Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

 

kabila oyebela

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Depuis le 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

4 novembre 2018 7 04 /11 /novembre /2018 12:57
Sortie officielle à Bruxelles d’une dynamique de soutien au Candidat Félix Tshisekedi

Annoncée le mercredi 10 octobre 2018, la sortie de la « Dynamique Fatshi Président »  a finalement eu lieu le samedi 3 novembre 2018 à l’hôtel Hilton de la place Rogier à Bruxelles.

la « Dynamique Fatshi Président» qu’est-ce ?

Quels sont ses objectifs ?

Comment est-elle structurée ?

Voici l'essentiel de ce qu'on peut lire dans l'acte d'engagement des initiateurs :

« Dynamique Fatshi Président» est une « structure indépendante composée de personnalités issues de différentes tendances politiques et de la société civile ». Cette structure s'est donnée comme mission

- D' « apporter son soutien à la candidature de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo » à la présidentielle congolaise de décembre 2018,

- D’œuvrer pour pour sa victoire à la magistrature suprême,

- De sensibiliser au maximum le peuple congolais pour l'adhésion à son programme,

- De battre campagne pour lui à travers toute la république,

- De lui faire le lobbying sur le plan tant national qu'international.

Selon ses membres, cette structure fonctionne d'une façon collégiale.

La « Dynamique Fatshi Président» invite enfin le peuple congolais à s'engager à côté d'elle pour un Congo prospère et dynamique.

Le candidat Félix Antoine Tshisekedi étant absent de Belgique, il a été représenté à la cérémonie par son épouse.

Plus de détails dans le reportage vidéo ci-dessous de la sortie officielle de cette dynamique, réalisé par  l’Info en Ligne des Congolais de Belgique.

 

Bruxelles le 4 novembre 2018

Cheik FITA
 

Sortie officielle à Bruxelles d’une dynamique de soutien au Candidat Félix Tshisekedi
Sortie officielle à Bruxelles d’une dynamique de soutien au Candidat Félix Tshisekedi

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2018 3 31 /10 /octobre /2018 09:20
Billet. Des bulletins papiers pour la présidentielle Congolaise comme plan B

 Le processus électoral congolais est actuellement pollué par le débat sur l’utilisation ou non, le dimanche 23 décembre 2018, de la « machine à voter ».

La population dans sa grande majorité, l’opposition, la société civile, différentes institutions internationales sont contre cette machine,

Le clan Kabila et la CENI, Commission Electorale Nationale Indépendante sont pour.

Si chacun campe sur sa position et que cet antagonisme persiste jusqu’à la fin, il est possible que le jour des élections  se transforme en journée d’affrontements dans les 90.000 bureaux de vote qui seront disséminés à travers la république.

Quelles pourraient en être les conséquences ?

Y a-t-il une piste sortie ?

Le clan Kabila qui a la CENI  sous sa botte aimerait pérenniser sa présence au pouvoir à l’issue des élections du 23 décembre 2018, et cela n’est un secret pour personne.

Le hold-up électoral de 2011 est encore frais dans les mémoires.

Hélas, le bilan du clan Kabila est si catastrophique que ses bonzes sont conscients qu’avec des élections libres et transparentes, il leur sera administrée une vraie raclée.

D’où cette décision jusqu’au-boutiste de faire un forcing électoral.

Seulement, en face, il y a tout un peuple prêt à défendre son droit.

Conséquence, une véritable confrontation pointe à l’horizon.

Le jour du scrutin, la présence de ces machines ne pourrait-elle pas provoquer des vives tensions si pas des réactions incontrôlées de la part des électeurs ?

Le clan Kabila pourra-t-il sortir vainqueur de ce bras de fer, c’est-à-dire :

  • Imposer les machines à voter,
  • Imposer les résultats issus de la compilation faite par les machines,
  • Imposer le dauphin de Kabila comme « Président  élu »,
  • Imposer l’entrée en fonction du dauphin comme Président ?

Ce plan du clan Kabila est non seulement une déclaration de guerre au peuple souverain s’il est exécuté,

Ce sera le début d’une véritable guerre civile, une guerre qu’un clan déclarera à tout un peuple !

« On sait quand commence la guerre, mais on ne sait pas quand elle finit ».

Les conséquences ?

Les premières victimes de cette éventuelle « guerre » idiote seraient les agents de la CENI. Dans tous les bureaux de vote, ils seront noyés dans le flot des électeurs.

