Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

 

kabila oyebela

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Depuis le 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

15 février 2018 4 15 /02 /février /2018 01:48
Bruxelles, Marche en soutien à la marche du CLC à Kinshasa

Samedi  17 février 2018 de 13h0 à 16h00 aura lieu à Bruxelles une marche pour soutenir la marche convoquée à Kinshasa par le CLC , Comité Laïc de Coordination. Cette marche qui aura lieu elle le dimanche 25 février à Kinshasa.

Autant à Bruxelles qu'à Kinshasa, les manifestations visent à dénoncer la présence de Joseph Kabila à la tête de la RD Congo alors qu'il n'a plus ni légitimité, ni légalité, son deuxième et dernier mandat électif ayant pris fin le 31 décembre 2018.

Joseph Kabila multiplie les manœuvres pour se maintenir au pouvoir, par exemple, en ne voulant pas organiser les élections.

Pour cette raison , les manifestants veulent qu'il vide le plancher 

Bruxelles, Marche en soutien à la marche du CLC à Kinshasa
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
14 février 2018 3 14 /02 /février /2018 10:10
Billet. Survie en RD Congo : ou c'est le Peuple, ou c'est J. Kabila et ses ouailles

Le 12 février 2018 au Conseil de sécurité de l'ONU, il y a eu une passe d'armes terrible et inquiétante entre She Okitundu, représentant de Joseph Kabila et Nikki Haley l'ambassadeur des USA à l'ONU.

Pourquoi inquiétante ?

Parce cette altercation-là est en réalité la pointe visible d'un iceberg dont le volume immergé est énorme, l'arbre qui cache la forêt.

Quel volume a cet iceberg immergé ?

Quelle est la densité de cette forêt?

Que l'ambassadeur des USA en arrive à remonter les bretelles à She Okitundu pour son peu d'intérêt face à la souffrance du peuple congolais, ce que la diplomate américaine était excédée, et avait la conviction d'être en présence d'un irresponsable qui ne mérite que mépris.

Que le même ambassadeur en arrive à dévoiler en public ce qui s'était dit en privé entre elle et Joseph Kabila, c'est que pour la diplomate américaine, Joseph Kabila ne mérite plus du tout les égards dûs à un Chef d’État, Chef d’État au sens fort du terme.

À y regarder de près, Nikki Haley-She Okitundu, c'était un choc frontal entre deux types d'homme d'état :

- D'une part l'ambassadeur des USA qui est issue d'une société, d'une école politique caractérisée notamment par le culte de la vérité, de l'honneur, du sens de la parole, du respect du peuple détenteur du pouvoir et pour qui elle travaille…

Une personnalité qui est issue d'une société dans laquelle un petit mensonge dans l'exercice d'une fonction publique peut entraîner la démission, une société dans laquelle les comportements moyenâgeux ont au fil du temps, été progressivement combattus, vaincus et presque anéantis.

- Et d'autre part par She Okitundu pour qui la vérité peut être tordue, piétinée et même écrasée, qui n'a aucun sens de l'honneur, qui n'a de comptes à rendre qu'à son chef et pas au peuple au nom de qui il devrait parler…

Un quidam qui n'est là en réalité que pour l'argent, pour sa poche, un représentant d'une clique d'individus au comportement moyenâgeux et barbare.

La leçon à tirer ?

La prestation de She Okitundu au Conseil de Sécurité de l'ONU est un véritable acte de guerre contre le peuple congolais.

Aller dire à l'ONU que Tshibala, Olengankoy sont des opposants alors qu'ils rampent devant Joseph Kabila et mangent dans sa main, aller dire à la face du monde que la constitution et l'accord de la Saint Sylvestre sont respectés, c'est être plus menteur qu'un arracheur de dents. C'est insulter l'intelligence des membres du Conseil de sécurité d'une part, et de l'autre, c'est mépriser le peuple congolais.

Si She Okitundu devrait choisir entre la disparition du peuple congolais et le départ de Joseph Kabila du pouvoir, il choisirait sans hésiter, le maintien de Joseph Kabila au pouvoir, autrement-dit, la disparition du peuple congolais, par la famine, par les balles lors des manifestations, par la mort à petit feu dans les geôles de la dictature, et même par tueries avec des armements lourds si par mégarde le peuple osait se rebeller pour se débarrasser de la dictature.

Pour She Okitundu, ou c'est Joseph Kabila, ou c'est l'extermination du peuple congolais.

« Soki batié libata na nzungu, soso aseka té ».

« Quand on passe le canard à la casserole, le coq ne doit pas ricaner ».

