Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.voaafrique.com/a/menace-sur-les-reseaux-sociaux-avant-la-fin-du-mandat-de-kabila-en-rdc/3637256.html

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=-J5ObUKrHmw

 

 

 

 

 

http://www.cheikfitanews.net/2017/03/elections-au-rassemblement-temoignage-de-celui-qui-a-pilote-le-processus.html

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/channel/UCoOL8sf4taCgbL2cJy7NyNg

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=0quPBiMbkpo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=b82o4074eXI&t=72s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=sSkgK9Ux0LA&t=424s

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=SoYmgRJwLic

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=V6v6vSD8K8Q&t=9s

Vidéo du slogan-phare des congolais

pour fin mandat de J. Kabila

kabila oyebela

réserve photos du site

Suivez  attentivement cette Vidéo.

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Du 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

.lire la suite en Cliquant sur ​​le lien suivant:  http://direct.cd/2013/07/19/liste-des-85-multinationales-qui-soutiennent-la-guerre-en-rdc.html

 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 20:16
Bruxelles, La galerie d'Ixelles devient Galerie Matonge.

Lors d'un discours prononcé le vendredi 17 mars 2017 à l'entrée de la galerie d'Ixelles devant les commerçantes et commerçants du quartier, madame Dominique Dufourny, bourgmestre de la commune d'Ixelles a déclaré que l'actuelle galerie d'Ixelles sera débaptisée et deviendra désormais « Galerie Matonge ».
La bourgmestre était accompagnée par plusieurs échevins de la commune.
Pour la bourgmestre, « jusqu'à présent, il n'y avait pas de lieu officiel qui portait le nom Matonge. ».
Après le discours de la bourgmestre, le Président des commerçants de la galerie d' Ixelles  a remercié la bourgmestre ainsi que le collège des échevins pour cet acte.

Bruxelles, le 17 mars 2017 
Cheik FITA

Bruxelles, La galerie d'Ixelles devient Galerie Matonge.
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 14:18
Kengo wa Dondo, photo capture écran

Kengo wa Dondo, photo capture écran

Mercredi 15 mars 2017 au Palais du Peuple de Kinshasa, il y a eu ouverture de la session de mars 2017 du sénat et de l'assemblée nationale.
À 11h00 pour le sénat, et 13h00 pour l'assemblée nationale.
La particularité de cette session est qu'elle a lieu au-delà des mandats électifs des uns et des autres.
On attendait un discours clair d'Aubain Minaku de l'assemblée nationale, malheureusement on a eu droit à un discours d'équilibriste tentant de contenter les uns et les autres et au final, personne.
C'est plutôt Kengo Wa Dondo du sénat qui a le mieux tiré son épingle du jeu face à la crise politique actuelle en RD Congo.
 
Dans un discours de 24 minutes, Léon Kengo wa Dondo, Président du Sénat Congolais a ouvert la session de mars 2017 de l'institution qu'il préside depuis déjà dix ans.
Il a commencé son intervention en demandant une minute de silence en mémoire d'un des membres du sénat décédé dans l'intersession ainsi qu'en celle de l'ancien Premier Ministre Étienne Tshisekedi.
Compte tenu de la situation politique actuelle en RD Congo, c'est par la politique que monsieur Léon Kengo Wa Dondo a commencé son discours en rappelant la signature le 31 décembre 2016 d'un accord politique inclusif entre le pouvoir et l'opposition sous l'égide de la CENCO, et ce que cela implique.
Il en a épinglé les acquis :
- L'apaisement des esprits autour de la date du 19 décembre 2016
- L'engagement de la classe politique de ne pas opérer de révision constitutionnelle ni d'organiser un référendum à ce sujet,
- L'organisation des élections au plus tard le 31 décembre 2017
- Le remplacement de certains membres de la CENI,
- La reconduction à la tête du pays pour un an du Président Joseph Kabila et l'engagement de celui-ci à ne pas briguer un troisième mandat,
- Le maintien des institutions à mandat électif,
- La gestion inclusive des affaires publiques,
- La nomination d'un Premier Ministre désigné par l'opposition,
- La participation de toutes les parties prenantes au gouvernement.
...
Une phrase est à retenir de la communication de Léon Kengo Wa Dondo, phrase qu'il a balancé comme une claque assenée à tout le corps constitué de la République présent au Palais du Peuple :
« toutes les Institutions sont hors mandat ».
Un rappel et une évidence dont les uns et les autres devront tenir compte entre aujourd'hui et décembre 2017, fin de cette période de transition consacrée essentiellement aux élections.
 
Bruxelles, le 15 mars 2017
Cheik FITA

Kengo wa Dondo, « Toutes les Institutions sont hors mandat »
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 09:21
Billet (politique fiction). Démission du Premier Ministre congolais Samy Badibanga afin de...

