« LUCHA » dans l’arène politique après ses dix bougies à Bruxelles ?

Bruxelles, le 2 mai 2022

orateurs du jour: Révérend Eric Nsenga (porte-parole de l’Église du Christ au Congo (ECC)) , Marie Arena
(eurodéputée).Bienvenue Matumo (Lucha) Isaac Brock (Lucha) photo Cheik FITA

Bruxelles, le 2 mai 2022

Par Cheik FITA

Dimanche 1er mai 2022 au Café Congo dans la commune d’Anderlecht à Bruxelles, le mouvement citoyen « Lutte pour le Changement » LUCHA en sigle, a fêté ses dix ans d’existence.

Le programme du jour se présentait comme suit :

14h00-15h30 : Congo Lucha

Projection du film et Q&A avec Marlène Rabaud (réalisatrice),

  • 16h00-17h00 : « Regard croisé sur les élections, la sécurité et le social en RDC » Conférence avec Isaac Brock (Lucha), Micheline Mwendike ou Bienvenue Matumo (Lucha), Révérend Éric Nsenga (porte-parole de l’Église du Christ au Congo (ECC)) et Marie Arena (eurodéputée). Animation par Donatella Rostagno
  • 17h00-19h30 : Ben Kamuntu – VIS

Concert slam d’un luchéen, accompagné de trois autres slameuses engagées: Marie Darah, Joy et Mel Moya.

Dans le communiqué diffusé à cette occasion on pouvait lire ceci : « Ce mouvement composé essentiellement de jeunes a bouleversé les schèmes sociaux militants et a remis en cause les hiérarchies et les catégories des organisations de la société civile congolaise. Forgé sur un leadership horizontal et marqué par la collégialité, la LUCHA a contribué à l’avancée démocratique d’une part et à la prise de conscience collective des citoyens d’autre part. Néanmoins, le combat reste et continue d’être entier et la LUCHA a besoin de soutien à l’approche des élections générales prévues pour 2023. »

La LUCHA est née dans la ville congolaise de Goma. « Engagée à ses débuts dans des revendications sociales (l’eau, l’électricité, les soins de santé, les routes, etc.), elle     milite aujourd’hui également sur les dynamiques politiques nationales, notamment sur la tenue d’élections démocratiques ou le respect de la constitution. Ces luttes ont résulté en de nombreuses répressions (arrestations, tortures, blessures graves, et la mort d’une série de militants parmi lesquels l’assassinat de Luc Nkulula en 2018 »

Lors de l’échange avec le public, les membres du mouvement considèrent comme une grande victoire le fait que Joseph Kabila ne se soit pas présenté pour un éventuel premier mandat et qu’il y ait eu passation pacifique du pouvoir.

La LUCHA  dans l’arène politique ?

Oui et non.

Pour Bienvenue Matumo un des orateurs, des membres de la LUCHA pourraient bien briguer des mandats électifs, mais à titre individuel, pas au nom de la LUCHA. Et la LUCHA continuera en tant que mouvement avec ses valeurs et ses principes.

La LUCHA pense qu’il faut renouveler la classe politique.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Please reload

Veuillez patienter...