Tel est le proverbe que chaque Congolais doit désormais avoir à l'esprit et intérioriser car le message est plus que clair :

- Depuis des mois et même quelques années, du fait du refus de Joseph Kabila de partir du pouvoir, que des morts par balles, par rasage de villages entiers en cas de résistance…

Ce qui arrive à chacun de tous ceux qui tombent sous les balles du régime, peut arriver à n'importe quel Congolais.

La RD Congo est actuellement en état de guerre, chaque Congolais doit le savoir et être désormais très solidaire avec chacun des 80 millions de Congolais car, pour la clique en face, les Congolais se valent : celui qui se met en travers du régime sera impitoyablement écrasé.

Le peuple congolais ne doit plus se faire d'illusions face à des individus qui n'ont comme repères que le mensonge, le vol, le viol, le musellement de la population, le pillage, la prédation, le maintien au pouvoir pour le pouvoir par tous les moyens…

Si l'ambassadeur Nikki Haley est monté sur ses grands chevaux et a mis de côté le langage diplomatique, ce qu'elle a clairement perçu le danger qui menace la RD Congo et son peuple.

La survie de la RD Congo se joue désormais sous cette équation: ou c'est le peuple qui trépasse, ou c'est J. Kabila et ses ouailles qui sont déracinés.

Bruxelles, le 14 février 2018

Cheik FITA

 

 

 

Billet. Survie en RD Congo : ou c'est le Peuple, ou c'est J. Kabila et ses ouailles
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
13 février 2018 2 13 /02 /février /2018 09:31
Document: She Okitundu ou un fieffé menteur à New York

Le  12 février 2018, au conseil de sécurité de l'ONU  le kabiliste She Okitundu ministre du régime des imposteurs qui se cramponnent à la tête de la RD Congo sans mandat du peuple a reçu une volée de bois vert de la part de Nikki Haley, ambassadrice des USA à l'ONU.

Qu'est-ce qui a pu déclencher cette intervention humiliante pour un pays? C'est le discours tenu par She Okitundu. Un discours truffé de mensonges et de contrevérités. A croire que le clan Kabila considère les représentants des autres pays du monde comme des incultes, qui ne se donnent pas la peine de s'informer sur la marche du monde au point d'ignorer le régime dictatorial imposée aux Congolais.

Ci-dessous le discours mensonger, dégouttant et nauséabond que She Okitundu s'est permis d'aller débiter devant la face du monde en notre nom à tous les Congolais, sans notre mandat hélas.

Bruxelles, le 13 février 2018

IL-CdB

Madame la Présidente,

Avant toute chose, je voudrais à travers vous remercier les Etats-Unis d’Amérique ainsi que la Côte d’Ivoire, la Guinée Equatoriale, la France, les Pays-Bas, la Suède et le Royaume-Uni, pour avoir pris l’initiative d’organiser cette réunion qui porte sur les élections dans mon pays, la République démocratique du Congo.

A ces remerciements, je tiens aussi à associer l’Organisation des Nations Unies, l’Union africaine, la SADC, la CIRGL, l’Union Européenne et tous ceux qui, par leurs multiples et divers apports, continuent à soutenir mon pays, au cours de cette période importante de son histoire, et à contribuer au retour de la paix et de la stabilité dont il a grandement besoin.

Madame la Présidente,

Monsieur le Secrétaire Général Adjoint,

Distingués participants,

Nous avons tous suivi l’exposé du Président de la Commission Electorale nationale indépendante de mon pays qui vient de nous retracer l’évolution du processus électoral en République démocratique du Congo. Pour ma part, mon intervention s’inscrit dans le souci de vous apporter l’éclairage nécessaire sur les aspects dans ce processus dont la responsabilité revient au Gouvernement. Dans ce contexte, je vais faire quelques commentaires sur la mise en œuvre de l’accord politique du 31 décembre 2016, la décrispation du climat politique et la question de droits de l’homme, le financement des élections ainsi que la sécurisation du processus électoral.

De prime abord, je tiens à vous assurer que les élections demeurent une des préoccupations majeures de mon Gouvernement au cours de cette année.

Aussi, pour une bonne organisation de ces échéances et en vue de garantir un climat de paix nécessaire à leur réussite, le Gouvernement s’emploie-t-il, dans ce contexte, à accomplir les missions qui lui sont assignées.