« Afin de débloquer la situation politique de notre pays, j'ai décidé ce jour de présenter à Son Excellence Monsieur le Président de la République ma démission en tant que Premier Ministre ainsi que la démission de tout mon gouvernement. Ceci permettra le déblocage de la situation politique du pays avec comme conséquences :

- L’accélération du processus électoral congolais en cours,

- Le retour au pays du corps d' Étienne Tshisekedi pour son inhumation.

Signé… Politique fiction» .

 

Ce billet est bien sûr une pure fiction mais qui est du domaine de l'imaginable. Pourquoi ?

Dimanche 12 mars 2017, cela fera 40 jours que l'icône politique congolaise du combat pour la démocratie, Étienne Tshisekedi est décédé.

Dans les traditions congolaises ce sera le quarantième jour, jour où le deuil est définitivement levé.

Malheureusement, dimanche 12 mars 2017, le corps d’Étienne Tshisekedi sera encore dans un funérarium de Bruxelles.

Humainement, ce retard dans l'inhumation d’Étienne Tshisekedi est devenu intolérable, une solution doit immédiatement être trouvée.

Il est vrai, tous ceux qui interviennent dans le processus d'inhumation d'Étienne Tshisekedi ont chacun une part de responsabilité :

- La famille,

- L'UDPS, le parti politique d'Étienne Tshisekedi,

- La ville de Kinshasa,

- Le gouvernement de monsieur Samy Badibanga,

- L'État congolais,

Il est aussi du devoir des médias que nous sommes d'interpeller la conscience collective, si possible avec un électrochoc comme ce billet dont le titre initial était :

« Inhumation d’Étienne Tshisekedi, la clé macabre de Samy Badibanga Ntita »

Oui, il est de notre devoir d'interpeller plus particulièrement le Premier Ministre congolais actuel, monsieur Samy Badibanga.

S'il a atteint le sommet du pouvoir, c'est essentiellement pour avoir été un proche de feu Étienne Tshisekedi et pour avoir été sur la liste de  l'UDPS lors des élections législatives congolaises de 2011.

À ce titre, Samy Badibanga a un devoir de reconnaissance, même  à titre posthume, envers le sphinx de Limete, en tant que père spirituel.

Les combattants de l'UDPS ne veulent pas que l'actuel gouvernement inhume leur leader.

Ces combattants ont exercé une telle pression sur la famille Tshisekedi, que celle-ci a reculé par rapport au retour de la dépouille d'Étienne Tshisekedi, initialement annoncé pour ce samedi 11 mars 2017.

Ces combattants, ce sont ceux-là même qui avaient donné leurs voix à Samy Badibanga afin qu'il devienne député. Aujourd'hui, ils exigent son départ de la primature pour que les funérailles d’Étienne Tshisekedi aient lieu.

Politiquement, Samy Badibanga a toutes les raisons de présenter sa démission parce qu'il n'a plus de base politique.

Humainement, ayant été si proche d’Étienne Tshisekedi, à moins d'être cynique, Samy Badibanga ne peut se permettre de supporter indéfiniment l'idée de laisser son chef spirituel sans sépulture parce que lui doit rester Premier Ministre.

Pour devenir Premier Ministre, il y a eu sûrement un deal entre Samy Badibanga et le camp Kabila. Mais le décès de Tshisekedi faisait-il partie de cela ?

Si oui, il n'y a alors pas de problème, monsieur Samy Badibanga peut rester Premier Ministre aussi longtemps que le clan Kabila le voudra.

Si non, à cette veille du quarantième jour du décès d’Étienne Tshisekedi, monsieur Samy Badibanga devrait poser un acte fort en démissionnant de son poste de Premier Ministre.

Du point de vue de la postérité, des politiciens de la trempe d’Étienne Tshisekedi qui marquent longtemps l'histoire d'un pays, sont rares. Avoir côtoyé une personnalité de cette trempe est un privilège et un honneur.

Pourquoi, en dernières minutes piétiner son honneur et se donner le luxe d'entrer dans l'histoire du pays sur une mauvaise page?

Ainsi, Samy Badibanga détient aujourd'hui la clé capable de débloquer, et l'équation des funérailles d’Étienne Tshisekedi, et l'aboutissement heureux du processus électoral congolais de 2017. Mais pour combien de temps encore ?

Oui, ce pouvoir est éphémère car, Étienne Tshisekedi finira bien par être inhumé. Le processus électoral congolais finira par se débloquer et aller à son terme.

Quel sera alors le sort de Samy Badibanga ?

En toute humilité, Samy Badibanga devrait rapidement soulager sa conscience en usant de la clé macabre qu'il détient afin de permettre l'inhumation d’Étienne Tshisekedi.

Bruxelles, le 11 mars 2016

Cheik FITA

Billet (politique fiction). Démission du Premier Ministre congolais Samy Badibanga afin de...
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 11:02
Journée Internationale de la femme en 2017: Thème et message

Le thème 2017 de la Journée internationale des femmes (JIF) du 8 mars est « les femmes dans un monde du travail en évolution : pour un monde 50-50 en 2030 ».