Ils risqueraient de payer pour les péchés de leurs dirigeants. Les dirigeants de la CENI sont-ils en droit d’exposer ainsi leur personnel à une éventuelle vindicte populaire pour des bas intérêts ?

Sont-ils disposés à assumer cet acte inhumain au cas où la situation dégénérait?

La deuxième conséquence, c’est l’avènement d’un chaos politique et social: déjà que, sans un seul dirigeant légitime, le pays est un non-état. ! Qu’adviendrait-il s’il s’en suivait des troubles?

Concession minimale

La « machine à voter » étant la principale « pomme de discorde », des hommes politiques commencent à suggérer à la CENI  une solution médiane, un plan B :

  • Imprimer DEJA des bulletins papier pour la présidentielle. Il n’y a que 21 candidats pour une seule circonscription. Un seul bulletin de format A4 avec cases à cocher suffira. Soit 400.000 rames de papier pour tout le pays: une goutte !
  • Trouver un compromis avec l’opposition pour un usage à minima de la « machine à voter » pour les législatives : c’est-à-dire : n’employer la « MAV » que comme imprimante.

Est-ce trop demander ?

Le Président de la CENI aura-t-il un brin de sagesse pour envisager déjà ce plan B, ou étant trop compromis avec le clan Kabila, continuera-t-il à jouer malgré lui, le rôle de pantin ?

Monsieur Corneille Nangaa Président de la CENI a encore quelques semaines pour choisir la page de l’histoire du pays où figurera son nom… Avant qu’il ne soit trop tard !

 

Bruxelles, le 31 décembre 2018

Cheik FITA

 

Billet. Des bulletins papiers pour la présidentielle Congolaise comme plan B

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2018 3 24 /10 /octobre /2018 14:47
Genève-Bruxelles. Commémoration de la Journée Internationale du Génocide Congolais

Mercredi 24 octobre 2018 à Genève et à Bruxelles, des Congolaises et Congolais ont commémoré la première journée internationale du Génocide Congolais.

A Genève c’était à la place des Nations devant les bureaux des Nations Unies, sur initiative de la CCE, Convention des Congolais de l’Etranger, et  à Bruxelles, c’était à la Place Lumumba, à la sortie du Métro Porte de Namur, sur initiative de l’asbl MIRGEC.

On connaît le génocide des Juifs par les Nazi, on connaît le génocide Rwandais en 1994.

Mais jusqu’à ce jour, le monde semble traîner les pieds pour reconnaître le génocide congolais qui a  fait au moins 6 millions de morts suite à l’invasion Rwando-ougandaise de la RD Congo depuis 1996-1997.

Mais les faits sont là, les morts congolais sont là.

Nul n’est dupe, cela est dû aux intérêts tirés par l’exploitation du coltan qui fait l’affaire de plusieurs pays et de plusieurs multinationales.

La mobilisation des Congolais n’a pas été grande pour diverses raisons. Lors de la prochaine commémoration, cela devrait être corrigé.

 

Bruxelles, le 24 octobre 2018

Cheik FITA

Genève-Bruxelles. Commémoration de la Journée Internationale du Génocide Congolais

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2018 2 03 /07 /juillet /2018 16:10
Poignée de main Bourgmestre Phillipe Close-Rolland Lumumba photo Cheik FITA

Poignée de main Bourgmestre Phillipe Close-Rolland Lumumba photo Cheik FITA

La journée du samedi 30 juin 2018 est entrée dans l’histoire  de Bruxelles. Ce jour-là, les autorités de la ville de Bruxelles ont officialisé l’entrée du nom de Patrice Lumumba dans les dénominations des lieux, rues et places de la ville.

Retour sur ce jour mémorable avec cette vidéo reprenant l’intégralité des discours prononcés à cette occasion par les autorités, les invités et les organisateurs.

 

Bruxelles , le 3 juillet 2018 

Cheik FITA

 

 

 

Poignée de main Bourgmestre Phillipe Close-Rolland Lumumba photo Cheik FITA
Poignée de main Bourgmestre Phillipe Close-Rolland Lumumba photo Cheik FITA
Poignée de main Bourgmestre Phillipe Close-Rolland Lumumba photo Cheik FITA
Poignée de main Bourgmestre Phillipe Close-Rolland Lumumba photo Cheik FITA

Poignée de main Bourgmestre Phillipe Close-Rolland Lumumba photo Cheik FITA

Partager cet article

Repost0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 22:28
Document. Affaire Ne Mwanda Nsemi, communiqué du gouvernement Badibanga

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 21:52
Communiqué de l'IDGPA. «Samy Badibanga réputé démissionnaire»

COMMUNIQUE DE L’IDGPA SUR LA DEMISSION DU PREMIER MINISTRE SAMY BADIBANGA NTITA ET LES POURSUITES JUDICIAIRES CONTRE L’ANCIEN PREMIER MINISTRE AUGUSTIN MATATA ET LES MEMBRES DE SON GOUVERNEMENT

 

Conformément à sa mission de protection et de défense de la Constitution de la République que le peuple congolais avait votée par référendum les 18 et 19 décembre 2005 et que le Président de la République avait promulguée le 18 février 2006 avant de jurer « solennellement » de l’«observer » et de la « défendre » « devant Dieu et la Nation » (Article 74), l’IDGPA attire l’attention de la communauté internationale et, en premier lieu, celle du peuple congolais et des responsables politiques, particulièrement ceux qui « dialoguent inclusivement » grâce aux bons offices de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), sur les conclusions suivantes qui découlent du respect de la loi suprême du pays:

  1. Suivant l’Article 90 de la Constitution, le gouvernement est dirigé par le Premier Ministre. Il est investi lorsque le programme du gouvernement présenté par le Premier Ministre est approuvé à la majorité absolue des membres qui composent l’Assemblée nationale.

  2. L’Article 99 de la Constitution dispose :

Avant leur entrée en fonction et à l’expiration de celle-ci, le Président de la République et les membres du Gouvernement sont tenus de déposer, devant la Cour constitutionnelle, la déclaration écrite de leur patrimoine familial énumérant leurs biens meubles, y compris actions, parts sociales, obligations, autres valeurs, comptes en banque, leurs biens immeubles, y compris terrains non bâtis, forêts, plantations et terres agricoles, mines et tous autres immeubles, avec indication des titres pertinents.

Le patrimoine familial inclut les biens du conjoint selon le régime matrimonial, des enfants mineurs et des enfants même majeurs, à charge du couple.

La Cour constitutionnelle communique cette déclaration à l’administration fiscale.

Faute de cette déclaration, endéans les trente jours, la personne concernée est réputée démissionnaire.

Dans les trente jours suivant la fin des fonctions, faute de cette déclaration, en cas de déclaration frauduleuse ou de soupçon d’enrichissement sans cause, la Cour constitutionnelle ou la Cour de cassation est saisie selon le cas.

  1. Même lorsqu’un membre du gouvernement est reconduit dans un nouveau gouvernement, il est tenu de faire une déclaration écrite dans les trente jours suivant la fin des fonctions et une autre dans les trente jours suivant l’entrée dans les nouvelles fonctions.

  2. Le Premier Ministre Augustin Matata Ponyo avait remis sa démission au Président de la République qui l’avait acceptée le lundi 14 novembre 2016 tandis que le Gouvernement du Premier Ministre Samy Badibanga Ntita avait été investi par l’Assemblée nationale le jeudi 22 décembre 2016.

  3. Plus de trente jours (à présent plus de 60 jours) suivant la fin de leurs fonctions, ni l’ancien Premier Ministre Augustin Matata ni aucun membre de son gouvernement n’a déposé sa déclaration écrite de patrimoine devant la Cour constitutionnelle. Dans tous les cas, le peuple congolais n’a jamais été informé qu’ils auraient rempli cette obligation constitutionnelle.

  4. Pour le Premier Ministre Samy Badibanga et les membres de son gouvernement, le délai de trente jours pour le dépôt de déclarations écrites de leurs patrimoines avait expiré le samedi 21 janvier 2017.

  5. Cependant, le Premier Ministre Samy Badibanga Ntita et les membres de son gouvernement n’ont pas déposé leurs déclarations écrites de patrimoines et se sont donc rendus coupables de violation intentionnelle de l’Article 99 de la Constitution. Même s’ils avaient pensé malheureusement à tort qu’ils pouvaient le faire nuitamment ou en secret, le peuple n’est pas informé que la Cour constitutionnelle a reçu leurs déclarations et les a communiquées à l’Administration fiscale pour en prendre acte comme prescrit par la Constitution.

