Cinéma à Kinshasa : Un caillou dans le soulier du belge Thierry Michel

Bruxelles, le 08 décembre 2021

Par Cheik FITA

Le cinéaste belge Thierry Michel a séjourné à Kinshasa pour la projection de son dernier film :  « Empire du silence ».

Le passage de Thierry Michel en RD Congo a malheureusement connu un couac : la diffusion dans les réseaux sociaux par le cinéaste congolais Gilbert Balufu de la réaction suivante :

« Le Congo belge était nommé « L’empire du silence »… Et ça continue à piller et à voler le Congo de Lumumba!

L’Empire du silence de Thierry Michel est tiré de mon film documentaire intitulé »Congo ! Le Silence des Crimes Oubliés », et je le confirme bien sans fantaisie ni hésitation. Thierry Michel a plagié mon film et il le sait très bien. C’est de la malhonnêteté intellectuelle. S’il pense que ce sont de fausses allégations qu’il me traduise en justice pour diffamation, ce qu’il ne fera jamais et il est bien conscient. Ceux qui le soutiennent dans cette forfaiture je ne les empêche pas c’est leur droit, et ils ont fait leur choix, le choix de l’hypocrisie, de la méchanceté gratuite et de la lâcheté. Thierry Michel est arrivé l’année passée, au mois de février. Dès qu’il a atterri à N’Djili il m’a envoyé un message m’annonçant son arrivée. Après sa projection du film sur le Dr Dénis Mukwege, il sollicita une autre rencontre avec moi au cours de laquelle il me fit deux propositions, dont la première était d’acheter quelques images contenues dans mon film, et pour la deuxième, il me dit que tu as fait un très beau film, et comme il est censuré par la France, je suis en train d’organiser une série de projections en Europe et je t’invite à te joindre à moi en vue de venir présenter ton film, et lui donner une visibilité. Et c’est dans ce cadre là qu’il dû obtenir une copie de mon film. Au mois d’octobre de cette année, je lui avais déjà demandé une copie de son film, il s’était évertué à mentir. Le vendredi 26 courant j’étais dans la salle de projection au Palais du Peuple et j’ai noté près de 80 éléments de comparaison ! C’est du plagiat pire et simple. Je pensais qu’il était un peu plus créatif, mais je le découvre sous un jour sombre! Je termine mon film avec un plan montrant le soleil, et lui aussi termine le sien de la même manière ! Même le synopsis il a copié sur le mien. Toute personne ou tout cinéaste épris de bon sens ne peut soutenir cette malhonnêteté, à moins d’être complexé et animé de haine, et de mauvaise foi. Merci à tous. Gilbert Balufu »

Aux petites heures du mercredi 8 décembre 2021, Thierry Michel diffusait sur sa page facebok ce qui suit :

« CAMPAGNE DE DIFFAMATIONS

contre le film

« EMPIRE DU SILENCE »

Chers amis

Je suis l’objet d’une campagne calomnieuse qui vise à empêcher la carrière du film L’EMPIRE DU SILENCE et à salir ma réputation.

De manière totalement inattendue, c’est le cinéaste Gilbert Balufu qui m’accuse de manière mensongère, diffamatoire et menaçante, de plagiat du film qu’il a réalisé voici 6 ans dénonçant les massacres rwandais en RDC « Congo, le silence des crimes oubliés « .

Ses accusations sont totalement fausses, preuves détaillées à l’appui. Bien plus, il a utilisé certaines archives utilisées dans mes films sans les créditer !

En allant à Kinshasa, je pensais qu’il serait difficile de pouvoir présenter ce film au public congolais. Je fus cependant très surpris de recevoir les félicitations du Ministre de l’Information et des deux présidents du Sénat et de l’Assemblée Nationale et d’un accueil massif et chaleureux des spectateurs congolais. Je ne pouvait imaginer que j’allais faire l’objet d’une campagne calomnieuse et diffamatoire dont le but évident est de fragiliser la distribution internationale du film « L’EMPIRE DU SILENCE » principalement en Belgique en France, et bien entendu au Congo avec le but évident d’empêcher la tournée de diffusion qui est prévue dans plus de 6 provinces martyres où j’ai filmé les victimes et survivants des massacres impunis./

En cette période de FAKE NEWS, il est regrettable que mr. Balufu passe par de tels procédés. d’autant qu’il profère des menaces à mon égard, mais qu’il menace également d’action en justice mon preneur de son congolais Cedric Mbongo.

C’est pourquoi mon producteur, LES FILMS DE LA PASSERELLE, a décidé de publier un communiqué et de poursuivre judiciairement Gilbert Balufu.

En ce qui me concerne, j’ai également décidé de porter plainte devant la Justice pour diffamation et calomnie, en droit pénal congolais pour « imputations dommageables.

Ce sera dès mon retour du Burkina Faso où je présente actuellement le film, après l’avoir présenté à Bruxelles, Tunis et Kinshasa.

Très cordialement

Thierry Michel »

Quelques heures plus tard,  el cinéaste congolais Balufu Kanyinda publiait à saon tour sur la page facebook ce qui suit :

(NDLR Balufu Kanyinda, à ne pas confondre avec Gilbert Balufu, son frère. Ils sont tous deux cinéastes.)