 

Le monde du travail évolue, avec d’énormes conséquences pour les femmes. D’une part, les avancées technologiques et la mondialisation représentent des opportunités inédites pour celles qui y ont accès. D’autre part, l’informalité du travail, l’inégalité des revenus et les crises humanitaires ne cessent d’augmenter.

Dans ce contexte, seules 50 pour cent des femmes en âge de travailler font partie de la main-d’œuvre mondiale contre 76 pour cent pour les hommes . En outre, une très grande majorité de femmes travaille dans l’économie informelle, les soins subventionnés et les tâches domestiques et exercent des activités peu rémunérées et peu qualifiées, ne bénéficiant que d’une très faible, voire d’aucune, protection sociale. L’égalité entre les sexes dans le monde du travail est un impératif du développement durable.

 

La célébration organisée par les Nations Unies le 8 mars rappellera à tous les acteurs de franchir le pas pour l’égalité entre les sexes pour un monde 50-50 d’ici 2030, en faisant en sorte que le monde du travail accueille toutes les femmes.

La 61e session de la Commission de la condition des femmes (CSW61), qui se tiendra du 13 au 24 mars au siège des Nations Unies débattra de « l’autonomisation économique des femmes dans un monde du travail en évolution ». En savoir plus »

- See more at: http://www.unwomen.org/fr/news/in-focus/international-womens-day#sthash.z07PocHK.dpuf

Message de la directrice exécutive d’ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, le 8 mars 2017

Date : mardi 28 février 2017

 

Trop de femmes et de filles passent un nombre excessif d’heures aux tâches domestiques à travers le monde — souvent plus du double du temps que les hommes et les garçons y consacrent. Elles s’occupent de leurs jeunes frères et sœurs et des membres âgés de la famille, elles affrontent la maladie au sein de leur famille et elles gèrent la maison. Cette répartition inégale du travail se fait souvent au détriment de leur éducation, d’un travail salarié, d’une pratique sportive ou encore de leur engagement civique ou communautaire. Cette situation dresse le cadre normatif des avantages et des inconvénients relatifs à la position des hommes et des femmes au sein de l’économie ainsi que leurs aptitudes à des activités particulières et leur futur lieu de travail. 

Tel est le monde immuable du travail non récompensé, une scène familière de futurs anéantis partout dans le monde, où les filles et leurs mères dont les trajectoires sont très différentes de celles des hommes de leur foyer subviennent aux besoins leur famille en travaillant gratuitement.  

Nous voulons bâtir un monde du travail différent pour les femmes. En grandissant, les filles doivent être exposées à un large éventail de carrières et être encouragées à faire des choix qui les mènent à des emplois dans les secteurs de l’industrie, de l’art, de la fonction publique, de l’agriculture moderne et des sciences, au-delà des services ménagers et d’aide à la personne traditionnels. 

Ce changement doit d’abord s’opérer au sein même des ménages et dès le plus jeune âge à l’école pour qu’à aucun moment dans l’environnement de l’enfant, il ou elle n’entende que les filles sont inférieures, qu’elles doivent s’attendre à moins et avoir des rêves moins ambitieux que les garçons. 

Un tel objectif nécessitera des ajustements en matière d’éducation parentale, de cadre et de programmes scolaires ainsi que de stéréotypes quotidiens que relaient les médias comme la télévision, les publicités et les émissions de divertissement. C’est avec cette détermination que nous parviendrons à protéger les jeunes filles de toutes les formes de violences et des pratiques culturelles préjudiciables comme les mariages précoces. 

suite en cliquant sr le lien sivant: 

http://www.unwomen.org/fr/news/stories/2017/2/statement-ed-phumzile-iwd-2017

- See more at: http://www.unwomen.org/fr/news/stories/2017/2/statement-ed-phumzile-iwd-2017#sthash.74xQ3czm.dpuf

Journée Internationale de la femme en 2017: Thème et message
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 21:10
Soutien de l'UE aux élections congolaises conditionné par le départ du gouvernement Badibanga

Dans un communiqué de presse diffusé à Bruxelles, le 6 mars 2017, L'Union Européenne attend la mise en place du gouvernement issu de l'accord de la Saint Sylvestre pour apporter son soutien au processus électoral congolais de 2017(point 12 du communiqué). En termes vulgaires, le gouvernement Badibanga doit dégager afin de permettre à la RD Congo de jouir du soutien financier de l'Union Européenne pour les élections de 2017.

Ci-dessous, l'intégralité de ce communiqué de presse.

Bruxelles, le 6 mars 2017

Cheik FITA

PRESS FR COMMUNIQUÉ DE PRESSE 112/17 06/03/2017 Conclusions du Conseil sur la République démocratique du Congo

1. L'Union européenne reste gravement préoccupée par la situation politique en République démocratique du Congo (RDC) provoquée par le blocage dans la mise en œuvre de l'accord politique inclusif du 31 décembre 2016, ainsi que par la situation sécuritaire dans plusieurs régions du pays, où un usage disproportionné de la force est observé. La situation est aggravée par une crise économique et budgétaire qui touche très durement la population.