S’agissant de la mise en œuvre de l’accord politique global et inclusif du Centre interdiocésain de Kinshasa dit Accord du 31 décembre 2016 ou Accord de la SaintSylvestre, sa phase d’application a atteint la vitesse de croisière avec une gestion

Page 3 sur 9

 

consensuelle de la res publica pour la période préélectorale entre la Majorité, l’Opposition et la Société Civile ainsi que certaines mesures d’accompagnement signées par toutes les forces politiques et sociales Congolaises. Ainsi, plusieurs actions ont été réalisées dont entre autres la nomination d’un Premier Ministre issu du Rassemblement de l’opposition, la formation d’un gouvernement d’union nationale, la mise en place du Conseil national du suivi de l’accord ainsi que la désignation de son Président et une reconfiguration de la CENI et du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication par l’arrivée de nouveaux membres conformément à l’Accord politique. Je tiens à vous confirmer ici que toutes ces institutions fonctionnent normalement.

Madame la Présidente, Distingués participants,

La condition première et sine qua non pour la tenue des élections, c’est la détermination du corps électoral à travers la constitution des listes électorales dont la fin des opérations est intervenue, le 31 janvier 2018 avec plus de 46 millions d’électeurs enrôlés. L’adoption prochaine prévue lors de la session ordinaire de mars 2018 par les deux Chambres Parlementaires de la loi portant répartition des sièges et sa promulgation, constituent l’ultime étape institutionnelle vers les opérations cruciales de convocation des scrutins électoraux.

La prévisibilité de la tenue des élections générales en République Démocratique du Congo est donc largement éclaircie et ne devrait plus poser problèmes pour les acteurs, partenaires et observateurs de bonne foi.

Du haut de la tribune des Nations Unies lors de sa 72ème Assemblée Générale, Son Excellence JOSEPH KABILA KABANGE, Président de la République n’avait pas tort de confirmer que le processus électoral en République Démocratique du Congo était irréversible. Au vu des résultats actuels et des balises structurelles posées quant à ce, la bonne foi politique des autorités de la République Démocratique du Congo pour la tenue des élections, sous son Haut leadership, ne peuvent plus être remis en question : le calendrier électoral publié par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), le 5 novembre 2017 fixant les élections générales au 23 décembre 2018, la promulgation par le Chef de l’Etat de la loi électorale et de la loi des finances 2018 comprenant le budget électoral à mettre à la disposition de la CENI.

Page 4 sur 9

 

Concernant ce dernier point, la République Démocratique du Congo considère que les élections relevant du domaine de souveraineté nationale, son financement est totalement pris en charge par le Gouvernement de la République. A ce jour, les opérations de révision du fichier électoral ont été entièrement financées par le Gouvernement à hauteur de plus de 400 millions de dollars américains. Afin d’atteindre le budget retenu pour l’organisation de trois scrutins combinés, le Gouvernement a décidé et adopté, en concertation avec la CENI, un plan de décaissement allant de 30 à 40 millions de dollars par mois en faveur de la CENI.

Le pays compte donc primordialement sur ses propres forces avant de compter sur celles des autres. En effet, comment ne pas rappeller que le Projet d’appui au Cycle electoral (PACEC) reprenant les interventions financières internationales pour les élections évalué à 123 millions de dollars US stagne à 6 % de contributions depuis deux ans et que ce budget modique sert plus à financer les activités des ONG et mouvements citoyens plutot que l’organisation matérielle du scrutin? Toutefois, si contributions il y aura, la RDC demeure ouverte à en discuter avec les partenaires internationaux donateurs pour autant qu’ils soient respectueux des grands principes des relations internationales dont l’égalité souveraine et la non-ingérence dans les affaires internes des Etats. Aucune conditionnalité ne sera acceptée.

Sur le plan logistique, fort de l’expérience malheureuse des élections de 2011 où la MONUSCO s’était désengagée à trois mois des échéances électorales, la RDC demeure ouverte et étudie notamment avec l’Union Africaine, la SADC ainsi que la MONUSCO, différentes options de support pour les opérations y relatives.

Madame la Présidente, Distingués participants,

Sur le plan des mesures dites de décrispation de l’environnement politique que plusieurs partenaires ressassent tel un reflexe pavlovien, souvent en contradiction avec la réalité, il est impérieux de clarifier la position de mon Gouvernement qui a posé plusieurs actes positifs dans ce domaine. Ces mesures sont à classifier en 3 volets respectifs, la question des prisonniers dits politiques ou d’opinion ou celles des personnalités poursuivies par la Justice, la liberté des médias et l’accès à ces derniers et in fine, le droit de manifester.

Pour ce qui est du premier point, une commission de Hauts magistrats a été mise en place, conformément à l’accord politique du 31 décembre 2016, pour statuer, au cas

Page 5 sur 9

par cas, sur les dossiers des prisonniers dits politiques et d’opinion en partant des listes communiquées au Ministère de la Justice respectivement par l’Ambassade des Etats unis d’Amérique en RDC, la délégation de l’Union Européenne en RDC et la CENCO.

Dans l’examen de ces cas, la Commission a fait une distinction selon que les personnes concernées faisaient l’objet des procédures pré-juridictionnelles ou juridictionnelles, condamnées par une décision coulée en force de chose jugée ou encore par une décision définitive.

C’est dans ces conditions, après examen de tous les cas, qu’il a été décidé de la libération de toutes les 11 personnes figurant sur la liste présentée par l’Ambassade des Etats Unis et de près de 90% des personnes de la liste provenant de l’Union européenne. Concernant ces mesures de décrispation, plusieurs personnalités politiques connues arrêtées ou en exil ont en bénéficié, elles ont été libérées ou ont été autorisées à regagner le pays.

Quant à la liste de la CENCO, le rapport de la Commission a noté que certains noms présentés par les groupes politiques représentaient des cas relevant davantage des infractions du droit commun et constituaient, de ce fait, des cas de surenchère politique. Il convient de relever qu’il s’agit d’acteurs politiques ayant commis des infractions de droit commun et qui ont été condamnés conformément à la Loi, à l’issue des procès contradictoires et équitables, ayant garanti leur droit de la défense. Ces dossiers judiciaires suivent leur cours normal devant les instances compétentes. Cependant des discussions sont en cours entre le CNSA et Ministre de la Justice et la CENCO pour trouver des solutions à certains de ces cas.

Sur le plan médiatique, plusieurs médias ont repris leurs émissions après les différentes interdictions conformément à l’accord politique notamment les plus emblématiques comme la Radio France Internationale dont l’émission était interdite dans la zone de Kinshasa et la RTCE du Diocèse Catholique de Kinshasa.

Sur le dernier volet de décrispation politique à savoir le droit de manifester, la République Démocratique du Congo n’est pas l’enfer des droits de l’Homme que l’on veut bien présenter à tort. Elle fait plutôt face à l’instar de la majorité des grandes démocraties à la difficulté d’équilibre entre le maintien de l’ordre et la sécurité publique et le respect de l’exercice des libertés individuelles surtout dans un contexte

Page 6 sur 9

politique chargé et dominé par une logique insurrectionnelle visant insidieusement le renversement de l’ordre constitutionnel établi notamment à travers le slogan « Transition sans Kabila », en violation de la Constitution et de l’accord politique du 31 décembre 2016 pour des élections apaisées, crédibles et transparentes.

A ce propos, il sied de relever que les droits de l’Homme sont interdépendants. En effet, s’il n’est pas ignoré que la liberté de manifester est constitutionnellement garantie en RDC, son exercice doit être concilié avec l’impérieuse nécessité tout autant constitutionnelle de maintien de l’ordre et la sécurité publiques dans une société démocratique surtout quand des organisateurs de manifestations qui n’ont ni adresse de contact et ni personnalité juridique ne veulent pas collaborer avec les autorités urbaines ni sur les itinéraires ni sur l’encadrement des manifestations projetées et instrumentalisent les lieux de culte à des fins politiques inavouées.

J’ai eu à le rappeler au Saint-Siège, en début d’année, au Secrétaire d’Etat chargé des Relations avec les Etats, Monseigneur Richard Gallagher que cette instrumentalisation de l’Eglise qui est un lieu de culte censé être universel, partant devant rassembler tous les chrétiens indépendamment de leur obédience politique est inacceptable et ne contribue pas à l’application apaisée de l’Accord du 31 décembre 2016. Je lui ai aussi confirmé la volonté des autorités Congolaises de garantir l’inviolabilité des lieux de culte conformément à l’accord bilatéral entre les deux Etats.

Concernant les bavures desdites marches du 31 décembre et 21 janvier, le Gouvernement de la République condamne toutes les atteintes aux droits fondamentaux commises par des éléments des forces de sécurité, la responsabilité, en l’espèce, étant bien entendu strictement individuelle. En aucun cas, l’atteinte à la vie d'un citoyen demeurera impunie, les auteurs présumés de ces crimes ont été mis aux arrêts, soumis aux auditions préjuridictionnelles et sont actuellement déférés devant les juridictions compétentes.

Pour établir toute la lumière sur ces événements, une Commission spéciale composée en outre des défenseurs de droits de l’homme a été mise sur pied par le Gouvernement pour recueillir toutes les informations à ce sujet et proposer des recommandations appropriées. Ceci prouve la volonté du Gouvernement de dissuader les auteurs potentiels de ces actes de les reproduire à l’avenir.

