 20 et 21 Janvier 2015 qu’il constitue une véritable bombe à retardement, une onde qui bout dans une urne trop pleine. Il y a eu, au Congo, trop de massacres, d’oppressions, de frustrations, d’humiliations, de souffrances, de destructions de notre Pays, de mépris de la vie, de la dignité humaine, de toutes les libertés et de tous les droits de notre Peuple, la négation de l’indépendance et de la souveraineté nationales.

6. Le même message s’adresse aux individus masqués

Notre message s’adresse aussi à ceux qui ont infiltré les Forces démocratiques comme le Cheval de Troie pour prolonger la Tragédie Congolaise. Ils sont devenus si brusquement démocrates et humanistes. Ils ont, depuis  2001, contribué au parachutage de ce mercenaire étranger, imposteur et usurpateur dans le Palais Présidentiel de notre Pays, ont mené sa campagne, l’ont confortablement installé dans le Fauteuil Présidentiel, ils ont été et sont toujours les auteurs de cette Tragédie. Ils doivent, comme lui, en revendiquer et en assumer le bilan horrible. Seule l’UDPS a été totalement en dehors de ce système et des auteurs de cette Tragédie et est totalement exempte de toute responsabilité dans cette Tragédie. Ces individus masqués qui osent même, sans aucun état d’âme, ni gêne, ni remords, se présenter comme les concurrents de l’UDPS face à la prochaine alternance démocratique, doivent savoir que notre Peuple n’est plus naïf. Ils devraient faire preuve de repentance, de retenue et de réserve au lieu de s’afficher si ostensiblement, avec désinvolture et sans aucun respect pour le Peuple qu’ils ont plongé dans cette Tragédie. L’UDPS est sans concurrent sérieux et crédible contemporain et même à l’horizon.

7. Le décor et l’étincelle déclencheur sont imprévisibles

Suite aux dernières Manifestations populaires, nombreux historiens et politiciens ont revisité les émeutes du 4 Janvier 1959. Tous savent maintenant que devant l’ouragan de l’histoire et la colère populaire, le fruit, mûr ou pas mûr, devra absolument tomber. Le moment précis et le décor de sa chute sont totalement imprévisibles : Ce sera soit par un soulèvement populaire, soit par le dialogue dont la médiation sera assurée par la MONUSCO pour la seule passation pacifique du pouvoir, soit par les élections en 2016. Tout soulèvement populaire au Congo aura pour objectif la reconnaissance et le respect par tous de la volonté libre et souveraine de notre Peuple et la réalisation de ses aspirations profondes et légitimes. Le Message du Peuple dans les Rues était trop clair et trop explicite les 19, 20 et 21 Janvier 2015 : « Dégage, Hippolyte Kanambe, alias Joseph Kabila ». Si le dialogue est organisé par la Communauté Internationale via la médiation de la MONUSCO, il n’aura qu’un seul point à l’ordre du jour : la passation pacifique du pouvoir. Les élections de 2016 seront organisées en un seul tour puisque plus personne ne peut se permettre de modifier la constitution. A ce seul tour, le Candidat de l’UDPS sera premier et aura certainement au moins 70% puisque l’UDPS est « un parti – coca-cola ». L’UDPS maintiendra et renforcera l’espoir du Peuple Congolais et des Partenaires en elle ; elle demeura le Meilleur Garant des intérêts partagés de la Population et des Partenaires ; elle rassurera tous dans leur détermination, leur volonté et leurs efforts de contribuer à nous aider à mettre fin à la Tragédie et à mettre notre Pays sur la voie du progrès.

 

Fait le 05 Février 2015.

Dr François Tshipamba Mpuila

E-mail : tshipamba.mpuila@yahoo.f

Tshipamba Mpuila. Docteur en médecine. Cadre du parti politique congolais UDPS, Union pour la Démocratie et le Progrès Social, depuis les années 80. A été durant longtemps représentant du parti en Belgique et au Luxembourg.

 Analyse. En RD Congo, c’est l’UDPS qui assurera l’alternance politique, dans tous les cas de figure
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 22:53
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 20:21

Depuis Bruxelles où il séjourne, le Président de l’UDPS, monsieur Étienne Tshisekedi vient de signer une série de décisions portant nomination des représentants de l’UDPS dans quatre pays occidentaux, ainsi que leurs adjoints il s’agit  pour :

 

La France

Titulaire : Kiyedi Ngeykama Alexandre

Adjoints :

Tungasu Mbuyi Petronille

Tubajika Kabasele Mike

Le canada

Titulaire : Marc Kapend

Adjoints 

Bertrand Kabongo

Sylvain Mukengeshayi

L’Allemagne

Titulaire: Tshisuaka Muana-Nzolo

Adjoint: Samba Muamba Martin

La Belgique

Titulaire : Docteur Kabanda Kana André

Adjoints 

Me Jean de Dieu Nguadi

Ange Pabolangi

Ces décisions parvenues à notre rédaction ce jour, ont été signées le 28 janvier 2015.

Ci-dessous la copie de ces décisions.