2. L'UE salue l'accord du 31 décembre 2016 qui représente la seule voie pour asseoir la légitimité nécessaire aux institutions qui devraient gérer la transition, y compris celle de la présidence. Ni la disparition du leader de l'opposition Etienne Tshisekedi, ni la situation sécuritaire ne doivent offrir de prétexte pour remettre en question ce processus qui doit mener à une alternance démocratique et pacifique du pouvoir. Cet accord prévoit entre autre le maintien en fonction du Président pour autant qu'un Premier Ministre présenté par l'opposition soit nommé et que toutes les institutions soient assurées par intérim jusqu'à la fin de l'année. Il exclut par ailleurs le maintien du Président actuel au-delà de cette échéance. L'UE souligne l'urgence de la mise en œuvre effective de l'accord par toutes les parties prenantes, en particulier la majorité présidentielle, afin d'aboutir aux élections avant la fin de 2017 et donc à une pleine légitimité constitutionnelle. La récente nomination d'un nouveau président du Conseil des Sages du Rassemblement, qui également remplira la fonction de président du Conseil National de Suivi de l'Accord (CNSA), constitue dans ce sens un premier pas.

3. Dans ce cadre, l'UE réitère son plein soutien au rôle de médiation joué par la Conférence des évêques catholiques (CENCO), dont l'autorité morale, l'impartialité et la légitimité sont indispensables à la réussite du processus et sont reconnues par tous les acteurs congolais. Elle soutient les recommandations du message de l'assemblée plénière de la CENCO du 22 février 2017, et appelle la région et la communauté internationale à maintenir son engagement aux côtés de la CENCO. L'UE condamne les récentes violences contre des églises et autres institutions de la CENCO et rappelle que les responsables devront répondre de leurs actes.

4. La crise institutionnelle, sécuritaire et socio-économique profonde que traverse le pays ne peut être maitrisée que par une mise en œuvre intégrale de l'accord du 31 décembre 2016 et par la constitution d'un gouvernement disposant de suffisamment de légitimité pour mener le pays aux élections. Des avancées concrètes sont impératives, en particulier la nomination urgente du Premier ministre issu du Rassemblement. Il est par ailleurs urgent d'assurer la mise en œuvre des mesures de décrispation telles que la libération des prisonniers politiques, la fin immédiate des maltraitances qu'ils subissent, la fin de l'intimidation et des arrestations arbitraires des opposants et activistes citoyens, et l'arrêt de toutes les poursuites judiciaires politiquement motivées. L'UE observe que la participation des femmes au dialogue politique a été limitée et appelle à faciliter leur implication dans la mise en œuvre de l'accord.

5. L'UE souligne la responsabilité et le rôle crucial que doit jouer la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dans la mise en œuvre d'un processus électoral démocratique et crédible. A cet effet elle réitère son appel à des mesures supplémentaires en matière de transparence et de gouvernance de la CENI, ainsi qu'à la détermination en urgence d'un calendrier électoral et d'un budget réalistes et consensuels afin de tenir les élections avant la fin de 2017. L'UE invite l'Assemblée Nationale à adopter dans les plus brefs délais les mesures législatives nécessaires à la tenue des élections ainsi qu'à la mise en place du CNSA qui est appelé, dans ce contexte, à jouer un rôle essentiel de supervision de la CENI. Ces éléments, ainsi que l'engagement financier du futur gouvernement, sont de nature à favoriser la confiance qui permettra à l'UE et aux autres partenaires de mobiliser leur appui aux élections.

6. Le Conseil de sécurité des Nations unies renouvellera en mars le mandat de la MONUSCO. À cette occasion, la priorité sera de doter la mission des moyens nécessaires lui permettant de faire face aux nouveaux défis politiques et sécuritaires en veillant à renforcer le dispositif de protection des civils, et en fournissant un appui pertinent au processus électoral.

7. L'UE condamne vivement les violations graves des droits de l'Homme qui ont été commises récemment en RDC et rappelle que la lutte contre l'impunité, quels que soient les auteurs de ces violations, est l'une des conditions nécessaires pour une transition apaisée et une stabilisation durable du pays. Les droits de l'Homme et les libertés fondamentales doivent être pleinement garanties par les autorités, en particulier la liberté d'expression, y compris pour les médias indépendants, ainsi que Conseil de l'UE la liberté d'association. L'UE considère essentiel à cet égard que le travail du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l'Homme en RDC (BCNUDH) puisse se dérouler sans entraves dans tout le pays.

8. L'UE déplore l'émergence de foyers de violence dans les trois provinces du Kasaï et au Kongo Central qui illustre les risques de dégradation accrue de la situation qu'encourt le pays. L'UE s'inquiète, comme les membres du Conseil de sécurité de l'ONU, des informations récentes faisant état de violations graves des droits de l'Homme et du droit humanitaire commises par les milices locales dans les Kasaï, notamment le recrutement et l'utilisation illicite d'enfants soldats, ainsi que du meurtre de civils par des membres des forces de sécurité de la RDC, qui pourraient constituer des crimes de guerre au regard du droit international. L'UE s'associe à l'appel formulé par le Conseil de sécurité de l'ONU le 25 février 2017, demandant au gouvernement de la RDC d'ouvrir immédiatement une enquête crédible et impartiale sur ces faits, afin que les responsables en répondent devant la justice, et souhaite également qu'une enquête internationale indépendante puisse être invitée à soutenir ce processus.

9. L'UE est gravement préoccupée par la détérioration de la situation humanitaire dans plusieurs régions du pays et tient à souligner la primauté du respect des principes humanitaires et la nécessité de garantir l'accès aux populations affectées.

10. La situation à l'Est, dans les provinces du Kivu et dans le Tanganyika, reste également inquiétante tout comme les informations d'une éventuelle reprise des armes par les ex-rebelles du M23. L'UE rappelle la responsabilité des autorités congolaises et exhorte les FARDC - avec l'appui de MONUSCO - à mettre tout en œuvre pour protéger les populations. En ce qui concerne le M23, l'UE rappelle les engagements des déclarations de Nairobi de décembre 2013 ainsi que les principes énoncés dans l'accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la région.

11. L'UE rappelle aux responsables politiques et aux membres des forces de sécurité qu'elle est disposée à adopter de nouvelles mesures restrictives individuelles contre ceux qui seraient responsables de graves violations des droits de l'Homme, inciteraient à la violence ou qui feraient obstacle à une sortie de crise consensuelle, pacifique et respectueuse de l'aspiration du peuple congolais à élire ses représentants. L'UE invite la Haute représentante à initier un travail dans ce sens.

12. L'UE confirme sa disponibilité à engager dans les plus brefs délais un dialogue politique au plus haut niveau avec le futur gouvernement, conformément à l'article 8 de l'Accord de Cotonou. Elle est disposée à apporter son soutien, y compris financier, à un processus électoral qui remplirait toutes les conditions nécessaires. L'UE est aussi disposée à poursuivre son soutien à la population congolaise confrontée quotidiennement à de sérieuses difficultés socio-économiques et encourage la reprise du dialogue, de façon structurée, avec les institutions financières internationales, afin de trouver une solution durable à la crise économique et budgétaire actuelle.

Press office - General Secretariat of the Council Rue de la Loi 175 - B-1048 BRUSSELS - Tel.: +32 (0)2 281 6319 press.office@consilium.europa.eu - www.consilium.europa.eu/press

Soutien de l'UE aux élections congolaises conditionné par le départ du gouvernement Badibanga
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 09:14
Lu pour vous. Quel bilan après l'opération à la résidence de Ne Muanda Nsemi?

Selon les sources policières, le député congolais Zacharie Badiengila, alias Ne Muanda Nsemi, a été transféré le samedi 4 mars 2017 à la prison de Makala.

Il y a quelques semaines, le député Ne Muanda Nsemi avait mis en ligne des vidéos dénonçant les origines du Président Joseph Kabila et appelant à un départ de la RD Congo de tous ceux qu'il considérait comme étant des non-congolais mais se trouvant dans les rouages politiques du pays.

Commençait alors une chasse à l'homme dont l'épilogue a eu lieu le vendredi 3 mars 2017, avec l'assaut lancé par la police à la résidence de Ne Muanda Nsemi.

Quel en a été le bilan?

Voici ce qu'on peut lire sur la page facebook de la police nationale congolaise.

Bruxelles, le 6 mars 2017

Info en Ligne des Congolais de Belgique

 

 

Bilan de l’opération spéciale de la Police à la résidence de Zacharie BADIENGILA dit Né Mwanda NSEMI

Source: Page facebook de la police nationale Congolaise

Le lundi 13 Février 2017 , vers 15 heures , les éléments de la Police de l’Escadron FUNA /Bandalungwa , ont été alertés par la population des menaces de mort à son endroit , proférées par un groupe de miliciens de Bundu dia Mayala , habitants la résidence appartenant à l’honorable Zacharie BADIENGILA dit Né Mwanda Nsemi , sise au N° 22 , avenue Bosenge , dans la commune de Ngiri Ngiri . 
Descendus sur le lieu pour s’enquérir de la situation, les éléments de cet escadron ont essuyés des tris d’armes de guerre d’hommes arborant les bérets rouges. Après les avoir mis hors d’état de nuire, au soir de ce même lundi, les autres forces négatives fidèles à l’honorable Né Mwanda Nsemi, ont attaqué les passants et les biens de la population, troublant l’ordre public vers la place Sakombi à Ma Campagne dans la commune de Ngaliema et aux alentours de la résidence de l’honorable précité. Les éléments de la Police Nationale arrivés sur place, ont été victimes de jets de pierres et autres projectiles de la part de ces inciviques, les forces de l’ordre ont cerné les lieux pour rétablir l’ordre public.
Ainsi sur réquisition du Procureur Général de la République, les forces de l’ordre dès 11 heures dans la Journée de vendredi 3 mars 2017, ont lancé l’assaut après le refus du député Zacharie BADIENGILA dit Né Muanda Nsemi , Chef Spirituel du Mouvement politico-religieux Bundu dia Mayala et de ses fidèles d’obtempérer à la sommation du Bourgmestre de la Commune de Ngalièma de se rendre conformément à la Réquisition du Procureur Général de la République .
Lors de la manœuvre de pénétration, les forces de l’ordre ont été accueillies par des tirs nourris de la part des Miliciens de Bundu Dia Mayala , l’Agent de Police Principal BISALU MANZAMBI du Groupe Mobile Centre basé à Badara sera tué et 3 de leurs. 
La Police Nationale, Professionnelle et respectueuse des droits de l’homme, a tenu à tout prix à récupérer vivant l’honorable Né Mwanda Nsémi pour qu’il soit jugé des actes dont il est responsable. 
Poursuivi de chefs d’offense envers le Chef de l’Etat , d’incitation à la haine tribale , de Provocation à la désobéissance civile , d’organisation de groupes terroristes , de détention illégale d’armes et munitions de guerre, de meurtre , d’incendie criminelle, de destruction méchante , d’incitation à la révolte ainsi que de destruction méchante , l’honorable Zacharie BADIENGILA dit Né Mwanda Nsémi n’a pas hésité dans le dessin de se soustraire à la Justice , de se constituer un bouclier Humain composé de 11 enfants, 61 femmes et 235 hommes , pris en otage dans son labyrinthe, une véritable forteresse comprenant plusieurs caves . 
Forte a été la surprise de la Police lors de la reddition de ce dernier de constater la présence des mercenaires étrangers à sa solde sur les lieux. Certainement dans l’objectif funeste de renverser les institutions établies.
L’honorable Zacharie BADIENGILA dit Né Mwanda Nsemi , ses trois épouses et son fils , ont été ensuite présentés devant l’Officier du Ministère Public pour répondre de leurs forfaits.

Le Bilan des Opérations se présente comme suit :
1. Un Policier tué, il s’agit de l’Agent Principal de Police BISALU MANZAMBI du Groupe Mobile Centre basé à Badara et 3 Miliciens de Bundu dia Mayala.
2. 3 armes et plusieurs munitions de guerre saisies dont 2 AKA numéro 57954 et 0448 (numéro de la pièce mobile) ainsi qu’un Pistolet 1177. 
3. Plusieurs Blessés civils et Policiers.
4. 307 personnes se sont rendues à la Police dont 235 hommes, 61 femmes et 11 enfants.
5. Ont été élargis, 170 personnes ayant une adresse fixe à Kinshasa, autorisées à regagner leurs domiciles.
6. 137 personnes parmi les miliciens qui ont capitulé, résidents au Kongo Central, attendent d’être récupérés par le Gouverneur de cette province qui déjà en route pour le retour chez eux. 

 

Lu pour vous. Quel bilan après l'opération à la résidence de Ne Muanda Nsemi?
Repost 0
Published by Cheik FITA/Police nationale congonlaise - dans cheikfitanews
commenter cet article
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 11:16
Cacophonie au « Rassemblement » , la lecture de Roger Lumbala

Alors que le Président Étienne Tshisekedi n'est pas encore enterré, ses orphelins politiques s'empoignent pratiquement comme des chiffonniers pour se partager son héritage.

Premier acte : le 2 mars 2017, une partie du « Rassemblement » se réunit, restructure la plate-forme et nomme deux dirigeants : Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi.

Deuxième acte : une autre frange du « Rassemblement » se réunit le lendemain au siège du FONUS, et nomme Olenga Nkoy Président du comité de sages du « Rassemblement ».

Les observateurs de la scène politique congolaise sont en droit de se poser un certain nombre de questions : Qui a tort ? Qui a raison ? Qui a un agenda caché ? Qui est manipulé ? Par qui ? Comment sortir de l'imbroglio ?

L'Info en Ligne des Congolais de Belgique s'est entretenu avec Roger Lumbala, du RCDN, un parti allié à Étienne Tshisekedi et qui se trouve dans le camp de ceux qui se sont réunis au siège du FONUS.

Il a donné sa lecture de la situation qui peut être résumée comme suit :

- Il est déplorable qu'avant qu’Étienne Tshisekedi ne soit enterré, le « Rassemblement » en arrive là.