« 
VIOL DE L’IMAGINAIRE

LETTRE A MONSIEUR THIERRY MICHEL

La meilleure façon d’établir chacun dans ses droits est de nous envoyer une copie de votre film – la même qui a été présentée à Kinshasa, pour des projections de comparaison. Nous vous avons fait cette demande depuis plusieurs jours. Silence. Pour le reste, pour nous, il y a dans votre façon de faire, des soupçons d’abus de confiance, d’escroquerie. Il ne sert à rien de faire du bruit de morveux, et de distiller des mensonges partout.

La justice des réseaux sociaux n’est pas la vérité de l’écran.

A chaque fois que vous produisez votre représentation « cinématographique » du Congo, qui est devenu votre gagne-pain, votre piédestal des honneurs ainsi que votre principal sujet de narration filmée depuis la chute de votre « ami Mobutu », votre relation avec la RDC n’est tissée que des mensonges, bidouillages et mépris.

« L’empire du silence » est votre actuel mensonge, inspiré par un autre film, celui d’un jeune cinéaste congolais. Aujourd’hui, le cinéaste Gilbert Balufu Mbaye est l’objet de vos mensonges, de votre mépris. Vous n’êtes pas à votre premier forfait au Congo. Vous êtes un cinéaste « léopoldien ».

Vos mensonges et mépris envers le Congo et les Congolais, d’autres cinéastes peuvent en témoigner. Des jeunes cinéastes congolais sont vos victimes ; ils se taisent, par peur ou par un certain complexe d’infériorité.

Des politiciens congolais, par ignorance et manque d’éducation à l’image, vous accordent un quelconque crédit ; certains vous applaudissent, sont mêmes fières et heureux de poser sur les photos avec vous, et sont prêts à vous soutenir.

Le Congo belge était nommé « L’empire du silence », le titre de votre film. Cela en dit plus que la diffamation et le plagiat dont vous vous auto-accusez.

Avant la sortie de votre « Empire de silence », vous vous êtes répandu dans les médias et réseaux sociaux, en brayant à tue-tête que le Congo vous aurez refusé le visa. Mensonge. Le visa ne vous a jamais été refusé ; vous n’avez jamais déposé une copie de votre film à l’Ambassade de la RDC à Bruxelles, qui ne vous l’avez du reste pas demander mais qui vous avez informé de respecter la procédure normale de demande et d’obtention de visa pour vous rendre en RDC. Vous avez menti, vous avez crié ; et une autorité congolaise a du ordonner que le visa vous soit octroyé au détriment du respect de la procédure légale. Privilège de blanc? Profitez-en bien.

Sillonnez l’Afrique, montrez votre mensonge, montrez votre mépris des Congolais. Que ceux qui ne savez pas, vous applaudissez. C’est bien leur droit.

Continuez à mentir. La vérité vous attend, au coin où se trouvent des tortues têtues qui rigolent, pleines de créativité.

Pour vous donner de l’importance – et peut-être pour impressionner certains Congolais indécolonisables (ils sont légion à vos pieds), vous mentez. Mentez donc, comme vous le faites maintenant.

Gilbert Balufu ne vous veut aucun mal; il exige la comparaison. Son magnifique film, que vous avez vu au Fespaco 2017, et que vous avez apprécié devant moi, ne doit rien au vôtre.

Et le vôtre, alors ?

L’indignation active, légitime, de Gilbert Balufu Mbaye – mon jeune frère – n’est nullement une recherche de notoriété ni d’argent, comme vous le soutenez.

Mentez. C’est dans votre coutume de mentir, et de mépriser les Congolais.

Gilbert Balufu Mbaye est un brillant cinéaste congolais, qui ne vous doit rien et ne vous demande rien, sauf de le respecter, de respecter son travail et ses droits, les droits issu de son imaginaire.

Le vol de l’imaginaire de l’autre est un viol indescriptible, et imprescriptible.

Maintenant, allez donc en justice. Ne menacez personne (Nous sommes des morts ; les morts n’ont pas peur de mourir).

Allez en justice. Allez trouver votre justice, où vous voulez. Parce que nous vous suspectons d’escroquerie, d’abus de confiance, de détournement intellectuel d’une œuvre d’esprit d’autrui, de vol et de viol de l’imaginaire.

A l’heure où l’on évoque la restitution des œuvres d’art pillées en Afrique, il n’est pas bien indiqué d’ajouter votre cas à la longue liste des objets volés, des biens mal acquis.

Le Congo, qui est votre gagne-pain cinématographique, est le pays de Gilbert Balufu Mbaye; et il n’a jamais eu besoin de vous. Ni hier ni aujourd’hui ni demain. Alors un peu de respect pour un jeune réalisateur intelligent et créatif, à qui vous avez demandé la copie de son film, et qui vous l’a généreusement remise; et c’est son film qui vous a inspiré.

L’inspiration, en art, n’est pas interdite; quand on en use honnêtement.

Je vous prie de nous envoyer une copie de votre film. Notre adresse à Kinshasa, RDC, est connue.

Les morts n’ont pas peur de mourir.

Balufu Bakupa-Kanyinda

Producteur de « Congo ! Le silence des crimes oubliés. » film de Gilbert Balufu Mbaye (2015. Prix de meilleur second documentaire Fespaco 2017).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Please reload

Veuillez patienter...