 

Bruxelles, le 5 février 2015

Cheik FITA

UDPS. Tshisekedi nomme de nouveaux représentants du parti en France, au Canada, en Allemagne et en Belgique
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 13:44

 

Lors d’une conférence de presse tenue le mercredi 4 février 2015 à Bruxelles, la plate-forme « dynamik Congo » a exigé le départ de monsieur Joseph Kabila du pouvoir suite aux massacres qu’il y a eues à Kinshasa du 19 au 21 janvier dernier. Ces jours-là, la population congolaise était descendue dans la rue pour protester contre l’adoption par le parlement de la loi Boshab qui aurait permis à monsieur Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir, au-delà de décembre 2016.

Dans une communication lue par monsieur Vital Barholere, Président de la plate-forme il a été épinglé plusieurs points, pour appuyer l’exigence de la plate-forme :

L’urgence d’un dialogue national qui devrait résoudre les points suivants :

  • De nouvelles règles consensuelles pour les élections
  • Une nouvelle commission électorale
  • Un calendrier électoral global et consensuel
  • Un gouvernement de  transition
  • La libération de toutes les personnes emprisonnées lors des manifestations du 19 au 21
  • La libération des prisonniers politiques
  • La libération des 43 personnes injustement accusées d’assassinat de Laurent Désiré Kabila
  • La suspension  du recensement général
  • Mobiliser les moyens nécessaires pour l’organisaion des élections
  • Prévenir et sanctionner la haute trhison dans le chef de ceux qui voudraient pratiquer la politique de la terre brûlée parce qu’obligé de quitter le pouvoir

La plate-forme a préconisé qu'il était plus que temps de penser déjà à l’après-Kabila.

L’exposé a été suivi d’une série de questions réponses avec la presse.

Bruxelles, le 6 février 2015

Cheik FITA

"Dynamik Congo" exige le départ de Joseph Kabila du pouvoir
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 06:58

 

Quarante-huit heures après la qualification des Léopards de la RD Congo pour les quarts de finales de la CAN, coupe d’Afrique des Nations qui se déroule en Guinée Equatoriale du 17 au 8 février 2015, des photos et des vidéos ont pris d’assaut tous les réseaux sociaux : celle de la présence du Président Joseph Kabila aux côtés des joueurs !

Volonté réelle de donner le dernier coup de pouce capable de booster les Léopards afin qu’ils gagnent la coupe ? Ou…  marketing politique conçu par un opportuniste comme il y en a tant dans le sérail présidentiel?

C’est un fait, être joueur des Léopards comme de toute autre équipe nationale, c’est avoir sur ses épaules le poids de toute une nation. Comme les Léopards de la RD Congo, les Equato-guinéens, les Ivoiriens et les Ghanéens ont tous en ce moment ce poids. Leurs Présidents respectifs suivent de très près l’évolution de leurs prestations.

Quels actes posent-ils ? A quel moment cela est-il médiatisé ? La médiatisation de ces actes devrait-elle prendre l’ascendant sur la médiatisation des performances des joueurs sur le terrain ?

De part sa position politique, monsieur Joseph Kabila pouvait-il rester indifférent face à la prouesse des Léopards ?

Non.

Dans une déclaration, l’entraineur Ibenge a affirmé avoir demandé à Joseph Kabila de rendre visite aux Léopards.

Si c’était son initiative, avait-il raison ? Oui, dans la mesure où c’est lui le boss de l’équipe. De nous tous, il est le mieux placé pour connaître les états d’âme et les problèmes de ses joueurs. Entre autres, les fameuses « primes » qui ont souvent été détournées depuis les Léopards de Munich 1974, il y a 41 ans. Si cette visite pouvait contribuer à motiver davantage les Léopards afin qu’ils gagnent la coupe, l’initiative de l’entraineur Ibenge est donc bonne. Car, l’objectif final de toutes les équipes nationales, c’est de gagner cette coupe. Pourquoi les autres pays devraient-ils prétendre gagner la coupe et pas la RD Congo ?

Un match de football à ce niveau de compétitions, c’est l’équipe, joueurs et encadreurs avec tous leurs problèmes personnels et de groupe, c’est le public présent dans le stade, mais c’est aussi tous les millions d’anonymes scotchés à leurs écrans de télévision, vibrant à la moindre action, explosant de joie en cas de but marqué, et descendant dans les rues en cas de victoire.

Un détail peut faire basculer le match dans un sens ou dans un autre.

Chaque joueur à chaque instant des quatre-vingt dix minutes de jeu, porte ce poids psychologique.

La communion entre le peuple et son équipe est aussi un des grands facteurs qui boostent les joueurs.

Cette communion a été si forte que le 31 janvier, suite à la victoire des Léopards à l’issue du match RD Congo-Congo-Brazza, il y a eu une explosion de joie dans toutes les villes de la RD Congo, et les rues ont été envahies.

 Cette expression populaire a-t-elle conditionné le déplacement de monsieur Joseph Kabila pour la Guinée Equatoriale? Sûrement.

Les communicateurs de la présidence congolaise pouvaient-ils parler de cette visite « présidentielle » aux Léopards ?

Oui. Mais en faire l’événement, non. Car, l’événement, c’est le foot. Et c’est le foot qui a créé l’euphorie collective.

La politique doit-elle voler la vedette aux joueurs ? Non, afin de ne pas altérer la communion « Léopards-Peuple ».

 

Bruxelles, le 4 février 2015

Cheik FITA

 

Source photo d'illustration: http://i1.wp.com/www.africatopsports.com/wp-content/uploads/2015/02/DSCN9215.jpg?resize=710%2C533

 

Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews

ANNONCES...MESSAGES

 

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens