Billet. Félix Tshisekedi, après les investisseurs, les Hommes

Bruxelles, le 15 octobre 2021

Par Cheik FITA

Il a sillonné le monde durant des mois, il a rencontré plusieurs dirigeants et décideurs du monde, il a reçu une multitude de promesses mirobolantes, finalement c’est aux Emirats arabes Unis qu’un geste concret a été posé : un milliard de dollars immédiatement disponibles ! ce qui peut lui permettre de réaliser rapidement un grand nombre de projets pouvant accélérer le développement de son pays.

Il, c’est Félix Tshisekedi, le Président de la RD Congo.

Et après ? Devra-t-il dormir sur ses lauriers ?

Non, parce qu’un milliard de dollars c’est beaucoup  d’argent. Lui « Fatshi » a un souci : voir le pays décoller pour le bien-être de tous.  Mais cette vision est-elle partagée à 100% autour de lui ?

Chacun de ses proches collaborateurs, chacun de tous ceux qui auront intervenu dans ce dossier en amont ou qui y interviendront, ont-ils le même souci ou la même approche ?

Il y en a sûrement pour qui « c’est l’occasion de la vie » de quitter la misère ou de modifier substantiellement leur niveau de vie.

Il y en a d’autres qui ont gardé intacts les mauvaises habitudes des régimes précédents à savoir : grappiller par n’importe quel moyen un peu de fric (un peu !) sur tout montant qui passe entre leurs mains.

Il y a enfin dans la longue chaîne de dépenses seront des véritables moutons noirs : entre le choix des entrepreneurs, le choix des intrants par les entrepreneurs, le choix des fournisseurs à différents niveaux d’exécution des travaux… Jusqu’au salaire qui sera payé aux derniers des ouvriers : des milliers d’individus qui chercheront à « se retrouver ».

Autrement dit, des millions de dollars sont potentiellement en danger. Ces dollars-là, le Chef de l’Etat doit déjà penser à les protéger car, lui seul sera comptable devant les électeurs en 2023. De tous les autres, très peu s’en préoccupent.

Une fois les différents ouvrages terminés, les usagers que sont les citoyens auront-ils conscience que ces biens publics doivent être protégés ?

Peu probable. Quand leur a-t-on appris que les « biloko ya l’Etat » doivent être respectés ? Et c’est toute une éducation, une éducation à la citoyenneté. C’est maintenant qu’elle doit commencer et de manière innovante, pas avec ces sketches qui nivellent la population par le bas.

Oui, l’heure est venue pour que l’Homme, l’Homme congolais soit réinventé. L’Homme, un  des piliers de la promesse de campagne de Félix Tshisekedi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Please reload

Veuillez patienter...