Page 7 sur 9

La poursuite des procès des terroristes Kamuina Nsapu qui se sont rendus coupables de plusieurs assassinats à Kinshasa et au Kasaï, notamment le meurtre des deux Experts des Nations Unies, s’inscrit dans cet effort de sanctionner toute atteinte à la vie quelqu’en soit son auteur. A ce jour, les enquêtes menées sur les opérations de ce groupe terroristes se poursuivent toujours pour éviter qu’il n’y ait d’ indices ou d’ éléments probants qui n’auraient pas été pris en compte par les autorités judiciaires. L’impératif d'un procès équitable s’impose en l’occurrence.

Madame la Présidente,

Quant à la sécurisation du processus, il y a lieu de reconnaitre qu’en dépit de quelques poches d’insécurité constatées ici et là, plus de 95 % du territoire national vit dans la paix et sous l’autorité de l’Etat.

En ce qui concerne le processus électoral, le Gouvernement a pris une série des mesures pour l’amélioration de sa sécurisation. Parmi ces mesures, nous pouvons citer :

le lancement généralisé des opérations militaires contre les groupes armés étrangers et nationaux dans les provinces du Nord et du Sud Kivu depuis décembre 2017 ; • Consolidation de la paix dans la région du Kasai ; • la formation des commandants de police des nouvelles provinces en prévision des prochaines élections ; • le recrutement de nouveaux policiers formés et entrainés en matière de gestion des foules en période électorale dans les centres de Kasapa et de Kasangulu; • l’éradication du banditisme dans les milieux urbains ;

Le Gouvernement est engagé à doter la police en équipements appropriés conformes à la gestion de la période électorale. Les mêmes efforts se poursuivent pour finaliser le retour dans leurs milieux d’origine des déplacés internes et de ceux d’entre eux qui se sont réfugiés à l’étranger.

Page 8 sur 9

Madame la Présidente, Distingués participants,

Madame la Présidente,

Point n’est besoin de rappeler ici que dans le contexte des élections apaisées, les parties signataires de l’accord du 31 décembre 2016 s’étaient engagées, dans le cadre de la restauration de la confiance au sein de la Nation et entre elles, à conjuguer ensemble tous les efforts en vue de maintenir la paix et de renforcer la concorde nationale ainsi que de bannir tout comportement et tout propos incompatibles avec la paix.

Malheureusement, lors de la présentation de son rapport sur l’éxecution du mandat de la MONUSCO devant les membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies le 9 janvier 2018, le Secrétaire Général des Nations Unies avait déclaré être inquiet du constant rejet par les principales figures de l’opposition de tout engagement dans le processus politique et les a appelés à retrouver l’esprit de dialogue et de compromis qui les a conduits à signer l’accord du 31 décembre 2016. Le Gouvernement de la République espère que cet appel sera entendu par la frange de l’Opposition qui prêche une “Transition Sans Kabila”. Il appartient au Conseil de Sécurité de jouer un rôle dans ce sens en engageant toutes les parties à respecter la Constitution et l’Accord du 31 décembre 2016.

Aujourd’hui où le processus électoral est suffisamment avancé avec une feuille de route claire et un calendrier électoral qui fixe déjà la date des élections, la meilleure attitude attendue de tous est une préparation avec sérénité en évitant tout comportement ou initiative de nature à nuire à leur bonne organisation.

Madame la Présidente,

Monsieur le Secrétaire Général Adjoint,

Distingués participants,

Pour conclure, je voudrais rappeler que l’enjeu des élections en RDC, au-delà de la volonté politique, représente un défi organisationnel de taille que lui impose sa géographie et sa démographie et que l’on ne peut se permettre d’ignorer.

Page 9 sur 9

Nous sommes ici pour réaffirmer l’engagement résolu du Gouvernement de la République Démocratique du Congo d’organiser les élections conformément au calendrier électoral de la CENI publié depuis le 05 novembre 2017.

Le processus électoral, porté par l’accord politique du 31 décembre 2016, est appliqué de bonne foi et donne d’ores et déjà des résultats palpables à l’instar des progrès réalisés par la CENI, tels qu’ils viennent de vous être présentés et qui méritent l’encouragement de tous.

Maintenant que le cap sur les élections est tracé, le Gouvernement de la RDC en appelle à la mobilisation de la communauté internationale pour dénoncer de la part de tous les acteurs, d’où qu’ils viennent, congolais ou étrangers toute initiative susceptible de faire déraper le processus électoral.

Face au doute systématique de certains milieux, le Gouvernement de la République Démocratique du Congo appelle la communauté internationale à jeter un regard positif et constructif sur le processus électoral. La qualification de la situation en République Démocratique du Congo est souvent à dessein exagérément aggravée par la perception médiatique. Il sied au Conseil de Sécurité d’accompagner ce processus complexe. Ce n’est que de cette manière que pourront être atteints dans la paix et la stabilité les objectifs de l’approfondissement de la démocratie dans notre pays.

Je vous remercie.

Document: She Okitundu ou un fieffé menteur à New York
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
12 février 2018 1 12 /02 /février /2018 22:08
Lu pour vous. Les USA opposés aux machines à tricher de Nangaa

Elections RDC: les Etats-Unis opposés à un système de vote électronique

Les Etats-Unis sont opposés au recours à un système électronique de vote pour la triple élection prévue le 23 décembre en République démocratique du Congo, présidentielle, législatives et provinciales, a déclaré lundi l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley.

"Nous sommes très préoccupés de voir l'insistance (des Congolais) à vouloir utiliser un système électronique de vote", a affirmé la diplomate lors d'une réunion informelle à l'ONU sur le processus électoral en RDC.

Un tel recours représente "un risque colossal" et les Etats-Unis souhaitent le recours à "des bulletins papier pour qu'il n'y ait pas de doutes sur le résultat". "Les Etats-Unis ne soutiennent pas" ce recours à un système électronique, a insisté Nikki Haley.

Lors de la réunion, le président de la Commission électorale indépendante (Céni), Corneille Nangaa, venu à New York pour cette réunion, a rappelé que plus de 46 millions d'électeurs avaient été recensés pour la triple élection, reportée déjà à plusieurs reprises.

Intervenant dans le débat, l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch a évoqué "la crainte de fraudes lors des élections", en réclamant de la "transparence". Elle a rappelé que le président Joseph Kabila n'avait toujours pas clarifié sa position sur une éventuelle candidature.

Le parti historique de l'opposition congolaise a appelé lundi à une mobilisation "massive" pour une marche des catholiques, prévue le 25 février à Kinshasa contre le maintien au pouvoir de Kabila en RDC.

Les deux précédentes marches organisées, le 31 décembre 2017 et 21 janvier dernier avaient été interdites et réprimées à balles réelles. Au total, une quinzaine de personnes ont été tuées, selon l'ONU et l'épiscopat. Les autorités n'ont reconnu que deux morts le 21 janvier.

"On ne peut pas permettre un nouveau report des élections" et "le président Kabila ne peut pas briguer un nouveau mandat (car) la Constitution ne le permet pas", a souligné Nikki Haley. Elle a aussi évoqué des informations selon lesquelles le président sortant ne chercherait pas à imposer quelqu'un de son choix pour lui succéder.

Le deuxième et dernier mandat du président Kabila a pris fin le 20 décembre 2016. Le président a justifié la non-tenue d'élections fin 2016 par des problèmes de sécurité. Des élections étaient initialement prévues fin décembre 2017 avant finalement d'être reportées à décembre 2018.

Source : Voix de l'Amérique

Lu pour vous. Les USA opposés aux machines à tricher de Nangaa
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
11 février 2018 7 11 /02 /février /2018 21:46
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
10 février 2018 6 10 /02 /février /2018 16:41
25 février 2018, marche à l'appel du CLC contre « la dictature » de J. Kabila

Le dimanche 25 février 2018, le CLC, Comité Laïc de Coordination appelle à une marche, la troisième, «  pour barrer la route à la présente dictature, premier obstacle à l'organisation des élections libres, transparentes et apaisées ».

Pour le CLC, « Notre peuple ne croit plus en la volonté politique des dirigeants actuels d'assurer une alternance pacifique du pouvoir. En effet, les nombreuses fenêtres d'opportunité offertes à nos dirigeants actuels tant par la communauté nationale qu'internationale ont été volontairement et systématiquement rejetées; réaffirmant ainsi leur volonté de se maintenir au pouvoir sans respect de toute procédure démocratique. ».

Et le CLC d'ajouter :« Pour la 3° fois, le Comité Laïc de Coordination invite le Peuple Congolais, à poursuivre la marche jusqu'à la victoire finale. Nous irons jusqu'au bout de ce régime irrespectueux de la Constitution et de l'Accord de la Saint-Sylvestre. »

Le CLC hausse donc le ton face au régime de Joseph Kabila qu'il qualifie désormais de dictature, qui face aux marches pacifiques, a choisi « Comme seule réponse... Une répression sanglante, affichant ainsi la persistance de son arrogance, de son mépris et de son insouciance. Bref le refus catégorique de prendre en considération les revendications de toute une nation.»

« Trop c'est trop ! » conclut le CLC.

Ci-dessous, l'intégralité du communiqué.

 

Bruxelles, le 10 février 2018

Cheik FITA

TROISIÈME APPEL DU COMITE LAÏC DE COORDINATION

DIMANCHE 25 FÉVRIER 2018

MARCHONS POUR DIRE NON A LA DICTATURE!

Lors des marches pacifiques du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018, le Comité Laïc de Coordination a mobilisé plus de 3.000.000 de Congolaises et Congolais qui ont marché pacifiquement pour réclamer l'application intégrale de l'Accord de la Saint-Sylvestre. Comme seule réponse, le pouvoir a choisi une répression sanglante, affichant ainsi la persistance de son arrogance, de son mépris et de son insouciance. Bref le refus catégorique de prendre en considération les revendications de toute une nation.

Trop c'est trop !

Notre peuple ne croit plus en la volonté politique des dirigeants actuels d'assurer une alternance pacifique du pouvoir. En effet, les nombreuses fenêtres d'opportunité offertes à nos dirigeants actuels tant par la communauté nationale qu'internationale ont été volontairement-et systématiquement rejetées;

réaffirmant ainsi leur volonté de se maintenir au pouvoir sans respect de toute procédure démocratique.

Aussi a-t-il décidé de se mettre résolument debout pour barrer la route à la présente dictature, premier obstacle à l'organisation des élections libres, transparentes et apaisées. Nous voulons des élections ! Oui nous les voulons, libres, démocratiques, transparentes et inclusives mais pas des élections truquées et manipulées d'avance, qui ne garantissent pas la paix, ni avant ni après les élections.

Pour la 3° fois, le Comité Laïc de Coordination invite le Peuple Congolais, à poursuivre la marche jusqu'à la victoire finale. Nous irons jusqu'au bout de ce régime irrespectueux de la Constitution et de l'Accord de la Saint-Sylvestre.

Notre peuple interpelle d'abord -Tous ceux qui aujourd'hui sont devenus des ennemis de la Démocratie; - Tous ceux qui cherchent dans nos revendications, d'hypocrites arguments et prétextes pour justifier leur violence et leur barbarie ; -Tous ceux qui se rendent complices des crimes en s'opposant à l'organisation d'une enquête indépendante pour identifier, traduire en justice et condamner les tueurs et leurs commanditaires ; - Tous ceux qui veulent étouffer les aspirations du peuple congolais à l'alternance et au changement, dans le respect de la Constitution et de l'Accord de la Saint-Sylvestre.

A tous ceux-là qui ne veulent pas comprendre, nous leurs disons:« Nous n'irons jamais dans la violence. Nous n'accepterons jamais que des Congolais portent la main sur d'autres Congolais! Leur violence et leurs balles ne triompheront pas de notre amour du Congo et des Congolais»

Notre peuple interpelle aussi le Conseil de Sécurité des Nations-Unies, l'Union Africaine, et l'Union Européenne, afin qu'ils aillent au-delà des condamnations de principe, car ils sont des témoins non seulement du blocage du Processus électoral par le Président Kabila mais aussi des atrocités et de la barbarie qui émaillent ce processus. Et pourtant, à travers ces manifestations pacifiques, le peuple congolais ne demande que l'application de l'Accord de la Saint-Sylvestre, un Accord largement soutenu par l'ensemble de la Communauté internationale. Il est encore temps d'éviter que la RDC ne sombre dans la violence susceptible d’entraîner toute la sous-région dans le chaos.

Ce 25 février 2018, où que nous soyons, au Congo ou à l'étranger, quels que soient nos appartenances religieuses, associatives, politiques ou professionnelles ;

LEVONS-NOUS ET MARCHONS pour dire NON à la dictature;

DRESSONS NOS FRONTS ET MARCHONS pour dire NON à toutes les atrocités dont notre peuple est victime ;

DEBOUT CONGOLAIS ET MARCHONS! SOYONS PRÊTS à affronter le pire pour arracher le meilleur, à savoir le respect de notre dignité d'homme et de femme.

Fait à Kinshasa, ce 10 février 2018.

LE COMITÉ LAÏC DE COORDINATION

25 février 2018, marche à l'appel du CLC contre « la dictature » de J. Kabila
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
9 février 2018 5 09 /02 /février /2018 15:08
Lu pour vous: L'espace Schengen inaccessible aux Congolais

Le journal gratuit belge "Metro" tiré à 230.000 exemplaires a publié le vendredi 9 février 2018 en page 4 un article intitulé:" L'espace Schengen inaccessible aux Congolais" titre repris aussi à la une.

"Artistes, entrepreneurs, religieux, proches d'un membre de la diaspora à Bruxelles ou Paris, ils font les frais des relations exécrables entre la République démocratique du Congo et la Belgique".

Faut-il en rire ou en pleurer?