De ce qui précède, l’IDGPA tire les conséquences suivantes :

  1. Le Premier Ministre Samy Badibanga Ntita et l’ensemble des membres de son gouvernement sont réputés démissionnaires depuis le dimanche 22 janvier 2017 pour violation de l’ Article 99 de la Constitution en rapport avec le dépôt des déclarations écrites des patrimoines des membres du gouvernement. Le débat suivant lequel le Premier Ministre Samy Badibanga ne peut quitter ses fonctions qu’à la suite d’une démission volontaire ou d’un vote de censure ou de défiance par l’Assemblée nationale est désormais sans objet. On n’a même plus besoin de leur demander ou de les supplier pour qu’ils démissionnent parce que Monsieur Samy Badibanga et chacun des membres de son gouvernement sont réputés démissionnaires depuis le 22 janvier 2017.

  2. Le Procureur général de la République qui avait déjà failli à sa mission en ce qui concerne les prédécesseurs du Premier Ministre Samy Badibanga et les membres de leurs gouvernements devrait saisir sans délai la Cour Suprême de Justice faisant office de Cour de cassation contre l’ancien Premier Ministre Augustin Matata Ponyo et les membres de son gouvernement pour violation intentionnelle de l’Article 99 de la Constitution.

 

Fait à Kinshasa, le 23 janvier 2017

 

Le Directeur exécutif de l’IDGPA

André Mbata Mangu

Professeur des Universités

E-mail : amangu@idgpa.org

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2016 3 26 /10 /octobre /2016 08:27
Économie, le pognon de la RD Congo ? Iko Matata

On l'appelle Matata avec comme post-nom : Ponyo (Lisez pognon) et comme prénom : Mapon, Ma venant de Matata, et PON de Ponyo. Et oui, du temps de l'authenticité de Mobutu, chacun avait sa petite idée pour se trouver un prénom qui ne soit pas d'origine occidentale.

Mapon a été le seul à régner à l'hôtel du gouvernement depuis le hold-up électoral de novembre 2011. c'est lui qui devait entre autre assurer le financement des élections. Passons.

Après cinq ans de règne MAPON vient de créer l’événement.

Le mardi 25 octobre 2016, à la veille de son départ de la primature fin de mandat de Joseph Kabila oblige, Mapon vient de gratifier la République d'un budget de $4,5 milliards. Pour une république qui compte près de 80 millions d'habitants, avec comme richesse la forêt, le coltan, le cuivre, l'or, le cobalt, le diamant... On ne peut pas dire que Matata a bien travaillé.

Preuve ?

Voici la réaction de Mr Noël Tshiani, un grand économiste congolais, face à ce budget modique, presqu'insultant :

"Le budget annuel de la RDC de $4,5 milliards en 2017 équivaut à 50 dollars par personne par an dans ce pays de 80 millions d'habitants! Un budget ridicule qui consacre l'échec des politiques économiques mises en œuvre depuis 2001 avec des conséquences néfastes sur le vécu quotidien des congolais.

Ce budget confirme le classement de la RDC en tant que pays le plus pauvre du monde avec le PIB par habitant le plus bas de la planète ($394).

Ce budget confirme aussi la triste vérité que la RDC est l'un des pays les plus corrompus du monde où 85 % des revenus des ressources naturelles n'entrent pas dans les caisses de l'Etat, mais plutôt dans les poches des privés.

Un budget qui permet d'entretenir et de pérenniser la pauvreté et le sous développement.

Je ne me trompe pas en affirmant que la RDC souffre de trois maux: mauvais leadership politique, manque de vision et mauvaise gouvernance économique.

Le pays a besoin d'un Changement de leadership politique, d'une nouvelle vision de développement et d'un nouveau mode de gouvernance dans un système animé par des gens nouveaux incorruptibles."

Ah, le pognon de la RD Congo, iko Matata sana !

 

Bruxelles, le 26 octobre 2016

Cheik FITA

Économie, le pognon de la RD Congo ? Iko Matata

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 07:19
CPI : Bemba et ses coaccusés déclarés coupables d’atteintes à l’administration de la justice

La signature des accords du camp Tshatshi et la journée ville morte décrétée par le « Rassemblement » le 19 octobre 2016 ont éclipsé le rendu du jugement à la CPI, Cour Pénale International, dans l'affaire Le Procureur c. Jean-Pierre Bemba Gombo, Aimé Kilolo Musamba, Jean-Jacques Mangenda Kabongo, Fidèle Babala Wandu et Narcisse Arido.