- La restructuration du « Rassemblement » n'était pas à l'ordre du jour, même du vivant d’Étienne Tshisekedi, ils la rejettent,

- Certains membres du « Rassemblement » n'étaient pas au courant de cette réunion,

- C'est pour des raisons inavouées que Pierre Lumbi a été propulsé au poste de Président du comité des sages,

- Pierre Lumbi n'a pas le profil pour remplacer Étienne Tshisekedi.

- Le poste de Président du comité des sages devrait revenir à l'UDPS,

Et en guise de sortie de crise ?

Pour Roger Lumbala, si l'on veut une sortie de crise, Pierre Lumbi devrait se désister.

 

Bruxelles, le 4 mars 2017

 

Cheik FITA

Plus de détails dans l'interview ci-dessous

Cacophonie au « Rassemblement » , la lecture de Roger Lumbala
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 21:31
« Rassemblement » : étincelles, repositionnement, double-jeu ?

Jeudi 2 mars 2017 le « Rassemblement » s'est restructuré et a élu un Président ainsi qu'un Président du comité des sages.

Mais selon les échos en provenance de Kinshasa, la journée du 3 mars est une journée caractérisée par des déclarations dans tous les sens :

Certains acteurs politiques sont même tentés de quitter le bateau et de créer leur « aile » du « Rassemblement », alors que rassemblement n'est pas synonyme d’émiettement.

Le « Rassemblement » ayant été créé pour l'alternance et le départ du système Kabila, à quelques mois des élections et à dix mois du départ de Kabila, comment interpréter cette subite cacophonie ?

Y avait-il à ce point des infiltrés dans le « Rassemblement » ?

Les raisons avancées par les uns et les autres pour voler de leurs propres ailes sont-elles innocentes ?

S'agit-il des prises de positions purement idéologiques ou y a-t-il des membres du « Rassemblement » qui se sont compromis avec le régime Kabila en empochant discrètement des billets verts pour lesquels ils doivent maintenant rendre compte en sabordant le « Rassemblement »?

La disparition d’Étienne Tshisekedi l’icône de la démocratie en RD Congo risque d'entraîner la mort politique de bien « d'opposants ».

 

Bruxelles, le 3 mars 2017

Cheik FITA

 

 

« Rassemblement » : étincelles, repositionnement, double-jeu ?
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 07:32
Document. RDC : le Conseil de sécurité condamne les violences dans la région du Kasaï

 

25 février 2017 – Le Conseil de sécurité de l'ONU a fermement condamné vendredi soir les violences observées au cours des derniers mois dans la région de Kasaï, en République démocratique du Congo (RDC), et a réclamé la fin de l'impasse politique au niveau national.

Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil se sont déclarés vivement préoccupés “par les récentes informations faisant état de violations graves du droit international humanitaire commises par des milices locales dans la région de Kasaï, notamment le recrutement et l'utilisation illégale d'enfants soldats et les meurtres de civils par des membres des forces de sécurité de la RDC, qui pourraient constituer des crimes de guerre en vertu du droit international”.

Le Conseil de sécurité a demandé au gouvernement congolais d'envoyer sur place immédiatement une enquête crédible et impartiale et de traduire en justice tous les responsables. Il s'est félicité de l'annonce faite par le gouvernement à cet égard et a encouragé la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) à fournir un appui aux autorités congolaises, si demandé, dans la conduite de cette enquête.

S'agissant de la situation politique au niveau national, les membres du Conseil de sécurité ont réaffirmé leur ferme soutien à l'accord politique du 31 décembre 2016 et à la poursuite d'élections pacifiques, crédibles, libres, justes et inclusives d'ici à décembre 2017, conduisant à un transfert démocratique de pouvoir. Ils ont exprimé leur inquiétude croissante quant à l'absence de progrès dans le dialogue entre les acteurs politiques congolais en ce qui concerne les modalités de mise en œuvre de l'accord.

Ils se sont inquiétés de ce que, deux mois après la signature de l'accord, la nomination d'un Premier ministre présenté par la coalition Rassemblement, ainsi que l'installation d'un nouveau gouvernement de transition et du Comité national de suivi de l'accord (CNSA) n'aient pas encore eu lieu. Ils ont souligné la nécessité de maintenir la bonne volonté politique qui a mené à la signature de l'accord afin d'éviter une plus grande insécurité en RDC.

Dans ce contexte, les membres du Conseil de sécurité ont appelé « toutes les parties prenantes de la RDC, y compris le Président Kabila, la majorité présidentielle et l'opposition, à redoubler de bonne foi leurs efforts en vue d'une conclusion rapide des pourparlers en cours sur les 'arrangements particuliers' de l'accord, afin de désigner d'urgence un Premier ministre présenté par le Rassemblement, conformément à l'accord du 31 décembre, de mettre en place le CNSA et de mettre en œuvre pleinement des mesures de confiance ». Ils ont rappelé que les questions de sécurité ne devraient pas retarder la mise en œuvre de l'accord et que sa mise en œuvre rapide est importante pour assurer la paix et la sécurité dans le pays.