Les imposteurs qui se cramponnent à la tête de différentes institutions congolaises sont si égoïstes et cyniques qu'ils s'en foutent du peuple congolais.

Comme nous l'avions écrit dans un de nos précédents articles, si Joseph Kabila, Bruno Tshibala, Kengo wa Dondo et Aubain Minaku avaient des comptes à rendre au peuple congolais, ils n'auraient jamais osé prendre une décision dont les effets pervers sur la population sont visibles. Comme ils sont au pouvoir grâce à leur roublardise et leur capacité à violer la constitution et à piétiner l'accord qu'ils ont eux-mêmes signé, ils se croient tout permis. Et les Congolais peuvent trinquer.

Bruxelles, le 09 février 2018 

IL-CdB

 

Lu pour vous: L'espace Schengen inaccessible aux Congolais
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
9 février 2018 5 09 /02 /février /2018 09:51
Kinshasa. Messe en mémoire des victimes du 21.01.2018

MESSE des morts ce vendredi 09 février 2018 10h00. Soyons en union.

« Le Comité Laïc de Coordination (CLC) prie les membres de la Communauté nationale et internationale à bien vouloir prendre part à la Messe des morts en mémoire des Victimes de la Marche pacifique du 21 janvier 2018 ». C’est par ces mots que le CLC silencieux depuis des jours invite les chrétiens le vendredi 9 février 2019 sous le coup de 10h00’ pour une messe en la Cathédrale Notre Dame du Congo de Lingwala.
Dans ce communiqué signé à Kinshasa le 4 février 2018 par les trois responsables Thierry Nlandu, Isidore Ndaywel et Justin Okana, on y lit aussi

« Soyons nombreux pour honorer nos morts ; Soyons ensemble pour dire NON à la persécution des Chrétiens qui se déroule dans notre pays, sous nos yeux, en plein 21ème Siècle ».

Kinshasa. Messe en mémoire des victimes du 21.01.2018
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA - dans communiqué
8 février 2018 4 08 /02 /février /2018 19:04
Communication: Etude auprès des Congolais... Sur la téléphonie mobile par opinion.be

Une société active en études de marché depuis 2000 réalise actuellement une étude sur la téléphonie mobile en Belgique.

Pour finaliser ses résultats, elle réalise de tables de discussions réunissant des personnes d'origines différentes suivant l'horaire ci-après:

à savoir:

lundi 12/02 18h30-21h30 : groupe avec des femmes d'origine congolaise de minimum 35 ans

mardi 13/02 17h30-20h30 : groupe avec des hommes d'origine marocaine de 20 à 35 ans

jeudi 15/02 18h30-21h30 : groupe avec des hommes d'origine congolaise de 20 à 35 ans

lundi 19/02 18h30-21h30 : groupe avec des hommes d'origine turque de minimum 35 ans

Dédommagement : 50 €

Forme de dédommagement : versement bancaire

Intéressé? Rendez-vous sur le site de la société en cliquant le lien suivant:

https://www.opinions.be/survey/start/218-2018-02-12-telecom-465

 

NOTA: cet article est également visible sur le site : 

http://congolaisdebelgique.be/ 

 

Communication: Etude auprès des Congolais... Sur la téléphonie mobile par opinion.be
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
8 février 2018 4 08 /02 /février /2018 13:47
L'UDPS organise son congrès du 26 au 27 février 2018 à Kinshasa

Lors d'un point de presse le 8 février 2018, monsieur Jean-Marc Kabund a Kabund Secrétaire Général de l'UDPS a annoncé que leur parti tiendra un congrès du 26 au 27 février 2018 en vue d'élire le remplaçant de feu Étienne Tshisekedi. 

Ce congrès aura pour thème : " Un nouveau Président de l'UDPS pour la continuité du  combat  du Dr Étienne Tshisekedi et la conquête du pouvoir en RDC. "

Il se tiendra au siège du parti à Limete.

617 délégués sont attendus, et 100 invités extérieurs y seront conviés.

Le budget global  du Congrès  est de 176.370 dollars. Le  Secrétaire Général de l'UDPS a profité de l'occasion  pour demander aux membres du parti d'apporter leur contribution matérielle et financière pour la réussite  du congrès. 

Bruxelles, le 8 février 2018 

Cheik FITA 

L'UDPS organise son congrès du 26 au 27 février 2018 à Kinshasa
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA

ANNONCES...MESSAGES

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES: 

RD Congo, sans un seul coup de feu

 

 

 

 

 

 

RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

Nous contacter en cliquant sur le lien suivant: http://www.cheikfitanews.net/contact

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

 http://banamikili.skyrock.com/

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE

 rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne lien 

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

FOCUS

Liens