Qu'en a-t-il été ? Voici ce qui a été diffusé par la CPI.

 

Situation : République centrafricaine
Affaire : Le Procureur c. Jean-Pierre Bemba Gombo, Aimé Kilolo Musamba, Jean-Jacques Mangenda Kabongo, Fidèle Babala Wandu et Narcisse Arido 

Ce jour, 19 octobre 2016, la Chambre de première instance VII de la Cour pénale internationale (CPI) a rendu son jugement dans l'affaire Le Procureur c. Jean-Pierre Bemba Gombo, Aimé Kilolo Musamba, Jean-Jacques Mangenda Kabongo, Fidèle Babala Wandu et Narcisse Arido et a déclaré les cinq accusés coupables de plusieurs atteintes à l'administration de la justice, sur la base des faux témoignages produits par des témoins de la Défense dans une autre affaire portée devant la CPI, l'affaire Le Procureur c. Jean-Pierre Bemba Gombo (« l'affaire principale »).

Le jugement a été prononcé lors d'une audience publique, en présence des cinq accusés : Jean-Pierre Bemba Gombo ; son ancien conseil, Aimé Kilolo Musamba ; Jean-Jacques Mangenda Kabongo (un ancien membre de l'équipe de la Défense de Jean-Pierre Bemba) ; Fidèle Babala Wandu (un allié politique de Jean-Pierre Bemba au Parlement de la République démocratique du Congo) ; et Narcisse Arido (un témoin potentiel de la Défense dans l'affaire principale, qui n'a finalement pas déposé). 

Conclusions : La Chambre de première instance VII a déclaré Jean-Pierre Bemba, Aimé Kilolo et Jean-Jacques Mangenda coupables d'avoir conjointement commis les infractions de subornation intentionnelle de 14 témoins de la Défense et de production intentionnelle de faux éléments de preuve devant la Cour, en tant que coauteurs de ces infractions.

De plus, Jean-Pierre Bemba a été déclaré coupable d'avoir sollicité les faux témoignages des 14 témoins de la Défense, Aimé Kilolo coupable d'avoir encouragé les faux témoignages des 14 témoins de la Défense, et Jean-Jacques Mangenda coupable d'avoir apporté son aide aux faux témoignages faits par deux témoins de la Défense et apporté son concours aux faux témoignages faits par sept témoins de la Défense. Jean‑Jacques Mangenda a été déclaré non coupable d'avoir apporté son aide, son concours ou toute autre forme d'assistance aux faux témoignages faits par les cinq autres témoins.

De surcroît, la Chambre a déclaré Fidèle Babala coupable d'avoir apporté son aide en vue de la subornation de deux témoins de la Défense. En revanche, il a été déclaré non coupable d'avoir apporté son aide, son concours ou toute autre forme d'assistance aux faux témoignages faits par les 12 autres témoins et d'avoir produit de faux éléments de preuve devant la Cour. Il a été acquitté de ces charges. Narcisse Arido a été déclaré coupable d'avoir suborné quatre témoins de la Défense. Il a été déclaré non coupable d'avoir apporté son aide, son concours ou toute autre forme d'assistance à la production de faux éléments de preuve par quatre témoins devant la Cour et à ces faux témoignages. Il a été acquitté de ces charges.

Appel et pénalités : Le Procureur et la Défense peuvent faire appel du jugement dans un délai de 30 jours. Conformément au Statut de Rome, les juges peuvent, pour les infractions de ce type, prononcer une peine d'emprisonnement ne pouvant excéder cinq années et/ou une amende. La Chambre prononce les pénalités dans cette affaire ultérieurement.