Les membres du Conseil de sécurité ont réitéré leur plein appui à la médiation menée par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) et ont réaffirmé la nécessité pour toutes les parties de soutenir et de participer de manière constructive à ces efforts de médiation.

Ils ont souligné combien il était important pour le gouvernement et ses partenaires nationaux prennent « toutes les mesures nécessaires pour accélérer sans tarder les préparatifs des élections et pour assurer un environnement propice à la conduite pacifique et inclusive des activités politiques ». Ils ont également souligné l'importance de l'inclusion des femmes dans le suivi et la mise en œuvre de l'accord.

SOURCE: http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=39031#.WLJ0xoE1-M8

 

Document. RDC : le Conseil de sécurité condamne les violences dans la région du Kasaï
Document. RDC : le Conseil de sécurité condamne les violences dans la région du Kasaï
Repost 0
Published by Cheik FITA/ONU - dans cheikfitanews
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 18:18
Pierre Lumbi: «J'affirme que le Président Tshisekedi a bel et bien laissé une lettre...»
Devant les spéculations à sens divers qui inondent l’opinion concernant la lettre de présentation, au Président de la République, du Premier Ministre désigné par le Rassemblement, lettre signée de son vivant par le Président Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA. Je me sens le devoir, en tant que témoin et l’un des deux porteurs de cette lettre à la CENCO, de rétablir la vérité et de fixer les Congolais à ce sujet.
          Il est simplement étonnant et regrettable d’entendre certains hommes politiques diffuser des informations sans aucun fondement; cela ne peut que contribuer à nuire à la crédibilité et à l’honorabilité de la classe politique de notre pays. Nous devons éviter une telle attitude.
J’affirme ici que le Président TSHISEKEDI a bel et bien laissé une lettre avant son voyage pour la Belgique; lettre signée de sa propre main et dont nous avions auparavant parlé avec lui du contenu. ..
          Il m’a confié cette lettre, en présence de Mr l’Abbé Théo TSHILUMBA, son secrétaire particulier, qui est prêt à en apporter le témoignage.
          Cette lettre présente le nom du Premier Ministre désigné par toutes• les composantes du Rassemblement, à transmettre à qui de droit via la CENCO.
          Cette lettre, nous l’avons remise le 17 janvier 2017 en mains propres, à Monseigneur UTEMBI, Président de la CENCO, en présence de Mr l’Abbé Théo TSHILUMBA, contre un accusé de réception.
          Nous avions tous un devoir de réserve et de confidentialité jusqu’à ce que cette lettre parvienne au destinataire. Vous comprendrez donc pourquoi, je ne pouvais pas faire cette déclaration jusqu’il y a quelques jours.
          La vérité étant rétablie, il ne reste plus que la nomination du Premier Ministre ainsi présenté par le Rassemblement, conformément au point III.3.3., de l’Accord du 31 décembre 2016.
Je vous remercie.
Fait à Kinshasa, le 23 février 2017
Pierre LUMBIOKONGO

 

Pierre Lumbi: «J'affirme que le Président Tshisekedi a bel et bien laissé une lettre...»
Repost 0
Published by Cheik FITA - dans cheikfitanews
commenter cet article

ANNONCES...MESSAGES

 

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES:  RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

.Chez Hermene Kaba, galerie entrée d'Ixelles, quartier Matonge, chaussée de Wavre

. Centre culturel Africaine Flamande, Kuumba, 35 rue de l'église, Matonge, Ixelles

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

http://www.congonetradio.com/

 http://banamikili.skyrock.com/

 

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE


Depuis les élections congolaises de novembre 2011, des voix n'ont cessé de dénoncer le hold-up électoral de "Joseph Kabila" et son clan.

Avec la publication du rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne, ils sont dans leurs petits souliers et ceux à qui avait été confiée la mission d’organiser les élections, et ceux qui ont eu l’outrecuidance de se proclamer élus et  « majorité ». 

Aux uns et aux autres, il ne reste plus qu’à préparer les valises. Des élections générales doivent impérativement avoir lieu afin de mettre fin à la tricherie, à l’imposture et à la honte dont une clique s’est permis de couvrir tout un peuple.

Le Congo et les Congolais méritent mieux.

Voici le lien pour lire le rapport final de la mission d'observation de l'UE

http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/RFEUEOMRDC2011comp_0.pdf 

NOTA. Ce lien mis antérieurement, ne semble plus opérationnel

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

 

VU SUR FACEBOOK...

551273_3366720923513_1133855912_3219857_1574178445_n.jpg

 

à lire aussi à ce sujet dans l'express.fr:

La Belgique en quête désespérée du graal perdu au Congo

AnicetMobet

Par AnicetMobet (Express Yourself), publié le 14/05/2012 à 07:00, mis à jour le 15/05/2012 à 11:25

lien : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-belgique-en-quete-desesperee-du-graal-perdu-au-congo_1114583.html 

 

FOCUS

Liens