Contexte : Le procès de Jean-Pierre Bemba Gombo, Aimé Kilolo Musamba, Jean-Jacques Mangenda Kabongo, Fidèle Babala Wandu et Narcisse Arido pour atteintes à l'administration de la justice s'est ouvert le 29 septembre 2015 devant la Chambre de première instance VII. Le 29 avril 2016, la Chambre a déclaré close la présentation des éléments de preuve dans cette affaire, et les parties ont présenté leurs conclusions finales oralement entre le 31 mai et le 1er juin 2016. Au cours de 46 jours d'audience, la Chambre de première instance VII a entendu 13 témoins et témoins experts cités à comparaître par l'Accusation, et 6 témoins cités à comparaître par les équipes de la Défense des cinq accusés. La Chambre a examiné une multitude d'éléments de preuve, dont des enregistrements audio de conversations téléphoniques interceptées, et des éléments de preuve documentaires. La Chambre de première instance VII a rendu 266 ordonnances et décisions écrites, ainsi que 80 décisions orales. La Chambre est composée du juge Bertram Schmitt, juge président, du juge Marc Perrin de Brichambaut et du juge Raul Cano Pangalangan.

 

 

 

 

CPI : Bemba et ses coaccusés déclarés coupables d’atteintes à l’administration de la justice

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 13:40
URGENT. UE. Conclusions du Conseil sur la République démocratique du Congo
  1. L'Union européenne est profondément préoccupée par la situation politique en République démocratique de Congo (RDC). Elle condamne vivement les actes d'extrême violence qui ont eu lieu les 19 et 20 septembre 2016, en particulier à Kinshasa. Ceux-ci ont encore aggravé la situation d'impasse dans laquelle se trouve la RDC du fait de la non-convocation dans les délais constitutionnels du corps électoral en vue de l'organisation de l'élection présidentielle. À cet égard, l'UE rappelle ses conclusions du 23 mai 2016 et réaffirme la responsabilité première des autorités de la RDC dans l'organisation des élections.
  2. La crise politique de la RDC ne peut être résolue qu'à travers un engagement public et explicite de tous les acteurs de respecter la Constitution actuelle, en particulier en ce qui concerne la limitation des mandats présidentiels ainsi que par un dialogue politique substantiel, inclusif, impartial et transparent. Celui-ci doit déboucher, en ligne avec l'esprit de la résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations Unies, sur l'organisation d'élections présidentielles et législatives dans le délai le plus court possible au cours de l'année 2017. Si l'actuel mandat présidentiel vient à son terme sans qu'il y ait eu un accord préalable sur le calendrier électoral, l'UE devra considérer l'impact d'une telle situation sur ses relations avec le gouvernement de la RDC.
  3. Le dialogue facilité par l'Union africaine à Kinshasa, et soutenu par l'UE en tant que membre du groupe de soutien, doit ouvrir la voie à une nouvelle phase d'un processus politique plus inclusif au cours des semaines à venir. Il devra être clarifié, d'ici le 19 décembre, la manière dont se déroulera la période transitoire jusqu'aux élections. L'UE souligne l'urgence de la situation et l'importance de la participation à un tel processus de toutes les grandes familles politiques et de la société civile, dont la Conférence épiscopale du Congo. Elle appelle la majorité et l'opposition à rechercher les compromis nécessaires portés par un très large consensus populaire.
  4. Afin d'assurer un climat propice à la tenue du dialogue et des élections, le gouvernement doit prendre un engagement clair de veiller au respect des droits de l'Homme et de l'état de droit et cesser toute instrumentalisation de la justice. L'UE appelle à la libération de tous les prisonniers politiques et à la cessation des poursuites judiciaires politiquement motivées contre l'opposition et la société civile ainsi qu'à la réhabilitation des personnes victimes de jugements politiques. L'interdiction des manifestations pacifiques, l'intimidation et le harcèlement à l'encontre de l'opposition, de la société civile et des médias ne permettent pas de préparer une transition paisible et démocratique. Dans ce contexte, l'engagement de l'UE dans de nouveaux programmes de réforme de la police et de la justice ne peut être assuré. L'UE appelle la MONUSCO, dans le cadre de son mandat de protection des civils et dans la limite de ses moyens et de son dispositif, à se déployer de manière dissuasive et demande la pleine coopération des autorités dans la mise en œuvre de la résolution adoptée lors de la trente-troisième session du Conseil des droits de l'Homme.
  5. Les très nombreuses arrestations qui ont suivi les événements du 19 et 20 septembre suscitent de fortes préoccupations quant au respect des procédures légales et à la volonté de garantir une justice indépendante. L'UE exhorte tous les acteurs, tant du côté des autorités que du côté de l'opposition, à rejeter l'usage de violence. Elle rappelle la responsabilité première des forces de sécurité pour maintenir l'ordre public tout en assurant le respect des libertés fondamentales. Une enquête indépendante doit permettre de dégager rapidement les responsabilités individuelles de chacun. La MONUSCO et le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l'Homme en RDC (BCNUDH) doivent pouvoir effectuer leur travail de documentation sans entraves. L'UE a également pris note du communiqué du Procureur de la Cour Pénale Internationale du 23 septembre 2016, qui a déclaré surveiller avec une extrême vigilance la situation sur le terrain.
  6. L'UE réitère sa forte préoccupation face à la situation dans l'est du pays, et en particulier à Beni. Dans ce contexte, l'UE rappelle l'existence de la résolution 2293 du Conseil de sécurité des Nations Unies qui fixe le cadre onusien de mesures restrictives à l'encontre des individus ou des entités responsables de graves violations des droits de l'Homme.
  7. Devant les risques d'instabilité dans le pays et la menace que cela constitue pour la région, l'UE restera entièrement mobilisée. Les États membres s'accordent dès à présent sur la nécessité de coordonner leur approche en matière de délivrance de visas à l'égard des détenteurs d'un passeport diplomatique ou de service. L'UE utilisera tous les moyens à sa disposition, y compris le recours à des mesures restrictives individuelles contre ceux qui sont responsables de graves violations des droits de l'Homme, incitent à la violence ou qui feraient obstacle à une sortie de crise consensuelle, pacifique et respectueuse de l'aspiration du peuple congolais à élire ses représentants. Le Conseil invite la Haute Représentante à initier un travail dans ce sens.
  8. L'UE rappelle les efforts significatifs qu'elle a consentis ces dernières années pour accompagner le pays et confirme sa disponibilité à les intensifier en réitérant sa demande du 2 juin 2016 au gouvernement d'initier dans les plus brefs délais un dialogue politique au plus haut niveau, conformément à l'article 8 de l'Accord de Cotonou. Elle est disposée à apporter son soutien, y compris financier, à un processus électoral transparent sur la base d'un accord politique inclusif et d'un calendrier clair agréé par les parties prenantes, et si toutes les conditions sont réunies conformément à la Constitution et à la résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Dans ces conditions, l'UE restera engagée en tant que membre du groupe de soutien à la facilitation et travaillera étroitement avec ses partenaires, notamment africains. Elle salue les efforts considérables de la région pour rapprocher les positions, en particulier lors de la tenue prochaine d'un sommet sur la RDC organisé à Luanda par la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs, les Nations Unies et l'Union africaine, et d'une réunion ministérielle de la SADC.
 

SOURCE. http://www.consilium.europa.eu/fr/home/

URGENT. UE. Conclusions du Conseil sur la République démocratique du Congo

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 06:42
Philo Nzomina, la veude d'Aramnd Tungulu, entourée de ses deux filles cheikfitanews

Philo Nzomina, la veude d'Aramnd Tungulu, entourée de ses deux filles cheikfitanews

Il y a six ans, le 30 septembre 2010, Armand Tungulu était arrêté par la garde présidentielle de Joseph Kabila, tabassé puis amené vers une destination inconnue. Le 3 octobre, on apprendra qu'il était décédé dans sa cellule.

Samedi 8 octobre 2016, en sa mémoire et en celle des victimes du 19 et 20 septembre derniers, un culte religieux a été organisé à Bruxelles par ses amis combattants ainsi que les membres de sa famille.

 

Qu' a dit dans son homélie, l'abbé Jean-Pierre Mbelu l'officiant du jour ?

 

Suivez dans la vidéo ci-dessous

 

Lire aussi:

 

http://cheikfitanews.over-blog.net/article-bruxelles-deuxieme-marche-contre-la-visite-au-congo-du-roi-albert-ii-52577670.html

 

Messe à Bruxelles pour les 6 ans de l'assassinat d'Armand Tungulu
Messe à Bruxelles pour les 6 ans de l'assassinat d'Armand Tungulu
Messe à Bruxelles pour les 6 ans de l'assassinat d'Armand Tungulu

Partager cet article

Repost0

ANNONCES...MESSAGES

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES: 

RD Congo, sans un seul coup de feu

 

 

 

 

 

 

RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

Nous contacter en cliquant sur le lien suivant: http://www.cheikfitanews.net/contact

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

 http://banamikili.skyrock.com/

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE

 rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne lien 

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

FOCUS

Liens